Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 785 fois
  • 102 J'aime
  • 5 Commentaires

Mon jumeau, mon amour

Chapitre 23

Inceste

La partie de Strip-UNO a transformé une soirée jeu banale… Comment en suis-je venue à masturber mon frère en demandant à Aurélie si elle voulait y goûter ? Je vous invite à relire le chapitre précédent ;-)


— Tu n’as pas envie d’y goûter ? Demande-je espiègle.

— Je… Oui, peut-être… Répond-elle hésitante.


Hugo est debout à côté de moi. Je me penche et lèche le bout de son gland et j’avale son sexe. Je vais et viens sur sa queue. Je le suce un peu, puis me redresse et tends la main vers Aurélie pour l’inviter à me rejoindre.

 

La jeune maman regarde Nicolas qui, d’un signe de tête, l’incite à accepter la proposition. Hésitante, Aurélie se lève. Elle contourne la table et me rejoint. Je me redresse, repousse ma chaise pour libérer de la place et lorsqu’elle est à côté de moi, je l’embrasse tendrement. Ma main droite, toujours sur le sexe de mon frère, je m’accroupis devant lui. Son sexe bandé est juste devant moi.


Après avoir cherché de nouveau l’approbation de son neveu, Aurélie s’agenouille à mes côtés. Je prends sa main et l’accompagne pour venir prendre la queue de Hugo dans sa main. Doucement, elle commence à le masturber. Sa main coulisse sur le pieu de chair et accélère progressivement le rythme. J’observe Hugo qui semble aimer ces premières caresses.


De mon côté, mes mains parcourent le corps d’Aurélie, que je redécouvre après de longs mois. Mes doigts glissent sur les formes généreuses gagnées avec la grossesse. D’un claquement de doigts, je dégrafe son soutien-gorge, libérant ses seins gorgés de lait.


Mes doigts viennent caresser la peau nue de ses seins et je m’attarde sur la partie la plus sensible de sa poitrine, pendant que mon autre main continue de parcourir le corps d’Aurélie et plonge sur ses fesses, recouvertes d’un string. Aventureuse, je prolonge ma caresse et suis le fil de son dessous, entre ses cuisses. J’arrive alors sur son sexe. Le tissu est trempé, signe de l’excitation de la tante de Nicolas.


Mes caresses semblent plaire à Aurélie et les siennes semblent convenir à Hugo qui bande toujours autant. La jolie brune se penche vers le sexe en érection et le lèche. Sa langue virevolte entre la base et le gland, avant de finalement, prendre le bout du sexe de mon jumeau dans sa bouche.


Nicolas s’est rapproché pour ne rien manquer de la scène. Il en a profité pour retirer ses derniers vêtements et il se masturbe, regardant sa femme sucer son cousin.


Je la regarde faire pendant quelques minutes. La réticence initiale est oubliée et Aurélie profite désormais de l’instant. Je dois avouer que la voir sucer mon frère m’excite. Je la rejoins quelques secondes. Nos langues s’entremêlent autour du gland de Hugo.


Puis je lui murmure à l’oreille. Sans retirer le sexe de sa bouche, elle acquiesce. Je me redresse et me tourne vers Nicolas. Je rejoins mon cousin, m’accroupis et m’empresse de prendre sa queue en bouche. Je suce Nicolas pendant une minute quand il se redresse, retire son sexe et éjacule sur mes seins. Je souris en voyant ses jets de sperme maculer mon corps.


— Désolé, me dit-il. Je n’ai pas pu me retenir, je suis trop excité !

— Tu n’as pas à être désolé ! Mais tâche de reprendre de la vigueur rapidement, j’ai encore envie, moi !

— Oh, ne t’inquiète pas, j’ai encore envie aussi, rigole-t-il. Installe-toi sur le canapé, ajoute-t-il.


Alors que je m’assois dans le canapé, je vois Hugo demander à Aurélie de se relever. Il la plaque contre la table et les deux amants s’embrassent. Hugo glisse deux mots à l’oreille d’Aurélie, qui s’assoit sur la table et écarte les cuisses, dévoilant son sexe à mon jumeau, qui s’agenouille devant et commence à la lécher.


Aurélie ne tarde pas à gémir de plaisir. La langue de Hugo lèche son sexe, tourne autour de son clitoris et bientôt, mon frère enfonce un doigt dans la chatte d’Aurélie. Quand Nicolas revient dans le salon, il sourit en voyant sa chérie gémir sous les coups de langue.


— Ils s’amusent, on dirait, dit-il.

— Oui ! Et Aurélie semble prendre du plaisir… Et toi, tu étais parti où ?

— Tu es bien curieuse… Je suis allé chercher de quoi te faire plaisir !

