Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 45 009 fois
  • 40 J'aime
  • 0 Commentaire

Mon père, ma mère et mon cul

Chapitre 1

Inceste

Donc te voilà embarquée dans une drôle de situation: tu vois tes parents baiser. Tu n’es pas très emballée et pourtant le diable te poussant, tu acceptes. Le soir, après la télé, c’est ta mère, déjà nue qui vient te chercher. Tu admires le corps de ta maman: vachement bien conservée, avec des seins qui malgré leur taille ne tombent presque pas. Tu la suis. Dans la chambre ton père lui aussi nu, bande déjà: c’est plus fort que toi tu admires cette queue qui t’as fait jouir d’abord dans la chatte et ensuite dans le cul. Ta mère se couche près de lui: il l’enlace. Leur bouches se rejoignent pour un long baiser. Ta mère vient prendre la queue de son mari pour le branler. Tu en es presque jalouse, surtout quand la main de ton père se pose sur le con de ta mère: il la branle. Elle se laisse faire jusqu’à sa première jouissance. Malgré ta jalousie tu mouilles. Ton regard est très attiré par ce couple qui commence à baiser sans toi. Ta mère supplie ton père de la baiser. Elle écarte ses jambes et ton père s’y loge. Tu ne vois plus en détail la suite: tu changes de place pour venir à la tête du lit. Là tu vois mieux le couple en train de baiser. Tu ne peux plus te retenir: tu écartes un peu les jambes et tu te caresses le clitoris. Ta main prend le rythme de la baise. Si eux tiennent le coup en faisant traîner leur baise, toi, tu ne peux résister, tu jouis. Tu retournes dans ta chambre. Malgré ton récent orgasme il faut absolument que tu jouisses encore. Comme tu es nue, il t’est facile de se remettre la main au panier. Cette fois tu te doigtes pour ressentir un peu la même sensation qu’une bite dans ton ventre. Ta main va et vient de plus en plus vite. Tu passes ton autre main sous tes fesses pour arriver à mettre deux doigts joints dans ton cul que tu arrives à ouvrir un peu. C’est enfin le nirvana: tu jouis ainsi encore deux fois.

Tu décides de ne plus dormir que nue: c’est plus facile pour toi pour te branler quand tu en as envie.

Le lendemain matin, sans t’en rendre compte tu descends encore en tenue d’Eve.. Ton père te voyant comme ça commence par te gronder. il parle à ta mère:

— Tu vois, ce que je te disait, notre fille devient une pute.

— Mais non, elle commence à aimer l’amour, elle a du se branler .

— Alors je veux la voir se donner du plaisir, là, maintenant, devant nous.

Il t’oblige à te mettre les jambes écartées sur la table, juste en face de lui et de ta mère. Tu n’as pas envie de te masturber comme ça sur demande alors que tu n’es pas excitée. L’excitation arrive vite quand tu sens une langue se promener sur ta chatte. Tu commences à mouiller encore et cette fois tu as envie de jouir. Je passe deux doigts réunis sur ton clito. Comme par miracle tu jouis. Tu vois alors un autre spectacle: ta mère se branle aussi et tu vois la main du père aller et venir sur son dard.

Finalement tu commences à prendre plaisir à voir tes parent excités par tes propres turpitudes. Du coup tu décides de rester nue quand tu es chez toi, à la maison. Tu arrives même à convaincre ton père de ne plus s’habiller. Cette fois tu le tiens: tu peux l’exciter et te refuser au dernier moment, ce qui le rend fou. il te flanque des taloches et surtout des fessées que tu apprécies maintenant: tu mouilles et demande à ton père de te la mettre là où il veut, au fond tu t’en fout qu’il te baise ou t’encule; pour toi tu jouis maintenant aussi bien d’un coté que de l’autre. Sauf qu’une fois ce n’est plus ça qu’il voulait: il te demande de le sucer. Là, tu n’es pas tellement d’accord, même si tu as déjà vu ta mère le lui faire, pendant un 69. Il t’oblige à le prendre en bouche: tu ouvres ta gueule et malgré toi, lui fais ce qu’il demande. Tu lui lèches le gland déjà violet, tu en prends un peu dans la bouche: il te force à en mettre le plus possible dans la bouche. Tu ressens un écoeurement quand il est tout au fond: tu est prêtes à vomir. Pourtant tu te retiens longuement et commence des va et vient sur la queue paternelle.. Il ne te dit rien sinon que c’est bon. D’un seul coup tu reçois son foutre dans la bouche. Ça t’écoeure. tu veux aller cracher: il t"oblige à tout avaler. Tu le fais à contre coeur. Le sachant, maintenant il ne te baise presque plus, alors que tu aimes et tu peux faire une croix sur les sodomies. Le seul endroit où il va c’est ta bouche. Ainsi non seulement il prend du plaisir, mais surtout il t’avili au possible.

Diffuse en direct !
Regarder son live