Le site de l'histoire érotique

Mon premier voyage à La Réunion

Chapitre 2

23
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 4 937 fois

23

0

Samedi 17 mai:


9 heures:

Après un copieux petit déjeuner, départ pour le volcan. Route goudronnée excellente puis piste en mauvais état pour aller au pas de Bellecombe. Le temps s’éclaircit et sera exceptionnellement beau une bonne partie de la journée. Retour à la voiture vers 15 h. Fatiguée mais ravie.

Je trouve un SMS de Jean-Luc:


SMS Lui :  Mardi je peux te montrer une balade avec super point de vue sur Salazie. Une heure de montée. Pas de pièges.....autres que ceux dans lesquels tu acceptes de tomber. Ca s’appelle Piton Fougères.


SMS Moi :  Si c’est pas trop long, d’accord sur le principe de la balade, mais je te confirme.


Je demande leur avis à Bastien et Hélène...... Oui c’est une jolie montée avec vue superbe à l’arrivée mais il faut y être avant midi...... les nuages arrivent vite sur Salazie.....


En attendant, on quitte le pas de Bellecombe, on reprend la piste et arrêt au pas des Sables.....paysage lunaire d’un côté....des gouffres et des sommets de l’autre........


On se fait 1h de montée vers l’Oratoire Ste Thérèse.


A 17h30 on redescend au gîte.

J’envoie un SMS à Jean-Luc:


SMS Moi :OK pour mardi. Tu me prends au Jumbo, à quelle heure?

SMS Lui : 9 heures ca te va? Prends une tenue de rechange. Le soir , j’aimerais te présenter à un couple d’amis. Un diner. A l’Ermitage.

SMS Moi:Pourquoi pas, si tu me ramène après à St-Gilles.


A 19h, diner aussi bon que la veille.


20h30, je reçois un SMS de Cathy:


SMS Elle : Corinne, j’aimerais te revoir.

SMS Moi : Oui? mais c’était prévu, non? T’es libre quand finalement?

SMS Elle : Vendredi aprem et samedi

SMS Moi : Ok, t’as une idée?

SMS Elle :La Roche écrite , ca te dit?

SMS Moi : Je ne connais pas, c’est long?

SMS Elle : Non si on passe la nuit au gîte. Et on peut aller voir le lever du soleil.

SMS Moi : Woahhhh, super! OK bisous

SMS Elle :Plein de bisous, oui!



21h30:  Dodo......rêves coquins. J’ai l’impression qu’avec Jean-Luc c’était il y a longtemps alors que c’était hier...Je me repasse le film d’hier aprem....J’ai envie de me caresser......J’ai hâte de le revoir....de sentir ses mains sur mon corps....qu’il me baise....


Dimanche 18 mai:


9h: Départ pour le volcan et arrêt au pas des Sables. Beau temps direction Morne Langevin. Superbe point de vue depuis le haut sur la rivière Langevin...... Les magnifiques paysages ne m’empêchent pas de penser à Jean-Luc. C’est avec lui que j’aimerais aller à la Roche Ecrite, pas avec  Cathy même si elle est sympa.. 


Vivement mardi! J’ai surtout envie de le voir lui. Ses amis, je m’en fiche un peu mais pourquoi pas les rencontrer aussi..


Bastien m’explique que pour aller au gîte de la Roche Ecrite, c’est 2 heures de marche. Ca va ! Mais pour voir le lever du soleil, il faut se lever à 5 heures et monter à la frontale en suivant bien les traces de peinture. Mais, normalement, pas de souci! Il me prête la frontale. Ca m’inquiète un peu de monter avec Cathy mais elle a l’air de connaître.


18h :  Retour à St-Gilles après une escale à la plage. Soirée cool avec Hélène et Bastien.


Lundi 19 mai:


7h du matin : Les bruits que j’entends dans la chambre à côté ne laissent aucun doute sur ce qu’ils sont entrain de faire..... Ah si Jean-Luc était là !  Il me ferait pousser les mêmes cris que ceux, discrets, d’Hélène.... J’ai envie de lui...Qu’il fasse ce qu’il veut de moi.


SMS Moi : Jean-Luc, au secours, viens, je te veux, tout de suite !

SMS Lui : J’aimerais tant mais aujourd’hui j’ai un planning d’enfer. J’essaierai de passer  à la plage.

SMS Moi : Dommage, tu m’aurais baisée dans le local à vélo...:)  J’ai envie de toi.

12 h :


A la plage.... un peu de vent.......Jean-Luc n’est pas là.  N’a probablement pas pu se libérer.......


13 h :


Allongée derrière mon petit parasol,  je n’y crois plus trop quand j’entends quelqu’un courir et vois tout d’un coup la silhouette de Jean-Luc qui se découpe dans la lumière. Il prend ma grande serviette de bain, m’en recouvre et s’agenouille à côté de moi.....


Bonjour ma belle salope !

Woahhh, j’adore le compliment...


Là,  il glisse une main sous ma serviette, jusqu’entre mes cuisses et m’embrasse sauvagement.....un baiser qui dure.....qui dure....


Je suis désolé, je dois y aller, mais demain , on se rattrapera , promis juré.

A 9h au Jumbo ?

Oui, bien sur !

Avec ton 4*4 ?

Oui avec mon 4*4. !:)


Il m’embrasse à nouveau et disparaît.....Hummmmmm



17h :


Hélène me rejoint à la plage....


Alors, ma coquine, tu ne m’as toujours pas raconté ! Mais là, on est tranquille, tu peux y aller !

Ben écoutes, il est pas mal, même très bien. Demain, im m’emmène au Piton Fougères.

Oui, ça je sais mais tu n’as rien d’autre à me dire ?

Heuuu !

Ah ? Vous l’avez fait ?

Oui, on l’a fait !


On éclate de rire sur la plage mais les voisins sont loin !


Alors c’était bien ?

Déjà très bien et très prometteur ! Et vous c’était bien ce matin ?

Tu nous as entendu ?

Bien sur ! Quand on crie « Continues ! » avec des bruits de ressorts qui couinent , à 6h du matin le message est clair !


On éclate de rire encore..


D’accord !  Bon, on rentre ?

Oui, si tu veux.



18h30 :


Une fois rentrée, je pense à une suggestion à faire à Jean-Luc....


SMS Moi : Dis, Jean-Luc, vendredi aprem et samedi, je vais  faire une ballade avec une amie. Tu fais quoi ?

SMS Lui : Comment ça ?

SMS Moi : Tu ne veux pas venir ?

SMS Lui : Difficile, normalement, vendredi soir, je cours avec Matthieu.

SMS Moi : Tu cours avec Matthieu ? Après qui ? Andréa ?

SMS Lui : Arrêtes. Moi qui voulait t’inviter après ! Vous allez où ?

SMS Moi : A la Roche Ecrite, voir le lever du soleil..On monte vendredi en fin de journée..

SMS Lui : J’ai une proposition à te faire ? Ta copine, elle est bonne ?

SMS Moi : Je crains le pire ! En montagne, elle a l’air...

SMS Lui : Non !:)  Je peux proposer à Matthieu de monter avec moi . Et puis toi et moi on fait comme si on se reconnaissait  et, on s’arrange pour faire la course ensemble ?

SMS Moi : Mouais ! Je vais y réfléchir.

SMS Lui : Dépêches-toi, faut que je vois avec Matthieu !

SMS Moi : Ouiiiiiiiiii ! Je te réponds ce soir ou demain matin. A demain matin! Bisous



22h :


Après réflexion...


SMS Moi : D’accord, je dirais simplement à Cathy qu’Hélène m’a dit que des amis à elle montaient aussi et que je devais en connaître un des deux.

SMS Lui : OK, on y va comme ça. J’appelle Matthieu. Bises , à demain matin. Au fait, ne te sens pas obligée de mettre une petite culotte;);)

SMS Moi : Ah ! Ah ! Bonne nuit !



Mardi 20 mai:


9h :


En partant à son travail, Hélène me dépose devant le Jumbo, là où doit me prendre Jean-Luc. Elle m’a demandé de le lui présenter et je n’ai aucune raison de refuser. Voilà, une fois les présentations faites, Jean-Luc et moi partons pour le point de départ de la montée au Piton Fougères. Environ 1 h de route.

J’ai un sac de sport avec mes chaussures de marche, un short sport et des T-shirts. Sans oublier ma tenue pour ce soir.. Pour l’instant j’ai une robe beige, sans bretelle, légèrement moulante....


