Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 12 928 fois
  • 182 J'aime
  • 12 Commentaires

Mon premier orgasme a 30 ans

Chapitre 1

Hétéro

Bonjour, je suis Charlotte, célibataire, 30 ans. Petite intro personnelle avant de rentrer dans le vif du sujet ! J’ai jusqu’à présent assouvi ma vie sexuelle uniquement par le fantasme et le plaisir solitaire. Je n’avais jamais réussi à être excitée, encore moins à prendre du plaisir avec mes partenaires. L’orgasme à deux était devenu un objectif de vie, une équation à multiples inconnues à résoudre ! Trop de frustration et de culpabilité au quotidien, cela m’empêchait de vivre l’instant présent et de lâcher prise. Ce qui a précipité, je pense, mes relations vers l’échec et mes soirées devant Netflix avec un shot de liqueur au pamplemousse rose à la main. Ma vie sentimentale était une boucle temporelle tristement comique. Mais un grain de sable est venu le mois dernier fragiliser ce redoutable engrenage. Ce grain de sable c’est Marin, marié et 35 ans. Je l’ai rencontré sans sa femme à des vacances sportives organisées en Martinique. Son alliance m’a bizarrement mis en confiance. Pas d’engagement possible, pas de pression, pas d’injonctions de la perfection ! On s’est tout de suite plu amicalement. On a développé en quelques jours notre propre canal de communication. Mais en fin de séjour ça a dérapé. Notre groupe séjournait le soir chez un particulier dans une maison. Un soir alors qu’on buvait sur la terrasse, Marin s’est levé pour aller dans le jardin. Je me suis levée pour l’accompagner. On s’éloigne tous les deux du groupe pour rejoindre l’obscurité.


— Charlotte, j’ai beaucoup bu. Je vais faire une petite pause technique. Tu permets ?

— Attends, tu vas pisser dans le jardin ? Tu veux pas aller aux toilettes comme tout le monde ?

— Non, dans la nature c’est mieux. J’ai très envie. Regarde ailleurs si tu veux rester.


Il se pense dans le noir complet alors il baisse sans complexe son pantalon. Malgré la pénombre, j’aperçois dans le coin de l’œil son sexe. Il le tient dans sa main, il est mou. Il lève légèrement son sexe et un petit jet en sort. Marin le tient toujours dans sa main tout en continuant de me parler des vacances. Sa main glisse le long de son membre. Ses doigts jouent lentement avec son prépuce qui fait découvrir son gland. Je vois sa verge répondre docilement à ses sollicitations. Il grandit, se durcit et monte. Ses gestes se font un peu plus précis. Cette vision interdite un peu sale m’électrise. Mon entrejambe se gonfle et me pique. Je me demande si uriner lui procure un plaisir similaire à éjaculer. S’il peut éjaculer en même temps qu’uriner. Malgré moi, cette pensée et cette vision m’excitent. Il reste lui imperturbable.


— Arrête de regarder ma bite Charlotte.

Je fais une grimace. J’ai envie de lui demander pourquoi il fait ça devant moi. Je décide de rentrer dans son jeu.

— Désolée. Elle est belle.

— Ca t’excite de la voir comme ça ?

— Oui. Tu peux continuer.

— Petite joueuse. Approche-toi alors.


Il arrête d’uriner mais continue à se toucher doucement avec un petit sourire. Je m’approche de son bras timidement. Je mouille énormément. Je sens que mon sexe est dur et chaud. Cela me gêne même. On regarde tous les deux son sexe grossir entre sa main. Il est maintenant très gros, dur et dressé. Son gland est complètement découvert et turgescent. Le désir de Marien me flatte.


— Tu aimes la regarder ? Tu peux la toucher si tu veux.


Je m’exécute docilement. Putain il est marié. Qu’est-ce que je fais ? Pourquoi je suis autant excitée ? C’est mal.

Comme animé, son sexe tressaute et a du mal à rester sagement dans sa main. Sa main l’enrobe comme pour le maitriser. Il écarte un peu les cuisses comme pour m’inviter à plus participer.

— Putain, c’est pas bien. Je suis marié mais tu m’as tellement cherché. J’ai envie que tu me la tiennes, que tu me suces. Regarde comment elle est grosse, j’ai pas eu une érection pareille avec ma femme depuis longtemps.

