Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 87 762 fois
  • 109 J'aime
  • 3 Commentaires

Mon patron a fini par m?avoir

Chapitre 1

Inceste

Je travaille surtout en période hivernale à faire des ménages dans les stations et j?aie eue ce petit boulot par le biais d?un journal local. Mon homme était content que je trouve ce job même si ce n?était principalement que les samedis.

Le patron avait monté son entreprise pas très grande en personnel et avant tout contrat il était venu à la maison pour expliquer le travail à fournir. Mon homme était présent ce jour là et tout se passa superbement bien vis-à-vis de cet homme dans la cinquantaine, grisonnant et assez sympa. Tout sa passait bien jusqu?alors et il y avait tant de travail que il me proposa même de travailler quelques jours en semaine. Il venait me prendre avec son véhicule dans un endroit où me conduisait mon homme tôt le matin avant que lui-même ne parte au travail et je me trouvais seule avec mon patron durant quelques temps avant de prendre deux autres femmes sur le trajet et nous emmenait à la station où nous travaillons habituellement. Le matin il faisait toujours nuit et les rues encore bien désertes, l?endroit était assez éloignée pour que je m?y rende à pied et j?étais contente que mon chéri m?y conduise.

Au bout de quelques temps, lors du trajet où je me retrouvais seule avec mon patron dans sa voiture, il commença à me parler de rapports extra-conjugaux, ce que j?en pensais et comme quoi je ne lui déplaisais pas du tout, bien au contraire. Je répondais comme quoi je ne vivais pas seule et au fil des jours il insistait un peu plus même à essayer de connaître ma vie sexuelle. Je répondais évasivement et je n?eue pas le courage de dire à mon homme que mon patron me proposait de coucher avec lui juste pour le cul. Effectivement, il me proposait carrément une partie de jambes en l?air afin de se donner un peu de plaisir ; sans parler de devenir sa maîtresse ni d?avoir une liaison suivie car je dois ajour que lui-même était marié.

Puis au fur et à mesure du temps, il y avait moins de vacanciers en station et je travaillais moins souvent sûrement aussi du à ce cher monsieur à qui je refusais ses avances. Il aurait bien été facile il est vrai de coucher ne serait qu?une fois avec lui et rien ne me garantissait que j?aurais plus de travail puisque son seul but était de me baiser à proprement parler.

Et arriva ce fameux jour. Mon chéri à la maison et nous étions devant un verre chez nous ( Pour ma part j?en étais à mon troisième) et je lui avais expliquai peu avant ce que mi m?arrivait depuis quelques temps avec mon patron et mon chéri m?avait quelque peu le reproche de ne rien lui avoir dit avant et maudissait cet homme. Un jour en fin de soirée alors que la nuit était déjà tombée et qu?il pleuvait le téléphone retentit. Je n?omettrai pas de dire mon homme l?avait déjà eu auparavant au tél. et qu?il lui avait dit vraiment ce qu?il pensait de lui.

C?est moi qui prise le combiné quand le téléphone sonna et c?était mon patron qui me disait qu?il m?attendait afin de discuter. Moi je ne refusai pas de parler et je proposai même à mon homme de m?accompagner mais ce dernier sachant qui avait appelé, se renfrogna et refusa de venir avec moi. Pour ma part je voulais savoir ce qu?il désirait et j?ôtai mon pantalon de jogging pour enfiler mon jean quand mon chéri me dit :

— Tu pourrais au moins mettre une culotte

Je ne portais effectivement pas de culotte et j?enfilai mon pantalon comme cela sans rien dire à mon homme et je sortis après avoir enfiler mon manteau. Puisque mon chéri ne voulait pas venir et bien il restait là à la maison et je me rendis dehors au carrefour le plus proche de la maison et mon patron m?y attendait.

Je lui demandai ce qu?il désirait et il me fit part que il voulait juste me parler et que il ne pouvait resté stationné à cet endroit et entrepris de démarrer. Il arriva à me conduire en dans un endroit de la basse montagne, isolé et non éclairé pour finir par arrêter son véhicule et nous avons parler un peu du travail, du moins pour ma part mais lui reprenait à nouveau ses propositions de baise.

Je lui demandai alors de me ramener au plus vite chez moi et à ce moment précis il commença à me tutoyer en me disant :

— Montres moi au moins tes seins Chantal, je pense que tu dois en avoir des bien gros et beaux

Je refusai et mon ?patron? ajouta :

— Si tu veux te retrouver toute seule ici c?est à toi de voir.

