Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 118 537 fois
  • 414 J'aime
  • 17 Commentaires

A la montagne avec maman

Chapitre 2

Inceste

À ce moment même, je vois le visage de ma chère mère devenir tout rouge. Je me dis que c’est parce qu’elle est en soutien-gorge devant moi mais il n’en est rien… Je suis le regard de Lisiane et, là, je deviens rouge à mon tour en voyant l’énorme sexe tendu de cheval. Un long silence est doucement brisé par ma maman.


— Eh ben, dis donc, des choses pareilles, s’amuse-t-elle.

— Tu as déjà vu une chose pareille maman, dis-je, troublé et étonné.

— Euh non, Didier. Jamais de la vie. Jusqu’à maintenant, rétorque-t-elle.


Là, nous sommes interrompus par un violent coup de tonnerre. Une goutte d’eau tombe sur la poitrine de maman et glisse entre ses seins, puis une deuxième. Un autre coup de tonnerre encore plus fort retentit.


— Oh, Didier. Il faut qu’on bouge. Là, ça se gâte. Regarde les nuages noirs arriver.

— Ah oui, maman. Le temps change vite en montagne, maman . Tu crois qu’il faut redescendre vers le forêt ?

— Je ne sais pas. Je pense, oui. J’espère qu’on arrivera avant d’être trempés.


Puis, là, on oublie le cheval et le fait que ma mère ne soit plus qu’en soutien-gorge en haut. On reprend le petit sentier. Là, un violent éclair déchire le ciel et est suivi de très près par le coup de tonnerre. On accélère le pas sur le sentier. La pluie commence à augmenter. On sent nos habits qui commencent à devenir mouillés…


— Maman ? Tu crois que c’est une bonne idée d’aller dans la forêt avec la foudre ?

— Non, mais bon, on ne va pas rester au milieu de ce champ.

— Oui, t’as raison, maman. Allez, cours un peu alors….


La pluie augmente encore et frappe mon visage et frappe aussi le visage et le buste de maman. On court sur le petit chemin qui devient de plus en plus glissant et, là, maman s’arrête brusquement.


— Didier, regarde ça !!! Elle me montre du doigt une petite cabane en pierre avec un petit avant-toit à côté de la cabane.

— Oh, trop bien ! Une cabane ! On peut se mettre sous l’avant-toit, maman.

— Oui, t’as raison. Allez, vite. Je suis bientôt entièrement trempée


On arrive enfin sous l’avant-toit. On est enfin à l’abri mais le mal est déjà fait et on est trempés… Je regarde maman et vois l’eau couler de son visage jusqu’au sillon de ses seins. Le vent se lève et il commence à faire froid… Je me décide à regarder dans la cabane pour voir s’il y a quelqu’un. Et, là, j’ouvre la porte. J’entre et demande s’il y a quelqu’un. Aucune réponse alors j’entre… Je vois une cabane assez bien rangée et aménagée avec une table, une petite cheminée e,t au fond, une porte avec du foin…


— Viens dedans, maman. Il fait meilleur et il n’y a personne.

— Ouf ! Oui, il fait meilleur dedans. Tu as raison, Didier.

— Tu as froid, maman ? Tu crois que ça va durer longtemps, cet orage ?

— Ah ben, ça, je ne sais pas mais ce que je peux te dire c’est que, oui, il ne fait pas des plus chauds.

— Tu veux que j’allume un feu dans la cheminée, maman ?

— Oh oui, vas-y.


Je prends un peu de foin puis quelques petit bouts de branches entassées au coin de la cabane. Puis je prends le briquet dans mon sac à dos et allume le feu. Avec l’aide du foin, le feu prend rapidement et on sent tout de suite la chaleur.


— Viens là, maman. Il fait déjà meilleur.


Elle s’approche et se met à genoux et tend les bras vers le feu.


— Ah ben oui, c’est déjà mieux…

— Reste là, maman. Je vais voir si je trouve quelque chose pour nous sécher un peu.

— Ok. Tu es chou, Didier.


