Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 12 034 fois
  • 140 J'aime
  • 13 Commentaires

Monsieur, Marianne et moi

Chapitre 1

Connait-on jamais ses proches ?

SM / Fétichisme

Lorsque j’ai rencontré Bertrand, c’était quelques jours avant mon vingt-quatrième anniversaire. Je me souviens de l’incroyable aversion que j’avais éprouvée à ce moment-là. Mes cours étaient tout juste finis en juin et j’étais tout naturellement rentrée chez maman. Depuis l’âge de quatre ans, je vivais seule avec cette mère qui s’était séparée de mon père sans que j’en connaisse bien les raisons. Ce dont je me souvenais de mon père ? Seulement des scènes incessantes, des soirées où les cris dans la maison me terrorisaient.


Ensuite l’école primaire, puis les classes secondaires et pour finir des études supérieures. Il me restait une année encore avant de passer ce diplôme tant convoité. Je rentrais chaque fin de semaine chez nous et mes uniques distractions se passaient dans ma chambre. Mes bouquins me tenaient compagnie et je n’en demandais pas plus à la vie. De temps en temps un samedi après-midi nous courrions les boutiques ma mère et moi, mais je n’aimais pas la foule.


Donc, la première fois où j’ai vu cet homme venir à la maison, c’était un vendredi soir. En fait je n’aurais pas dû rentrer ce soir-là, mais les cours avaient été annulés suite à un prof malade et comme une de mes amies rentrait avec ses parents en voiture, j’avais profité de l’occasion. Et j’avais senti maman relativement nerveuse de me voir arriver sans crier gare dans la cuisine. Elle n’avait fait aucune allusion et j’avais mis sur le compte de la fatigue son étonnement de me voir plus tôt que prévu.


Alors, quand une heure plus tard, un type s’était présenté à l’entrée, Marianne, oui ! C’est le prénom de maman avait eu une étrange lueur dans les yeux. Elle s’était précipitée pour ouvrir et il était là ! Une gueule d’ange, dents de loup découvertes par un sourire plutôt bizarre de me trouver là. Alors maman avait fait les présentations.


— Aline, je te présente Bertrand, un ami. Bertrand, ma fille Aline !

— Enchanté de te connaître alors Aline. Ta mère me parle si souvent de toi.


Je n’avais pas aimé ce grand mec musclé, la peau dorée comme un « petit lu » qui avait une drôle de manière de me regarder. Ses yeux bruns semblaient me déshabiller et me mettaient mal à l’aise d’emblée. Mais je concevais parfaitement que maman puisse avoir une vie intime en dehors de moi. Là n’était pas le problème. De plus il avait passé une partie de la soirée près de nous, enfin moi plus dans ma chambre qu’auprès d’eux.


Et chaque fois que je revenais pour une seconde ou deux vers l’endroit où ils se tenaient, je trouvais que ma mère avait un air étrange. Elle se redressait dès que les quinquets du gaillard se posaient sur elle. Sa façon aussi de se tenir assise avait un petit je ne sais quoi de pas naturel, ou de pas normal. Le buste raide, les jambes en permanence légèrement écartées l’une de l’autre, jamais je n’avais trouvé maman dans de telles postures. Mais bon, je pensais qu’elle se trouvait peut-être gênée de ne pas m’avoir parlé de ce type.


Lorsque Bertrand quitta la maison, après le dîner, elle eut l’air de soupirer. Bien entendu je lui posais quelques questions, mais elle éluda celles-ci avec une sorte de sourire. Je me demandais sans toutefois lui faire part de mes soupçons, s’ils étaient amants. Pour moi ce Bertrand n’était pas net, mais à quarante-cinq ans ma mère avait le droit de refaire sa vie. Loin de moi l’idée de lui mettre des bâtons dans les roues ou de porter un jugement hâtif sur ce lascar. Je ne l’ai plus revu durant les semaines qui suivirent.


— oooOOooo —


Les vacances... un temps qu’habituellement nous passons ensemble maman et moi. C’est l’automne et ses longs cheveux bruns flottent sur ses épaules. Elle est belle et tout le monde me dit que je lui ressemble. Je n’ai pas revu ce type rencontré à la maison, il y a quelques mois, mais ma mère a un sourire différent. Y est-il pour quelque chose ? Possible qu’elle soit amoureuse. Elle rit, s’amuse de tout, de rien. Je la sens détendue et heureuse. Oh ! Elle l’était bien sûr avant, mais là, c’est différent. Une sorte de lueur dans ses grands yeux verts.


Puis il y a ses sorties discrètes, le soir. Elle ne m’en parle pas ! J’entends pourtant sa voiture qui démarre et elle ne rentre que très tard dans la nuit. Je ne sais pas où elle va, n’ose pas lui demander ce qu’elle fait de ses moments dont elle ne me dit rien. Je la soupçonne d’aller rejoindre ce type. Je ne suis pas jalouse, non, c’est autre chose. Un sentiment de peur, d’abandon. Je me trouve idiote de ressentir ce genre d’impression.


Ce soir, par exemple, elle est passée à la salle de bain. Rien de plus normal évidemment de prendre soin de son corps. Mais... alors que je cherche un bouquin dans la bibliothèque, son téléphone resté sur la table du salon émet une sonorité spécifique aux SMS. Alors curieuse, je jette un coup d’œil sur le message qui vient d’arriver. Elle n’a sans doute pas entendu puisqu’elle est sous le jet de la pomme de douche. De suite je revisualise immédiatement l’émetteur des quelques mots qui s’affichent.