Comme le fait chez moi ( ce qui ne doit pas être le cas de toutes les femmes) de dévoiler mes seins et de laisser un homme les toucher n?est pas pour à vrai dire un acte sexuel, je retroussai mon pull et dégrafai mon soutien-gorge pour lui dévoiler ma poitrine. Me voyant ainsi, je sentis ses doigts caresser mes pointes et mes larges aréoles et il ne devait pas savoir si le fait que mes tétons pointent aussi drus et gros était dû au froid où à ses attouchements. En fait je n?avais pas froid et je sentais au fond de ma chatte que je mouillais. L?homme me murmurait à mes oreilles :

— Imagines que ton homme, ton chéri est en train de se branler en ce moment, en sachant que tu es seule avec moi et que je te baise. Tu penses qu?il es en train de se branler en imaginant que je vais te mettre Chantal ?

Pour toute réponse je dis :

— Je ne sais pas

Il me parlait toujours à l?oreille de cul tandis que je sentis son doigt essayer de déboutonner mon jean. Je posai ma main sur la boutonnière de mon pantalon l?empêchant de l?ouvrir et il me rappela que si je voulais rentrer seule dans le noir d?un coin que je ne connaissais pas il n?y verrait aucun inconvénient.

Je retirai alors ma main et il vit très vite que je ne portais point de culotte sous mon jean ce qui l?excita encore un peu plus en me traitant de vicieuse.

Rapidement le pantalon se retrouva à mes chevilles. Mon ?patron? m?écartant ouvertement les jambes et ne se priva pas d?un coup d?allumer le plafonnier et de s?exclamer :

— Tuas une jolie petite chatte Chantal, pas beaucoup de poils et de grosses lèvres

Et tandis que je sentais ses doigts me toucher la chatte , à un moment il découvrit mon clito et jouant dessus avec son doigt entre mes grosses lèvres je ne pus me retenir de pousser un gémissement tant je suis sensible de ce point. Et il remarqua bien en me disant :

— On dirait que cela te plait de te faire tripotée le clito et je crois que j?ai trouvé le point sensible

Je ne répondis pas et il avait effectivement trouver mon point le plus sensible et tandis qu?il frottait mon bouton avec son pouce, je pris son majeur et le guidai dans le conduit de ma chatte déjà bien mouillée. Il me fouillait profondément et je n?avais pas remarquer que il avait sorti sa queue de sa braguette et bandée il me fit poser les doigts dessus et je le pris en main pour commencer à le branler. Je me trouvais dans un état second à cause de son pouce qui faisait jaillir mon clito et je le sentis baisser mon dossier du siège et venir se mettre entre mes cuisses. Avant qu?il me pénètre avec sa queue et qu?il appuyait un peu plus fortement sur mon bouton mon ?patron? me demanda si je voulais de sa queue dans mon ventre. Pour toute réponse je la pris entre deux doigts et la glissai dans ma chatte en allant vers lui pour sentir sa pénétration plus profonde encore.

Il me pilonnait le con avec force tandis que je me pinçais les tétons pour avoir encore plus de plaisir et il ne me causait plus à l?oreille mais ouvertement et me disait :

— Tu vois que c?est bon et dire que j?ai dû attendre tout ce temps pour te la mettre dans ta belle chatte ma Chantal, en ce moment ton mec se branle peut être en pensant à toi, que tu te fais peut être mettre et ça c?est sûr en ce moment tu es en train de te faire mettre par moi, peut être qu?il jouira comme un fou quand il te baisera et que tu lui raconteras ce que nous avons fait.

Je n?en pouvais plus de ses coups de queue dans ma chatte et surtout de son pouce sur mon clitoris si bien que je ne pue me retenir et je me mise à jouire intensément. Mon patron me dit qu?il allait venir et je lui demandai de ne pas éjaculer dans ma chatte à cause de mon chéri si il avait des fois une certaine curiosité à mettre ma main entre mes cuisses et je ne le laissai même pas répondre que je le repoussai gentiment et pris sa queue bien humide de mes sécrétions dans ma bouche et je le fis jouir dans ma bouche pour son plus grand plaisir en avalant sa semence.

Nous nous sommes rajustés et il m?a reconduit à la maison et je ne tiens pas trop à parler de la réaction de mon chéri.

Chantal. ( chantalou3@hotmail.com)


Diffuse en direct !
Regarder son live