Je me relève et commence à chercher un drap ou une couverture… J’ouvre plusieurs armoires et au bout, de la quatrième, je trouve une grande couverture dans un plastique. Je la sors puis viens vers maman. Je prends la couverture et la pose sur ses épaules.


— Ça va mieux, maman ?

— Oh oui, merci. C’est top. Ça va déjà mieux. Viens à côté de moi, il y a de la place sous la couverture.

— Euh oui, maman. Attends, je mets encore deux bois dans le feu.


Là, je prends deux grosses buches et les mets dans le feu… Puis je prends une botte de foin que je pose devant la cheminée pour nous faire un petit banc de fortune…


— Assieds-toi, maman. Tu seras mieux, dis-je en enlevant mon T-shirt mouillé et en le pendant vers la cheminée.

— Ah ben, voilà. On est à égalité, maintenant, alors, dit maman, amusée.

— Oui, presque, dis-je en riant et en m’asseyant à côté d’elle.


Elle passe la couverture sur mes épaules et on se sert les deux au chaud. Je sens le bonnet de soutien-gorge mouillé contre mon torse…


— Quelle aventures, cette journée, maman. Le cheval qui arrache ton haut et maintenant la tempête.

— Oui on s’en rappellera comme ça, dit-elle en riant.

— Oui, c’était cool. Surtout quand le cheval t’a arraché le haut.

— Eh mais, petit coquin, va. T’as pas honte, dit-elle, amusée.

— Euh ben.

— À propos, il ne va pas sécher là, mon soutien-gorge. Ça te gênerait si je le faisais sécher avec ton T-shirt ?

— Euh ben, comme tu veux, maman, dis-je, gêné et surpris.


Là, on est les deux sous la couverture à se réchauffer et je sens les bras de maman bouger et je comprends vite qu’elle est en train d’enlever son soutien-gorge. Après quelques secondes, elle le sort de sous la couverture. Je suis un peu gêné et troublé. Maintenant, je sens la poitrine de maman contre mes bras.


— Chéri, tu peux aller le pendre avec ton T-shirt pour qu’il sèche, tu seras gentil.

— Euh euh. Oui, maman, dis-je en le prenant dans mes mains.


– Mets- le pas trop près du feu, s’il te plaît. Je n’aimerais pas qu’il crame, dit-elle, amusée. - Oui, ça serait dommage parce qu’il est super joli.


— Ah bon, tu trouves, Didier ?

— Ben oui, je trouve, dis-je, gêné.


Là, maman me dit de la rejoindre au chaud. Elle écarte la couverture. Mes yeux se posent directement sur sa belle poitrine. Je reste fixé comme ça quelques secondes jusqu’à ce que maman me redise de venir… Là, je retourne m’assoir à côté d’elle puis elle remit la couverture sur nous deux. Je sens directement sa poitrine contre mon bras. Elle sent très bien que je suis gêné… Elle sourit et un éclair illumine la pièce. Dehors, c’est l’enfer. Le vent est de plus en plus violent, les gouttes de pluie tellement fortes et grosses qu’elles font un bruit de grêle sur le toit.


— Ça va, Didier ? Ça me rappelle quand il y avait des orages chez nous et que tu étais petit. Tu venais toujours te mettre entre papa et moi pour dormir, sauf que là il n’y a pas papa, dit-elle, amusée.

— Euh, je... Je... Mais, maintenant, j’ai plus peur des orages. Je suis grand.

— Ça, c’est toi qui le dis. Pour moi, tu es toujours mon bébé. Même si, doucement, tu deviens un homme. D’ailleurs, aujourd’hui, c’est ta journée des premières, non ? - Comment ça, maman ?

— Ben, première fois que tu vois une fille en soutien-gorge et aussi première fois que tu vois une fille seins nus, non ? En vrai, je veux dire.

— Euh… Je... Euh ben… Ben oui, maman.

— Et ça t’a pas trop choqué de voir ta vieille mère comme ça ?

— Arrête, tu n’es pas vieilles, maman. Tu es encore super jolie.

