Le site de l'histoire érotique

Mon voisin est un gros porc et j'aime ça.

Chapitre 2

Soirée d'adieu avec Kévin (1)

106
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 49 089 fois

106

8

— Tu mouilles là ?

— Putain JP ! J’suis au boulot.


C’était un SMS de Jean-Pierre. Il était à peine midi.


— Moi aussi... Et je bande comme un âne en pensant à ton p’tit cul, ta p’tite chatte...


Suivait un snapchat non équivoque.


— Alors tu mouilles ?

— Non, pourquoi je mouillerais ?

— En pensant à ma belle queue que tu as bouffée hier soir, à mon bout tout blanc que tu as sucé ce matin... À tout.

— Ben non je mouille pas !

— Et en pensant à ce soir ?

— J’ai pas l’occasion de penser là ! Je bosse.

— Moi aussi je bosse... Et ça m’empêche pas te penser à toi ma petite chérie, tu vois comme ma quéquette est bien droite ?


Re snapchat.


— T’es dingue, si quelqu’un te voit !

— Mais quelqu’un me voit !

— Qui ?

— Mon chef d’équipe, Baobab, celui que j’t’amène ce soir. Il est d’accord... Tu penses !

— Baobab ?

— Un surnom... Tu comprendras ce soir !

— Bon OK, à ce soir !

— Tu m’envoies un snap de ta chatte ?

— J’fais comment ? J’suis au boulot je te dis !

— Baobab il veut voir ta petite moule... Il aime bien les vulves des petites filles comme toi !

— J’suis plus une petite fille.

— Ben si ! T’es toute petite à côté du baobab... Et t’es plus jeune que nous.

— OK, OK, à plus

— Snap de ta chatte stp !

— J’peux pas !

— Va aux chiottes et photographie -toi.

— OK !


J’allais donc aux toilettes et fit ce qu’il me demandait.


— Mets un doigt !

— J’obtempérais.

— Tes p’tits seins, ton cul !


Aussitôt dit, aussitôt fait !


— Tu mouilles là ?

— Non !

— Ça t’excite pas ?

— Non... Kévin m’a relancée. Il veut qu’on discute !

— Il veut se remettre avec toi ?

— Non... Il veut s’expliquer et pouvoir rester à la maison une semaine le temps de se retourner.

— Tu vas faire quoi ?

— J’sais pas !

— Dis-lui de venir !

— Quoi ? T’es sérieux ?

— Ben il aime la bite, j’crois qu’il appréciera de voir la mienne... Et Baobab aime bien enculer un mec à l’occasion.

— N’importe quoi !

— Ça te dirait pas de le voir faire cocu son pote... Après t’avoir fait cocue ?

— Tu déconnes !Je r’tourne bosser JP. Biz. A ce soir.

— Biz sur mes roustons ?

— Où tu veux !

— Cool.


N’importe ! Ce que JP m’avait dit me trottait dans la tête. Voir Kévin tromper son mec avec Baobab...


Je laissai passer le déjeuner et, à la fin de la pause, j’envoyai à JP.


— Au fait, il est comment ton Baobab ?


La réponse me parvint par un snap. Sur l’image, il y avait un énorme gland tout foncé, mais qui, au lieu de sortir de la braguette, émergeait plus haut, par le bas de la chemise entrouverte. Une belle pièce assurément.

Ma décision fut prise.

J’envoyai un texto à Kévin.


— OK, tu peux venir pendant une semaine mais tu dors sur le canapé. Tu te barres après. Tu es hébergé mais ni nourri ni blanchi. Tu te démerdes. Je vis ma vie comme je l’entends. J’ai deux potes qui viennent ce soir, tu nous déranges pas.



Il ne discuta même pas.


JP et Baobab devaient arriver vers 20 heures. J’avais décidé de les recevoir nue, juste avec un grand collier de fausses perles descendant jusqu’aux creux de mes seins, mes chaussures à talons rouges, le sexe épilé en ticket de métro et un très léger maquillage.


Kévin arriva vers 19 H 00. Il voulait qu’on parle, s’excuser etc... Je lui dis que je n’avais pas le temps que j’attendais du monde à 20 H 00.


— Tu veux peut-être que je sorte.

— Si t’as envie d’aller de faire enculer par Manu, vas-y !

— Ecoute, Rapha...

— Tais-toi. Tu restes ou tu sors, moi je suis chez moi OK !

— OK, dit-il penaud.


Quelques minutes avant vingt heures je réapparus dans ma tenue d’Eve.


— Tu... Tu te promènes toute nue ?

— J’fais ce que je veux, j’suis chez moi.

— Mais tu ne m’as pas dit que tu attends quelqu’un ?

— Si, justement !

— Tu veux que j’ouvre le temps que tu te rhabilles ?

