Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 5 796 fois
  • 64 J'aime
  • 6 Commentaires

Mon plan cul régulier

Chapitre 1

Les débuts

Gay

Cette histoire a commencé à la fin de l’année 2019, début décembre. Au travail, la grosse période d’activité vient de se finir. Je peux rentrer assez tôt tous les jours, la plupart du temps avant Julie, ma femme. Parfois, quand je suis seul, je vais dans la chambre pour m’amuser avec un de mes godes (il fait 18 centimètres par 5 centimètres de diamètre). Julie est au courant et ça ne la dérange absolument pas. D’ailleurs, il arrive qu’elle me gode quand nous faisons l’amour. Elle aime de plus en plus me dominer et elle prend un malin plaisir à me voir gémir en me faisant enculer.


Au fur et à mesure que le temps passe, mes envies de sexe avec un homme deviennent vraiment très fortes. Même si je me gode, il me manque cette sensation d’avoir une vraie queue en moi, de la sucer, de me sentir possédé par un homme et de le satisfaire.


Un jour où je suis rentré chez moi vers 16 heures, je vais presque directement dans la chambre. Toute la journée, je n’avais pensé qu’à mon gode. Je me déshabille complètement et je m’allonge sur le lit. Je mets du lubrifiant sur le sex-toy et sur mon anus. J’adore cette sensation de froid sur mon petit trou, sûrement parce que c’est le signe que je vais prendre du plaisir. Sans même me préparer avec mes doigts, je m’insère directement le gode en moi. Ça a un peu de mal à rentrer, mais quel plaisir ! J’ai presque un sentiment de soulagement en le sentant en moi. Je me gode en faisant de grands va-et-vient, ce que je préfère. Je le fais même sortir à plusieurs reprises avant de le faire entrer d’un seul coup au fond de mon cul. Le plaisir grandit, je gémis sans aucune retenue étant donné que je suis seul. Je me surprends moi-même à sucer le sex-toy alors qu’il sort à peine de mon cul. J’ai vraiment envie d’une bite ! Ça fait plus d’une heure que je me fais du bien.


Je décide d’arrêter même si je suis loin d’être rassasié.

Julie rentre une demi-heure plus tard. Elle me demande :


— T’as fait quoi de beau aujourd’hui ?


Je lui raconte ce que j’ai fait en rentrant du boulot. Elle n’est pas surprise et encore moins contrariée. Malgré tout, elle me dit :


— Tu le fais souvent en ce moment, non ?

— Oui. J’en ai eu envie toute la journée.

— Ça te manque ?

— Quoi ?

— Ben de le faire avec un mec !

— Un peu oui...


Nous en parlons longuement et très calmement. Je me dis que j’ai beaucoup de chance d’avoir une femme si compréhensive et si ouverte. Elle finit par me proposer de me trouver un mec avec qui je m’amuserais de temps en temps, même si elle n’est pas là. Ça me surprend beaucoup, mais je suis bien évidemment ravi de sa proposition. Sa seule condition est que je lui raconte tout et que je ne lui cache absolument rien de ce que je ferai. Elle m’a aussi dit qu’elle préfèrerait que ça se passe chez nous.


Le soir, Julie se couche tôt, elle était fatiguée par sa journée de travail. J’en profite pour m’inscrire sur un site de rencontres entre hommes. Dans mon profil, j’indique que je suis passif uniquement et que je cherche un homme avec qui m’amuser régulièrement. Pas mal de mecs viennent me parler, mais la plupart ne m’intéressent pas. Un homme de 48 ans finit par attirer mon attention. Il est sympa, on discute bien tous les deux. Je lui ai parlé du fait que je suis marié et que c’est ma femme qui est à l’initiative de ma recherche. Ça le surprend, mais ça ne le dérange pas.


On parle de nos envies. Il me dit être exclusivement actif et qu’il ne suce pas. Il est divorcé depuis peu et il a profité de son célibat pour essayer le sexe entre hommes. Il me dit avoir eu une relation suivie avec un homme, qui a pris fin récemment. On échange quelques photos. Il me plaît. Pour décrire Stéphane, il mesure 1m77 et pèse environ 80 kilos. Il a les cheveux poivre et sel. Surtout, il a un sexe de 19 centimètres qui me semble bien épais.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Il me dit qu’il doit aller se coucher, car il travaille tôt. Je me rends compte à ce moment-là que nous avons chatté pendant presque deux heures. Je suis hyper-excité, j’ai une énorme envie de sucer, de me faire prendre. Je regarde une dernière fois les photos qu’il m’a envoyées avant d’aller me coucher. Je mets pas mal de temps à m’endormir.