— Ah bon, tu trouves ? Je peux plus concurrencer avec les filles de ton âge.

— Oui ben, elles ne sont pas spécialement mieux, je trouve.

— Ah ben, merci, Didier. C’est cool. Tiens petit cadeau, alors, dit-elle en dégageant la couverture de ses épaules.


Mes yeux se fixent directement sur sa poitrine nue encore un peu humide juste éclairée par la lumière du feu… Sans rien dire, ma mère prend ma main et doucement elle la soulève et la pose délicatement sur son sein si généreux. Instinctivement, ma petite main commence à palper son sein. Je rougis en la regardant dans les yeux et je savoure ce moment incroyable. Doucement, elle pose sa main sur ma cuisse et commence à me caresser doucement… Je sens ma respiration accélérer. Mon souffle qui vient caresse la poitrine de maman.


— On dirait que ça te plait, chéri, dit-elle, amusée.

— J’ai... Euuhh… Je n’ai jamais fait une chose pareille, maman.

— Je sais, chéri. Allez, amuse-toi. Tu aimerais les embrasser ?


Je la regarde, surpris, puis je fais oui de la tête. Elle se tourne un peu vers moi, m’offrant à pleine vue toute sa poitrine. Intimidé, je me penche vers elle et, délicatement, je pose mes lèvres tremblantes sur tes mamelons… Je les embrasse légèrement. Ma langue tourne autour du mamelon. Pris par l’excitation, je commence à doucement aspirer son mamelon… Je commence à téter tout en douceur les seins de ma tendre maman… Elle bombe le torse vers moi. J’aspire le mamelon tout doucement en le titillant avec ma langue mouillée…


— Tu aimes bien, chéri ? Ça te plait de faire des bisous à maman ?

— Oh oui, maman. Je pourrais faire ça toute la journée sans m’arrêter.

— Alors, vas-y, Didier. Profite. Tu sais, maman aime beaucoup tes bisous… Et aussi ta petite langue…


Je lui souris toujours en rougissant un peu et m’avance délicatement vers l’autre sein que je prends de suite en bouche pour l’aspirer. Je commence à bien la téter. En même temps, je sens les mains maternelles qui caressent mon dos. Je pousse de petits gémissements, tout comme ma maman lorsque je titille son bout tout rose qui durcit. Je sens les mains de ma mère qui descendent dans mon dos et s’arrêtent sur l’élastique de mon short. Elle le tire vers les bas en prenant mon boxer en même temps… Je me laisse faire et sens que mon sexe dressé est sorti à l’air libre.


— Oh, ben dis donc, Didier ! Mon fils a bien grandi, on dirait.

— Tu trouves, maman, demandai-je, quand même troublé et gêné.

— Oh oui, elle est très belle, je trouve, et de bonne taille. Ça te gêne si maman la touche un peu ?

— Euh... Comme tu veux, maman.


À peine ai-je fini ma phrase que je sens la main de maman saisir mon sexe déjà bien dur et, doucement, elle débute des petits mouvements de va-et-vient très doux et en serrant quand même mon sexe assez fort. Là, au même moment, un violent éclair illumine la pièce. Je sens la main de ma maman serrer mon sexe encore plus fort. Elle me sourit et commence à me branler de plus en plus vite. Elle me regarde dans les yeux et, délicatement, je la vois se mettre à genoux et, sans attendre, elle commence à me sucer. Je vois mon sexe disparaître dans sa bouche. Je n’en reviens pas de ce qu’il se passe. Je sens les lèvres de ma mère entourer mon sexe. Elle me suce tellement bien et, en même temps, elle me regarde dans les yeux. Je pose ma main dans ses cheveux et commence à les caresser….


— Humm... Mon dieu, maman… Ah oui, c’est trop bon !

— J’adore ça, Didier, dit-elle en léchant mon sexe luisant de salive.

— Mon dieu, maman, je n’en reviens pas.

— Ça te plaît, au moins, chéri ?

— Je n’ai jamais rien fait d’aussi excitant, maman.