Le nommé Bertrand vient de lui écrire. Deux lignes anodines, mais qui me dérangent par un je ne sais quoi d’étrange.


« Tu viens directement chez Serge ! C’est là qu’aura lieu la séance ! »


La séance ? Ce mot, je le trouve incongru, déplacé. Puis il y a le ton du message. Presque un ordre, un commandement, un peu comme si maman n’avait pas le choix. Mon jeune esprit extrapole ? Peut-être. Sous la douche, j’entends chantonner doucement. Marianne est heureuse. Pourquoi suis alors si inquiète pour elle ? Une sorte de sixième sens ? Un peu de mystère qui m’angoisse vraiment. Je devrais sans doute lui parler. Mais je ne suis que sa fille, pas son mec et encore moins sa confidente.


Tiens ! C’est vrai ça. Avant on se parlait de tout, des petits riens qui font le sel de nos vies de femmes. Mais depuis la découverte de ce Bertrand, si elle parait contente, joyeuse, elle reste plus distante vis-à-vis de moi. Un comble qu’elle puisse être heureuse en m’écartant de sa vie sentimentale. Un réflexe de femme jalouse ? M’imaginerait-elle en rivale possible ? Alors là, elle n’a rien à craindre, son type ne me rassure pas du tout. Le bruit de l’eau vient de cesser. Je m’assois dans le canapé.


Maman est sortie de la salle de bain. Totalement nue, elle ne m’a pas vu au salon. Elle file vers sa chambre, en sautillant. Pourquoi est-ce que je me lève pour aller voir ce qu’elle fait ? Je n’en sais rien. La porte de sa chambre, celle où gamine, je venais la rejoindre les matins où je n’avais pas classe, cette porte est restée entrouverte. Elle passe un porte-jarretelles noir. Puis, assise sur le rebord de son lit, elle enfile d’abord un bas. Un vrai qui glisse le long de sa jambe. Enfin l’autre guibolle se trouve aussi gainée de la même façon.


Ces doigts accrochent le haut de ses bas dans les fermoirs si spéciaux du porte-jarretelles. Marianne se redresse enfin, lisse ses deux gambettes pour mettre en place la soie ? Elle se cambre légèrement et je suis des yeux son derrière. C’est fou comme il ressemble au mien. Sur son lit, j’entrevois une parure de sous-vêtements. Je ne les reconnais pas ? Neuf peut-être ? Elle se coule dans la culotte qui lui va comme un gant. Enfin, le soutien-gorge cache ses seins qui sont bien plus gros que les miens. C’est au moment où elle enfile une jupe noire que je m’éclipse, de peur d’être découverte dans le couloir.


Mon retour au salon se fait dans le plus pesant des silences. Je veux replonger dans ma lecture, mais ce que je viens de voir est assez intrigant pour que je ne parvienne plus à me concentrer. Maman repasse devant moi et entre à nouveau dans la salle de bain. Je suppose qu’elle va se refaire une beauté, mettre en valeur son visage. Elle s’apprête à sortir donc ? Je vois les lignes sombres des pages de mon livre, sans être capable de dire de quoi elle parle. Mes pensées sont ailleurs.


Je lève les quinquets, elle se tient debout devant la table du salon, son téléphone à la main. Elle fait une moue, un rictus rapide qui s’efface presque instantanément. Pas suffisamment cependant pour que je ne le remarque pas. C’est vers sa chambre que ses pas la dirigent. Alors je fais de même et à l’instant où j’arrive devant la porte, sa jupe retombe sur ses gambettes. Dans sa main la petite boule noire et rouge... elle a retiré sa culotte ? Cette fois, elle s’aperçoit de ma présence.


— Tu as besoin de quelque chose ma chérie ?

— Tu... tu sors maman ?

— Oui ! Je vais chez Maryse. Je suis invitée, ça m’était complètement sorti de la tête.

— Ah ! Alors... amuse-toi bien !

— Et toi ? Tu devrais aussi aller voir tes copains, tes amies. Ce n’est pas bon de rester tout le temps enfermée.

— Oh, j’ai un bon roman à lire et puis... je n’aime pas la foule ni le bruit. Tu rentres tard ?

— Je n’en sais rien ! J’ai la permission de minuit ?


Je souris, elle se moque gentiment de moi. Mais elle m’a menti, pourquoi ? C’est chez ce dénommé Serge qu’elle va, pour retrouver son amant. Et c’est quoi, cette séance dont parle le message dont elle s’est bien gardée de me parler ? Il y a un comme un mystère, mais elle est joyeuse, alors... si son Bertrand la rend heureuse, tant mieux. N’empêche que ça m’intrigue, et pas qu’un peu. Pourquoi retirer sa culotte ? Pourquoi ce type lui demande-t-il des trucs pareils ? Je n’ai jamais été amoureuse, je ne peux donc pas me rendre compte.


Elle rougit légèrement. Signe que son mensonge la remue. Elle est belle, assurément bien plus que je ne le serai jamais. Pourtant dans la glace de son dressing, côte à côte, nos silhouettes sont si ressemblantes. Avec un peu... ou beaucoup d’imagination, on pourrait nous prendre pour deux sœurs ! J’ai droit à un bisou sur le bout du nez. Une tradition qui remonte à ma prime jeunesse. Merde ! J’envie ce gaillard qu’elle va retrouver. Je voudrais être comme elle... dans vingt ans. Elle a raison, peut-être que je devrais aller boire un verre au bar du village.


