Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 197 fois
  • 48 J'aime
  • 7 Commentaires

Mouillette, la soumise

Chapitre 5

Les routines quotidiennes

SM / Fétichisme

Les journées, les semaines passaient si vite...

Aujourd’hui, nous sommes dimanche et je vais vous raconter la semaine qui vient de se passer...

Il y a une semaine, mon Maître pervers m’a dit : "Mouillette, nous allons mettre en place une routine journalière". Vous vous imaginez bien que quand j’ai lu cette phrase, j’ai écarquillé les yeux de stupeur et d’excitation. Quelles allaient être ces missions journalières ?

Il m’a expliqué que nous allions ajuster les règles ensemble. Nous avons donc discuté longuement et voici ce qui en est ressorti :


— Première règle : tous les jours prendre en photo mes sous-vêtements ainsi que mes habits... ainsi il peut constater par lui-même que je respecte les règles établies. Cette règle n’avait pas besoin d’être notée, car j’avais déjà pris l’habitude de le faire de moi-même. J’accompagnais déjà ces photos ou vidéos de petits audios coquins ou non.

— Deuxième règle : tous les jours se masturber et jouir avant de commencer ma journée de travail ou de passer ma journée. Le soir à la fin de mon travail, je dois me masturber et jouir. Les jours de travail, me masturber jusqu’à la limite de la jouissance au travail entre midi et deux. Et enfin, se masturber et jouir avant de dormir... Cette règle était moins évidente... car il fallait pouvoir le faire discrètement... sans que ni mes enfants ni mon mari ne s’en aperçoivent. D’ailleurs, à l’instant où j’écris ces lignes, je vais devoir m’acquitter de cette tâche délicieuse...

— Troisième règle : j’ai une liste de "progressions" à effectuer tous les jours pour m’entraîner à la douleur, à l’endurance... Voici les éléments que je chronomètre :

— Résistance à la douleur de mes seins avec les gros élastiques à la base de ceux-ci pour leur donner une meilleure allure.

— Résistance à la douleur des pinces à linge sur mes tétons (dans le soutien-gorge, avec gros élastiques ou sans rien)

— Résistance à la douleur d’une pince sur le clitoris (ça, c’est compliqué !!)

— Petite bouteille dans mon vagin.

— Quatrième règle : stimuler mes tétons. En effet, ceux-ci sont ombiliqués, c’est-à-dire qu’ils sont plats au repos, ils ne pointent que si on les stimule. J’utilise des grosses seringues coupées afin de les étirer, ainsi, ils ressortent plus facilement et plus souvent... Mon Maître adore les voir ressortir ainsi... Pour ma part, de moi-même je ne le fais pas forcément, car j’aime mes seins et mes tétons tels qu’ils sont. J’ai toujours eu mon corps ainsi...ça ne me choque pas.

— Cinquième règle : cette règle est amusante à effectuer dans les messages qu’on s’envoie... nous avons mis en place de nouveaux termes à utiliser lorsque l’on parle de mes seins et de mes tétons. Je dois remplacer "seins" par "mamelles" et "tétons" par "tétines". Vous allez certainement me demander pourquoi ce petit jeu... Hé bien, ma poitrine est assez large et tombante... cela ressemble à des pis de vache finalement... Et puis, vu que j’ai allaité mes enfants, je suis en effet une vache laitière... Donc, mamelles et tétines !


Ces règles édictées, il fallait désormais les mettre en application. La plus compliquée pour moi est sans hésitation les progressions. En effet, certaines sont particulièrement douloureuses et donc je n’ai clairement pas envie de les faire. En revanche, je suis certaine que quand je les ferai en battant un record, je ressentirai une très grande fierté !


