Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 732 fois
  • 130 J'aime
  • 2 Commentaires

La morne vie d'un guide de croisière

Chapitre 3

Rencontre avec un couple

Orgie / Partouze

Résumé : Guide conférencier sur le « Temptation» un énorme bateau de croisière, je débute mon second voyage…



Durant la journée de latence entre la fin de ma première croisière et le début de la seconde, et désormais instruit par expérience, j’ai passé ma journée entre achats de nouvelles affaires, tri, rangement et repos. Ce seront les mêmes étapes aussi ( Miami-Bimini-Costa maya–Cozumel et retour) et j’en profite pour goûter à mon tour a la détente offerte par l’espace spa-sauna. En temps normal c’est réservé aux passagers mais là nous sommes quelques-uns à en profiter. Cela fait un bien fou et une fois bien propre je vais m’allonger sur un transat du pont promontoire tout en prenant bien soin de choisir celui tourné vers le large et non pas vers Miami. J’ai de la chance, une petite brise souffle et m’apporte de l’énergie. Je somnole, pensant à ma rencontre américaine et me demandant si ce sera aussi animé lors de ce second voyage.


Le soir lors de la désormais traditionnelle haie d’honneur des nouveaux embarqués, je réponds à bon nombre de sourires et me couche donc tôt et plein d’espoir pour le lendemain.

Las, la  première conférence ne réunit que peu de monde, mais Steve qui me succède me rappelle que l’océan était un peu agité et que c’est normal. Effectivement, le soir même je note qu’il y a plus de monde et que les inscriptions pour la découverte du lendemain sont déjà presque closes.

C’est donc tout ragaillardi que je me présente à l’heure prévue pour trouver un joyeux groupe d’une trentaine de personnes ; je dis joyeux car tout le monde a le sourire, et que plus de la moitié des participants doivent se connaître vu la façon dont ils interagissent. Même mes explications concernant les aspects pratiques de notre sortie semblent les réjouir et c’est donc plein d’allant qu’une fois débarqué du «Temptation » nous nous rendons au point de départ. La journée se passe donc agréablement et ce même si les seules femmes que je remarque sont accompagnées de leurs époux. L’une est une jolie blonde aux cheveux longs plus jeune que moi et nul besoin d’être devin pour comprendre qu’il s‘agit d’une jeune mariée.

L’autre est une femme aux cheveux noirs, à la silhouette sportive et très attirante. D’une bonne dizaine d’années que moi elle est accompagnée d’un mari et le seul mot que je trouve pour le qualifier est falot.C’est elle et non lui qui se pose en interlocutrice et je dois avouer qu’elle ne manque pas de connaissances. Conjugué aux questions franchement pertinentes de certains autres membres du groupe mon esprit termine la journée rassasié intellectuellement.

Heureusement alors que je n’y pensais plus trop, j’ai droit à une certaine approche de sa part sur le chemin du retour au navire, ses questions sont franchement orientées et, ce que je dis doit la satisfaire car elle me glisse leur numéro de cabine avant de partir.


Le soir même je me présente donc à leur cabine, hmm Pont B , une seconde classe luxe si on veut. Effectivement quand Anna puisque tel est son prénom, m’ouvre la porte je note que l’endroit est bien deux fois plus grand que ma cabine qui n’est pourtant pas la plus petite. Ils disposent d’une large ouverture qui laisse entrer l’air frais du soir et c’est très agréable. Ce qui est surtout très agréable c’est la nuisette sexy qui la couvre à peine, dévoilant une petite poitrine en pomme toute sexy et le jolie trait noir de sa fourrure intime. Elle est vraiment bandante.

C’est visiblement aussi l’avis de son époux qui présente déjà une petite queue toute tendue alors même qu’il est assis dans un large fauteuil qui fait face au lit. Ses mains attachées l’empêchent de se toucher mais ses yeux déjà brillants de vice montrent qu’il apprécie le traitement.

Anna m’explique en deux mots qu’il n’a pas été très sage ces derniers mois mais je dois avouer que leurs raisons m’indifférent plutôt surtout devant cette sensuelle créature.  L’essentiel pour moi est qu’il soit consentant et dans ce cas je n’ai aucun doute.

D’ailleurs si j’en nourrissais encore, sa réaction alors que serrés l’un contre l’autre on se roule une somptueuse galoche avec sa femme est éloquente entre son regard et ses « tu est si belle » (je traduis directement). C’est une véritable liane vivante contre moi, elle me colle, m’enserre et tout en m’embrassant me déshabille avec virtuosité. En un rien de temps je me retrouve nu et sa réaction devant mon équipement est flatteuse surtout qu’elle me vante devant lui. Je suppose qu’il apprécie tout cela car moi je serais mortifié face aux comparaisons qu’elle lui assène. Bien sûr je sais que je ne suis qu’une pièce rapportée, un étalon pour leurs jeux, mais je ne me plains pas du tout de cette situation bien au contraire !

Je me recule un peu et fais glisser sa nuisette transparente de ses épaules dévoilant son corps en pleine lumière, m’en repaissant, le parcourant de mes mains. Je suis dans le rôle de l’homme décidé qu’elle ou plutôt qu’ils attendent de moi et je me régale. Ses courbes sont délicieuses à caresser, à flatter et quand je me penche pour mordiller ses tétons je les trouve déjà bien durs comme j’aime.