La traversée de St-Denis est toujours un problème le matin. Il ne me demande pas si j’ai mis ma petite culotte.  Je pose ma main sur son épaule et on discute de plein de choses, de ce que nous faisons, ses amis, les miens, la future route du Littoral, le dernier cyclone.....Une fois arrivés à Ste-Marie, la route se met à monter raide....


Tu sais, on passe de 0 à 1300 m en quelques kilomètres.....

Et après, on a combien à monter ?

1h et demi, je pense.

Tu cours pas, hein ?



Ce qui est impressionnant , ce sont les fossés abrupts prévus pour canaliser les pluies qui accompagnent les cyclones. . Si on y met une roue, on est mal !

Arrivés au bout de la route, Jean-Luc regarde la carte. Apparemment, avec le 4*4,  on peut continuer après la Maison Martin. On roule doucement, le chemin est défoncé.... On passe devant 2 ou 3  tables de pique-nique sur le bord du chemin......


— Tu vois cette table, Corinne ? Toute à l’heure, tu sais ce qu’on va y faire sur cette table ?

— Oui, bien sur, on va déguster le délicieux casse-croûte que tu as apporté  :)

— Oui, je vais déguster la délicieuse Corinne que j’ai apportée !


Il pose sa main sur ma cuisse sans omettre de relever ma robe un peu...


— Et moi, tu sais ce que j’ai envie de déguster ?

— Je crois savoir, oui:)


Je m’accroche à ce que je peux sauf à ce à quoi j’aimerais bien.... Après ¼ d’heure de secousses on arrive au bout du chemin. Pas moyen d’aller plus loin. Il faut continuer à pied.


Il n’y a personne en vue. J’ai envie de faire ma salope, d’un autre côté, je n’ai pas très envie d’être culbutée dans le 4*4 tout de suite.. Je me change le plus discrètement possible, lui un peu moins mais on peut partir bientôt sur ce sentier tropical, végétation luxuriante, arbres abattus par le dernier cyclone ,déjà recouverts de végétation et faisant des ponts...


— Jean-Luc, attends-moi !

-Ecoutes, fais un effort, ca te fait du bien de transpirer !



Pour transpirer, je transpire. Lui il ne marche pas il court. Il court devant, m’attend, me laisse partir devant, me rattrappe, me dépasse. Comme les chiens fous, jamais fatigués. J’y crois pas.

On arrive à un col, vue superbe sur le cirque de Salazie....Hummmm....

— Mais ce n’est pas le terme de la balade ?

— Ben non, encore une ½ heure, allez, viens

On repart, je commence à fatiguer.....Mais tout à une fin ! Heureusement !

— Ca ressemble à ce qu’on voyait du col ?

— C’est sur mais là on est au sommet !!

Chacun reprend son souffle.......


Il enlève son T-shirt pour le faire sécher...

J’enlèverais bien le mien, mais est-ce bien raisonnable ?  Je n’ai pas fini de me poser la question qu’il me prend dans ses bras et me serre contre lui, contre sa peau noire et luisante qui sent le mâle en rut.

Je lui dirais bien qu’il sent le mâle en rut, mais est-ce bien raisonnable ?  Je n’ai pas fini de me poser la question qu’il m’embrasse vertigineusement en même temps qu’il me prend les seins et les pelote comme ils aiment tant l’être......par un mâle en rut !

— J’ai envie de te prendre là ! Tu me fais bander graver !

— Et la table alors ?

— Non mais là, c’est le hors d’oeuvre:)

— Oui mais non, là ça me stresse, si des gens arrivent...

Il me dit de ne pas m’inquiéter, il n’y aura personne...

— Non, Jean-Luc, là ça me stresse, si des gens arrivent...


Il me serre contre lui et sa main libre passe entre mes cuisses.....


— Non, Jean-Luc, là ça me stresse, si des gens arrivent...

— Mais t’as envie ? T’as vu comme t’es mouillée, ma chérie ?

— Non, c’est la transpiration.


On éclate de rire.


Quand il se met à genoux et baisse doucement ensemble mon short et ma petite culotte, je lui redis :

— Non, Jean-Luc, là ça me stresse, si des gens arrivent...


Quand je pose mes mains sur sa tête, la caresse doucement, qu’il m’écarte légèrement les pieds et qu’il commence à me lécher la chatte , je lui redis :

— Non, Jean-Luc, là ça me stresse, si des gens arrivent...


Quand  il a fini de me donner quelque chose qui ressemble à du plaisir intense, qu’il se relève avec une bosse énorme sur le devant de son pantalon et que je prends son sexe dans ma main, son sexe si beau , je lui redis :

— Non, Jean-Luc, là ça me stresse, si des gens arrivent...


Quand  il a fini de me donner quelque chose qui ressemble à du plaisir intense, qu’il se relève avec une bosse énorme sur le devant de son pantalon et que je prends son sexe dans ma main, son sexe si beau , je lui redis :

— Non, Jean-Luc, là ça me stresse, si des gens arrivent...


Quand  je passe mes bras autour de son cou et lui, les siens sous mes cuisses, que mes cuisses enserrent sa taille je lui dis :

— Oui, Jean-Luc, je crois que plus personne ne viendra......

— Et s’il venait ? Il verrait le plus beau cul du monde......

— Merci. Bourré par le plus belle bite du monde

— Merci. Laisses-toi aller....

— Oui....Baises-moi, chéri ! Prends-moi comme tu veux. Je ferai tout ce que tu voudras !

Je descends doucement, je le sens qui viens en moi, je lui laisse le passage. Quand je l’ai au fond de moi, je manque de m’évanouir et me met à trembler, je lui dis de ne pas bouger, il ne m’écoute pas, Plus je lui dis d’arrêter, plus ses coups de reins se font violent.....Il trouve le moyen de me mettre un doigt dans le cul. Putain que c’est bon, je le sens venir....

— Oui , Jean-Luc, c’est bon, je vais jouir, ca y est, oui !


Je pousse un cri strident, un deuxième, après, je ne me souviens plus, Jean-Luc s’arrête :

Corinne ? Ca va ?

Oh, putain oui que ca va ! Poses-moi, tu veux ? J’ai envie de te sucer !

Hummmm, avec plaisir mais quand je dis « Stop » , tu lâches tout, d’accord ? Tout de suite !

Oui chef !


Je me mets à genoux, j’ouvre grand ma bouche et y prends son sexe ......goût étrange.... Mâle en rut ? …. Femelle en chaleur ?......Les 2 probablement.... J’aime bien sa bite, sa forme, ses couleurs, la façon dont elle vibre quand je lui caresse les couilles. Je n’arrive pas encore à faire une gorge vraiment profonde mais ca va venir..... Je sens que mon ami se bat, il se retient essaie de ne pas franchir le point de non retour que j’essaie de lui faire franchir . J’ai pris le rythme, le temps passe agréablement, soudain :


— Stooooop !!


J’arrête, je lâche tout ! Il reprend sa respiration qu’il avait bloquée


tu veux pas que je te fasses jouir avec la main ?


Il me prend dans ses bras et me dit :


Penses à la table ! Là c’était le hors d’oeuvre, je dois être prêt pour te servir le plat de résistance :) On y va ?

D’accord, on descend. Je voudrais quand même te dire que j’ai beaucoup aimé.


On se réajuste et entamons la descente. C’est amusant comme un sentier n’offre pas du tout le même paysage à la montée ou à la descente..... Après 1h, on retrouve la voiture...... Il n’y a personne....On se change..... Sans être provocante, j’enlève mon T-shirt trempé de sueur....  Face à lui, j’enlève mon soutien-gorge.... Ca le fait sourire.... Je m’essuie consciencieusement avec ma serviette........ J’enfile ma robe.....  J’enlève mon short.... J’enlève ma petite culotte..... Je réajuste ma robe et me voilà prête à poursuivre la descente indécente :) ...


Il est midi et demie. On redémarre le 4*4 et on retrouve les cahots …...Au bout de 5 minutes, la table de pique-nique repérée à la montée apparaît.... Jean- Luc gare la voiture devant de telle sorte que quelqu’un qui monte ne puisse nous voir...... C’est une grande table en bois massif avec 2 bancs qui y sont fixés. Il y a beaucoup de points pique-nique à La Réunion, quelquefois même avec un kiosque.... Le dimanche, ils sont pris d’assaut tôt le matin par les familles qui montent les marmites pour y faire la cuisine.