Le lendemain soir, jeudi, Julie et moi rentrons du travail à peu près en même temps. Je lui dis qu’un mec m’intéresse. Alors que je veux lui montrer notre discussion et les photos qu’il m’a envoyées, elle me dit :


— Montre-moi juste les photos.

— Tu ne veux pas savoir ce qu’on s’est dit ?

— Non, c’est entre vous.


Je n’ai rien répondu. Je lui montre les photos de Stéphane. Elle me demande :


— Tu as envie de le voir ?

— Pourquoi pas, oui...


Nous en discutons alors un peu. Elle me rappelle qu’elle préfère qu’il vienne chez nous, sans forcément qu’elle soit là. Je l’aime tellement, elle est si ouverte d’esprit. J’ai bien conscience que rares sont les femmes qui auraient réagi comme elle. Ce jour-là, nous avons fait l’amour deux fois de manière très tendre, très sensuelle.

Le soir, Julie se couche assez tôt. Je me connecte sur le site de rencontres. Stéphane est connecté. Il vient me parler aussitôt. Je lui propose de venir samedi après-midi. Il accepte. On discute un peu puis je vais me coucher.

Vendredi matin, je dis à Julie que j’ai invité mon futur amant. Sa réponse me déconcerte un peu, puisqu’elle me dit :


— C’est bien mon cœur.


Nous en discutons rapidement. Elle semble vraiment heureuse pour moi.


Le jour J, Stéphane devait arriver vers 15 heures. En début d’après-midi, ma femme est habillée, prête à sortir. Je lui demande :


— Qu’est-ce que tu fais ?

— Je vais faire les magasins, il faut que je me rachète des bottes.

— Tu ne restes pas pour... ?

— Non, pourquoi ? Tu voulais que je sois là ?

— Non, comme tu veux.

— Je ne rentre pas tard.


Elle m’embrasse puis me dit :


— A tout à l’heure, amuse-toi bien !


Je vais me préparer dans la salle de bain, puis je vais chercher dans la chambre des capotes et du lubrifiant. Je suis impatient, j’ai vraiment hâte de regoûter à la sensation d’avoir une vraie queue en moi.


Stéphane m’a appelé pour m’avertir de sa présence. Je vais le chercher au bout de la rue (je ne lui avais pas donné mon adresse exacte). Il est conforme aux photos, ça me rassure. On se serre la main et il me suit. Une fois à la maison, je lui propose de prendre un verre dans le salon. On s’assied dans le canapé côte à côte. Il est à l’aise, on parle comme de vieux amis. La discussion s’oriente vite sur le sexe. Je ne pense qu’à une seule chose : sucer sa queue.


Je pose ma main sur son sexe par-dessus son jean. Le silence s’installe. Il glisse ses mains sous mon t-shirt pour me toucher le dos. Je lui enlève son haut, il fait de même avec moi. Pendant que je déboutonne son jean, il joue avec mes tétons. Je mets directement ma main dans son boxer pour sortir sa bite à moitié bandée. Je la branle lentement.


Il soulève légèrement son bassin pour enlever son pantalon. Je l’aide à enlever ses derniers vêtements. Il est complètement nu, totalement imberbe. Je me mets à genoux devant lui. Je lèche d’abord sa queue de bas en haut sur toute sa longueur, puis je prends son gland entre mes lèvres. Cette sensation me plaît vraiment beaucoup. Je le suce lentement, en jouant avec ma langue sur son gland et son frein pour lui donner un maximum de plaisir. Sa queue n’a pas tardé à atteindre sa taille maximale. Elle est grosse, plus grosse que la mienne. Il me tarde de l’avoir en moi... Je prends vraiment beaucoup de plaisir à le sucer.


A un moment, il me demande d’arrêter et de me déshabiller. Je me suis levé pour me mettre nu. Stéphane me fait tourner sur moi-même de façon à ce que je lui tourne le dos. Il m’écarte les fesses et me titille l’anus avec un de ses doigts. J’ai soudain senti sa langue contre mon petit trou. Il s’y prend vraiment bien, mais ça ne dure pas longtemps. Il me demande :


— Tu pourras te raser les fesses la prochaine fois ?


Je suis un peu surpris, je ne sais pas quoi répondre. Il rajoute :


— Si tu ne veux pas, c’est pas grave, mais c’est plus agréable.

— On verra.