— oooOOooo —


Je ne suis finalement pas sortie. Le cocon familial, mon bouquin ont eu raison de cette velléité de voir du monde. Je me suis presque endormie dans le calme de la maison. Juste le temps de me dévêtir et de me coucher. Le soleil de ce matin est plutôt blême. Maman est-elle rentrée ? Je ne sais pas, elle s’est montrée très discrète. J’ouvre les persiennes, il va flotter s’est presque sûr. Tout autour de moi est silencieux. Bon ! Il est temps de passer un déshabillé et de me rendre à la cuisine. La porte de la chambre de maman est toute proche, toute fermée aussi.


Pourquoi est-ce que je l’ouvre ? C’est un réflexe inhabituel qui me fait entrer dans l’espace intime de Marianne. Ses tifs châtains sont étalés sur son oreiller. Elle dort paisiblement. Mais j’ai envie de refaire des gestes de gosse, ceux qui la faisaient râler quand j’avais huit ou dix ans. J’ouvre les volets pour qu’elle se réveille. Elle grogne un peu et mes regards se figent sur son dos qui reste découvert pas le drap repoussé... Mon Dieu ! Des marques rouges, bien visibles s’entrecroisent entre ses omoplates ? Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qui se passe ? C’est quoi ces traînées bizarres ?


Les yeux de maman sont sur moi et instinctivement elle tire le coton du drap sur elle. Seule sa bouille émerge du lit maintenant. Elle me sourit. S’est-elle aperçue que je viens de regarder son dos ? Sa voix douce me lance avec tendresse.


— Tu veux bien aller préparer le petit-déjeuner ? Je me lève et j’arrive ma chérie.


Je retiens le flot de questions qui me monte aux lèvres. Lorsque deux ou trois minutes plus tard elle s’avance vers la table du petit-déjeuner, sa chemise de nuit ne laisse plus rien paraitre de ce que j’ai découvert. Mais elle n’a pas l’air malade, ni même traumatisée par ces marques... difficile de se taire et pourtant, je me fais violence.


— Alors ta soirée avec Maryse ? Quand est-ce qu’elle vient nous rendre visite ? Ou... nous allons la voir ?

— Oh ! Nous avons bien bu... un peu de champagne, et puis nous sommes allées danser aussi un peu.

— Cool alors !


C’est sur une piste de danse avec son amie qu’elle s’est fait ses traces rouges ? Elle me ment encore ? Ça devient une manie. Et puis pourquoi est-ce que je songe que son excuse est bidon ? Elle n’était sans doute pas avec sa copine. Je veux en avoir le cœur net et je balbutie quelques mots.


Tu n’as pas envie de m’accompagner à la piscine tout à l’heure ? J’irais bien nager un peu.

Mais, ma chérie... ce sont les vacances et tu sans bien que chaque année, elle ferme pour une remise en état... nous ne pouvons pas y aller cette semaine. Mais je t’y conduirai volontiers la semaine prochaine...


J’enchaîne donc... juste pour voir ses réactions.


— Et ce type, ce Bertrand que tu m’as présenté un vendredi soir... tu n’en as plus de nouvelles ?

— Si ! Je le revois de temps en temps.

— Il ne t’emmène pas danser lui ?

— Il pourrait. Mais pourquoi me parles-tu de Bertrand au petit-déjeuner ? J’avais cru comprendre qu’entre toi et lui... le courant ne passait pas vraiment.

— Ah ? Tu l’avais senti ?

— Une mère ressent ces choses-là. C’est aussi un peu pour ce motif que je ne te l’impose pas. Je t’aime Aline... et à mes yeux tu es et restes la seule belle chose de ma vie.

— Maman ! Moi aussi je t’aime. Je ne veux pas t’ennuyer avec mes questions et états d’âme.

— Tu ne m’ennuies jamais, ma chérie. Mais tu es devenue une femme et certains évènements de notre vie de femmes n’appartiennent qu’à nous. Ils ne sont pas à partager. Pas avec sa fille non plus.

— Tu veux dire que tu as des secrets pour moi ?

— Des secrets ? Le mot est un peu fort, disons que j’ai aussi droit, tout comme toi du reste, à mon petit jardin personnel.

— Oui ! Évidemment... tu as ta vie, j’ai la mienne et je ne dois donc me mêler que de ce qui me regarde. L’analyse est bonne ?

— Dit crument, c’est un peu cela !

— Message reçu maman, ne t’inquiète pas ! Je ne veux pas t’importuner avec mes angoisses, mes craintes, mes peurs.

— Si tu te fais du souci pour ta vieille mère, rassure-toi. Je suis heureuse.


Cette fois la discussion est close. Je prends donc une douche, m’habille pour la journée. Maman revient dans la matinée vers moi, toute pimpante et fraiche.


— Je vais en course ! Ça te dit de m’accompagner ?

— Oh... le supermarché, les gens... je préfère préparer le déjeuner si tu n’y vois pas d’inconvénients.

— Comme tu veux. Tu as besoin que je te rapporte quelque chose ?

— Non... à midi, tu aimerais manger...

— Il y a un chou-fleur et des côtes de porc, tu sauras bien faire cuire ça ?