On sort les provisions et on commence à manger tout en évoquant des banalités.....


Au fait, les gens avec qui on dîne ce soir, c’est qui ?

Alors, elle, c’est Aïna, elle doit avoir 35 ans, elle est d’origine indienne et c’est une des plus grosses fortunes de l’île. Lui, Pierre, travaille dans l’immobilier. Ils ont un superbe appart à St-Leu.

Et pourquoi on dîne avec eux ?

Je leur ai simplement dit que j’avais une amie métropolitaine de passage et comme ils s’intéressent à tout ce qui vient de métropole....

Pourquoi pas !

Oui, ce sont des gens très sympas, cultivés... . Au fait, je ne t’ai pas dit ?  Pour vendredi ? Matthieu est d’accord pour monter avec moi. Mais on arrivera tard, enfin vers 19h mais il fera nuit.

Super ! Donc on fera ceux qui ne se sont pas vu depuis longtemps ?

C’est ça !


On sort la thermos de café et je me lève alors pour me détendre un peu et puis j’ai envie de prendre un peu l’initiative.....

Jean-Luc, je vais faire une petite sieste, 10 minutes, d’accord ?

OK. Je vais jeter un coup d’oeil aux cartes et je te montrerai...


Je me lève tranquillement et vais chercher une couverture dans le 4*4 . Je reviens vers la table. Je débarrasse tout le côté opposé à celui d’où des gens venant à pied du haut pourraient me voir, j’étale la couverture sur la table, je remonte ma robe juste à la bonne hauteur, je m’assois sur le bord de la table,  me couche sur celle-ci, trouve la bonne position, les jambes repliées et les talons  sur le bord....


Il fait une température agréable, il y a un peu de vent mais pas gênant... je pense à la suite de la journée.... Pourquoi ? Je ne sais pas.... Le vent me fait penser à la plage... Je suis encore là ? Je ne suis plus là ?


Je somnole, je rêve, je suis à la plage..... allongée, les jambes pliées.....il fait beau.... j’écarte les genoux... je vois Jean-Luc sortant de l’eau..... il est nu.... quand il arrive près de moi, je lui dis....

Pourquoi t’es nu ?... Tout le monde te voit bander pour moi...

Mais non, personne ne me voit, et toi, t’es pas nue ? …. Ta chatte est superbe ma chérie.... 

Mais non, je ne suis pas nue.....

Mais si, je t’assure......Pourquoi tu mouilles..... 

Le vent me caresse... Je sens le vent qui me caresse les cuisses....qui me caresse la chatte, le ventre....

Chérie, tu as la tête au soleil..... Tu devrais mettre de la crème....

Passes-moi le tube.... Tu veux ton gros tube préféré ?.... Oh oui ….


Je tends le bras...... Jean-Luc prend ma main et y pose son gros tube, celui que je préfère......

Je m’éveille soudain... Jean-Luc est à côté de moi, à genoux sur le banc et je tiens son sexe dans ma main.....Il a une main entre mes cuisses et j’éclate de rire......

Il me met sur le côté....


Viens, j’ai envie que tu me suces grave !


Je ne me fait pas prier......  La vie est belle, il a ses doigts au fond de ma chatte et moi, sa queue au fond de ma bouche..... Tout va bien......:) …...Quand il juge que j’en ai fait assez, il vient entre mes cuisses, me tire au bord de la table,  jambes pendantes, il m’écarte franchement les genoux et plonge sa langue brutalement dans mon intimité provoquant de ma part l’expression d’un « Oui ! » convaincu ! Je perds les pédales sauf que mes jambes qu’il a immobilisées ne me sont d’aucun secours pour me protéger du violent orgasme qui me menace...... menace..... plaisir..... explosion.... explosion de plaisir.....  menace désirée.....  désir de plaisir......


Jusqu’à ce qu’il se redresse..... Quand il est debout, je ne vois plus que son sexe énorme.... je le vois énorme même s’il ne l’est pas..... Je le vois énorme parce qu’il est prêt.... prêt à me...... qu’il va me....... j’éspère qu’il va me..... Oui...... Viens !.... Ca y est, il me...... Oui, il me baise.... Il me fourre..... Il me défonce..... Comme j’aime.... Je m’accroche au bord de la table.... Il transpire.... Je mouille...... Il ralentit quand il sent que je vais jouir...... 


Chéri, à fond, ouiiiiiiiiii

T’es bonne tu sais !

Pas autant que toi, je veux ta bite raide comme ça, ouiiiiiiiii

T’es une vraie salope !

Qui a trouvé son étalon, putain que c’est bon, ouiiiii, continues !!!!!

Je vais jouir !

Non, Jean-Luc, pas encore ! Attends !

Oui, chérie, je vais te baiser toute l’après.....


Je n’entends pas la fin de la phrase, les coups de reins qui l’accompagnent m’envoient dans les étoiles. Quand j’en reviens, il sort de moi et je perçois qu’il me dit :

Finis-moi, s’il te plait !


Je me mets sur le coude gauche et attrappe sa bite de ma main droite..... Je le branle en le regardant dans les yeux :

Je suis ta femelle préférée, hein ?

Oh, putain oui !!

Je vais te les vider tes belles couilles !

Oui, complètement. Mais t’inquiètes, je recharge vite.

J’espère bien. La journée n’est pas finie !:)


Je commence à avoir mal à l’épaule et au bras quand je le sens retenir sa respiration au moment où son sexe, dans une contraction et relachement brutal asperge la toison de mon  pubis d’une façon inénarrable alors que se prépare sa deuxième décharge que j’accompagne d’une façon qui lui plait bien apparemment en comprimant et branlant son membre incroyablement beau . Le troisième et quatrième spasme ne sont que l’aboutissement de l’expression du désir de mon cul qu’a cet homme qui représente tout pendant ces moments de grâce qu’il me procure....


Jean-Luc, tu peux me baiser comme tu en as envie, quand tu en as envie.....Je ferai tout pour toi du moment que c’est ta queue qui me fait jouir.....Je n’en veux pas d’autre....

Putain que c’était bon, chérie..... Je suis complètement lessivé !!


Il se couche sur moi et on reste de longues minutes comme ça.. Je suis écrasée par son corps luisant de sueur et ma main recouverte de son foutre n’a pas laché son sexe, source de mon plaisir …....


Quand la tension retombe, il m’embrasse et me dit :


T’en vas pas mardi, restes une semaine de plus ! 3 semaines , c’est trop court !


Je souris de ce désir de moi qui transparait dans ces mots.


C’est plus facile à dire qu’à faire, même si j’en ai très envie ! Je vais esayer, promis.



On se rhabille doucement. Ilest presque 16 heures.


Qu’est-ce qu’on fait ?  On va chez toi ?

Oui, tu n’es jamais venue ?

Ben, non, on devait y aller vendredi dernier  et tu t’es arrêté en cours de route, tu sais,sous la 4 voies ! :)

Tu as regretté ?

Oh non, pas du tout:) !!



On reprend donc la voiture. On redescend à Ste-Marie , reprend la route de St-Denis ( SIN DNI), un peu laborieux la traversée !,  puis celle de St-Paul.


L’appartement de Jean-Luc se trouve dans un petit immeuble au 4 ème étage, orienté ouest avec une grande terrasse moquettée sans vis à vis.... Il ya un grand séjour, 2 chambres climatisées, vraiment sympa....


Une douche s’impose, il me laisse la priorité.....  Il fait bientôt nuit et je m’habille pour aller diner. Une robe noire, au dessus du genou, sans décolleté et avec des petites bretelles discrètes. Et des dessous assortis, en soie, bien sur.


Jean-Luc va à la douche après moi et prend un malin plaisir à se balader à poil dans son appartement. Un pantalon beige en lin et une chemise de soie noire font l’affaire.


Jean-Luc, les gens qu’on rencontre ce soir, c’est qui, vraiment ?

Ecoutes, elle, Aïna, elle doit avoir 37 ou 38 ans, c’est une des familles les plus riches de l’île. Elle n’est pas très jolie, tu verras, mais elle a un corps superbe, très mince …...

Pourquoi tu me parles de son corps, je suis supposée m’y interesser ?

Tu verras bien. En plus, c’est une personne très cultivée, elle fait de la peinture....

Et en dehors de la peinture ?

Rien de particulier à ma connaissance. Elle s’occuppe de son mari, Pierre.

