Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 27 345 fois
  • 154 J'aime
  • 8 Commentaires

Mon oncle me donne des cours particuliers

Chapitre 1

Inceste

Tout en conduisant sur le chemin du retour, ma mère ne décolère pas :

— Elodie (c’est moi), mais qu’est que ce que tu fous ? quand est-ce que tu vas te mettre au travail ? Tu te rends compte que ton avenir est en jeu !


Nous sortons toutes les deux d’un entretien avec mon prof principal. Il faut dire que ce n’est pas brillant, je redouble ma seconde, le premier trimestre vient de se terminer et mes résultats ne sont pas terribles. Tout juste 10 dans les matières littéraires, et autour de 8 dans les matières scientifiques. J’ai 18 ans, j’ai redoublé 2 fois, la seconde et la sixième.



J’écoute à peine la litanie des reproches de ma mère. Nous vivons seules toutes les deux, mon père est parti quand j’étais bébé et je ne le vois presque jamais. Ma mère est cadre dans une grosse boite et elle rentre très tard le soir, ce qui me laisse de la liberté, le pied.


Ma mère est toujours énervée et me sort ses reproches habituels :

— Et tu comptes faire comment plus tard ?

Elle me saoule grave, sa vie tourne autour de son boulot, pourquoi elle me casse les pieds ?

— J’épouserai un homme riche !


Ma mère manque de s’étrangler et de louper un stop, elle freine brusquement et me rétorquant que c’est n’importe quoi, que je vais vivre avec un vieux croûton …


Elle exagère, je dois pouvoir faire mieux qu’un vieux croûton, je suis mignonne, cheveux long en bas du dos, brune aux beaux yeux bleus, de jolies jambes, des fesses bien rebondies, 1m 66, 52 kg. Supplément sexy depuis cet été, mes seins ont pris de l’ampleur. Je suis passée à un 85C, j’ai pris beaucoup de plaisir à m’exhiber en maillot tout l’été. Ils ont continué à grossir, maintenant en novembre, le 85D est presque trop petit.


Vraiment ma mère exagère, je connais des mecs de 35, 40 ans qui sont riches et bien. Tout à coup je souris, évidement, pour elle qui a 45 ans, les vieux c’est 60, 65 ans…

Chez nous, elle ne décolère pas, je me colle devant la télé alors pendant que ma mère peste et me demande d’aller bosser. Elle est complètement dépassée et n’a aucune autorité sur moi, je l’ignore comme d’habitude.

Maman cherche des solutions, elle se lance à la recherche de cours particuliers sur internet. Elle tombe sur pleins de propositions entre les sociétés spécialisées et les petites annonces et elle semble complètement perdue.


— Je vais demander de l’aide à Julien !


Manquait plus qu’elle sorte cette idée ! Tonton Julien est son frère. Il a 48 ans et il est prof de math dans un collège. Il a fait prof pour les vacances et c’est le genre éternel ado. Ses relations ne durent jamais très longtemps et nous le voyons régulièrement avec une nouvelle petite amie. Je les appelle les « pouffiasses », elles sont plus ou moins cannons mais elles ont toutes en communs de gros nichons et une petite cervelle.


Je suis amoureuse de tonton Julien depuis que je suis toute petite. Il m’adore aussi. Nous passons nos vacances d’été et d’hivers avec lui et éventuellement la pouffiasse du moment. C’est lui qui m’a appris à skier et à nager. Cet été, j’ai remarqué qu’il me reluquait discrètement. Je me demande ce que seront les prochaines vacances, il va adorer mon nouveau 85D, peut être que je serais à un 85E d’ici là.


J’ai toujours été attirée par les hommes « plus âgés ». J’ai entendu dire que les filles comme moi recherchent le père qui est absent. Il y a peut-être quelque chose de vrai. Ma mère vient de raccrocher elle a l’air contente, ça ne présage rien de bon.

— Julien va te donner des cours particuliers et cela dès demain et tous les soirs et weekend !

Je hausse les épaules, ma mère continue :

— Il a accepté à condition de s’occuper de ton éducation aussi, vu que tu es complètement mal élevée ! J’ai accepté, Julien a carte blanche pour te reprendre en main !


Le lendemain, j’avais complètement oublié. J’étais affalée sur le canapé devant la télé lorsque Julien a sonné à 17h. Après l’avoir fait rentré, j’ai tenté de lui expliquer que c’est une crise passagère de ma mère et que tout va bien et qu’il peut rentrer chez lui, mais il n’a rien voulu entendre.

