Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 33 470 fois
  • 62 J'aime
  • 3 Commentaires

Mon père, Mon Amour

Chapitre 1

Inceste

Cette histoire est vraie, seul les prénoms ont été changés.

J’ai 22 ans, je m’appelle Stéphanie et je vis à Paris avec mon père Marc, cette histoire c’est passée il y a maintenant 3 ans, j’avais 19 ans. Ma mère Anne a quitté mon père il y a 1 an pour partir avec un homme plus vieux qu’elle de 10 ans.

Mon père avait 39 ans et moi j’avais un petit copain de mon âge, qui venait régulièrement passer la nuit avec moi depuis que nous avions 16 ans. Ma mère à l’époque a tenu que je prenne la pilule, mais je n’ai jamais voulu que mon copain me fasse l’amour sans préservatif, je ne voulais pas sentir son sperme en moi.

Quelques temps après le départ de ma mère, mon père était toujours aussi triste, il aimait encore ma mère et si elle revenait, il lui aurait pardonné et notre vie de famille aurait repris comme avant.

Plusieurs fois, mon copain voulait que je le prenne dans ma bouche, mais je me refusais de le faire même avec une capote. Un soir, il était tout excité et après m’avoir fait une minette, sa langue s’approcha de mon petit trou qu’il lécha sans attendre, puis me demanda s’il pouvait me prendre pas là, je ne voulus pas et je lui dis qu’il est un obsédé, que je ne voulais plus le voir et que je ne suis pas une pute. Je le chassais et ne voulais plus le voir.

Je me retrouvais seule avec mon père, et celui-ci me disait: « Tu ressembles de plus en plus à ta mère ».

Pendant les deux mois qui ont suivis, notre vie continuait, le soir mon père préparait le repas, nous dînions ensemble, je faisais la vaisselle et ensemble, souvent l’un contre l’autre, nous regardions le film à la télévision.

Mon père ne voulait pas regarder les films sentimentaux, il préférait les séries policières. Alors que nous regardions une scène tendre, je vis une bosse dans le jean de mon père, dont l’origine ne faisait pas de doute, je me serrais un peu plus contre lui.

Les soirées suivantes, je me serrais très fort, et je voyais bien que je ne lui étais pas indifférente, je sentais de mon coté, que ma poitrine devenait très dure, et que mon entrejambe était de plus en plus humide.

Un soir, alors que papa avait un début d’érection, je me hasardais à mettre ma main sur sa bosse naissance, et celui-ci me retira la main doucement sans faire allusion à mon attitude, mais à partir de cette soirée, la scène se reproduit de plus en plus souvent, et mon père, appréciait beaucoup, je le sentais bien, mais à chaque fois il écartait ma main sans rien dire.

Un samedi soir, nous regardions un film, mais ce soir là, je m’étendis sur le canapé avec ma tète sur ses genoux, je m’étais mise de telle façon qu’il ne pouvait pas me repousser. Bien évidemment ma position l’excitait beaucoup et je sentis à travers son jean, l’érection que j’avais déclenchée volontairement.

Mon père ne pouvant pas bouger, je défis les boutons de son jean, non pas sans réprobation de sa part, mais j’arrivais à sortir son sexe de son caleçon. Mon père n’était pas content et il criait de le laisser tranquille, mais sans l’écouter, j’introduisais dans ma bouche son sexe tout dur il essayât de repousser ma tète, mais plus il me repoussait, plus j‘enfonçais sa queue dans ma bouche.

Je sentais sa queue devenir de plus en plus dure, et je le suçais de plus en plus vite, c’était la première fellation que je faisais, mais j’avais l’impression que je le faisais naturellement, je sentis sa queue se raidir très fort dans ma bouche, je sentais que mon père allait jouir et celui-ci voulut quitter ma bouche, mais moi je le serrais afin qu’il déverse toute sa semence dans ma bouche. Pour la première fois, j’avais du sperme en moi et quittant sa queue, j’avalais toute sa liqueur qui m’a semblé un peu salée.

Je fis une bise sur sa joue, et gagnais la salle de bains en lui disant: « Je vais me coucher, rejoint moi si tu veux. »

Je me couchais en attendant mon père, et je l’entendis une demi heure plus tard, rejoindre sa chambre, mais me vint pas dans la mienne, je me masturbais pour me calmer et trouver le sommeil.

Le lendemain matin, je me lève vers 10 heures et trouve mon père dans la cuisine pour préparer le déjeuner, j’arrive derrière lui et l’enserre dans mes bras en me serrant contre lui et dépose un baiser dans son cou.

La journée se passe normalement et mon père ne fit aucune réflexion sur ce qui c’était passé la veille, mais le soir, il prenait soin de s’asseoir dans un fauteuil pour que je ne puisse pas recommencer.

A chaque fois que je le pouvais, je le serrais dans mes bras, et mes bises était toujours faite un petit peu sur ses lèvres.

Souvent mon père, quand son emploi du temps lui permettait, venait déjeuner avec moi dans un petit restaurant à coté de la Fac et quelques fois il invitait ma meilleure amie avec nous, celle-ci trouvait mon père à son goût et aurait bien voulut l’avoir comme amant, mais je m’y opposais farouchement en prétextant qu’il était trop vieux et qu’il était toujours amoureux de ma mère.

