Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 21 727 fois
  • 98 J'aime
  • 8 Commentaires

mon oncle Henri

Chapitre 1

Inceste

C’est à l’age de 17 ans que j’ai perdue ma virginité.


Je suis une femme brune de taille moyenne et bien proportionnée au physique agréable.

A part des flirts avec quelques garçons dont certains m’ont un peu caressé, par dessus les habits, mes seins qui sont volumineux et attirent le regard des hommes, je n’ai pas eu de relations intéressantes.


Avec mes deux bonnes copines Sandrine et Viviane nous regardons parfois (en jouant les filles désintéressées) des revues et cassettes porno que cette dernière emprunte discrètement a son grand frère. En réalité cela nous captive mais on ne veut pas l’avouer aux autres.



Depuis toute petite j’ai toujours été très proche de mon oncle Henri, 30 ans, beau gars, rieur.

Il vient souvent chez nous pour bricoler, mon père a deux mains gauches.

Il est attentionné avec moi, toujours un mot gentil, une caresse sur mes cheveux ou mes joues, des chatouilles pour m’entendre rire.

J’ai toujours plaisir a le voir et ne manque pas une occasion pour m’accrocher à lui, lui sauter dessus quand il est penché en train de bricoler, le pincer ou le chatouiller.

Nous avons une grande complicité malgré que je ne sois plus une enfant.

Je ne me suis pas rendu compte que son regard sur moi avait changé au fil de ma métamorphose physique.


Et un jour ce fut le dérapage.


Mes parents sont partis pour l’après-midi, il fait chaud, je suis allongée sur un matelas gonflable posé sur le gazon.

Ma tenue est légère: mini jupe, tee shirt qui n’arrive pas à contenir mes seins volumineux.

L’oncle Henri arrive avec sa caisse à outils pour un problème électrique.


Il se penche sur moi pour m’embrasser, je passe mes bras autour de son cou et le tire vers moi (la gaminerie de trop), déséquilibré il tombe sur moi.

Au lieu de m’embrasser sur la joue, ses lèvres sont sur les miennes et sa langue cherche le passage entre mes dents.

Cela me fait un drole d’effet et surprise je le laisse faire.

Puis je réponds à son baiser et ma langue se mèle a la sienne. Nous nous embrassons longuement.

Il caresse mes seins dont les tétons se raidissent et mon corps par dessus les habits.

Une main caresse mes cuisses et remonte sur mon string, machinalement j’écarte les jambes. La main soulève le tissu et caresse mon sexe, je sens une douce chaleur s’installer dans mon ventre.


Henri ne controle plus ses pulsions, je me laisse faire et ne réfléchis plus.


Il se relève, me tire par la main. Il me soulève, me porte dans ses bras et tout en m’embrassant se dirige vers la maison.

Ses baisers me font de l’effet, je les lui rends.


Dans ma chambre il me couche sur le lit, il m’embrasse et caresse mon corps en me déshabillant.

C’est la première fois que je me retrouve nue devant un homme mais je n’ai plus de volonté.

Tout en continuant à m’embrasser il se déshabille.

Quand il retire son caleçon je vois un monstre dressé comme un I. Je ferme les yeux troublée par cette image.


Ses mains, se lèvres caressent mes seins. Ses dents agacent les tétons. Je frissonne.

Il dit << tes gros seins sont appétissant, on les mangerait >>

Je ferme les yeux et serre les dents pour ne pas gémir tant les caresses me font de l’effet.


Une main caresse mon sexe, instinctivement j’écarte les cuisses.

Un doigt s’insinue dans mon vagin et fait des va et vient, je sens une moiteur envahir celui-ci.

Au bout d’un moment la main masturbe mon clitoris, je remue tant j’éprouve du plaisir et je pousse des petits cris, c’est tellement bon.