Nous étions donc le lundi matin et je devais m’acquitter de mes devoirs de soumise. Mon réveil sonna, signe annonciateur qu’il fallait réveiller mes enfants pour les mener à l’école. Cela étant fait, je regardai mes habits et choisissais ce que j’allai mettre. Je choisis une jupe courte, un pull rouge, un string noir, et aucun soutien-gorge. Je me pris en photo en sous-vêtements puis je m’habillai. Ensuite, je mis mes bijoux du jour et du rouge à mes lèvres. Lorsque j’eus fini, je me pris une seconde fois en photo et envoyai mes chefs-d’œuvre à mon Maître. Je menai ensuite mes enfants à l’école.


Après les avoir déposés à l’école, je me mis en route pour revenir à la maison. Je lui envoyai des audios sur le chemin du retour. Arrivée à la maison, à mon bureau, je m’assis à ma chaise et sortis mon amant de verre (une bouteille de bière !). Je l’insérai doucement en moi et commençai à effectuer des mouvements de va-et-vient en moi. L’excitation montait rapidement en moi. Je me levai et m’allongeai sur le canapé de la pièce. J’accélérai les mouvements tout en caressant de mon autre main mon clitoris, ça, c’était une suggestion que m’avait faite une fois mon Maître et je ne le remercierai jamais assez ! Je finis par jouir, mon entrejambe était trempé.


Cela étant fait, je léchai mon amant de verre, je m’assis à mon bureau et commençai enfin à travailler. Au bout d’une heure, je sortis de mon sac mes deux grands élastiques que je mis à la base de mes seins. Je continuai alors à travailler avec mes seins ainsi serrés. Je surveillai l’heure de temps en temps, lorsque la douleur devint insupportable, je libérai mes seins. Je notai sur l’application la durée obtenue.


Je sortis de mon sac les pinces à linge. Je pinçai lentement et doucement mon clitoris avec une des pinces. Sur l’instant, j’eus envie d’enlever la pince, j’avais envie de crier, de me frapper autre part pour que la douleur baisse... Mais au bout de quelques secondes, la douleur commença à baisser doucement... Puis de moins en moins forte. J’arrivai enfin à respirer avec le bas du ventre. Je sentais que de la cyprine suintait de ma chatte. Au bout d’une vingtaine de minutes, la douleur augmenta à nouveau... J’enlevai alors la pince. Je notai là encore mon nouveau record.


Il était déjà l’heure d’aller me restaurer avec mon mari. Bien sûr, celui-ci ne pouvait pas se douter de mes entraînements. Nous prenions donc notre repas, puis après, nous nous allongeâmes sur le canapé pour regarder la télévision. Je posai ma tête sur son torse et m’assoupis.


Mais déjà, il était l’heure de retourner travailler. Je retournai à mon bureau pour écouter une conférence pour mon travail. Vous vous doutez bien que mon Maître me trouva une occupation pendant cette conférence... Il me demanda de me caresser, avec mon amant de verre. Je m’exécutai alors avec envie. Lorsque je finis la conférence, j’attendis que mon mari parte travailler... Alors je passai à l’étape tétons... Je pris les deux seringues que j’avais coupées avec les instructions de mon Maître. J’humidifiai mes tétons avec ma salive et posai mes tétons dans le tube des deux seringues, je tirai sur les deux pistons et les calai avec deux petites pinces en bois. Je finis par camoufler ma poitrine sous mon pull au cas où.


Je repris mon travail comme si de rien n’était avec cependant cette petite différence qui me titillait franchement les seins.

Lorsque mes tétons commencèrent à me faire sérieusement mal, je les libérai de l’emprise des seringues. Je fis des photos de ma poitrine pour mon Maître qui apprécia immédiatement la vue de mes tétons sortis.


Quelques heures plus tard, il était l’heure de fermer boutique pour retourner à ma vie de famille et de maman poule... Mais avant cela, il me restait ma dernière (ou presque) tâche à accomplir... Je repris mon amant de verre, me mis à l’aise et entrepris de me faire jouir...


À force d’effectuer des allers-retours dans mon intimité avec l’amant, parfois de plus en plus fort, j’étais sur le point d’exploser... Et enfin la délivrance, la jouissance ultime.