— T’as pas pigé ? J’me rhabille pas !

— Quoi ?

— Tu te tais ! Un seul commentaire et tu dégages ! Capiche ?


Il baissa la tête et ne répondit pas.


J’étais tout émoustillée et impatiente. Je me regardai dans la glace à côté du portemanteau.


A force de ne plus me faire tirer par mon mec, j’en étais venue à m’interroger sur ma beauté. Entièrement nue devant le miroir j’eus la prétention de me trouver belle. La courbe pleine de mes seins qui sans être énormes étaient loin d’être petits, leur rondeur quasi parfaite, l’aréole plutôt grande et le téton pointu, mais aussi ma taille fine, sans maigreur, mes fesses bien fermes grâce au fitness, ma vulve bien rose sous mon ticket de métro, mes jambes bien faites, tout avait de quoi susciter le désir.


Mon excitation monta d’un cran et, à force de me regarder et d’espérer l’arrivée des deux mâles dans le souvenir de la soirée et de la nuit précédente, elle ne connut plus de bornes. J’étais tellement chaude que j’aurais pu allumer un barbecue rien qu’en posant le cul dessus.


Je mouillais énormément et mon abricot était gorgé de plaisir. Je passai la main dessus et la retirai aussitôt. C’était tellement sensible que je me risquais de me faire jouir avant qu’ils arrivent si je ne faisais que le frôler. Putain ! Qu’est-ce qu’ils foutaient ?


Enfin on sonna.


Je jetai un œil vers mon ex occupé à ranger sa PlayStation et regardai par le judas pour m’assurer qu’il n’y avait pas de méprise. C’était bien eux. J’ouvris.


Les deux garçons étaient passés chez JP pour se changer. Ils n’avaient eu qu’à traverser le couloir... Sans précaution aucune. Ils venaient pour me sauter. Ils étaient donc à poil.

J’ouvris et les fis rentrer aussitôt.


— Salut Kev ! Dit JP à mon ex qui regardait médusé.


Le black s’avança vers moi.


— Je te présente Baobab.

Il était déjà sur moi. Il avait la taille d’un joueur de basket-ball, en plus costaud. Il se pencha pour me rouler une énorme pelle et mettre sa main sur ma chatte. Sa bouche était grande et sa langue me tritura jusqu’au fond de la gorge. Il s’interrompit pour dire:


— Putain, elle mouille déjà. Il m’enfila deux doigts et j’eus un premier orgasme clitoridien bref mais d’une telle intensité qu’il dut s’entendre dans tout l’immeuble.


Alors exactement comme s’il était chez lui, il me poussa vers la table, me fit faire demi-tour pour que je bascule en lui offrant mes fesses et il me pénétra. Jamais je n’avais vu un sexe aussi gros et je ne dissimulai pas mon contentement en faisant un "hmmmm retentissant".


JP grimpa sur la table s"y allongea et me présenta sa tige qui s’accrocha au collier. Je dus l’enlever.


— Vas-y ma petite chérie, je m’la suis pas lavée de la journée, tu vas aimer.


De toute évidence, il avait pris soin du reste du corps qui sentait le gel douche mais avait su préserver de l’eau sa toison, et son sexe. Ça sentait fortement l’homme.


— Je me suis masturbé au boulot dans mon slip et j’ai bien laissé macérer. Vas-y bouffe !


L’odeur de sperme et de sueur m’envahit les narines. Je gobai le gros zob dont le goût fort vint agréablement chatouiller mes papilles et exciter tous mes sens davantage encore si c’était possible.


Baobab, fortement cramponné à mes hanches me donnait de violents coups de queue à un rythme régulier, ni trop rapide ni trop lent.


— Putain, c’est vrai qu’elle est bonne. T’avais raison ma couille ! Elle est super chaude... Reste garçon, reste. Tu peux te branler en nous regardant si tu veux...



Cette dernière remarque s’adressait à Kévin mais, d’où j’étais, je ne pouvais pas le voir et je ne sus ce qu’il faisait. J’étais trop concentrée sur les deux bites qui me comblaient pour m’intéresser à lui.


— Mes roustons, mange mes roustons, oui... C’est bon...

— Putain... Trop envie de l’enculer ta meuf ! Tu as du gel ma chérie ?

— Ah non désolée... La sodo on pratique pas.

— T’en as sûrement toi ma petite lope ? Demanda-t-il à Kévin qui dut lui faire un signe de tête. Bien, tu vas m’en chercher... Sympa.


Oui, Kévin en avait... Mais il ne le gardait pas pour moi. Quoi qu’il en soit, a sodomie de la veille m’avait laissé un très agréable souvenir. JP m’avait défloré l’anus et j’avais découvert le plaisir qu’on pouvait prendre de ce côté-là aussi. Je m’étais évidemment préparée à recevoir à nouveau les honneurs d’une bite dans cet autre antre du plaisir.