— Tu penses à elle là ?

— Oui. Continue. Je crois ça m’excite de la tromper. Ma bite n’a jamais été dans cet état. J’ai envie d’éjaculer sur toi, aide-moi à venir s’il te plait.


Je suis énormément excitée. Cette nouvelle sensation me galvanise. J’ai envie de lécher sa queue et qu’il continue à me parler en même temps de sa femme. Je me mets à genoux devant lui. Je repousse sa main et le prends en bouche. Il gémit de soulagement. Je dois tenir sa verge fermement à la base pour la maintenir à ma hauteur. Je fais des mouvements de va-et-vient, ma langue glissant le long de sa verge. Je le regarde. Marin commence à avoir des spasmes de plaisir. Il gémit maintenant plus fort. Il me caresse les cheveux et m’impose le rythme. On dirait qu’il baise ma bouche.


— Si seulement elle me voyait. Tu m’excites tellement. Je bande trop. Regarde-moi.

Cette domination et cette emprise me chauffent. J’ai envie qu’il décrive ce qu’il ressent en détail. Je m’arrête, je me lève et je retire mes vêtements. J’espère que les autres membres du groupe ne nous entendent pas. Il me regarde avec un regard de fou et m’embrasse. Je sens son érection humide contre ma cuisse. Il écarte mes lèvres et commence à me doigter à l’entrée. Doucement. Avec des gestes répétés et lents. C’est tellement bon. Je n’ai jamais ressenti ça. Je grimace en gémissant. Il n’arrête pas ses gestes et me plaque une main sur ma bouche.

— Tu es belle quand tu prends du plaisir. Ton vagin est gonflé. J’ai envie d’y mettre ma queue. Tu m’autorises ?


Avec un autre de ses doigts, il applique une pression légère sur mon anus. Il fait un mouvement lent et circulaire dessus. Mes sensations sont décuplées. Un plaisir coupable me pousse à lui demander d’aller plus loin. Je le sens sourire, il me demande si j’aime ça. Je sens que ça monte, il le sent. Alors il me retourne, reprend son sexe dans sa main et le balade sur ma vulve.


— T’es vraiment vilaine. Tu la veux, hein ?

— Oui s’il te plait.


Il l’enfonce doucement puis d’un coup la met tout entier. Je me cambre. C’est une libération, ma respiration est coupée. Je sens son gland comme une pique s’amuser au fond de moi. J’ai l’impression que nos sexes sont des bêtes sauvages qui prennent le dessus sur nous. Une chaleur et une pression montent en moi. J’halète. Lui aussi. Il me prend par les cheveux et me mord le cou. Il sort son sexe. Il commence à me caresser l’intérieur de mes fesses avec. A l’enfoncer doucement. Je tourne ma tête vers lui. Il est en pleine contemplation de son sexe qui rentre dans mon cul. Il gémit, sa bouche est entrouverte.


— J’ai jamais fait de l’anal avant. J’en ai très envie. Tu me dis si je te fais mal.

— C’est ma première fois aussi. Ca fait un peu mal. Fais doucement s’il te plait.

— Et là c’est bon ? J’ai envie de la planter au fond de toi.


Cette sensation d’interdit. Encore plus forte. Je sens que Marin a du mal à se contrôler. Ses mouvements sont plus amples, il regarde toujours son sexe s’enfoncer en moi. Sa respiration est plus bestiale. Je sens son gland frotter contre moi comme un dard. Je halète. D’un coup, il l’enfonce complètement et fait des petits va-et-vient. Ses testicules claquent contre mes cuisses, je sens qu’il aime ça. Mon plaisir continue à monter, son désir aussi.


— Ca vient Charlotte. Ca vient.


Je sens son éjaculation en moi. Une pression et une chaleur soudaines tellement agréable. Je monte aussi et j’explose. Il continue à la sortir et à me pénétrer furieusement. Son sperme coule le long de mes cuisses. Il gémit dans mes cheveux. Je suis d’un coup comme paralysée, mes muscles sont figés, c’est si bon.

En y repensant, je me sens un peu coupable mais aussi euphorique. J’ai baissé les armes et j’ai tellement aimé. J’ai envie de recommencer. De toutes nouvelles perspectives sexuelles s’ouvrent à moi.

Diffuse en direct !
Regarder son live