Je remontai à la maison et repris le cours de mon rôle d’épouse et de maman. Presque normalement ! Je gardais en tête ce que j’avais fait, les émotions qui m’avaient traversée également.

Le soir, j’eus encore contact avec mon Maître de temps en temps. Je fis également ma session de sport avant de me coucher.

Arrivée au moment du coucher... J’avais ma dernière tâche de la journée... je me caressai de mes deux mains pour me procurer le dernier orgasme de la journée qui fut plus compliqué à atteindre. Mes entrailles se serrèrent malgré tout.


Le lendemain, nous étions donc mardi, mon Maître me demanda de m’habiller en mode exhibition... Pull transparent (au point de voir les tétons en transparence !), et une jupe courte, aucun sous-vêtement. Pour ne pas choquer mes enfants ainsi que mon mari, je mis une jaquette devant mon pull. Je devais aller chercher un colis dans une petite boutique après avoir déposé mes enfants à l’école. Mon cher Maître me demanda de mettre des pinces sur mes tétons après avoir déposé mes enfants à l’école et de bien traverser la rue et faire tout le chemin comme cela. Discrètement, en m’éloignant de l’école, je mis les pinces, j’ouvris plus largement ma veste ainsi que la jaquette noire. Je sentis tout mon corps en éveil alors que je me baladais avec les pinces largement visibles. À chaque fois que je croisai une personne, je l’observai pour voir si elle remarquait quelque chose. Et je pus voir qu’il n’y avait personne qui remarquait mes pinces... et pourtant elles étaient largement visibles !


J’entrai dans le magasin et demandai mon colis, qui n’était malheureusement pas encore disponible... Je rentrai donc à la maison, toujours ma veste ouverte. De retour à mon bureau, je libérai mes seins des pinces à linge. Comme la veille, je me caressai et me fis jouir. Ensuite, je mis une pince sur mon clitoris et chronométrai le temps passé. Cela étant fait, je commençai enfin mon travail ! J’avais justement des rapports à rendre ce jour-là.


Une heure ou deux plus tard, je décidai de battre mon record de la petite bouteille dans mon vagin. Je me caressai doucement et je glissai la bouteille en moi d’abord goulot en premier pour écarter doucement mes chairs... Puis je la retournai, culot en premier. Le goulot dépassait un petit peu de mon antre. Je serrai ensuite les jambes puis continuai de travailler tranquillement ainsi avec cette sensation unique d’être pleine. J’eus des appels téléphoniques avec des collègues et je réagissais normalement très professionnellement malgré ma chatte occupée.


Le midi, bien sûr, je me libérai de l’emprise de la bouteille et je rejoignis mon mari pour manger. Je passais un repas tout à fait normal où les banalités de la vie de tous les jours se mélangeaient à la voix de la chaîne info que l’on regardait à la télévision. Ensuite, je me reposais quelques minutes sur le canapé jusqu’à l’heure de retourner travailler.


Lorsque j’arrivai à mon bureau, j’écoutai l’audio que mon Maître m’avait fait sur le chemin de son travail. Je souriais toute seule en prenant note intérieurement qu’il me donnait une tâche coquine pour l’après-midi...


Il me demandait de mettre mon œuf de Yoni dans ma chatte... mais également de mettre la petite seringue dans mes fesses. Il me l’avait déjà dit... il voulait que je sois une amante prête à tout au lit, et que j’apprécie la sodomie... Mais pour cela, il fallait préparer mon corps à se dilater de partout... De toute évidence, mon vagin n’avait pas de souci sur ce côté-là... mais ce n’était pas la même histoire avec mon anus et mon sphincter ! Il fallait que je m’habitue à la présence de choses dans mes fesses... à terme, je m’offrirai même un plug anal !