Toujours dos à lui, je sens un doigt entrer difficilement en moi. Je lui indique alors le lubrifiant posé sur la table basse. Cette fois, c’est bien plus agréable. Son doigt rentre tout seul. Debout et légèrement cambré, la position n’est pas très agréable pour moi. Il s’en rend compte et me dit de me mettre en levrette sur le canapé. Il me prépare avec deux doigts en prenant son temps. Le plaisir monte, à tel point que j’ai vraiment envie de sentir sa queue en moi. Je le supplie presque :


— Mets une capote.


Il en met une aussitôt. Il remet un peu de gel sur mon anus avant d’y poser son gland. Il entre lentement en moi. Une fois le gland en moi, je laisse échapper :


— Oh la vache !

— Ca va pas ?

— Si si, au contraire. Continue !


Il entre petit à petit en moi. Je la sens bien, sa queue est bien plus grosse que le gode que j’utilise habituellement. Je ne ressens que du plaisir. Je gémis immédiatement, j’en avais tellement envie... Une fois bien habitué à sa queue, Stéphane accélère progressivement. C’est vraiment trop bon, sa bite me remplit bien. Je me surprends moi-même à gémir assez fort et même à dire "oh putain c’est bon" ou "hmmm encore". Je ne sais pas si c’est parce que ma femme n’était pas là, mais je me suis totalement lâché.


D’un coup, il se plante au fond de mon cul et je sens les spasmes de sa queue. Il râle de plaisir pendant qu’il jouit. Je ressens un sentiment de satisfaction en le sentant éjaculer en moi. Quand il ressort sa queue, je suis partagé entre le plaisir de l’avoir fait jouir avec mon cul et la frustration, puisque j’aurais voulu que ça dure encore un peu.


Nous sommes allés dans la salle de bain ensemble, avant de revenir au salon. Je lui propose un autre verre, qu’il accepte. Il ramasse ses vêtements pour se rhabiller. Je lui demande alors :


— Tu ne veux pas qu’on reste un peu comme ça ?

— Si tu veux, oui.


Nus, assis l’un à côté de l’autre, j’ai les yeux rivés sur sa queue redevenue molle. Tout en discutant et en buvant notre bière, je prends son sexe dans ma main et je le branle lentement. Je ne peux pas résister longtemps à l’envie de le sucer. Je me penche pour le prendre dans ma bouche.


Je joue beaucoup avec ma langue sur son frein, comme j’aime que ma femme me le fasse. Rapidement, Stéphane se remet à bander. J’aime beaucoup sentir une bite grossir dans ma bouche.

Après quelques minutes, j’ai de nouveau envie qu’il m’encule. Je lui mets moi-même une capote. Il est assis sur le canapé, le sexe tendu. Je viens m’empaler dessus lentement. Je suis dos à mon amant. Il accompagne mes mouvements en me tenant par les hanches. J’imprime le rythme et prends un maximum de plaisir, mais ça devient vite inconfortable.


Je me mets en levrette sur le canapé. Il se place aussitôt derrière moi et me pénètre d’un trait. Je ne peux retenir un petit cri quand je le sens au fond de moi. Il y va plus franchement que la première fois. Je gémis presque en continu.


A un moment, il fait sortir entièrement sa queue de mon cul avant de la remettre. Il fait ça plusieurs fois. Je l’encourage à continuer tellement c’est bon. Jusque-là, je ne me souviens pas avoir pris autant de plaisir en me faisant enculer. Je l’accompagne dans ses mouvements en lâchant des "putain, continue !" sans cesse.


A nouveau, il se plante d’un coup au fond de moi pour éjaculer. Je sens ses mains me tenir fermement les hanches pendant qu’il se vide. Cette fois, quand il se retire, je me sens pleinement comblé. J’ai pris un plaisir immense. Je suis presque soulagé quand sa queue est hors de moi.


Nous allons dans la salle de bain prendre une douche ensemble, mais sans nous toucher. Après cela, je lui propose un café. Nous restons nus. Nous discutons de ce qu’on venait de faire. Il me dit que c’était vraiment bien et qu’il a hâte de recommencer. Je lui réponds que moi aussi j’ai trouvé ça bien et que je suis déjà accro à sa queue. Il se rhabille finalement et part.


Julie est rentrée une heure plus tard. Comme promis, je lui raconte tout dans le moindre détail. Je vois dans ses yeux que ça lui plaît. Nous avons continué à en parler puis nous avons fait l’amour assez intensément.

Diffuse en direct !
Regarder son live