— ... tu m’as appris, je pense que j’ai bien retenu tes leçons !


— oooOOooo —


La petite voiture vient de tourner dans la rue. Que se passe-t-il dans ma caboche ? Je me traîne dans la cuisine et une idée me traverse l’esprit. Je n’ai jamais fait ce genre de recherche auparavant. Je me rends dans la chambre de maman. Je refais son lit qui est ouvert. Puis je fouine un peu. La table de nuit ne détient rien de bien compromettant. Alors j’entre dans ce qui lui tient lieu de dressing. Un placard assez grand pour que l’on y pénètre pour se vêtir. Quelques cartons de chaussures, quelques rayons de pulls bien pliés me font face.


Et des cintres, sur lesquels pendent des tas de vêtements. Elle aime les beaux habits, Marianne ! En me penchant un peu, je découvre d’un coup un tiroir dont je ne pouvais pas déceler la présence. Curieuse comme une chatte, je tire vers moi ce coffret sur glissières. Et je n’en reviens pas. J’y découvre des objets dont l’utilité me semble d’un coup évidente. Tout d’abord, dans ma main, un long phallus blanc nacré. La matière est douce au toucher et mes doigts ont du mal d’en faire le tour.


Maman se fait donc plaisir avec ce genre de bidule ? Je rêve d’un coup tout éveillé ? Et mes yeux se portent sur les trésors que renferme le tiroir. Outre une boîte de préservatifs, s’y cache également une paire... de menottes. Et en allant plus au fond de cet antre, un martinet aux lanières de cuir, plus de la première jeunesse. Ce machin n’a jamais été utilisé pour me fesser, alors quel peut-bien en être son usage. Et je suis perplexe. Par réflexe je passe mes doigts sur le dessus de l’étagère où les boîtes à chaussures sont logées. Et à ma grande surprise, un objet très long, fin est là, allongé de manière à n’être pas visible.


J’attrape ce qui roule sous mes phalanges. Alors quand je ramène vers moi l’engin, j’ai un coup au cœur. Et aussi une idée moins vague de la présence des sillons sur les épaules de maman... Une cravache est là, au bout de mon poignet et avec elle, une sorte de tournis m’étreint. Cette... ce... ça doit faire horriblement mal cette badine flexible dont le bout est terminé par une palette de cuir large et épaisse. Je réalise soudain que même ma mère peut avoir certains fantasmes et que son goût pour des jeux... pareils, c’est son royaume. Un monde dans lequel je ne suis pas invitée.


Le ronronnement du moteur de son auto qui rentre au garage me fait fuir précipitamment vers la cuisine. C’est là qu’elle me trouve affairée à découper les bouquets du chou-fleur.


— Tu as trouvé ce que tu voulais ?

— Oui ! Mais tu as raison. Il y a un peuple au supermarché... ça en devient compliqué pour passer aux caisses.

— Je ne me suis pas trop précipitée pour le repas... j’ai eu tort.

— Mais non ! Nous sommes bien toutes les deux à passer un peu de temps. Je suis si contente que ma grande fille soit à la maison.

— Je voulais te dire, maman... si tu veux inviter ton copain, ça ne me dérange pas. Après tout tu ne dois pas changer tes habitudes parce que je suis chez nous pour les vacances...

— Je ne sais pas... si Bertrand t’est antipathique, je n’ai pas envie de te l’imposer.

— Il... enfin tu es heureuse avec lui ? Je veux dire... tu l’aimes ?

— ... ! C’est une question que je ne pose plus depuis un bon moment. Je suis bien lorsqu’il est là. Tu sauras le jour où tu auras dans ta vie un homme... ou une femme qui te comblera.

— Raison de plus pour ne pas te soucier de moi. Et puis je ne demande qu’à le découvrir aussi. Après tout, si sa mère est amoureuse, ce n’est pas à sa fille de se mêler de cela.

— Je suis certaine que si tu apprends à le connaître... il pourrait te plaire aussi.

— Tu n’as donc pas peur que je te le prenne ?

— Tu es folle ? Tu ne ferais jamais une pareille folie, tu es bien trop sage. Encore que la sagesse et l’amour ne font pas toujours bon ménage.


Cet échange me fait sentir combien elle est accro à ce type. Après tout, c’est son affaire et je ne vois pas pourquoi je devrais m’immiscer dans leur histoire. Tout comme moi, elle a le droit de faire ce qu’elle veut. Elle me sourit et je l’attire contre moi. Mes bras encerclent ses épaules pour un câlin entre nous. Je ressens l’imperceptible crispation de tout son corps, alors que mon étreinte se fait plus forte. Le sursaut qu’elle vient d’avoir... j’avais oublié les marques et ça doit être douloureux, mais elle n’y fait toujours aucune allusion.


Le mot « séance » écrit sur son smartphone redevient bien présent à ma mémoire. Comment une femme telle que ma mère peut-elle se livrer à ces jeux bizarres la veille et sourire de la sorte le lendemain ? Je ne pige pas vraiment. Quel plaisir éprouve-t-elle à être sous le joug de ce Bertrand, parce qu’à n’en plus douter, c’est lui le... maître de cette histoire ? Si je ne capte pas les raisons qui poussent cette jolie maman à aimer ce qui pour moi reste une déviance, je ne la blâme pas. Tout le monde peut vivre comme il l’entend. Ma mère jouit donc des mêmes prérogatives.