Ah, Pierre, c’est son mari ?

Oui. Lui, il doit avoir la quarantaine, un grand gabarit, 1m90 peut-être,  et lui il s’occuppe d’immobilier à St- Leu et à St-Pierre....Il ont un superbe appartement à St-Leu...

Tu es déjà aller chez eux apparemment ?

Oui une fois.....

Et en quel honneur ?

Je t’ai parlé d’Andréa ?

Oui, la nana que vous vous partagez avec Matthieu ?;)

C’est un raccourci, mais, bon ! Oui, Andréa est une amie d’Aïna, les deux sont bi et pour faire plaisir à sa femme, Pierre voulait avoir une femme et un homme pour qu’Aïna s’amuse....

Donc tu t’es sacrifié et tu l’as baisée. Et comment ça se fait qu’on les rencontre ?

Je te l’ai dit, intérêt pour tout ce qui vient de la métropole....

Si je comprends bien, ils vont m’évaluer pour savoir si je suis capable de lécher Aïna comme il faut et de sucer Pierre comme il l’espère ?

Sur tes compétences, ils n’ont déjà plus de doute  :)  Non, je plaisante.

Ce soir on ne parle pas de libertinage à table. Quand on se séparera, il nous proposerons peut-être d’aller diner chez eux à St-Leu.  C’est Aïna qui décide d’inviter ou non. Mais on ne donne pas d’accord  immédiatement. Après , c’est toi qui décidera.......

D’accord, on verra:)


On se retrouve à 20 heures au CocoBeach. Ces gens sont vraiment très agréables et si Jean-Luc ne m’avait pas prévenue, jamais je n’aurais imaginé avoir affaire à des libertins..... A la fin du repas, pendant que Jean-Luc et Pierre allait payer, je reste seule avec Aïna :


Tu connais Jean-Luc depuis longtemps ?


C’était la première question « indiscrète » de la soirée....


Oui et non. Ca fait 4 ou 5 ans qu’on discute mais ca fait une semaine que je l’ai vraiment rencontré pour la première fois. Mais toi, tu le connais déjà, je crois, Jean-Luc ? Quand je dis connaître....

Oui, je le connais et je ne regrette pas de l’avoir connu:)

Alors moi aussi, je le connais déjà, lui réponds-je avec un clin d’oeil.


Le retour des hommes met fin à cette conversation.... Aïna prend alors la parole pour nous dire :


Bon, c’était bien sympa, mais  si vous voulez, avant que Corinne ne reparte, venez diner à St-Leu la semaine prochaine !?  Ca vous dit ?

Oui, pourquoi pas ? On en reparle d’ici le week-end ?



…...........


Jean-Luc me raccompagne en bas de chez Hélène.....  Pas de fantaisies....:)


— On s’appelle demain?

— Bien sur!!


23 heures.....Fin de lajournée et quelle journée !



Mercredi 21 mai:


6h:

Je suis réveillée par:

— .....vais te baiser, salope.....tu l’aimes comme ça, hein?......ouais, suçes-moi à fond.....

qui vient de la chambre d’à côté. Bastien doit être à fond dans Hélène, elle va être en forme tout à l’heure. J’arrive à me rendormir....


8h: Je croise Hélène au petit déjeuner....


— Alors, Hélène? En forme?

— Ouiiiiii, ca va!

— Ca va, ca va? ;)

— C’est pas vrai! On t’a encore réveillée?

— Oui, je sais maintenant comment il aime que tu le suçes :) :) !!


On éclate de rire.....


— Et toi, Corinne, c’était beau le piton Fougères!? En tout cas, il a l’air sympa, Jean-Luc.

— Oui, le piton était vraiment......agréable.....la  montée.....c’est vrai mais il m’a crévée!

— Ah! Ah!? Le piton était raide et pointu?

— Arrêtes, Hélène! Pas comme ça! :) :)  Non, il cavale tout le temps! A la montée! A la descente!

— Il faisait beau là-haut? Parce que, Salazie,  c’est souvent bouché.

— Oui, super. On a largement eu le temps de regarder .......


Je ne lui ai pas raconté dans quelle situation j’étais pour admirer le paysage......mais je suis convaicue qu’elle a deviné.....On s’est embrassée.....


— Hélène, je t’adore.

— Corinne, tu n’es pas Mère Thérésa mais c’est pour ça que je t’adore aussi. Si tu veux prolonger ton séjour..... Jean-Luc sera content.......

— C’est surtout moi qui sera ravie. Je suis bien quand je suis avec lui.....

— Il te baise si bien que ça?

— Autant que je puisse imaginer ce que c’est que d’être bien baisée!

— Tant mieux! Tiens, tu devrais appeller Cathy. Elle a cherché à te joindre hier. Moi, je pars bosser.

— Ciao, bisous. A ce soir!


10 h:

Après un brin de toilette, j’appelle Cathy....


— Bonjour Corinne, ca va?

— Oui, super.

— Tu vas à la plage cet aprem?

— J’irais bien mais j’ai pas de voiture.....

— Si je passe vers 16 heures.....

— Super, je t’attendrai en bas.



11h:

J’ai pris un bouquin pour faire passer le temps..  Un SMS de Jean-Luc.


SMS Lui:  Corinne, ca va?

SMS Moi : Ca va, oui mais je m’ennuie...

SMS Lui : Tu me manques.

SMS Moi : Toi aussi! Tu fais quoi à midi?

SMS Lui :  Je ne sais pas encore. Je t’appelle à midi. Bisous.


12h:

Le téléphone sonne, c’est Jean-Luc.....


— Corinne, t’as envie de quoi?

— Que tu me fasses prendre l’air un peu....

— Oui, moi aussi, j’aimerais bien te faire prendre l’air....

— Mais?

— Le problème c’est que ma voiture est au garage, je peux pas venir te chercher, je suis vraiment désolé.

— Dommage, je m’étais imaginée avec toi entre mes cuisses.....

— .......

— Allo? T’es toujours là?

— Oui, toujours là et plus encore. Je déconnais. Ma voiture va très bien. Je suis en bas de chez toi. Descends et sans petite culotte! J’ai hâte d’être entre tes cuisses!

— Tout de suite, connard! :)


13h:

gspmxakm

Je l’ai toujours entre mes cuisses et même plus!


14h:

Retour à l’appartement.


16h:

Cathy est à l’heure.

— On va où?

— Je sais pas, La Saline?

— Comme tu veux, c’est toi qui conduit....


Cathy pose une main sur ma cuisse. Etonnée mais sans réaction.....Tellement comblée par Jean-Luc....surement.


Sur la plage c’est grand beau...... toujours aussi peu de monde...... On se deshabille...... surtout Cathy...... Elle enlève son soutien-gorge....... Elle a une très jolie poitrine..... Des seins petits mais superbement bien galbés.... Des tétons qui pointent.... Ses yeux qui brillent.... Non, c’est pas possible, oh non! Mais elle est excitée, c’est pas vrai!


— On va se baigner?

— Tout de suite!


17h:

Quand on sort de l’eau, je vais me promener le long de la plage, me faire sécher au soleil et regarder ce que les gens rammassent ..... Quand , je reviens quelques minutes après, j’aperçois, de loin, Cathy allongée à l’abri du petit parasol. Elle s’est recouvert de sa grande serviette de bain, au moins le bas du corps.... Elle a une main sous la tête, les yeux fermés et un sourire à peine perceptible aux lèvres.....

J’ai le sentiment que quelque chose de particulier est en train de se passer. Je m’assois à 10 mètres et j’essaie de savoir ce que sa main, sous la serviette fait. Avec le vent et le bruit du ressac, elle ne peut pas m’entendre...... Mais au bout de quelques minutes, je comprends qu’elle est en train de se caresser.... Le mouvement de la serviette ne laisse pas d’ambiguïté sur ce qui se passe dessous.

Je me relève et m’approche en toussant assez fort pour qu’elle prenne conscience de ma présence.... Elle sursaute et retire brusquement sa main comme une enfant prise la main dans le pot de confiture.... Mais là, le pot de confiture et le plaisir associé se trouvent entre ses cuisses :)

Je m’allonge à côté d’elle, je me mets sur un coude et, l’air de surveiller les allées et venues sur la plage, je lui dis tout doucement, d’un air entendu:


— Cathy, excuses-moi de t’avoir dérangée, mais tu devrais terminer ce que tu as commencé.....