— Tu as ramené des jouets ? Dis-je excitée.

— Un jouet… Dit-il en me montrant un plug anal.

— Hummm ! Tu sais comment me faire plaisir toi !


Nicolas se met à genoux et naturellement, j’écarte les cuisses pour lui offrir mon sexe et mon petit trou. Il ne tourne pas longtemps autour du pot, se jetant sur mes lèvres intimes comme un assoiffé. Sa langue vient récolter le fruit de mon excitation qui monte depuis tout à l’heure, puis s’amuse autour de mon clitoris. Je commence à gémir et je rejoins Aurélie pour un concerto orgasmique à deux voix.


J’observe mon frère lécher les lèvres suintantes d’Aurélie et sucer son bouton, en la pénétrant avec deux doigts. A cet instant, je ne suis pas jalouse, mais peut-être envieuse de Hugo, j’aimerais, moi aussi lécher le fruit d’Aurélie, qui jouit sous mes yeux, resserrant ses cuisses autour de la tête de mon frère.


Nicolas me ramène à mon plaisir quand un doigt perce mon petit trou et s’enfonce entièrement, alors qu’un autre fait la même chose dans mon sexe. Il suce mon clitoris et me pénètre avec ses doigts. Puis les deux doigts se retrouvent dans mon cul et Nicolas accélère les mouvements, avant de laisser la place au plug.


Mon cousin présente le jouet de trois ou quatre centimètres de diamètre à l’entrée de mon anus et doucement, en continuant de me lécher, il exerce une pression sur le plug qui s’enfonce sans mal dans mon cul, ma rondelle se refermant sur l’objet, ne laissant qu’un bijou dépasser.


A côté de nous, Hugo s’est allongé au sol et Aurélie s’est installée sur lui, en soixante-neuf. Elle se penche et lèche le sexe de mon jumeau qui est déjà au garde à vous, lui qui semble déjà s’activer entre les cuisses de son amante.


D’où je suis, je ne vois pas Hugo mais j’ai une vue très excitante sur la bouche d’Aurélie qui coulisse autour du sexe de Hugo. Elle lèche et suce mon frère comme si elle voulait le faire jouir. Je suis sûre que mon chéri apprécie la gâterie et qu’il ne va pas tenir longtemps.


Entre mes cuisses, Nicolas vient de m’enfoncer trois doigts dans la chatte et va-et-vient à un bon rythme. Je jouis, je crie de plaisir en même temps que Hugo, à quelques mètres de moi. Je regarde vers eux et vois le sexe fraternel palpiter dans la bouche d’Aurélie et le sperme s’écouler des lèvres de la jolie brune et glisser le long du mat de chair.


Mais Aurélie ne s’arrête pas et continue de lécher et de sucer la bite de son amant, pleine de sperme. Je suis hypnotisée par la scène, ne voyant pas Nicolas se relever et se diriger vers sa femme.


Il se penche vers elle et semble lui parler à l’oreille. Je suis toujours allongée sur le canapé, les jambes écartées et je vois Aurélie acquiescer et lui sourire, en masturbant toujours le sexe dans sa main.


Je vois mon chéri, visiblement surpris qu’Aurélie continue ses caresses, mais il se remet rapidement à lécher le sexe de la jeune femme, alors que Nicolas revient vers moi, s’agenouille et m’embrasse. Je lui rends son baiser et demande :


— Qu’est-ce que tu lui a demandé ?

— Je lui ai demandé si elle voulait continuer ou arrêter… Et si elle acceptait que je couche avec toi…

— Et elle a dit oui ! Souris-je.

— Exactement. Ça ne te dérange pas qu’elle continue de s’amuser avec Hugo ?

— Non, je dois dire que ça m’excite de les regarder depuis tout à l’heure ! Réponds-je.


A ce moment, je vois Aurélie se redresser, garder le sexe de Hugo dans la main et venir se placer au-dessus de lui. La queue de mon frère s’enfonce pour la première fois dans la chatte d’Aurélie, alors que Nicolas me pénètre au même moment.


Sans le vouloir, je gémis de plaisir en sentant le sexe de mon cousin me remplir, alors que le plug obstrue toujours l’accès de mon cul. Il me prend lentement, me permettant de sentir sa queue me pénétrer, pendant qu’Aurélie va-et-vient sur le sexe dur de mon frère.


Après plusieurs minutes à me limer, Nicolas me retourne et me prend en levrette. Dans l’action, je n’ai pas vu que nos conjoints ont pris le même parti et que Hugo pénètre Aurélie à un rythme plus soutenu, qui fait balancer la poitrine de la jeune maman.