Nous n’en parlons pas de tout le reste de cette longue semaine qui suit cet entretien. Marianne ne donne pas non plus de suite à mon appel du pied pour qu’elle reçoive son amant chez nous. Je présume qu’elle est gênée, ou peut-être aussi a-t-elle peur que l’homme lui fasse faire des trucs devant moi ? Enfin tout se bouscule sous mon crâne et j’échafaude mille et une combinaisons toutes aussi bancales les unes que les autres. Je me replie un peu sur mes cours, prête pour la saison à venir... dernière ligne droite avant un diplôme qui va m’envoyer directement dans la vie active.


— oooOOooo —


Ce n’est que le samedi suivant vers quinze heures que maman vient gentiment s’installer sur mon lit alors que je joue sur mon ordinateur. Ça lui arrive de temps à autre, mais là, je le sens dans ses petits souliers.


— Aline, j’ai repensé à ce que tu m’as dit l’autre jour...

— Ce que je t’ai dit ? Je ne me souviens plus. On s’est beaucoup parlé toutes les deux depuis mon retour.

— Oui... mais c’était à propos de Bertrand et... je l’ai invité pour ce soir.

— Tu veux dire qu’il va venir à la maison ce soir ? Pour le dîner...

— Oui pour le dîner et peut-être même un peu plus.

— Ah ! Je vois... tu veux que j’appelle Maryse pour aller passer la soirée avec elle ?

— Mais non ! Quelle idée ? Je voudrais que tu apprennes à le connaître, à l’apprécier qui sait ! Tu ne dois pas partir parce qu’il va venir chez nous.

— ... ! Va-t-il passer la nuit à la maison ?

— ... je... vraiment je n’en sais rien ! Ça serait si dramatique que cela ?

— Ben non ! Mais j’ai du mal de t’imaginer... avec un homme.

— Pourquoi ? Je suis une femme avant d’être ta mère et j’ai parfois des envies aussi. Je m’étonne parfois de te voir si solitaire... ça te ferait du bien également de sortir, d’avoir des relations avec des garçons et des filles de ton âge. Tu es trop sérieuse, là dans cette maison et c’est les vacances. Alors, profites-en !

— Tu me conseilles donc d’aller coucher à droite ou à gauche, avec je ne sais qui ? Mais... je ne veux pas me tromper moi aussi.

— Tu penses que je me suis trompée ? Que le fait de t’avoir eu était une erreur ? Comment peux-tu un seul instant imaginer que tu ne sois pas la plus belle chose qui me soit arrivée...

— Pardon. Je voulais juste te faire comprendre que si je couche un jour avec quelqu’un, ce sera par amour, et seulement par amour ! Tu as eu raison d’inviter ton copain... et s’il couche à la maison, ne doit pas t’inquiéter outre mesure. Je suis grande et sais parfaitement de quoi il retourne...

— Humm ! Pas si sûre que tu puisses tout saisir... mais bon ! Il sera là vers dix-neuf heures trente.

— D’accord, je serai gentille, c’est promis juré !


À demi rassurée, elle file donc vers le salon où j’entends comme en bruit de fond la chaîne qui distille un peu de musique. Je me demande comment se passe leur soirée. Lui demande-t-il toujours des trucs assez spéciaux ou n’est-ce que par jeu quelques fois et seulement de temps en temps ? Je ris, jaune, de me dire soudain que c’est une folie que d’imaginer que maman et ce type... puisse avoir des rapports dominant-dominée. Je n’arrive pas à visualiser maman dans la peau d’une femme que l’on fouette, que l’on rudoie aussi.


Et pourtant ? Le martinet, la cravache dans son dressing sont bien toujours là, pour me rappeler que c’est juste possible. Puis la boîte de capotes... prouve bien qu’elle doit parfois aussi faire l’amour. C’est déjà bien qu’elle se protège. C’est drôle de savoir que sa propre mère est une femme comme les autres. J’ai toujours pensé qu’elle était... parfaite. L’évidence d’une vie sexuelle chez maman reste dans le flou de mon esprit. Je dois admettre que ma manière de raisonner est des plus basique dans ce domaine. Je suis telle une conne avec mes pensées imbéciles.


L’eau de la douche me rappelle soudain que ce Bertrand est l’invité d’honneur de la maison ce soir. Je dois absolument me mettre dans la tête qu’il n’est pas aussi pourri que mon esprit s’escrime à le voir. Perdue dans mes réflexions, il me semble entendre un appel. Je sors de cette torpeur qui m’envahit depuis quelques minutes. Les cris viennent de la salle de bain. J’entre pour voir ce qui se passe.


— Ah ! Tu dormais ? Je t’appelle parce que j’ai oublié d’acheter de la moutarde. Tu veux aller à la petite épicerie du coin de la rue, en chercher un pot... pour mon lapin...


Elle a une serviette entortillée autour de sa chevelure. Un long drap de bain qui ceint son corps. J’acquiesce de la tête. Et je m’apprête à faire ce qu’elle me demande. Je sors donc et elle me lance de nouveau une phrase que je ne comprends pas. Je reviens vers elle. Elle ne sait pas que je suis de nouveau proche d’elle. Son corps n’est plus caché par l’éponge. Elle est assise devant sa coiffeuse et sa jambe gauche se trouve remontée sur l’assise de son siège. Sa main droite trace une ligne nette et claire dans sa toison.