Il fait durer le supplice et accentue ses mouvements. Mes fesses ne tiennent plus en place, je suis prise de spasmes et j’ai un orgasme, des jets de liquide sortent de ma chatte. La jouissance c’est une découverte pour moi.


Il continue les caresses, je remue et crie de plus en plus, je ne peux pas me retenir et je jouis une deuxième fois.


Henri change de position, sa tète est entre mes cuisses. Sa langue alternativement fouille ma chatte ou lèche mon clitoris.

Son pénis est près de mon visage. J’hésite puis le prends dans ma main, le caresse et commence une masturbation maladroite.

Me rappelant les films pornos je décide de lécher sa queue, ce que je fais en m’appliquant. A sa réaction je vois qu’il aime.

Je la prends dans ma bouche, je commence une fellation un peu empruntée (c’est la première fois que je fais ça), j’accélère les mouvements et la fais pénétrer plus profondément dans ma bouche.

Mes gémissements sont étouffés par ce que je fais mais les mouvements désordonnés de mon corps en disent long sur le plaisir que je ressens.


Je sens son pénis gonfler et avec des mouvements saccadés des jets chauds éclaboussent ma gorge.

En m’étranglant j’essaie d’avaler mais du sperme coule sur mes joues et mon menton, j’aime bien le gout.


Henri a accéléré la pression de ses doigts sur mon clitoris et je jouis encore.


Sa queue est restée dans ma bouche et il bande toujours.


Henri change de position, il se couche sur moi.

Il positionne sa queue toujours raide a l’entrée de mon intimité et exerce une poussée.

Je pousse un cri de douleur quand elle pénètre dans mon vagin.


Puis j’éprouve beaucoup de plaisir quand il commence les mouvements de va et vient tout en m’embrassant et caressant mes seins, il triture les tétons qui sont bien érigés et durs.

Je gémis beaucoup, je l’étreins beaucoup et le serre fort dans mes bras.

Que c’est bon et il fait durer l’étreinte stoppant ses mouvements quand il est au bord de l’éjaculation.

Je crie et remue beaucoup. J’ai deux orgasmes avant qu’il ne se décide à se vider dans mon vagin. Quand il éjacule cela me procure des sensations agréables.


Il se retire de mon vagin et en s’essuyant s’aperçoit qu’il y a du sang sur son pénis.

<< c’est marrant petite salope, malgré ton comportement de dévergondée tu étais encore pucelle >>

Je souris, finalement c’est quoi un pucelage et qu’elle en est l’utilité.


Allongés sur le lit nous nous embrassons et caressons, je suis moins empruntée.

Je lèche longuement sa queue puis la suce avec application pendant qu’il caresse mon corps. Il apprécie ce que je lui fais et me le dit.

Ses doigts pénètrent ma chatte et mon anus et s’activent dedans jusqu’à ce qu’il soit satisfait du résultat et c’est reparti pour le plaisir.


Il me met a genoux les cuisse écartées, se positionne derrière moi, je sens son pénis contre mon anus.

Il s’agrippe à mes cuisses et pousse lentement, je sens sa queue qui s’enfonce inexorablement dans mon corps, la douleur est minime.

Il commence les mouvements, le plaisir monte dans mon corps.

Une main vient masturber mon clitoris. Je ne tiens plus, je crie, il doit me soutenir car j’ai du mal a rester a genoux.

Je jouis plusieurs fois, je suis dans un état second.

Je jouis encore quand il éjacule en moi, mon corps est hyper sensible.


Une fois que nous avons repris nos esprits place a la douche.

Nous parlons de notre ressenti en nous rhabillant.

<< si tu veux on pourra recommencer, je t’apprendrais à bien faire l’amour >>

Je suis d’accord, autant faire cela avec un homme que j’estime, qui est attentionné et me procure beaucoup de plaisir.


Notre relation ne sera plus celle d’un parent avec une petite fille mais celle de deux amants tenus à la discrétion vis a vis de la famille.

Diffuse en direct !
Regarder son live