— Oh ca va! Je fais n’importe quoi par moment.....je ne me suis même pas rendue compte..... Ne m’en veux pas.....

— Pourquoi t’en voudrais-je? Tu ne fais pas n’importe quoi, tu t’es mise à poil sous la serviette pour te donner du plaisir en attendant qu’un mâle bien monté le fasse à ta place. Donnes-moi ta main!


Ca la fait rire.... Je prends son poignet et glisse sa main sous la serviette exactement là où elle était..... Elle me regarde d’abord d’un air interrogatif, sa main immobile..... Puis elle détourne le regard et ses doigts commencent à bouger.....


— Détends-toi, chérie. Donnes-toi tout le plaisir que tu veux. J’ai tout mon temps. Tu as tout le tien!


Elle ferme les yeux..... Je lâche son poignet.... Ses mouvements deviennent plus intenses et saccadés.....


— Bouges pas tant, on va se faire embarquer! :)

— J’m’en fous, Corinne! Si on est dans la même celulle, j’te boufferai la chatte!


Intenses et saccadés, jusqu’à ce qu’elle se tourne brusquement vers moi, presque contre moi pour jouir intensément, le temps pour moi de réajuster la serviette sur ses fesses. Son orgasme fini, elle me regarde l’air plutôt satisfaite:


— Woahhh! C’était bon!

— J’espère! Tu n’as pas eu l’air gêné que je te regarde jouir?

— Si mais tu ne l’as pas vu!  :)

— C’est vrai!

— Tu as déjà fait l’amour avec une femme?

— Oh oui, et elle s’appellait Cathy!

— Ah oui? Il y a longtemps?

— 13 ou 14 ans maintenant.

— Et c’était bien?

— Quelle question, bien sur que c’était bien!

— Et tu as arrêté?

— En grande partie, oui!

— Et pourquoi?

— A cause des hommes.

— Des hommes?

— Oui, tu sais, ces personnes qui ont un truc bizarre entre les jambes..... un truc qui peut devenir énorme si tu sais y faire..... tu vois ce que je veux dire? Et dont tu peux faire un usage très interessant  :)

— Je ne me rappelle plus très bien. Ca fait si longtemps que ....

— Ecoutes, si je trouve un de ces trucs bizarres sur mon chemin, je t’en apporte un, d’accord? Enfin, le premier sera pour moi, le deuxième pour toi!

— T’es une sacrée coquine!  Et ton mari, dans tout ça?

— Oh..... Laisses le où il est, je négocie de rester une semaine de plus!

— Tu le trompes?

— Je ne t’en ai pas dis déjà beaucoup?

— Si. Au fait quand tu es venue au cabinet, soi-disant pour te faire palper, tu savais très bien que tu n’avais rien, hein?

— Oui!

— C’était pour quoi alors?

— Pour mieux faire connaissance :)

— Tu sais que je peux palper autrement que professionnellement! :)

— Je m’en doute. Bon, tu me ramènes?

— Bien sur! Donc, vendredi à 13heures chez Hélène? T’auras un sac à dos, chaussures, frontale? J’ai réservé pour 2 avec le repas du soir.

— Oui, bien sur mais t’iras pas trop vite pour moi, hein?

— Tinquiètes!


19h:

— Alors CoCo, t’es sortie aujourd’hui?

— Oui, Cathy est venue me chercher vers 4 h.

— Ah d’accord, elle va bien?

— Ca avait l’air! Tu te rappelles qu’on va à La Roche écrite vendredi soir?

— Oui, je sais et ton petit scénario se met en place?

— Ca prend tournure. Jean-Luc devrait nous rejoindre avec Matthieu en soirée .....

— Et?

— Et il vont nous draguer! :) Ce que je racontes, c’est donc que Jean-Luc, toi et moi, on a fait le Piton des Neiges ensemble il y a 4 ans?

— Oui, je témoignerai! :)


Jeudi 22 mai:


8h:

— Salut Hélène! Je n’ai rien entendu, ce matin! :)

— On a mis la sourdine! :)

— Fallait pas! J’adore t’entendre! Bon, sinon, c’est vrai que je peux rester içi une semaine de plus?

— Bien sur ma chérie, même bien plus longtemps, si tu veux :)  Si tu veux la voiture, Bastien m’emmène...

— Super, j’avais envie d’aller voir l’Aquarium.

— Tu as raison,  tu devrais faire aussi la promenade en bateau.

— J’avais aussi envie de voir un jardin...

— Vas aux Mascareignes, c’est très sympa.


10h:

Je suis à l’Aquarium pour l’ouverture, à 10h. C’est féérique! Il n’y a presque personne. C’est pédagogique..... instructif..... passionnant... Pendant la visite :


SMS Lui:  Corinne, ca va?

SMS Moi : Ca va, oui très bien et toi...

SMS Lui : Tu me manques.

SMS Moi : Ah bon? Toi pas du tout!

SMS Lui :  Toi aussi tu ne me manques pas du tout :)

SMS Moi : Non, c’est une toute petite partie de toi qui me manque....

SMS Lui : Celle qui est déjà raide de l’envie de te baiser?

SMS Moi : Comment tu as fait pour deviner?

SMS Lui : A midi? Au rond-point de la sortie St-Gilles le haut sur la 4 voies? Tu me suis avec ta voiture?

SMS Moi : Ouiiiiiiiiiiiii!!! Tu prends des habitudes?

SMS Lui : J’espère bien! Et toi? La bite rude?

SMS Moi : Bof! Peut mieux faire! :)


12 h:

Je finis tranquillement la visite de l’Aquarium...... Puis je monte jusqu’au lieu de rendez-vous..... Je fais 2 fois le tour du rond-point.... J’aperçois le 4*4 noir..... Lui fait des appels de phare pour qu’il démarre et le suit....... Quand il s’arrête, c’est désert, vue imprenable sur la côte, bruit de la route des Tamarins.....

Il sort de la voiture en même temps que moi, court vers moi, me prend dans ses bras..... Me serre..... M’étouffe...... Je caresse son sexe dejà dur..... Je peste contre les boutons difficile à défaire, la fermeture éclair qui ne veut pas descendre, la ceinture du slip qui est trop raide.....je m’empare de sa bite..... pour être baisée..... Maintenant!....  Ma bouche se pose, gourmande, sur son gland si sensible, sur sa veine palpitante que je commence à connaître...... J’y dépose des petits baisers sensuels, entrecoupés de coups de langue légers..... Ma langue descend lentement jusqu’au creux de ses couilles..... Il frissonne de plus belle..... Ses mains viennent se poser sur mes seins.....  J’ai un soutien-gorge qui peut laisser les tétons à l’air. Sa main glisse sur la dentelle, vient se poser sur le mamelon, et le pince doucement .....Je le sent aussitôt réagir sous ses doigts..... Je  suçe maintenant sa grosse bite mais il n’en a pas besoin.... Puis je me caresse le bout des seins avec..... Ils adorent cette queue ferme! Je me redresse et pose mes fesses sur le bord du capot..... Je tiens Jean-Luc fermement par son pieu jusqu’à ce qu’il me caresse la fente avec son gland.


— Baises-moi, putain! Sur la voiture..... n’importe où! Mais baises-moi!

— Tiens, prends ça!

— Ohhhhhhhhhh!!!  Ouiiiiiiiiiiiiiii!! Bourres-moi!!!!! Défonces-moi!!!!!!!!!!

— T’es vraiment bonne à baiser!!!!!!!!

— Oui, je veux, je veux, je veux, je veux que tu me fasses jouir!! Je te sens bien! Ta grosse bite est bien au chaud? Ouiiiiii, baiiiiiiiiiiises-moi!!!


Je suis sur le capot de la voiture, il me claque les fesses, me retourne brutalement et me fourre sa belle queue par derrière. Il n’a jamais cherché à m’enculer, j’aimerais qu’il se lance! Aujourd’hui, j’ai envie de sa queue partout! Ses coups de rein deviennent de plus en plus sonores et les flocs flocs des chocs de nos cuisses et de ses couilles me remplissent les oreilles de façon plus excitantes encore......

J’attrappe ses couilles entre mes cuisses et, pensant faire jouir mon mâle endurant, c’est moi qu’il envoie en l’air.... Je perds pied quelques secondes puis extrait son pieu de mon vagin qui l’aspire et le branle à 2 mains avec frénésie jusqu’à ce qu’il jouisse sur ma chatte et sur mes mains...... Il a épargné ma robe!..... Je ne me suis rarement sentie aussi vulgairement femelle et j’aime ça!