Mon amie me dit: « Tu veux surtout le garder pour toi, tu es amoureuse de lui. » Je ne sus quoi répondre et je devais être toute rouge.

Plusieurs semaines passèrent, à chaque bise, je cherchais les lèvres de mon père, mais celui-ci détournait sa tête mais je sentais bien que lui aussi avait envie de moi.

Un après- midi que je n’avais pas cours, j’ai fouillé dans l’armoire de mon père, et j’ai trouvé des sous-vêtements de ma mère, soutien-gorge, string, porte-jarretelles, bas… je les ai essayés et ils m’allaient comme si ils avaient étés fait pour moi. Mon choix s’arrêta sur le rouge, et je décidais de les garder jusqu’à l’arrivée de mon père, je choisi aussi un chemisier semi-transparent, pour laisser apparaître la couleur de mes dessous.

Je m’affairais à la cuisine pour préparer le dîner quand mon père arriva, il entrait dans la cuisine et me vit de dos, il remarqua de suite que j’avais passé les vêtements de sa femme et vient derrière moi me serra dans ses bras et me dit: « Tu ressembles vraiment à ta mère », sans attendre, je me retourne et colle ma bouche à la sienne, qui s’ouvre pour que je cherche sa langue.

Nous nous embrassons longuement et ses mains caressent ma poitrine, je suis aux anges, moi qui ne demandais que cela depuis plusieurs semaines. Mon père me gronda légèrement pour avoir fouillé dans ses affaires et mis les vêtements de ma mère, je lui répondis: « Je te plais habillée ainsi ». Et sans dire un mot de plus, il m’embrassait à nouveau.

Nous dînons comme d’habitude, mais il vint s’asseoir à coté de moi dans le canapé et je vins me blottir dans ses bras et il me serra bien fort contre lui.

Nos bouches ne se quittaient plus, je sentais l’excitation gagner nos corps, comme deux adolescents avant de faire l’amour, puis je quittais mon père en lui disant: « Ce soir je t’attends » et je regagne ma chambre.

Quelques minutes après, mon père frappait à ma porte et entrait sans attendre ma réponse, j’étais dans le lit, j’avais retiré ma jupe et mon chemisier, mais j’avais gardé tous mes dessous, afin que mon père puisse me les enlever, certainement comme il avait fait avec ma mère le premier soir.

Mon père se déshabillât et vint me rejoindre dans mon lit, nos bouches s’unirent à nouveau, et ses mains caressaient mon corps, je caressais moi aussi son corps et sa bouche embrassait mon cou et descendait sur mes seins, mes tétons sous sa bouche devinrent très dures et ma chatte était toute mouillée sans la moindre caresse.

Sa bouche embrassait mon ventre, et j’écartais les jambes pour laisser passer sa tête entre elles. Je pris sa verge dans ma bouche comme je l’avais fait, et nous jouissons l’un dans l’autre et nous faisant un 69. Ce premier soir, nous ne fîmes pas l’amour, mais nous finissons la nuit dans les bras l’un de l’autre.

Le lendemain, mon père partit travailler et moi je gagnais la Fac, mon amie, à voir mon air réjouit que je n’avais plus depuis le départ de ma mère me dit: « Ca y est tu es arrivée à tes fins ». Et comme je ne répondis pas, elle ajouta: « Soyez heureux. »

Mon père devint mon amant, et je me donnais entièrement à lui, j’aimais sentir sa verge et moi et sa semence couler entre mes jambes. Un soir, alors que nous faisions un 69, mon père me lécha mon petit trou, ce que j’appréciais beaucoup et doucement, il introduit son doigt dedans, je le laissais faire et ce qui déclencha chez moi un super orgasme.

Nous ne faisons pas l’amour tous les soirs, comme un couple normal, mais quand nous le faisons, nous nous donnons entièrement l’un à l’autre. Un soir, alors qu’il avait entré 2 doigts dans mon petit trou, je lui demande de me prendre par là et que je voulais qu’il soit le premier. Mon père après avoir bien lubrifié mon cul, entra doucement sa queue, Comme cela me faisait un peu mal, je lui demandais d’arrêter et que la prochaine fois nous irions plus loin. Mon père quitta mon derrière et quand sa queue sortit de mon cul, je sentis un bien immense. Je serrais mon père très fort, et le masturba pour qu’il jouisse dans mes mains.

Mon père partageais ma chambre depuis un certain temps, mais je ne pouvais pas dormir dans son lit, il était toujours amoureux de ma mère, puis un soir, il me dit: « Je suis tombé amoureux de ma fille, et maintenant, tu peux venir dans notre lit, tu l’as complètement remplacé dans mon cœur. »

Nous avons fait du rangement dans les tiroirs, ma lingerie a remplacé celle de ma mère, papa m’en offre très souvent et elle ne ressemble pas à celle de ma mère, mais elle est plus à mon goût, j’aime maintenant être très sexy pour mon amour.

De temps en temps, j’ai ma mère au téléphone, et elle me demande des nouvelles de mon père et je réponds: « Ne t’inquiètes pas, je prends bien soin de lui ». Elle est loin de se douter comment.

Depuis plus de 2 ans maintenant, nous sommes amants, personne ne le sais à part mon amie qui comprend notre amour et sans aucune équivoque, vient régulièrement dîner à la maison comme le ferait toute amie et nous lui souhaitons qu’elle aussi trouve le grand amour.

Diffuse en direct !
Regarder son live