Nicolas bouge son bassin à rythme régulier lorsque je sens le plug anal écarter ma rondelle. Mon cousin retire le jouet avec douceur. Je sens mon anus s’étirer, se détendre au passage de l’objet. Une fois retiré, mon cousin enfonce aussitôt deux doigts dans mon cul et reprend ses va-et-vient.


Je gémis à chaque mouvement de mon cousin et je vois Aurélie prendre du plaisir sous les coups de rein de mon frère. Je sens de nouveau l’excitation et le plaisir monter en moi, surtout que Nicolas varie à merveille le rythme. Lorsqu’il ralentit encore et retire ses doigts de mon petit trou, je suis à deux doigts de jouir (si l’on peut dire…).


Sans attendre et lubrifié par mon excitation, mon cousin place son gland sur ma rondelle et d’un mouvement de bassin, il m’encule. Je crie de surprise et de plaisir en sentant son gros sexe s’enfoncer dans mon anus. Aurélie regarde vers nous et me sourit. Après quelques lents va-et-vient, pour m’habituer à son diamètre généreux, Nicolas accélère le rythme.


Il regarde aussi sa compagne prise en levrette par son cousin et ses mouvements redoublent de virilité, se font plus puissants et plus profonds.


— Oh oui !! Gémis-je. C’est bon par là aussi !! Encore, prends-moi, plus fort…


Hugo semble surpris de m’entendre gémir ainsi, ce n’est pourtant pas la première fois ! Mais me regarder, sa sœur, sodomisée par son cousin semble l’exciter et il accélère aussi le rythme de ses mouvements, poussant Aurélie à gémir de plus en plus bruyamment.


— Hugo, tu veux que je te dise un secret ? Dit Nicolas en continuant ses va-et-vient dans mon cul.

— Oui, dis-moi, répond son cousin en limant sa compagne.

— Tu devrais prendre Aurélie par derrière, depuis le nouvel an, elle adore ça ! Rigole-t-il.

— Nico ! Réagit Aurélie. Je… T’es sérieux là ?! Ajoute-t-elle visiblement surprise.

— Tu n’aimes pas la sodomie, ma chérie ? Demande-t-il.

— Je… Oui, j’aime bien, confie-t-elle. Mais de là à inciter ton cousin à me prendre par derrière… Tu pourrais m’en parler d’abord !


J’écoute la discussion, mais je dois dire que le plaisir que me donne Nicolas est bien plus intéressant. Je suis prise de frissons et je jouis alors qu’il m’encule avec vigueur. Je hurle mon plaisir, coupant la conversation… Après plusieurs secondes, je dis :


— Oups, désolée ! Je vous ai interrompu ! Souris-je. Vous disiez quoi ?

— Je disais que j’avais très envie que Hugo me prenne par derrière, dit Aurélie avec un air de défi, en regardant Nicolas.

— Tu es sûre ? Demande Hugo.

— Oui, voir ta sœur jouir ainsi m’a donné envie, sourit-elle en regardant mon chéri.


Je me rapproche des deux amants pour les observer. J’embrasse mon chéri, puis sa compagne d’un soir. Mes mains parcourent les seins et Hugo caresse le cul d’Aurélie et d’un doigt, frôle son petit trou. Une pression et l’index disparaît au fond de son cul. Il fait quelques mouvements, puis présente son sexe devant ce petit œillet. Il pousse son corps en avant et son sexe dressé s’enfonce progressivement.


Aurélie crie en sentant le sexe de mon jumeau l’enculer, mais rapidement, ce sont des gémissements de plaisir qui sortent de sa bouche. Elle semble apprécier l’intrusion et Hugo accélère ses mouvements. En quelques minutes, Aurélie est au bord de la jouissance.


Alors que sa compagne est sodomisée à côté de lui, Nicolas se rapproche et je ne résiste pas à l’envie de reprendre son sexe dans ma bouche. Concentrée sur ma fellation, je n’en oublie pas Aurélie et titille ses seins avec mes doigts, ce qui semble lui plaire, à moins que ce ne soit les coups de rein de Hugo.


Peu importe, la jolie brune est emportée par un orgasme puissant, qui entraîne celui de mon frère qui jouit dans le cul de son hôte. Et Nicolas ? Et bien, excitée de voir sa compagne jouir devant lui, il n’a pas résisté et plusieurs jets de sperme ont coulé dans ma bouche et ont recouvert mon visage.


Fatigués par cette folle soirée, nous n’avons pas tardé à regagner nos chambres et à tomber dans les bras de Morphée. Le lendemain, on évoque la soirée de la veille avec humour et sans gêne, mais nous n’avons pas renouvelé l’expérience pendant le reste de notre séjour. A la fin du week-end, nous avons repris la route de Paris, avec la promesse de revenir à Lyon.

Diffuse en direct !
Regarder son live