— Putain, quelle envolée! Woahhhhh! C’était bon!C’était bon!C’était bon!!!



16h:

Je suis à la plage.... cette fois-ci, c’est vraiment repos. Entre Jean-Luc et Cathy, je n’ai pas le temps de m’ennuyer :) Il faut que je rentre de bonne heure à l’appartement. Je dois m’occuper de reporter mon retour en métropole. J’espère que ça ne me coûtera pas trop cher mais j’ai tellement envie de rester!


18h:

Coup de téléphone de Jean-Luc:


— Ca va?

— Oui, ca pourrait être pire? T’as senti comme tu m’as envoyée en l’air?

— J’étais pas sur :) !! Chérie, demain, c’est quoi l’embrouille?

— Pas compliqué, vous arrivez au gîte juste un peu avant le diner, 18h30. Toi et moi on fait sembler de se reconnaitre.... On a fait le Piton des Neiges il y a 4 ans avec Hélène, ma cousine, qui confirmera auprès de Cathy si nécessaire,  je ferai un effort pour me rappeller.

Et puis, si vous en avez envie, vous nous draguez, ça ne sera pas trop difficile, j’éspère, enfin, toi tu me dragues, tu laisses Matthieu se débrouiller avec Cathy, et tu te débrouilles pour que le lendemain matin on parte tous les quatre à 5 heures du mat pour voir le lever du soleil à La Roche Ecrite! Bon, Cathy n’est évidemment pas au courant et ton pote, vaudrait mieux qu’il y aille avec doigté. Tu vois ce que je veux dire? Si tu veux le mettre au courant, c’est toi qui vois. Cathy est une blonde très mignonne, 34 ans, je crois, médecin, divorcée depuis 2 ans, sportive et elle a besoin de câlins. Et là, je déconne pas!! Tu me comprends? Faut y aller en douceur...

— Fais-moi confiance. Je vais réfléchir si j’informe Matthieu. Le mieux serait peut-être de laisser les choses aller naturellement....

— Surement, mais  je ne connais pas Matthieu.....

— Je t’embrasse. Tu sais que j’ai énormément de repect pour toi? Tu m’impresionnes. Je ne suis pas le même avec toi....

— C’est gentil mais ne te prends pas trop la tête..... Bonne nuit chéri.

— C’est con mais j’aime quand tu m’appelles "chéri" . Bonne nuit! A demain soir!


19h:

Soirée cinéma avec Hélène et Bastien.


Vendredi 23 mai:


8h:

— Corinne, j’ai mis toutes tes affaires de montagne dans la buanderie. Et j’ai changé la pile de la frontale!

— Super, t’es la meilleure!!

— Tu parles! Et demain soir, quand vous rentrez, vous avez des projets?

— C’est vrai que Bastien n’est pas là. Si on dine tous les 4, on peut être 5!

— Ca me plairait bien de rencontrer Jean-Luc et Matthieu....

— Ca doit pouvoir se faire..... :)



10h:

Coup de téléphone de Jean-Luc:

— Ca va ma belle?

— Bien sur. T’es prêt?

— Oui! Mais je t’appelais pour autre chose. Tu sais qu’on doit aller chez Aïna et Pierre la semaine prochaine. Il faudrait convenir d’une date. Jeudi ou vendredi? Ca t’irait?

— Plutôt vendredi. Jeudi, c’est l’Ascension, je crois qu’on fait  quelquechose.

— D’accord... Et puis faut qu’on parle de cette soirée....

— Je crois deviner le genre de ce qui peut se passer à 4. J’aurais aimer passer 3 semaines en ne me faisant baiser que par toi... :) .  Ca risque d’être raté, non?

— Si j’explique à Aïna les limites que tu veux mettre.....

— Non, je le fais pour toi.... tu as envie de me voir faire l’amour avec Pierre?

— Ca me plairait bien, oui. C’est toi qui mettra les limites :)  ! Bisous! 

— Et puis j’aimerais avoir des souvenirs, que tu nous prennes en photo, avec mon appareil, quand on fait l’amour.

— J’essaierai! Alors à ce soir! Bisous!

— Oui, bisous!


13h:

Cathy est à l’heure!


— Ca va Cathy, en forme?

— Ca va, oui, et toi?

— Oui, à part l’âge et le manque d’entrainement.....

— Arrêtes, c’est une balade cool, tu verras, 2h cet aprem, 1h et demie demain matin!

— N’empêche que toi tu cours régulièrement et pas moi mais je m’en fiche, tu devras m’attendre :) !

— Bon, on va d’abord à St-Denis, SIN DNI comme on dit içi et après la voiture monte....

— Alors? Embouteillages?

— A cette heure-ci ça devrait rouler.....


Effectivement, ça roule plutôt bien et à S-Denis, on passe devant l’Hopital et on commence à monter. Enfin, la petite VW de Cathy...... On passe le Brulé et 1/2 heure après on arrive vers 1300 m, bravo Titine! et on gare la voiture..... Plus que 2 heures :)


2 heures de montée en fôret tropicale, ça ressemble beaucoup à la montée au Piton Fougères, mais je ne lui parle pas de cette rando ni de Jean-Luc ni de mes chauds souvenirs! Après 2h, vers 16h, on arrive au gîte!


Impression étrange! Ca ne ressemble pas du tout aux autres gîtes, on dirait plutôt un refuge alpin de moyenne montagne. Un chalet immense et surement confortable mais qui ne semble pas être pour nous et des petits bâtiments dortoirs-douches à une cinquantaine de mètres. Un seul dortoir est ouvert, 8 places, pas de chauffage, chauffe-eau en panne! Tout va bien! Bon, on ne va pas rester 2 semaines alors on va survivre.....


On s’installe et on commence à discuter avec un couple de retraité métropolitain qui parte pour une rando de 3 semaines. On a l’air un peu ridicules avec nos petits sacs.... Cathy propose d’aller faire un tour, tant qu’il fait jour, sur le chemin qu’on empruntera demain matin en pleine nuit. Vers 18h, retour au dortoir, on essaie la douche, froide mais froide de montagne, Brrr, impraticable, demain soir, on va sentir bon!


C’est le moment que Jean-Luc et Matthieu ont choisi pour arriver! Bonjour, bonsoir, vous arrivez d’où? Vous allez où? Et patati et patata.... J’attends que Jean-Luc commence son numéro...... Ca y est! 

— Mais vous Corinne,j’ai l’impression de vous avoir déjà vu quelquepart....

— Oh ben, ça m’étonnerait, je ne suis pas du tout d’içi et là je viens juste d’arriver.

— Et c’est la première fois que vous venez?

— Ah non! Mais je ne crois pas pour autant qu’on s’est déjà croisé. Ca s’est un bon truc de dragueur!! :)

— Non, pas du tout!


Pendant ce temps là Cathy et Matthieu se regarde en se demandant ce qui se passe...


— Et la dernière fois que vous êtes venue, c’était quand?

— Il ya 4 ans, également en mai. Mais vous savez qu’insister , c’est déplaire? Non, je plaisante.

— Il y a 4 ans? Et le Piton des Neiges?

— Quoi le Piton des Neiges? Oui, je l’ai fait! Faut se lever tôt et j’aime pas me lever tôt, c’est comme là!

Alors là, Jean-Luc est très fort quand il nous fait le coup du "Ah! Bon Dieu!Mais c’est bien sur!!"

— Vous n’avez pas une amie qui s’appelle Hélène?

Là, je prends mon air surpris:

— Une amie et même une cousine, oui!

— Et vous avez fait le Piton avec elle?

— Oui!

— Et c’était avec un groupe de leurs amis?

— Oui!

— Ben, j’en faisais partie et c’est là que je vous ai vue!

— Alors là!? Oui,peut-être...Surement,même....Et vous m’avez reconnue?

— Oui, pas tout de suite, mais finalement ça a fait tilt!

— D’accord, d’accord.....

Bon, j’abrège.... Présentations..... Vous prenez votre repas au gîte?... Oui.... On y va ensemble?.... Pourquoi pas..... A 18h30, il fait nuit et on part diner au gîte presque bras dessus bras dessous! Je me mets en face de Jean-Luc, Matthieu à ma gauche et Cathy en face de lui...... Cathy semble très détendu et Matthieu a l’air sympa. Peau blanche, cheveux chatain clair, yeux brun, un peu plus grand queJean-Luc. Pas du tout le genre a en faire trop et à se pouser du col. Je détesterais.