Je suis tétanisée par ce que je regarde. Maman se rase le minou. Après quelques passages du rasoir, la toison a totalement disparu sous l’effet de la lame. Puis sa paume vient flirter avec l’endroit glabre désormais. Curieusement, elle rejette en arrière sa gorge et un soupir long et prolongé, alors que les yeux clos, elle apprécie sûrement ce simple massage qu’elle se fait toute seule. Je me retire sur la pointe des pieds, bien plus émue que je ne le devrais. Elle se fait belle, se prépare à l’offrande suprême pour son Bertrand ?


Du coup, j’ai bien remarqué que son dos ne porte plus aucune marque. Ça me soulage de savoir qu’elles n’étaient qu’éphémères, résultats de jeux entre adultes consentants. Je ne sais toujours pas ce qu’elle voulait me redire lors de son second appel. Je reviens, mais en faisant assez de bruit pour qu’elle sache que j’arrive.


— Tu m’as parlé maman ?

— Ah oui ! Prends de l’argent dans mon porte-monnaie. Il est dans mon sac dans l’entrée.


Je file donc et fais ce qu’elle veut. Je ne résiste pas toutefois à la curiosité de fouiller dans son portable, lui aussi dans le sac à main. Maman n’a pas effacé les échanges entre son loustic et elle. Quelques lignes très convenables, l’invitation à dîner. Puis un mot d’amour de Marianne vers ce Bertrand et je lis le retour qu’il a formulé à son « je t’aime ».


« Quand on aime vraiment, on fait tout pour faire plaisir à son amant ou sa maîtresse. Tu sais de quoi j’ai vraiment envie ! Me l’offriras-tu ? Ce soir serait l’idéal, ne crois-tu pas ? Réfléchis bien à ma demande et si tu veux vraiment me garder, puisque tu me jures un si grand amour... tu sais exactement ce que tu dois faire ! La balle est dans ton camp ! J’attends ta réponse belle soumise ! »


Je n’ai pas tous les tenants ni les aboutissants ! Il me manque un élément certain de cette conversation. Que réclame donc cet homme à ma mère ? Puis le mot « soumise » jeté comme un pavé dans une mare, qui fait naitre en moi des milliers de ronds dans mon esprit. Je vole dans la bourse un billet de dix euros et je me rends au magasin situé à quelques centaines de mètres de chez nous. Ça tourne ferme dans ma caboche. Que désire donc ce mec ? Qu’est-ce que maman peut bien avoir qu’il demande avec cette insistance ? Je n’en sais rien. Je n’en sais pas guère à mon retour. Elle est sortie de la douche et je remarque les bas. Pourquoi des bas ici, si c’est pour rester à la maison ?


Le sourire de Marianne me désarme. Bon sang qu’elle est jolie et fraiche. Encore quelques phases pour parler de tout de rien, de l’épicerie alors que je brule de lui demander tellement de trucs. C’est la sonnerie de son portable qui l’emporte vers l’entrée, alors que je suis plantée dans la cuisine à finir d’enduire les morceaux de lapin de moutarde. Quand je regarde dans la direction de la porte où elle se tient, je sens qu’elle a un drôle d’air. Le message qui vient de tomber y est-il pour quelque chose ? Son teint est plus pâle aussi.


Nous finissons de préparer le repas toutes les deux, comme nous le faisons si souvent. Je la trouve moins relaxée, plus tendue. Je me demande ce qui peut bien motiver cette angoisse que je sens poindre chez elle. Elle accomplit les gestes machinalement, par réflexe, mais au fur et à mesure que le temps nous file entre les doigts, je la vois qui devient plus nerveuse. À tel point que j’en arrive à lui poser la question.


— Maman, ça ne va pas ? Je te trouve très... énervée sans trop savoir pourquoi ! C’est l’arrivée de cet homme qui te pose problème ? À moins que ce ne soit l’entrevue entre lui et moi ?

— Non ! Non ma chérie... mes rapports avec Bertrand sont très... singuliers.

— Que veux-tu dire ? Explique-moi que je ne meure pas idiote.

— Ben, je dirais que ce n’est pas exactement basé sur de la tendresse ou de la simplicité.

— Mais encore ? Je n’arrive pas à piger...

— C’est difficile à avouer ou à expliquer... surtout à sa propre fille. Nous ne sommes pas fatalement ce que l’on pourrait appeler un couple traditionnel. Nous partageons des choses que les gens ou la morale se chargent de réprouver, mais c’est ce que nous aimons.

— Alors ? Pourquoi te mettre dans des états pareils si vous êtes heureux ?

— Ben, comment dire ! Il a parfois des désirs curieux et je ne suis pas certaine que tu apprécierais ceux-là !

— Tu parles pour moi là ? Tant que je ne sais pas ce que vous aimez, je ne peux pas juger. Laissons-le venir et je jugerai par moi-même, c’est la meilleure des solutions, à mon sens.

— ... !


Elle hausse les épaules, fataliste, et finit par ne plus rien dire. Je n’ai pas réussi à l’amener sur le terrain des envies de son mâle et je doute qu’elle s’en ouvre à moi maintenant. C’est ainsi que je vais au-devant de l’homme ponctuel qui sonne à l’heure dite à la porte. Elle est assise et je surprends le regard qu’ils échangent. Elle a redressé son buste, relevé la tête et évite ses yeux. De plus, ses jambes jusque-là croisées viennent comme par enchantement de s’entrouvrir. Suffisamment pour que de la porte, je puisse entrevoir le haut de ses bas.