— On va dans ta chambre et tu me sorts tes devoirs pour demain pour commencer !

— Tu rigoles ?

— Pas du tout ! Au boulot !


Je ne bouge pas du canapé et lui rétorque que je regarde la télé. Julien me fixe du regard, puis me tire du canapé par les bras, je n’ai pas le temps de comprendre, je me retrouve dos à lui et je reçois trois fessées assez fortes !

— On y va, sinon je recommence en te baissant ton pantalon !

— T’es complètement malade ! ça ne va pas ? J’appelle maman !


Furieuse, j’appelle ma mère et lui explique tout, elle me dit de mettre le haut-parleur, pour que Julien entende. Je pense qu’elle va le remettre en place, mais pas du tout, je tombe des nues :

— Elodie, écoute bien, Julien a carte blanche pour refaire ton éducation, ne me dérange plus, j’ai une réunion !


Mon éducation, je suis majeure tout de même !


Julien sourit,

— Alors une autre fessée pantalon baissé ou on va dans ta chambre ?


On travaille toute la soirée, j’en ai marre, je ne suis pas attentive du tout. Je remarque que mon oncle par contre et souvent à contempler ma poitrine.


Julien s’énerve, il m’attrape, me plaque d’une main et de l’autre me dégrafe mon jean. Je me retrouve en petite culotte sans avoir eu le temps de protester. Julien me pousse et je tombe les deux mains à plat sur le bureau, le pantalon sur les chevilles. Il me maintient courbée sur le bureau d’une main pendant que l’autre frappe mes fesses.


Il me fait mal et je crie. Après une série de fessées, Julien me demande si c’est assez et si je vais me mettre au travail. J’abdique, toute honteuse de la situation. Il me laisse me remettre mon pantalon.

C’est efficace, et je suis plus attentive. On travaille jusqu’à 20h et mon oncle rentre chez lui, en me disant qu’il repasse demain à la même heure.


Cette nuit, je rêve de ce qui s’est passé et me rends compte que je me caresse le clito. Je n’ai pas beaucoup d’expérience, juste deux fois avec un garçon, et une fois avec une fille. Je ne suis pas bi, c’était juste pour essayer. J’ai un gode aussi, au fond c’est avec lui que j’ai le plus d’expérience.


Le lendemain j’ai envie d’être sexy et je vais au lycée avec un top moulant blanc à manches longues, une mini-jupe trapèze grise, collants et bottines. Je suis toujours comme cela lorsque Julien sonne. J’ai juste retiré mon soutient gorge et je suis seins nus sous mon top qui moule bien mes seins.


Tonton Julien remarque tout de suite ma tenue.

— Tu t’es habillée court, c’est très bien se sera plus pratique pour te donner des fessées !

Je lui fais un sourire coquin,

— Est-ce que cela fait partie de ma reprise en main ?

— Complètement ! Maintenant jupe ou robe courte obligatoire !


Nous allons dans ma chambre, cette fois je me mets un peu plus au travail, mais mollement quand même. Ce qui permet à tonton Julien de commencer à s’énerver et de vouloir me donner des fessées. Il me demande de me positionner les mains sur le bureau comme la dernière fois. Cette fois, il n’a pas besoin de me forcer, je le fais en bougonnant pour la forme, mais en réalité je suis toute excitée.


Dans ma position, la jupe ne couvre plus toute la culotte, et mon oncle peut me donne de grandes fessées. Il frappe plus fort qu’hier. A Chaque coup, il me pousse en avant et mes seins ballottent au-dessus du bureau.

La séance de fessées à le même effet qu’hier et je me remets au travail. Après 2h de travail je le supplie d’arrêter. Tonton Julien accepte, et nous passons au salon prendre un verre. Nous sommes tous les deux sur le canapé et je viens me blottir contre lui, je lui dis que je suis contente qu’il s’occupe de moi.


On reste un long moment à discuter des progrès que je vais faire avec lui. Il me caresse le bras alors que je suis tout contre lui. Je change un peu de position pour être encore plus collée à lui et remonte sur lui. Mon oncle me caresse les fesses, en me demandant si j’aime les fessées, question à laquelle je ne réponds pas, puis sa main passe sur ma cuisse.