— Regarde petit, regarde. J’suis sûr que t’a jamais vu une aussi grosse bite !


C’est en me graissant la rondelle que Baobab lança cette invitation à Kev que je devinai derrière moi en train de contempler l’énorme pilon que je n’avais fait qu’apercevoir et qui m’avait ramoné la chatte.


— Touche, touche... Oui c’est dur hein ? T’en as envie aussi... Oui, je comprends... J’m’occupe de ta copine et j’te casse le cul après.


Qui ne dit mot consent. A mon avis, l’autre mouillait du cul rien que d’y penser.


Et le black me cassa le cul. Ce fut difficile en dépit de mon excitation et de ma décontraction. Il fallut changer de position pour que je m’empale sur le vit en contrôlant ainsi la pénétration. Quand la bite fut bien au fond et qu’après de multiples va-et-vient j’eus acquis la souplesse nécessaire, nous reprîmes une position quasi identique à ceci près qu’au lieu de m’allonger sur la table, je me cramponnai au dossier du canapé, ce qui permit à JP de se faire sucer debout.


Baobab n’enculait pas comme il pinait la chatte. Dans la chatte, il variait les angles, se dressant parfois sur ses jambes, se rabaissant, allant à droite, à gauche, faisant mille mouvements. Dans le trou du cul, il se contentait de coulisser en variant le rythme. C’était bon mais, néanmoins, je trouvai cela moins agréable que dans le vagin.


Et puis on sonna. JP s’empressa de dire :


— Je me suis permis de commander des pizzas. Faut bien qu’on mange aussi. Ça doit être Rémi.


Rémi, c’est notre livreur attitré. Il bosse à deux rues de là et tout le monde le connait dans l’immeuble. Il est aussi célèbre que le facteur.


— Salut Rémi !

— Salut JP, oups ! Putain... Ça sans la chnèque là ! Je dérange peut-être ?

— Pas du tout... T’as bien deux minutes pour te joindre à nous ?

— Euh... Répondit-il en me regardant d’un air de dire :"c’est vrai je peux"?


Je lui fis signe de s’approcher.


— Bon, ben deux minutes alors ! Dit-il en enlevant sa sacoche banane et en souriant comme jamais.



Puis il retira son blouson, baissa son pantalon survêt et son boxer.


Il était (et il est toujours) épais comme une planche à repasser. Par contre, sa bite était de dimension respectable, sans atteindre aux proportions de concours des deux autres queutards, et elle se dressait fière et arquée vers le ciel, en émergeant d’une toison pubienne fournie et bouclée.


— J’fais quoi ? Demanda-t-il.

— Viens que je te suce.

— OK !


Le bout de sa bite avait un fort goût de pisse mais le reste exhalait un fort arôme de lessive bon marché dont son sous-vêtement propre était imprégné.


— Ça t’arrive souvent de te taper tes clientes ?

— Ouais, y’a moyen. Y’a une ou deux vieilles qui font livrer que pour ça. Une fois que je les ai tirées elles foutent la pizza à la poubelle... J’ai vérifié.

ctrwxpgw

— Tu te tapes que des vieilles ?

— Non, mais le problème c’est qu’il faut souvent que je fasse vite et pis que leur mec soit pas là !

— Bon ben vas-y gamin. Fais-toi plais’

— Ben avec une bouche pareille... Faudra me commander plus souvent ! J’vous ferai des ristournes. Depuis le temps que j’avais envie de mater tes boops Rapha ! Dit-il en me les empoignant. Et là, je peux les peloter ! Waouh !

— Il dira rien ton patron pour les ristournes ?

— Nan ! J’arrondirai avec les autres clientes. On peut toujours s’arranger. Au pire, vous l’invitez un coup et il vous fera cadeau.

— Faut qu’on y pense.


Rémi était très mobile du bassin et il faisait bien aller et venir son engin jusqu’à la luette. Il me serrait la tête mais pas trop fort.

Baobab profita de la situation.


— Bon, ben puisqu’on est trois, j’vais m’occuper du petit monsieur, pendant que vous dérouillez la garce.


JP, se planta donc derrière moi et m’enfila, pour mon plus grand bonheur. Il était frais, donc il put se démener et me bourra comme un forcené, à tel point que j’avais du mal à maintenir Rémi dans ma bouche. J’entendis les cris de douleur de Kev pendant que Baobab lui déchirait l’anus.


— Elle va me faire juter rapidement à me pomper comme ça !

— Attends, attends. Retire-toi et coupe une grosse part de pizza avant de juter demanda JP.


Rémi le fit immédiatement avant de revenir se faire pomper.


A suivre