Je m’occupai donc d’occuper mes deux trous adorés... Je réussis sans peine à mettre l’œuf puis la seringue et je continuais mon travail sans souci, équipée ainsi. La fin de journée fut ponctuée par encore des appels téléphoniques... puis bien sûr de ma masturbation de fin de journée... La soirée fut consacrée au souper, puis au vélo, à de la musculation... puis enfin, de l’écriture des chapitres précédents. La journée se termina par une douche puis par une énième masturbation pré-dodo. Je m’endormis paisiblement.


Le lendemain, c’était mercredi, le jour des enfants. Mon Maître savait que ce jour-là, j’étais un peu moins disponible le matin. Il me demanda d’entraîner mes seins... Je commençai par mettre une pince sur chaque téton. Une douce chaleur se réveilla en moi, des envies de sexe montèrent en moi. Je profitai de la quiétude de mon bureau pour me masturber et me faire jouir. Lorsque la douleur devint insupportable, j’enlevai doucement les pinces sous l’œil avisé de la caméra de mon téléphone. J’envoyai la vidéo à mon Maître pour qu’il puisse profiter de ma douleur que je lui offrais de bonne grâce.


Lorsque je finis de noter mon nouveau record, je pris les seringues coupées que je posai doucement autour de mes tétons après les avoir humidifiés de ma bave. Je cachai mes attributs sous mon pull et commençai à travailler sur mon ordinateur. J’eus des appels téléphoniques, mais personne ne pouvait imaginer ce que je cachais sous mon pull. Je riais intérieurement. Bien sûr, le Maître et moi communiquions au gré de notre envie, de notre temps libre. Après avoir libéré mes tétons, je prenais ma poitrine en photo, mes seins tombants, les tétons boursouflés. Mon Maître apprécia beaucoup la vision de ces bouts de chair. J’étais très fière de moi, de réussir à l’exciter ainsi.


Il était déjà l’heure d’aller manger. Je rejoignis mon mari et mes enfants pour me restaurer. Je me comportai parfaitement normalement. Puis lorsque le repas fut fini et qu’il fut l’heure de revenir à mon poste de travail, je quittai ma petite famille et retournai travailler. L’après-midi, mon Maître me demanda de mettre mes gros élastiques à la base de mes seins et de tenir le plus longtemps. Pour ce faire, j’enlevai donc mon soutien-gorge pour que cela soit plus agréable. Encore une fois, je chronométrai ce nouveau record.


Le reste de l’après-midi, je continuai à travailler ainsi équipée. Les heures passèrent relativement rapidement. Il était désormais le temps de fermer mon ordinateur. Mais avant de tout fermer... Il me fallait me masturber encore une fois. Je libérai mes seins des élastiques, pris une photo de ces marques sur ma peau... Puis je me masturbai et jouis encore une fois.


Je retournai auprès des miens, mangeai avec ma famille, couchai mes enfants. Puis après tout cela, j’allai faire mon vélo quotidien, ma musculation... Puis lorsque j’eus fini tout cela, je retournai à la maison me doucher. Je me caressai sous l’eau chaude.


Propre comme un sou neuf, je me mis en nuisette pour aller embrasser mon mari avant d’aller me coucher. Arrivée dans le lit, je me mis toute nue puis je me masturbai encore une fois jusqu’à la jouissance. Mon Maître me demanda enfin de m’équiper de ma seringue dans mon anus pour la nuit. Je m’endormis, équipée ainsi toute la nuit.


Le lendemain, nous étions jeudi, mon cher Maître m’avait laissé un message pour le matin... Je devais être entièrement nue sous mes vêtements. Je devais mettre mon pull quasi transparent et aller chercher mon colis ainsi... Je mis deux pinces colorées dans les poches de ma veste, mon pull transparent et un gilet par-dessus pour ne pas choquer mes enfants. Il était déjà l’heure de mener mes enfants à l’école.


