Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 17 245 fois
  • 25 J'aime
  • 0 Commentaire

Mon premier black -b

Chapitre 1

Zoophilie

Je vais vous raconter une histoire qui m’est arrivée, il y a asix mois. J’ai 26 ans, je suis blonde avec une poitrine qui fait rêver pas mal de mecs. Je suis consultante en informatique et j’avais une mission dans une importante Société Malgache pour un projet qui allait durer quelques mois. Une fois arrivée à Antananarivo, j’ai fait la connaissance d’un mec qui s’appellait ?ric et c’était un black hyper baraqué. Il avait un an de moins que moi, plutôt mignon, et il était le responsable du projet sur lequel je devais bosser. C’était un mec intelligent, qui travaillait beaucoup en plus, et je dois dire que même si j’étais sensée être l’experte, je pense sincèrement qu’il était plus doué que moi dans le domaine pour lequel nous allions travailler. J’avais beaucoup d’admiration pour lui. En plus, il était charmant et très serviable. Pendant mon séjour là-bas, j’ai attendu à plusieurs reprises qu’il me fasse des avances pour assouvir mes manques, mais Eric était très professionnel. Même si parfois je poussais un peu le bouchon. La fin de ma mission coïncidait avec une soirée que la Société organisait deux fois l’an. Or comme j’avais en quelque sorte jeûné sexuellement tout au long de ce projet, j’ai alors décidé de passer à l’acte pendant cette fameuse soirée.



Pour ne rien gâcher, ?ric était plus beau que d’habitude, ce soir là. C’était la première fois que je le voyais en costume-cravate et la tenue lui allait à merveille. En plus du boulot, j’avais découvert lors de cette soirée qu’il avait aussi un talent de chanteur, avec une voix qui émerveilla toute la salle. Ce qui ne faisait qu’ ccentuer mon désir pour lui car il se trouve qu’il était aussi un excellent joueur de foot. Je me suis dit qu’il devait être parfait. Pendant toute la soirée, je m’arrangeai toujours pour danser avec lui, surtout les slows. Je m’amusais beaucoup, il m’arrivait parfois de faire semblant de me frotter à lui, ce qui faisait pas mal de jaloux, surtout les cadres supérieurs de l’entreprise et les quelques européens qui travaillaient en qualité d’expatriés.



À la fin de la soirée, Eric se plaignit d’une migraine, j’en ai alors profité pour lui dire de monter dans ma chambre, j’habitais le même hôtel où avait lieu la réception. Il refusa d’abord mais vu mon insistance, il finit par accepter. Je lui donnai une aspirine et lui dit de s’allonger pour se reposer. Pendant qu’il dormait, je me suis déshabillée et j’ai ouvert doucement sa braguette pour en sortir sa bite, je n’ai pas pu m’empêcher de sucer son beau membre. Il a sursauté quand il a constaté la situation dans laquelle nous nous trouvions. Il a voulu s’en aller, mais je l’ai convaincu de jouer le jeu, disant que j’avais une folle envie de lui et qu’il devait m’offrir ça, en souvenir des six mois que nous avions passé ensemble. Je lui ai dit que je voulais qu’il fasse tout avec mon corps, vraiment tout, même la sodomie que je n’avais jamais expérimenté auparavant. Sur ce, il n’a plus prononcé un mot, je me suis approchée de lui, je l’ai embrassé et l’ai déshabillé. Alors, il a commencé à prendre les choses en main. Il a sucé ma poitrine imposante, j’ai commencé à mouiller. J’avais alors une idée en tête :

j’avais un calendrier érotique avec une position pour chacun des douze mois de l’année...



Croyez-moi, les douzes positions, nous les avons essayé ce soir-là, le 69 comme les clous en passant par la brouette sans oublier les positions classiques comme le missionnaire et la levrette. Le summum de mon plaisir fut quand il m’a sodomisé. Il a commencé par me sucer l’anus en faisant entrer de temps en temps sa langue, il m’a fait subir ce traitement pendant au moins dix minutes avant de me défoncer l’anus. J’ai beaucoup aimé sentir son membre coulisser entre mes fesses. C’était si bon qu’après une petite pause, je l’ai sucé pour lui donner une nouvelle érection et je lui ai demandé de m’enculer une nouvelle fois. Nous nous sommes endormis au petit matin, après avoir fait l’amour au moins pendant sept heures en non-stop, j’ai pu vérifier qu’il était effectivement un excellent sportif.



Nous nous sommes réveillés le lendemain à midi, nous avons pris notre douche ensemble et là, il m’a demandé de réaliser son fantasme : baiser dans une baignoire. Nous avons fait l’amour trois fois dans la baignoire : en levrette, en missionnaire sans oublier la sodomie. Je suis sortie de la douche avant lui et j’ai commandé un petit déjeuner, j’ai laissé la porte ouverte pour permettre à la serveuse d’entrer car j’avais déjà ma petite idée en tête. Une fois qu’il fut sorti de la douche, je lui ai fait une fellation magistrale pour lui donner vite une érection. Je lui ai alors dit de m’enculer et de prendre son temps... Et ce que j’avais concocté s’est réalisé : deux serveuses sont entrées pour livrer notre commande et elles nous ont surpris en train de faire notre truc anal. Je leur ai fait signe de venir, l’une étant parti sur-le-champ. il resta la plus jeune. Elle est venue sucer les couilles d’?ric et nous avons joui ensemble. La serveuse a alors reclamé une baise et j’ai dû lui partager mon mâle.



J’ai dit à ?ric de l’enculer, elle avait refusé au début mais nous étions deux à la tenir et elle a fini par obéir. Elle criait au début avant de grogner de plaisir, ça devait aussi être sa première fois. Ainsi, en l’espace de vingt-quatre heures, le gentil ?ric a pu faire le dépucelage anal de deux nanas.



Après avoir déjeuné et nous être reposer un peu, nous avons pris ma voiture de location pour faire un dernier tour car je devrais partir le lendemain. Nous sommes allés aux alentours de la ville pour prendre de l’air. ?ric m’a alors dit que son autre fantasme était de baiser une fille sur le capot d’une voiture. Je lui ai dit que j’allais le réaliser à condition qu’il me donne une nouvelle fois le plaisir de sentir sa bite dans mon cul. Il m’a alors pris en levrette sur le capot de notre 206, puis il m’a enculé, quel délice. Sur le chemin du retour, j’ai voulu le déposer chez lui, mais il a dit qu’il avait oublié quelque chose à l’hôtel. J’ai cru qu’il s’agissait de sa cravate car il ne l’avait pas. Une fois arrivée dans ma chambre d’hôtel, il m’a déshabillé illico pour me baiser entre les seins, vu la taille de mes seins. Je lui ai alors fait une branlette espagnole, puis nous avons refait l’amour dans tous les trous. Deux heures après, il partait après m’avoir embrassé langoureusement, j’ai senti par son baiser qu’il était tombé amoureux de moi.



C’est ainsi que j’ai vécu mon dépucelage anal et le week-end le plus chaud de ma vie. Depuis, je suis rentrée en France comme si de rien n’était. Quand j’ai retrouvé mon fiancé, j’ai accepté qu’il me sodomise, il était étonné. Je lui alors dit que j’avais tellement envie de faire l’amour après ces six mois que je m’abandonnais totalement à lui (quel mensonge !).



Nous nous écrivons de temps en temps, ?ric et moi, mais à ma demande, nous ne parlons pas de ce week-end chaud à Mada, histoire de préserver ma relation avec mon fiancé. Et je n’arrête pas de songer : À quand les prochaines missions à Mada ???

Diffuse en direct !
Regarder son live