J’ai des pensées cochonnes. J’aimerais faire la connaisance d’Andréa que tous les deux baisent , en même temps ou pas, je n’ai pas encore très bien compris. Je suis sure qu’elle aurait des trucs marrants à me raconter sur mes deux petits camarades, si je puis dire.


Et Matthieu qui demande:


— Et demain, vous partez à quelle heure?


Et Cathy de répondre:


— A 5 heures, on monte pour le lever du soleil à 6h30 à là-haut.

— Mais il faut pas 1h30 pour monter!

— Ah nous on n’est pas des rapides!

— Bon, Jean-Luc, on va devoir se lever plus tôt que prévu. De toutes façons, quand elles vont se lever tout le monde sera reveillé! C’est jamais discret les filles dans un dortoir! :)

— Ah,le vilain macho!

— Je plaisantais! Si vous voulez, on peut partir ensemble, à moins que ça ne vous embête.

— Non, pas du tout. répond Cathy, t’en penses quoi Corinne?

— Ca m’embête mais je ferai un effort! Au fait, on pourrait se tutoyer, non?


Et tout le monde de rire!


 J’oublie de dire que le couple de métropolitains était à côté de nous et participait aussi aux discussions. Après le gâteau qui n’était pas terrible,  tout le monde a repris le chemin du dortoir.  Réveil à 5h!  Pas de petit déjeuner! Chacun dans son lit! J’aurais aimé faire des reflexions sur ma solitude dans mon lit mais ce n’était pas le moment. En tout cas, Cathy a l’air plutôt détendue.......



Samedi 24 mai:


Debout à 5h, j’étais réveillée, j’ai mal dormi, je dormirai mieux ce soir. Quelques fruits secs et départ.

Matthieu en tête, Cathy derrière, puis moi et Jean-Luc pour fermer la marche. Il fait froid, j’ai mis ma polaire pour démarrer, je ne vais pas tarder à l’enlever sinon je n’aurai rien à me mettre là-haut. Quand je m’arrête, jean-Luc stoppe derrière moi... Les deux devant prennent 20 ou 30 mètres  qui donnent à Jean-Luc l’occasion de me careesser les fesses.


— Jean- Luc, tu as été génial! Continues!


On repart. Le ciel est dégagé, plein d’étoiles. La fôret a cédé la place à de grandes dalles de lave avec une végétation beaucoup plus basse. Au bout d’une heure, le jour se lève doucement mais le soleil est encore caché. Je commence à souffler ce qui m’attire des remarques agréablement désagréables de Jean-Lucsur mon entrainement.....  Ah les métropolitaines, elles aiment certains sports mais pas tous....... Cathy et Matthieu commencent à être loin devant.... On ne les voit presque plus..... En deux secondes, je me retourne, j’embrasse Jean-Luc, je me retourne et je repars..... Surpris, il a perdu au moins deux secondes...... On est maintenant presque au sommet, le soleil apparait à l’horizon. Ca caille vraiment! Cathy et Mathieu nous font des signes depuis le sommet..... Putain qu’il me parait loin!  5 minutes après, j’y suis! Avant toute chose , je m’habille,  polaire, coupe-vent.... C’est limite mais ca ira!

La vue est superbe!   Le Piton des Neiges dans sa splendeur!


— Tu vois, il y a 4 ans, on était là-haut ensemble!


Et tout le monde de regarder ensemble le Piton des Neiges qui s’embrase au soleil levant. C’est vraiment cool.

Au bout d’une demi-heure, on décide de redescendre.... doucement!


Doucement, c’est beaucoup dire ... Moi, je regarde où je pose mes pieds.... Cathy et Matthieu caracolent devant....  Jean-Luc a la gentillesse de m’attendre......


Tout d’un coup et je ne l’avais pas entendu venir, un gars en petit short, débardeur et dossard n° je ne sais plus combien nous double à fond la caisse en dansant sur les cailloux du chemin sans  même se rendre compte de leur existence alors que moi je les négocie un par un..... Ecoeurant! Puis un deuxième, un troisième..... Ils ont combien comme ça.... Ils viennent du bas, ils viennent de monter à 2000 mètres en courant, histoire de.... Cathy et Matthieu nous attendent.... Ils discutent courses, Grande Traversée, entrainement, combien de fois par semaine.... Ils sont fous.... Quand on arrive au refuge.... De grandes tables dehors, des gens qui enregistrent ceux qui arrivent avant qu’ils ne repartent..... Il y a 2 courses aujourd’hui.... Une 45 km et une 60 km....  Les 45 km sont en train de monter par le chemin qu’on a monté hier soir avec Cathy et qu’on va emprunter pour rentrer à la voiture. Cathy me dit:


— On faisait des courses comme ça avec mon mari... J’aimerais bien reprendre l’entraînement!

— Et bien, je ne t’envies pas. Chacun son truc! Moi, je marche, je ne cours pas!

— Allez on descend?


Oui on descend, j’ai toujours pas de petit déjeuner dans l’estomac.....


A la descente, c’est infernal.... Je ne sais pas si c’est la 45 ou la 60 qui monte mais on croise un nombre incroyable de dossards!   A chaque fois, il faut se mettre de côté sur ce chemin étroit.... Il y en a de toutes sortes...... Des hommes, des femmes.....  Des jeunes, des moins jeunes...... Des noirs, des blancs, enfin tout ce que La Réunion compte de couleurs..... Des gros, des moins gros...  Des silencieux, des qui n’arrêtent pas de parler à la montée....


Deux heures comme ça, épuisant..... Arrivée à la voiture, contente de prendre la bouteille que me tend Cathy arrivée bien avant moi en compagnie de Matthieu.


— Bon, on fait quoi? Demande Jean-Luc...


Ce n’est pas le moment que je lui dise que son intimité me manque, même s’il aimerait bien.....  Quand je vois son 4*4 garé à côté de la VW de Cathy, je pense à plein de choses agréables...


— Je propose qu’on aille se doucher et on se retrouve au plus tard pour dîner? Jean-Luc et moi, on vous invite! propose Matthieu.


— T’en penses quoi Cathy? Lui demande-je.-

— Oui c’est  pas une mauvaise idée..

— Oui mais j ’avais dit à Hélène qu’on irait avec elle....

— Ben, on l’invite aussi!

— D’accord mais faut que je vois si cela ne lui pose pas de problème....Je vérifie....


Tout est bientôt arrangé, on se retrouve tous les 5  au Manta à 20h, Hélène réserve..... Cathy et moi redescendons et rentrons chacune chez soi nous doucher et, à 13 heures  Hélène me dépose chez Cathy pour déjeuner. Elle garde la voiture pour ses courses du samedi après-midi. Je me sens propre comme un sou neuf et en pleine forme!


Dans la descente j’ai essayé de faire parler Cathy sur la balade et nos  “accompagnateurs”....   Apparemment, Matthieu et elle ont un passe-temps en commun, la course à pied et Matthieu semble avoir proposé à Cathy d’avoir des entrainements ensemble......  Je ne dis rien car elle est à St-Gilles.  et lui à St Pierre et ce n’est pas la porte à côté!...  Mais elle trouve ça très bien car elle adore et que ça lui changerait les idées qu’elle s’y remette mais pas toute seule....Courir toute seule :”C’est chient!” dixit Cathy.

Bon, moi j’argumente contre... la distance... et puis il a l’air très fort.... très entrainé..... tu suivras pas......  Mais pas trop contre, juste ce qu’il faut pour qu’elle ait envie de contrecarrer mes arguments....

Arrivée à la maison, c’est tout juste si je ne me faisais pas engueuler parce que je ne comprenais rien à rien et surtout rien à la course telle qu’elle se pratique à La Réunion.... Ca, remarques, c’est un peu vrai !


Donc, de ce côté là, aujourd’hui, ça roule, doucement mais ça roule.... :)  Prochaine étape, ce soir.....


14H:


Cathy et moi partons à la plage....... Cathy enlève son soutif d’entrée jeu.  Discussions de plage.....


— T’étais souvent derrière avec Jean-Luc, hein?

— C’est vrai mais vous fonciez comme des V2!

— Tu rigoles? Vous ralentissiez dès que vous vous rapprochiez! Vous aviez envie d’être seuls! Avoues!


Tout ça sur le ton de la plaisanterie


— Et pourquoi j’aurais fait ça? 