J’y devine la trace aussi des attaches de son porte-jarretelles. Elle l’a donc passé pour la circonstance ? Lui me salue avec un sourire. Toujours cette gueule d’ange, bien foutu et bronzé.


— Bonsoir Aline. Heureux de te revoir.

— Bonsoir ! Entrez, vous êtes attendu.

— Les vacances se passent bien ? Il parait que tu es une bonne élève ! Très douée pour les études.

— Oh ! C’est juste un peu de travail.

— Je sais ! Ça fait plaisir de voir des jeunes filles qui travaillent autant de nos jours.

— Quand on veut réussir dans la vie, il faut s’en donner les moyens. Maman est au salon, elle vous attend.

— Allons la saluer alors. Ça sent rudement bon chez vous les filles.


Nous nous sommes avancés et il entre au salon. Marianne se lève. Dans le mouvement qu’elle fait pour redresser son buste, elle met un certain zèle dont je ne saisis pas la finalité. Puis lorsqu’il avance vers elle. C’est un autre geste tout aussi surprenant que j’analyse comme un signe envers ce Bertrand. Je suis un zeste en retrait et lorsqu’elle écarte les jambes, j’ignore pourquoi, je devine l’ombre du haut de ses bas. Je détermine la lisière entre sa chair et les attaches de son porte-jarretelles. Quel besoin avait-elle de mettre ce genre de lingerie ?


Je me demande aussi du coup, si elle porte ou non une culotte. Je n’aurai pas de réponse, mais ça m’ennuie de la voir à ce point sous la coupe du bonhomme. Lors de notre repas à trois, il est charmant. Avec elle d’abord, avec moi ensuite. Il possède une certaine culture et ses gestes sont calculés, presque précieux. Il sait également parler et nous conversons sur des sujets pointus et là encore je ressens la maîtrise de ce qu’il raconte, une aisance certaine de ses propos. Le temps passe et c’est au salon que nous nous retrouvons pour le café qui clôture le repas.


— Tu veux un digestif Bertrand ?

— Ça dépend de ce que tu as à m’offrir !

— Oh, nous avons quelques eaux de vie, du cognac aussi, du rhum ambré, je crois.

— Alors prenons tous un petit cognac... tu en prendras un aussi n’est-ce pas Aline ?

— Euh... je ne bois pratiquement jamais d’alcool !

— Ça ne peut pas te faire de mal ! Pris avec modération, tu n’as bu qu’un doigt de vin rouge avec ton repas. J’aime bien que les jolies femmes trinquent avec moi. Et question beauté, tu n’as rien à envier à ma chère Marianne.

— Merci...


J’ai dit cela en rougissant. Le compliment ne peut pas faire de mal, sauf à maman peut-être, mais elle se contente de son sourire béat. Il persiste et signe.


— De toute manière, les chats ne font jamais de chiots, n’est-ce pas ?

— Oui ! Aline est la plus belle chose qui me soit arrivée... après toi !


Il a relevé la tête et leurs regards se sont rejoints, lui depuis son fauteuil et elle dans le canapé à mes côtés. Puis ses quinquets se sont rabattus sur ses cuisses qui ne se touchent pas. Ils ont suivi le canal formé par la disjonction de ces jolies quilles. Cherche-t-il comme moi à se rendre compte si elle est nue sous sa jupe ? Je bois à la santé de tout ce qu’il veut et je me défile.


— C’est l’heure d’aller me coucher. Je ne veille jamais très tard, pour être en forme demain. Bonne soirée à vous deux.


Quatre prunelles croisent les miennes. Deux féminines qui entraînent un soupir. Soulagement que la soirée n’aie pas posé plus de problèmes. Les autres sont chargées de je ne sais qu’elle imagination au vu de mes formes qui sortent de la pièce. Ma chambre est une ile, une escale ou je peux faire une approche plus personnelle de ce que je ressens. Maman est sous l’emprise de ce type. S’il m’a fait une très mauvaise impression lors de notre première rencontre, celle de ce soir n’a pas apporté d’amélioration notoire.


Le verbe facile, la langue bien pendue, la repartie claire et rapide, un type dont il faut assurément se méfier. Comment ma mère a-t-elle pu se laisser embobiner par un individu de cet acabit ? Je ne sais pas, n’ai aucune explication plausible. Mais il sait charmer son entourage, et je crois que seuls, tous les deux... j’aurais eu du mal à m’en dépêtrer. Alors elle si solitaire depuis si longtemps... Au salon, le son de la télévision a légèrement été modifié et me parvient en sourdine soit, mais un peu plus fort qu’à ma sortie de la pièce.


S’embrassent-ils ? À moins que les choses soient plus avancées que je ne l’imagine ? Je suis sur mon lit et pour ne plus y songer, ou ne pas savoir, je colle sur mes oreilles le casque de mon ordinateur portable. « La robe et l’échelle », une belle chanson vient bercer mon oubli. J’écoute la moitié de l’album de Cabrel. Mais pourquoi l’idée qu’ils fassent l’amour m’est-elle insupportable ? Pas avec ce mec, pas avec ce type qui lui fait faire des choses, qui lui donne des ordres. Alors les pieds nus, je sors de ma chambre après avoir éteint toutes les lumières.