Mon oncle me laisse vers 20h, il me propose de venir travailler et diner chez lui demain soir. J’accepte volontiers, ce qu’il cuisine est délicieux. Il passe me chercher pour 17h.


Dans la soirée, Tonton Julien me contacte par skype alors que je suis allongée sur mon lit,

— Julien – Tu bosses ?

— Elodie – Non, je cherche des fringues…

— Julien – Il faudrait que tu bosses un peu plus le soir…

— Elodie – J’ai déjà bien travaillé avec toi…

— Julien – Tu cherches quoi comme fringues ?

— Elodie – Des choses à la mode, petites robes, jupes

— Julien – Très bien, il te faut des tenues pour tes cours particuliers 

— Elodie – oui je sais  tu veux des jupes courtes pour me donner des fessées

— Julien – Exactement ! Donc choisit bien court !

— Elodie – Tu me trouves sexy ?

— Julien – Tu es ma nièce la plus sexy !

— Elodie – lol, je suis ta seule nièce. Dis-moi …

— Julien – Oui tu es sexy

— Elodie – Merci

— Elodie – Je suis en nuisette sur mon lit, tu veux voir ?

— Julien – Oui


Je démarre la webcam et me déplace au fond du lit pour entrer dans le champ de la cam

— Elodie – Tu me vois ?

— Julien – Oui, très jolie

— Julien – Tu as pris des seins, cela te va bien…

— Elodie – Oh merci, tu as remarqué …

— Julien – évidement, j’ai remarqué

— Elodie – Peut être qu’ils vont grossir encore

— Julien – se serait bien !

— Elodie - 

— Elodie – Maman entre, elle m’appelle, bisous tonton

— Julien – Bisous à demain, prend ton maillot de bain !


Tonton Julien habite dans un appart de luxe. Il a un jacuzzi dans une pièce en plus d’une luxueuse salle de bain.


Le lendemain, je termine plus tôt et je suis à 16h chez moi. J’ai passé la journée en jean, je prends une douche et je cherche comment m’habiller pour aller chez Julien. J’opte pour une mini robe noire moulante et très courte, à ras des fesses, une sorte de long teeshirt à manches longues, que je porte avec des collants et bottines mais à talons 8 cm. Dessous juste un string noir, pas de soutif, je me maquille avec soins, c’est super sexy.


Tonton Julien est bien à l’heure, je vais vite lui ouvrir. Je récupère une veste et un petit sac et lui dit que je suis prête.

— Tu te moques de moi ? me dit-il ?

— Heu… non, tu n’aimes pas ma robe ?

— Ta robe est parfaite, elle est si courte que j’ai déjà envie de te donner une fessée, surtout parce que tu ne prends pas tes affaires pour travailler !


J’ai oublié mes affaires du lycée, c’est vrai je vais chez lui pour bosser. Mon sac avec le scolaire récupéré, je vais avec lui.

Chez tonton Julien, nous nous installons sur la table du salon pour travailler. Comme d’habitude, je ne suis pas motivée mais je fais des efforts après quelques fessées. Il me fait réviser puis me donne des exercices à faire. On travaille d’arrache-pied, enfin de mon point de vue, puis il décide que c’est bon pour un vendredi soir.


Je range mes affaires et rejoint tonton Julien dans la cuisine, il nous a préparé plein de tapas différents, ça à l’air bon. Il apporte un plateau au salon, puis repart et revient avec une bouteille de champagne. Je suis aux anges, trop cool.


Nous buvons la bouteille de champagne avec les tapas, assit sur le canapé, on rigole bien tous les deux. Le champagne est succulent et je me suis un peu pompette. Il reste une sauce super bonne mais plus de tapas à tremper de dedans, Julien met son doigt et le suce.


Quand il remet son doigt j’attrape sa main et porte son doigt à ma bouche. Je suce la sauce sur son doigt en le regardant dans les yeux.

— Tu m’en redonnes ?


Julien éclate de rire et remet de la sauce sur son doigt, et me le fait sucer. Il me fait terminer tout le petit bol de sauce et me demande :

— Tu as déjà sucé un garçon ?

Je secoue la tête, la seule chose approchante que j’ai sucé, c’est mon gode, mais je ne lui dis pas.

— Tu as envie de le faire ?

Je dois rougir un peu, je fais oui de la tête en le regardant avec mon petit air coquin.

Diffuse en direct !
Regarder son live