Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 17 761 fois
  • 78 J'aime
  • 0 Commentaire

Mon parcourt de travesti avec ma première expérience

Chapitre 1

Travesti / Trans

Depuis que je suis petit, j’ai toujours ressemblé à une fille, 9 fois sur 10 on se trompait, j’en ai souffert. J’ai toujours eu un corps fin, rien à voir avec celui de ma mère ou de ma sœur qui comme elles disent sont forte moi je dirais grosse. Ma sœur ne cessait de me dire qu’elle était très jalouse de mon corps et que la nature avait mal fait son travail. Quand j’ai eu 13 ans, j’ai mieux accepté cette différence, surtout que je pouvais transformer ma voix en femme ou en garçon à la perfection et surtout j’étais très attiré par les vêtements des filles, vu les tailles de ma sœur ou de ma mère vous pouvez comprendre que cela n’était pas facile de faire de l’essayage. Quand j’ai eu 17 ans et mon bac j’ai du changer de ville pour suivre les cours en université, là j’ai eu beaucoup de chance, les voisins de mes parents possédaient une maison pas loin de la fac ou je devais aller. Il y avait un petit problème comme ils dirent elle était juste à côté d’un centre social donc bruyant le jour, mais je n’imaginais pas que ma vie allait changer de cent pour cent. Quand j’ai aménagée dans cette maison il y avait un étage et un rez de chaussée et des combles mais la porte était fermée à clé et personne n’avait la clé.

Au début le jour c’est vrai que c’était bruyant mais bon, le temps de m’installer de faire les papiers pour la fac le soir c’était comme la rue très calme. Un soir en rentrant je découvrit devant ma porte et celle du centre des sacs, des cartons, en les serrant, je m’aperçu qu’ils étaient plein de vêtements. Cela m’intrigua et dans la nuit vers minuit, je me suis levée discrètement sans allumer la lumière pour regarder ce que contenaient ses sacs et là quel fut mon étonnement de trouver des vêtements, il y avait de tout pour enfants hommes et femmes, ce soir là j’étais très heureuse, je venais de trouver quelques vêtements pour ma taille. Le lendemain de retour de fac je me suis travesti, j’étais heureuse, je pouvais porter ces vêtements aussi longtemps que je voulais. Deux fois par mois, je retrouvais des cartons et des sacs devant la porte et pour moi je pouvais agrandir ma garde-robes et trouver des vêtements à ma taille et gratuits. Un jour dans un sac presque plein il y avait des sous vêtements: soutien gorges, brassières, bodys, portes jarretelles, des collants, des bas et presque tous à ma taille, ce jour là ma vie à complètement basculée. A la fac, je passais beaucoup de temps à regarder les filles, la façon de se coiffer, remonter une mèche de cheveux, les regarder marcher, fumer et le soir devant un miroir je reproduisais ces gestes là, le plus dur était de marcher avec des talons . Il arriva qu’un jour j’avais beaucoup de vêtements, ma mère était passée pour me porter des affaire, heureusement j’ai eu un réflexe de lui trouver un petit travail car elle voulait les ranger dans mon armoire et c’est là que je cachais tout mon trésor !

Le soir même je cherchais ou cacher tout cela car un jour on découvrirait ma deuxième vie, comme la clé des combles était perdue, je décidais d’ouvrir la porte, peine perdue je n’y arrivais pas. Quand je rentrais de la fac, je passais devant un serrurier, le lendemain je lui parlais d’un problème de perte de clé et que je n’arrivais pas à ouvrir une porte, il me prêta des outils et je pus le soir même changer la serrure. Là dans les combles, j’installais un présentoir de porte manteaux avec des étagères pour installer tous mes vêtements.

Quand j’ai commencée à me travestir, j’avais besoin de sortir, pas loin de ma maison, il y a un parc, je passais le temps ou je n’étais pas à la fac assise sur un banc à réviser ou lire. Au début mon cœur battait dans ma poitrine, mais vite j’étais heureuse, j’étais heureuse de voir des filles des garçons et même des hommes d’un certain âge venir parler avec moi je me faisais draguer et j’étais toujours à l’écoute. J’ai fait la connaissance d’une fille qui venait me voir presque tous les jours, elle me fit connaître les bars gays lesbiens, pour elle dans son cœur elle ne connaissait pas mon secret, nous nous entendions très bien. J’ai connu aussi comme cela un homme d’un certain âge qui lui recherchait à parler car il était tout seul chez lui. Un soir il m’invita au restaurant, il était très gentil. En me raccompagnant dans le parc, il me demanda si je connaissais bien ce parc la nuit, je lui répondit que non que j’y venais que les après midis, il eut un petit sourire et il m’entraîna vers un coin discret entouré de petits arbres ou un petit lampadaire éclairait une table en bois, je connaissais ce coin de jour mais je ne savais pas ce que j’allai découvrir la nuit. Nous entrâmes discrètement dans ce bosquet dans le noir, et là devant nous je découvris ce secret, un couple faisait l’amour et quand mes yeux commencèrent à s’habituer à l’obscurité, je vis des hommes dans l’ombre regardant la scène et il y en avait qui se caressaient le sexe sans se cacher, à la vue de tout le monde. Devant moi je voyais une femme qui suçait le sexe d’un homme avec un grand plaisir, tout d’un coup j’entendis à l’oreille c’est un coin voyeur, tu aimes, de la tête je fis oui. Au bout d’un moment de ce spectacle, je sentis la main de mon compagnon prendre la mienne et je me suis retrouvée avec un sexe dans ma main, je ne me fis pas supplier, je le caressais avec délicatesse pendant un certain temps et au bout de quelques minutes, je sentis dans ma main cet homme jouir. Nous sommes ressorti du bosquet aussi discrètement que nous étions entré pour rentrer chez nous arrivée devant la grille au moment de se dire bonne nuit et à demain, il se tourna vers moi et m’embrassa. C’était le premier homme, c’était féerique, j’étais comme dans les nuages, mon corps acceptait les caresses la langue dans ma bouche et il me glissa à l’oreille tu veux bien me sucer, je ne répondis pas et je saisis son sexe dans ma main droite et je me mis à genou pour recevoir ce sexe dans la bouche, et là sans rien expliquer, je le suçais comme si j’étais une professionnelle, je sentis les muscles se crisper et je reçus son sperme dans ma bouche, je le recrachais aussitôt, on se dit bonsoir et cette nuit là j’étais heureuse, je découvrais l’amour d’un homme mais il restait toujours ce secret que je portais en moi mais cela est une autre histoire que je vous raconterais bientôt.


    Bises de Lydie

Diffuse en direct !
Regarder son live