Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 9 930 fois
  • 43 J'aime
  • 0 Commentaire

mon vieux adoré

Chapitre 1

Hétéro

C’est au cours des vacances de Février que je fis la connaissance de Pierre, un ami de fac de mon père, il était gérant de l’hôtel restaurant dans lequel nous logions maman, papa et moi.

J’avais 19ans, étais en première année de droit et j’accompagnais à regrets mes parents pour ce que j’espérais être mes dernières vacances avec eux.

Julie, mon amie et ma complice, avait invité quelques amis dans le chalet de ses parents.

Il y avait Marc un beau garçon qui ne laissait aucune filles indifférentes et moi en particulier, j’étais sure de rater un occasion en or.

J’étais en conflit ouvert avec mes parents, et passais le plus clair de mon temps seul sur les pistes.

Nous partagions uniquement le repas du soir et en général je ne décrochais pas un mots, le troisième jours je reçus un appel de Julie qui finit de m’anéantir, le beau Marc venait de conclure avec une fille que j’appréciais moyennement.

Le soir venu j’accompagnais l’équipe du personnel de l’hôtel pour une virée nocturne qui se termina en discothèque, j’avais un peu forcé sur le mojito et commençais à faire un peu tout et n’importe quoi au milieu de la piste tout ça encourager par quelques garçons.

C’est au moment ou j’allais me mettre les seins à l’air que Pierre fit irruption, il m’entraîna à l’écart, je l’insultais copieusement pendant tout le trajet qui nous mena dehors.

Dehors je fus saisit par le froid et par la gifle que je reçus, cela eu pour effet de me calmer.

Pierre me couvrit avec sa doudoune et nous prirent la direction de l’hôtel l’un contre l’autre sans un mots, on emprunta l’entrée de service pour accéder a ses appartements.

Pierre occupait une grande chambre composée de deux pièces avec une salle de bain, a peine étions nous rentrer qu’il m’attrapa un grand drap de bain.

— si tu ne veux pas rentrer dans ta chambre tu peux rester ici je prendrais le clic-clac

— merci je hummm

— tais toi et file sous la douche


Lorsque je sortais de la salle de bain, nue dans mon grand drap de bain, Pierre s’était dévêtu ne gardant que son boxer et il consultait ses e-mail, je fus surprise par son physique, rien a voir avec mon père, Pierre a 45 ans avait un corps que beaucoup de jeunes auraient pu lui envier, des pectoraux bien dessines, le ventre plat, des cuisses musclés dommage qu’assis je puisse bien voir ses fesses.

Fatiguée de mes excès je m’approchais de lui pour l’embrasser avant de me coucher, a cette instant il se leva et c’est le moment que choisit ma serviette pour tomber à terre me laissant complètement nue. Pour cacher ma nudité je me plaquais contre Pierre l’enlaçant de mes bras la tête sur son épaule, n’osant plus bouger, le temps me paru s’arrêter avant de sentir ses mains se posaient sur le haut de mon dos et descendre peu à peu lorsqu’elles arrivèrent aux creux de mes reins je me plaquais encore plus contre lui.

Je sentais son sexe bien dur contre moi,je me suspendais un peu plus a son coup,il m’aida a me soulever et les jambes autour de sa taille,que nous nous sommes embrassés.En même temps que nous échangions ce long baiser Pierre me porta jusqu’au lit.

Il m’allongea dessus, quand nos regard se croisèrent il me mit le doigt sur la bouche en signe de silence, ses mains descendirent mon corps effleurant mes seins pour glisser le long de mes jambes, il s’agenouilla entre mes cuisses, le visage a quelques centimètres de mon sexe lisse, je sentis un doigt parcourir mes lèvres humides, les écartant, découvrant mon bouton rose.

Lorsqu’il posa ses lèvres sur les miennes et que sa langue se posa sur mon clitoris je me cambrais, écartant les jambes pour mieux m’offrir à cette délicieuse caresse, le plaisir monta très vite en moi, je me mordais la lèvre pour ne pas hurler, lorsque j’atteins ce qui allait devenir le premier orgasme de ma vie, j’enserrais à la fois la tête de Pierre entre mes jambes aux rythme de mes spasmes, et mes seins à pleine main en étirant ces tétons nouvellement long et dur.

Quand la pression de mes jambes lui en laissa la possibilité, Pierre se releva, m’embrassa plein de ma liqueur tout en couvrant mon corps nu de la couette et me souhaita bonne nuit.

Je tentais de le retenir mais il se libéra, éteignis la lumière et partit à la salle de bain.

Deux minutes après je tombais dans les bras de Morphée.


A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live