Lorsque j’eus fini de les déposer, je commençai à avancer vers la boutique. J’ouvris ma veste et mon gilet pour que mes seins soient clairement visibles à travers mon pull... Dans un coin de la rue, je mis une pince sur chacun de mes tétons et je me rendis à la boutique où mon colis était arrivé. Sur le chemin, je croisais des hommes et des femmes qui ne voyaient strictement rien... et pourtant on voyait clairement les pinces en transparence. J’arrivai à la boutique, demandai mon colis en serrant les dents. J’étais excitée de voir les gens autour de moi, excitée de cacher mon secret, titillée par ces pinces. Mais j’étais aussi pressée de rentrer à la maison pour me soulager, pour me masturber et pour libérer mes tétons douloureux.


Je pris mon colis et rentrai à la maison le plus rapidement possible tant la douleur des pinces me tiraillait. Je marchai rapidement et dès que je pus libérer mes tétons, je le fis avec de larges soupirs. Après être allée à mon bureau solitaire, je me caressai jusqu’à l’orgasme. Mon Maître me donna comme tâche de la journée de me masturber presque jusqu’à l’orgasme et de m’arrêter avant, et cela toutes les deux heures ! Alors toutes les deux heures, je m’arrêtai de travailler, caressai doucement mon clitoris en le frottant d’abord doucement. Je prenais un peu de ma cyprine que j’utilisais pour me caresser. Les mouvements longs devenaient plus rapides, l’excitation montait rapidement et j’avais envie de jouir. Je m’arrêtai avant la jouissance avec un sentiment de frustration. Mais malgré cela, je le refis deux heures plus tard comme mon Maître me l’avait demandé.


Dans ces moments, j’étais divisée entre deux, de la reconnaissance pour mon Maître pour me donner une tâche si excitante et d’un autre côté de la colère de ne pouvoir jouir, la frustration ultime... Le midi se passa totalement comme d’habitude, rien de spécial à en dire... Et l’après-midi, mon Maître m’ordonna de cette fois-ci me faire jouir toutes les deux heures... La première jouissance me fit monter si haut que j’eus de la peine à redescendre. J’avais le souffle court, mon cœur battait à tout rompre... Et deux heures plus tard, je remettais cela. Bien sûr, j’essayai de tenir mon Maître au courant afin qu’il voie que je faisais ce qu’il m’avait demandé. Mais mon travail fit décaler certaines jouissances...


Malgré ma servitude envers lui, je me devais d’être à la hauteur au travail, sinon je pouvais avoir des problèmes certains !

La fin de journée ressembla à s’y méprendre aux fins de journées précédentes de la semaine. Masturbation à la jouissance avant de redevenir la maman que je suis. Après le repas et après avoir couché mes enfants, je me retrouvai à nouveau en train de faire du vélo d’appartement. Je regardais une émission à la TV pendant le sport. Quand je finis, je m’allongeai sur le canapé et me caressai encore une fois.


Décidément, cette expérience me montrait combien j’avais délaissé mon corps qui avait un grand besoin d’être écouté et aimé. Je retournai dans ma famille pour aller me laver puis je me couchai. Je ne manquais pas bien sûr de finir ma journée pour une ultime jouissance.


Le lendemain, nous étions vendredi, ce jour-là, mon Maître me dit "Aujourd’hui, tu vas être une soumise enculée... non par ta seringue qui est bien trop petite... Mais par la petite bouteille que tu as trouvée". Je déglutis en lisant cette phrase. Il voulait pour de bon que je fasse ça ??!!


Il était vrai que lors des premières discussions que l’on avait eues, il m’avait de suite expliqué qu’il voulait que je sois capable de prendre du plaisir par, je cite, "tous les trous". J’avais bien pris en compte cette phrase, mais je ne pensais pas qu’il allait m’imposer de m’asseoir sur une bouteille ! La première que j’avais utilisée pour m’asseoir dessus, c’était mon amant de verre et j’en avais saigné... Du coup, j’étais moyennement motivée à me mettre une bouteille dans le cul...