— Alors, viens me faire plaisir, dit-elle en s’allongeant dans le foin près du feu.


Je vois son corps nu éclairé par la lumière du feu totalement offert à moi. Doucement, je me mets à genoux vers ses jambes. Je la vois écarter ses jambes et je comprends tout de suite qu’elle m’offre son sexe tout lisse et déjà humide. Tranquillement, je m’avance en penchant ma tête vers ce paradis interdit. Mon visage est maintenant à quelques centimètres de son sexe. Mon souffle le caresse lorsque j’approche encore… Et, là, enfin, ma petite langue timide et maladroite se pose sur les lèvres de maman. Je la fais glisser de bas en haut très lentement pour savourer un maximum ce moment dingue. J’entends des petits gémissements qui sortent de la bouche de maman. Je continue alors à explorer ses lèvres brûlantes. Elle appuie sur l’arrière de ma tête pour que ma langue s’enfonce bien en elle. J’essaie de l’enfiler au plus profond. Je sens sa cyprine sur ma langue. Ce goût me rend fou et me fait agiter ma langue de plus en plus vite en elle. Je l’entends gémir de plus en plus fort en citant mon prénom en même temps.


Ça m’excite énormément et je commence même à mordiller légèrement ses lèvres.


— Hum... Didier, arrête, arrête, murmure-t-elle d’une voix chancelante.

— Quoi, maman ? Tu n’aimes pas ?

— Oh si, justement j’aime trop mon chéri. Allez, viens. Allonge-toi sur moi.

— Hum, maman ! C’est incroyable, dis-je en me glissant sur elle.

— Ça te plaît, Didier ?

— Bien sûr, maman. Tu sais que je n’ai jamais ressenti des choses comme ça. Je n’avais jamais fait ça, maman.

— Tu as déjà embrassé une fille, au moins, me demande-t-elle en me regardant dans les yeux.

— Euh ben non, maman, jamais.

— Tu attends quoi, alors, dit-elle en souriant.


Doucement, j’approche mon visage du sien. Nos regards sont fixés l’un à l’autre… Et, doucement, nos lèvres chaudes se touchent légèrement puis j’appuie un peu plus et je sens sa bouche qui s’ouvre. On commence à s’embrasser. Maladroitement, j’essaie de faire au mieux. Et, là, au bout de quelques secondes, je sens sa langue forcer l’entrée de ma bouche et venir toucher la mienne. Là, nos langues s’enlacent, nos salives se mélangent. En même temps que nos lèvres sont collées, je sens les mains de ma mère me serrer contre elle. Mon torse pressé contre sa poitrine, notre respiration accélère. Je bouge un peu sur elle et sens mon sexe toucher le sien. Là, notre baiser s’arrête. Je me redresse un peu, maman me regarde dans les yeux et je sens sa main saisir mon sexe et le guider à l’entrée du sien. Puis elle me fait un oui de la tête. À ce moment-là, mon sexe entre délicatement en elle. Je sens cette chaleur brûlante autour de mon sexe... Je l’enfonce encore puis, tranquillement, je commence des va-et-vient.


Nos regards ne se quittent plus. Là, un violent éclair illumine encore la pièce, ce qui fait accélérer mes va-et-vient en elle… Je la regarde dans les yeux en allant de plus en plus vite en elle. Nos gémissements se mélangent. Je mords mes lèvres d’excitation. Je sens l’excitation monter en moi. Je donne de puissants coups de reins toujours plus rapides et puissants. Le gémissement de maman augmente encore. Je sens mon sexe qui commence à palpiter. Je sens que je vais jouir et maman le sent aussi. Elle me fait un oui de la tête pour me donner la permission... Je donne encore un puissant coup de reins et j’explose en elle. On gémit les deux très fort. Mon sperme brûlant et gluant jaillit en elle et la remplit. Essoufflé, je la regarde et l’embrasse amoureusement. Mon sexe toujours en elle, je me repose sur elle.

Diffuse en direct !
Regarder son live