Je reste quelques instants dans le corridor, à épier tous les sons de la nuit qui m’entoure. La chambre de maman est fermée. Une minuscule lueur filtre du salon. En longeant le mur, avec cette boule au ventre due à la peur d’être découverte en tarin de venir guetter, je fais les quelques enjambées qui me rapprochent de ce lieu où j’imagine tant de choses. La porte que je n’avais pas totalement fermée lors de mon départ est dans le même état. Maman a la tête sur les genoux de ce Bertrand.


Elle est nue, entièrement et il lui caresse les seins. Je suis gagnée par une émotion sans borne. Les gestes ont l’air doux, affectueux. Et comme elle a les jambes allongées à la place que j’occupais précédemment, je vois son sexe largement ouvert. Plus aucun poil pour masquer son minou qui me fait face. Je suis suffisamment éloignée pour rester invisible dans la pénombre de la salle à manger. Le spectacle est ahurissant. Ce gars qui caresse la poitrine de maman avec une lenteur qui me crispe les nerfs, c’est... une scène érotique absurde.


Je m’en veux d’être là à mes épier comme une voyeuse. La main est descendue sur le ventre presque plat de cette femme qui ferme les paupières. Je me pince les lèvres. L’envie qu’elle ressent, je la perçois aussi avec une intensité hors du commun. Puis je devine cet index qui écarte deux ailes brillantes d’un papillon offert. Le corps allongé se tend et seuls la tête et les talons sont encore en appui sur le divan pour les pieds et sur les cuisses du bonhomme pour le crâne. De loin, je remarque la poitrine qui se soulève au rythme des soupirs qui éclatent dans le salon.


Ce Bertrand reste imperturbable, continuant ses caresses avec un sang-froid qui m’impressionne. Il est toujours aussi impeccablement vêtu que lorsque j’étais avec eux. Il baisse d’un coup le menton et descend son visage vers celui de maman. Il lui chuchote des mots que je ne peux percevoir. Enfin la main qui lui ouvre le coquillage s’éloigne en remontant vers son nombril. Elle se cabre et se tourne sans se relever. Cette fois la vue que j’ai d’elle, ce sont ses fesses, puisqu’elle vient de se retourner entièrement et son corps revient dans la même position, présentant son côté pile maintenant.


La main effleure les épaules, masse un long moment le dos. J’ai mon ventre qui fait des nœuds, qui se tord dans des spasmes incontrôlables et je me mords violemment les lippes pour ne pas soupirer aussi fort qu’elle. La main est désormais sur les reins et elle palpe doucettement chacun de ses globes que la posture fait saillir. Lui a attrapé la jupe de sa main libre. Je ne saisis pas vraiment ce qui se passe. Mais je comprends vite. Il l’étale sur le derrière de Marianne et elle relève les fesses alors qu’il recouvre partiellement l’endroit de ce tissu. Quand la main se relève, je sais ce qu’il veut...


La première claque attrape le bas du dos, et le bruit est étouffé par le chiffon. Ensuite la main s’abat en cadence sur le cul de cette femme dans laquelle je ne reconnais plus vraiment ma mère. Elle a l’air d’apprécier ce traitement de faveur, distillé avec un certain engouement de la part de ce type. Et moi depuis mon lieu d’observation, j’avoue que ça ne laisse pas indifférente. Mon sexe est trempé, ma culotte mouillée comme ça ne m’est jamais arrivée. Au bout de je ne sais pas combien de gifles sur ce fessier tendu, dans un silence plus que relatif, les mains de maman s’agitent d’un coup.


Demande-t-elle grâce à son bourreau ? Alors ce que je vois est au comble de l’abject. Les deux pattes ouvrent le pantalon de ce Bertrand. Un sexe gonflé ainsi libéré émerge de la braguette. Et il disparaît dans la bouche de cette femelle, je ne sais plus comment l’appeler. Elle secoue la tête de bas en haut et lui ralentit ses mouvements. Il ne la bat plus. Le chiffon de la jupe glisse pendant que le corps de l’homme dérive légèrement sur le côté. La main fait une erreur remarquée sur ce cul provocant. Et sans qu’il se préoccupe d’une quelconque douleur, je devine son index qui se perd dans le fondement prêt à l’accueillir.


C’en est trop pour mon ventre et mon sexe qui se crispent dans des spasmes sans aide de ma part, un orgasme sans pareil me surprend debout, au milieu de la salle à manger dans l’obscurité. Je repars en retenant mon souffle vers ma chambre. Je suis en feu et les images me poursuivent. Je sais, j’ai compris comment cet individu s’aliène maman. Il sait y faire et c’est un maître dans l’art du sexe... Je ne peux m’empêcher de songer qu’il doit faire l’amour comme un Dieu. Mais là, je m’avance sûrement beaucoup. Je n’ai absolument aucune référence en ce domaine !


Je ne m’endors pas tout de suite. Ma culotte est à tordre et j’entends Marianne qui regagne sa chambre bien longtemps après que je sois revenue me coucher. Ont-ils été plus avant dans leurs grandes manœuvres entreprises ? Pourquoi auraient dû se gêner ? Ils en avaient sans doute autant envie, sinon plus que moi. Mais je ne décèle pas les pas de l’homme qui devraient suivre ma mère dans sa chambre... Je finis par sombrer dans le noir de la nuit... demain sera bientôt là !


— oooOOooo —


À suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live