Mais cette fois-ci, j’allais écouter attentivement ses instructions. Je devais hydrater la bouteille. J’avais acheté du lubrifiant à cet effet. Après m’être fait jouir de bon matin, je mis largement du lubrifiant sur la petite bouteille. Je me mis à moitié debout, dos au canapé de mon bureau. Je mis un chiffon sur le canapé. Le string à terre, je commençai à baisser mes fesses doucement vers la petite bouteille.


Je pris mon courage à deux mains et commençai à exercer une pression sur mon anus avec le goulot de la bouteille. Je massai doucement mon anus avec le goulot. Je m’abaissai puis me redressai pour y aller lentement. J’avais des frissons qui me parcouraient le corps. C’était largement plus supportable qu’à mon premier essai à sec !


Mon Maître était très fier de mes essais et de mes progrès. Et moi aussi ! Je fis plusieurs sessions toute la journée. J’essayais de m’asseoir à mon ordinateur avec la bouteille dans les fesses. Au début, elle n’était qu’à peine dans mes fesses du fait que le sphincter bloquait le passage.


Mais mon Maître m’encourageait comme bien souvent à pousser, à oser. Et lorsque d’un coup le goulot glissa plus loin, j’eus un hoquet, non de douleur, mais plutôt d’inconfort, de surprise ! Je me sentais écartée de l’intérieur, pleine. C’était une sensation étrange, étonnante, mais agréable !


Cette journée fut particulièrement riche en apprentissages. Je me masturbais bien sûr aux moments prévus par mon Maître, le matin avant de travailler, avant de remonter à la fin de mon travail et le soir avant de dormir... Je commençais à apprécier toutes ces sensations encore inconnues. Je ne savais pas encore ce qui m’arriverait... Ni ce que demain serait...


Le lendemain, hier donc, nous étions samedi, le jour en famille par excellence... Et le jour des courses. Ce jour-là, mon Maître allait se faire plaisir avec ses envies d’exhibition... J’aimais cette idée de faire une journée sexe, une journée exhibition, une journée de douleur... ça variait merveilleusement les plaisirs.


Ce jour-là, donc, il demanda que je m’habille de manière légère... Porte-jarretelles avec des bas, jupe courte, chemise blanche avec un décolleté bien exagéré et soutien-gorge blanc. Il me demanda de ne pas mettre de string, de mettre mon œuf dans ma chatte et de mettre la seringue dans mes fesses... de quoi être excitée en permanence.


J’avais décidé d’aller m’acheter des chaussures à talons ou tout du moins d’aller en essayer. Je me rendais dans un grand supermarché pour déposer ma voiture. Je mis mon collier clochette qui me rendait encore plus aguichante. Ensuite, je me rendis à pied jusqu’au magasin de chaussures. Je commençai à essayer plusieurs paires de chaussures à talons que je trouvais jolies. Je pris également en photos mes trouvailles, car je voulais les montrer à mon Maître. Ma chatte était tellement humide que soudain mon œuf tomba au sol. Je le récupérai mine de rien, rougissante sous mon masque chirurgical. Je riais intérieurement. Finalement, je n’achetai rien, car mon Maître n’avait pas encore vu les chaussures. Je retournai à la voiture. Je me caressais au milieu du parking, mon Maître me l’avait demandé. Je rentrai relativement tard à la maison. Je me pris des réflexions de mon mari...


Mais cela ne m’empêcha pas de retourner faire du vélo le soir tombé puis de me masturber encore et encore...

Quant à aujourd’hui, dimanche, ce fut un jour familial également où j’effectuai là encore mes masturbations quotidiennes... Je ne pus guère faire plus de choses...

Toutes ces sensations... Jamais je n’aurais imaginé que mes émotions puissent passer du plaisir intense à de la tristesse... Mais cela est une autre histoire... Je vous la raconterai dans le prochain chapitre...

Diffuse en direct !
Regarder son live