Toujours dans mon rôle je la repousse sur le lit et reste debout devant elle, ma queue tendue. Elle se jette presque dessus et attaque une fellation qui me fait très rapidement me tendre tant c’est délicieux. Elle arrive à me prendre plutôt loin et son alternance de succion et de coups de langue sur toute la longueur de ma queue,mmm c’est délicieux.

Le bruit se sa pipe, les regards qu’elle lui lance, me renseignent aisément sur le fait que ce ne doit pas être la première fois qu’ils jouent ce jeu pervers. Je me mets au diapason de leurs fantasmes en lui maintenant un peu la tête et en faisant quelques mouvements d’avant en arrière, elle gémit et quand je me retire elle fixe ma queue et le fil de salive qui la relie à sa bouche avec un plaisir visible.

Je la fais s’allonger et vais lui déguster sa chatte que je trouve trempée ;je me régale de sa mouille que je lape avec de grands bruits sous ses, enfin, leurs encouragements. Très rapidement je la sens au bord de l’orgasme et elle m’attire vers elle. Nous échangeons un baiser au goût de son jus qui est un vrai cocktail aphrodisiaque. Son époux regarde extatique ce qui se passe et quand elle se place à quatre pattes, son superbe petit cul tendu vers moi, ses yeux semblent prêts à jaillir de ses orbites.

Je me positionne derrière elle, enduit ma queue de son miel juste pour le plaisir de l’entendre gémir puis vient m’enfoncer en elle. Elle pousse un long gémissement et lâche un « he’s so big » à son homme qui se passe de traduction. Je la saisis aux hanches et entame une délicieuse chevauchée, d’abord lente le temps qu’elle s’habitue puis quand je la sens bien en phase de façon plus puissante.  

Je coulisse dans sa chaleur, dans sa chatte trempée qui me serre si agréablement. Elle gémit de plus en plus et n’arrive plus à répondre à son homme qui d’ailleurs se met bientôt à gémir à son rythme. J’y vais plus fort et je la sens couler sur ma queue tendue, c’est si bon en elle !

D’un coup elle se crispe, ne bouge plus et puis lance un grand cri de plaisir. Heureusement que les cabines sont bien insonorisées ! A son cri répond celui de son mari qui, sans pouvoir se toucher, jouit à son tour, le sperme coulant simplement hors de sa tige. Anna tremblote et se resserre sur elle-même, genoux sous le ventre, bras serrés, étourdie par le pied qu’elle vient de prendre.

C’est maintenant pour moi le temps de prendre la main et au bout de quelques secondes, sentant son intimité trempée et n’ayant pas débandé je reprends mes va et vient. Elle gémit plus fort, boule de sensations, je me penche sur elle et tout en lui serrant les seins par dessous, vient lui mordiller le cou.

Du coin de l’oeil je vois son homme regarder le spectacle, surpris et surtout visiblement ravi que je continue à la prendre.

Elle n’est plus qu’un gémissement de plaisir continuel, son corps est couvert d’une rosée de sueur et je la prends toujours, alternant le rythme afin qu’elle ne s’habitue pas, la faisant monter et descendre dans les sensations, la gardant toujours sur le haut de la vague. Je vois littéralement les crispations de son corps, ses frémissements incontrôlés ; je suis au bord de l’explosion mais je veux leur donner autre chose, leur faire découvrir autre chose, changer les règles.

Je serre les dents, je veux qu’elle jouisse à nouveau et alors que je vais rendre les armes, elle hurle enfin une seconde fois son plaisir tout en s’effondrant les bras en croix, haletante, bouleversée

Je la retourne, m’approche d’elle désormais sur le dos qui me regarde, chavirée, les cheveux collés par la sueur, ma queue tendue devant sa bouche et, devant mon ordre muet, elle cède, ouvre les vannes au plaisir et me prends en bouche.

A peine mon gland est-il dans la chaleur humide de sa bouche que je décharge à grands traits ma semence, mon corps tendu.

Je lui crie de ne rien avaler et, même si du sperme coule un peu aux commissures de ses lèvres elle obéit et me fixe, les yeux fous et les joues gonflées.  Je me retire, la fixe et lui dit :

— Go, kiss your men !


Elle se rue presque vers lui, galvanisée par mes mots, totalement soumise au plaisir et va rouler une pelle baveuse et chargée de foutre à son homme. Celui-ci l’accueille la bouche ouverte, totalement retourné par le spectacle de double jouissance de sa femme, du basculement de celle-ci dans le plaisir.

Je me repais de ce spectacle pervers, de cette boule de neige hard, elle lui donne, il lui redonne, ils se lèchent la bouche, le visage, totalement obnubilés par le plaisir, le besoin de ne pas perdre une goutte de semence.

Je suis incapable de dire combien de temps cela dure mais je sais que quand il s’arrêtent, l’air hagard et qu’ils se tournent vers moi je leur dis en anglais

— Maintenant on va vraiment baiser…

Diffuse en direct !
Regarder son live