— Parce qu’il te plait bien , Jean-Luc, je vous ai observés, tu le regardais souvent et tu buvais ses paroles!  Tu te le ferais bien, hein?

— N’importe quoi! Remarques, toi, tu n’as rien à dire. T’étais tout le temps avec Matthieu.! Vous avez des centres d’intérêt communs, on dirait?

— Oui, c’est un coureur! dit-elle en rigolant. C’est vrai que je m’y remettrais bien. Il m’a proposé de m’entrainer avec lui mais il est loin, St Pierre, bof!

— Mais ça te dirait de ….. t’entrainer avec lui?

— Tu sais , toute seule, c’est pas marrant.

— C’est vrai qu’il y a plein de choses plus marrantes à 2 que toute seule.... Mais il me plait bien Matthieu, il est avocat ou quelquechose comme ça?

— C’est ca, oui! Je crois que c’est un type bien, oui.

— Enfin, moi, je suis sure que tu lui plais bien!

— Corinne, je peux te poser des questions indiscrètes?

— Vas-y toujours, je m’attends au pire! Mais je t’en poserai de pires après!

— Tu as raison! Dit-elle en éclatant de rire.... Vraiment très indiscrètes. Mais tu n’es pas obligée de répondre......Est-ce que tu as déjà couché avec une femme?

— Ma chère amie.... Eh bien, la réponse est oui.  …. Et toi?

— Moi? …. Ben, non...

— Mais ça te tente, hein?

— Je dois dire que ça m’interpelle....

— J’ai cru remarquer, ajoutai-je avec un grand sourire

— Je suis si transparente que ça?

— Sur certains sujets, tu es transparente, comme nous pouvons tous l’être et, sur le sexe, tu es très compliquée....

— Ah bon?

— Oui, apparemment tu en veux aux hommes, ce qui est normal un peu, un peu seulement, parce qu’un homme t’a larguée, et tu te demandes si une copine ne serait pas une compensation valable.....

— Il y a un peu de vrai.... Mais essaie de me comprendre.....

— Je sais que ce n’est pas toujours simple. En tout cas , si tu es vraiment bi comme moi, un homme est un homme, une femme est une femme et ce sont deux plaisirs qui ne sont pas identiques. Moi, je ne peux pas me passer des hommes, mais......

— Mais quoi?

— Mais rien! :)

— Autrement, tu t’es aperçue comment que tu étais bi?

— Bon, je vais me baigner.

— D’accord, je bouquine en t’attendant...


L’eau est géniale, il y a de l’air comme presque tout le temps.... Peu de monde, surtout pour un samedi..... Elle m’énerve un peu la petite, là! ….. Elle veut tout savoir.....  Remarques, elle est mignonne et si elle me lèche comme elle palpe....ou caresse... Je retourne vers Cathy et m’allonge à côté d’elle....


— Corinne, mets-toi à l’aise.....


Je comprends qu’elle aimerait me voir seins nus...... J’enlève mon soutif. Et libère mon 95C....


— Alors comment tu as su?

— Ben, c’est long comme histoire...... J’ai une amie qui s’appelle aussi Cathy.....  Je la connais depuis plus de 25 ans.....  C’était une vraie copine mais pas du tout le même tempérament, moi, je me suis mariée à 20 ans, des enfants tout de suite....  Elle, elle se tapait tout ce qui bandait pour elle et qui était à sa portée..... Un jour, on avait 31 ans, je me rappelle, on est allé sur une miniplage au bord d’un petit lac dans le Jura et là, j’étais allongée comme là maintenant, la même tenue, et elle a posé sa tête sur mon ventre  pour lire...... Au bout d’1/4 d’heure, j’ai posé mon livre..... puis, elle, le sien......  Et elle s’est  mise sur le côté en me tournant le dos... …   Puis quelques minutes après, j’ai commencé à sentir mon bas-ventre se.... comment dire?  Se manifester, oui......   J’ai compris que finalement, ce qui m’excitait, c’était elle, elle qui passait son doigt sur ma fente au travers de mon string, elle avait commencé doucement, je ne m’en étais même pas apercue et puis progressivement , moi somnolant à moitié,  elle m’a cressée le ventre et je trouvais ça très agréable.... puis elle a commencé à glisser 2 doigts sous la ceinture de mon string...  et ½ h après, j’avais joui pour la première fois sous les doigts d’une femme..... A part les miens, bien sur!! ajoute-je en riant.

— Corinne? Je te plais?

— Pardon?

— Est-ce que je te plais?

— Cathy,  tu es une très jolie blonde... Tu ne laisses pas les hommes indifférents et si tu avais un peu plus confiance en toi, tu pourrais avoir tous les hommes que tu veux.... Parce que c’est d’un mec dont tu as besoin... !

-  Corinne, j’ai envie de toi, c’est pas compliqué.....

— Ben, un peu quand même!

— Je ne te demande pas de tromper ton mari, tu as déjà fait ce que je te demandes et tu as aimé. Tu ne penses pas que je serais capable de te donner du plaisir?

— Oh! surement que si!


C’est pas vrai, il n’y a qu’à moi que ça arrive!


— Corinne, ce soir, après le diner, tu te débrouilles pour me rejoindre chez moi, d’accord?

— Mais je pense que Mattieu ne sera pas content!

— Non, mais Matthieu, il me raccompagne en bas de chez moi, on prend rendez-vous pour la semaine prochaine… je lui fais un gros bisous sur la bouche, je lui dis que je ne baise pas le premier soir mais que le 2ème, qui sait? …. et toi tu arrives 10 mns après,  ca te va le plan?

— On peut essayer.


Moi qui voulait monter un plan avec Jean-Luc,  c’est raté!!!!  De toutes façons...... Et là , elle s’aperçoit :


— Au fait, pour les voitures, ca ne va pas marcher!?  Hélène va te ramener! Et ce n’est même pas sur que Matthieu et Jean-Luc ne vienne pas avec une seule voiture. Il me semble que Matthieu reste chez Jean-Luc, il ne rentre pas ce soir à St-Pierre.


— Désolée Cathy, ton plan, faut remettre! Tu veux que je reviennes au cabinet consulter?  Ou alors demain? Je passe dans l’après-midi? Je t’appelles demain matin, d’accord?

— OK,, t’es cool, Corinne! Tu me plais beaucoup!

— Toi aussi, on s’approche du resto?


19h:

On se retrouve avec Hélène, Matthieu et Jean-Luc au Manta.... C’est cool.... Pas trop de monde.... Tout le monde semble à l’aise...... C’est assez amusant, du reste, de voir la situation de chacune des personnes autour de la table...

Hélène est venue en avance. Elle, elle a un amant qui lui va bien.... Elle sait pour Jean-Luc et moi..... De Jean-Luc elle ne connait pas grand chose, à peu près autant que moi.... Elle n’imagine pas qu’il a une copine, Andréa, qu’il honore un jour sur deux en alternance avec Matthieu..... Cathy ne sait pas que je couche avec Jean-Luc  et plait bien à Matthieu...  Je pense que la réciproque est vrai mais Cathy ne veut pas se l’avouer alors elle me drague...... Est-ce parce qu’elle me rappelle mon autre Cathy? Est-ce parce qu’elle donne envie de faire quelque chose pour elle?.... Matthieu qui saute Andréa et qui aimerait surement se faire Cathy...... Cathy est jolie et intelligente......

On commande les menus.....  Je pars aux toilettes... Quand je suis en train de me laver les mains, Cathy arrive......  On est seules...


-  Corinne, je suis désolée pour ce que je t’ai dit tout à l’heure.

-  C’est à dire?

-  Que j’avais envie de toi..... J’ai été ridicule....

— Je n’ai pas trouvé ça ridicule du tout! Je trouvais ça même plutôt sympa! Mais ce qui est ridicule c’est de changer d’avis tout le temps!


J’en ai marre, je la plante là et retourne à table avec mon plus beau sourire.... A peine assise, je reçois un SMS.... Je m’excuse et lis sur mon portable ce message de Cathy.....


SMS Elle :  Je suis vraiment ridicule..... Tu me plais..... J’aimerais tant qu’on se voie!”


Ma colère retombe....  Je lui réponds brièvement:


SMS Moi :  Moi aussi, on en rediscute demain. Ce soir.... suis crevée.... On est debout depuis 5h!


et quand elle arrive, je lui fais un petit clin d’oeil complice....



A suivre........