Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 2 167 fois
  • 6 J'aime
  • 0 Commentaire

Muriel 2

Chapitre 2

Inceste

Le lendemain, Bruce reprend la route.

A peine a-t-il fait vingt kilomètres, que son portable sonne. Il décroche en se garant sur le côté.

-Muriel! Des remords de m’avoir engueulé, ou que je sois parti. Quoi, un accident, grave? J’arrive.

Son frère Florent a eu un accident. Rien de bien méchant, mais çà nécessite une hospitalisation.

Bruce a un petit sourire en coin.

"Ma belle soeur va-t-elle m’héberger?" Pense-t-il.

Il arrive a l’hôpital vers midi.

Son frère n’est pas trop mal, mais une opération de la jambe est à envisager. C’est lui qui insiste pour que Bruce dorme à la maison.

-Qu’est-ce-que tu en penses Muriel? Je serai plus rassuré de sentir quelqu’un près de toi.

-Pourquoi pas, répond-elle en baissant les yeux.

Il est dix huit heure quand ils quittent l’hôpital.

En s’asseyant dans la voiture, la jupe de Muriel remonte haut sur ses cuisses.

Bruce n’y prête pas attention. Il réfléchit à la façon de se faire pardonner.

Ils arrivent à la villa vers dix neuf heures. Le repas est prêt, ils peuvent passer à table.

-Tu m’en veux toujours? Demande Bruce. Je n’aurai pas du abuser de toi.

-Abuser!, S’exclame-t-elle, tu savais que je ne pouvais pas me défendre, que j’étais coincée. Tu as profité de moi.

Il me semble encore sentir tes doigts dans mon ventre.

Enfin, n’en parlons plus.

Après le café, Muriel ouvre la fenêtre, s’y appuie dessus, les yeux scrutant les étoiles.

Bruce s’avance prudemment derrière elle.

Muriel sent son souffle dans son cou.

Il passe un bras autour de sa taille. Aucune résistance.

-Tu veux que je te refasse le coup de la barrière? Dit-il.

Pas de réponse. Il continue sa progression.

Une main part sous le pull, l’autre entre les cuisses.

Toujours pas de réaction.

-Mais, tu es toute nue, remarque Bruce. C’est pour moi.

Tu m’as pardonné alors.

-J’espérai que tu essayeras en voiture, murmure Muriel.

Toutes les nuits, je pense à cette journée. Je n’ai plus joui comme cet après-midi là.

Bruce joue avec les lèvres humides de Muriel, tourne un doigt sur le clitoris, puis pénètre la chatte. Le bout des seins sont devenu énorme entre les doigts de l’autre main.

-Vas-y, soupire-t-elle, caresse moi partout. Tu peux faire de moi ce que tu veux cette nuit. J’ai trop besoin d’un bon coup de queue.

Les caresses se font plus précises, plus vicieuses.

Muriel tourne la tête en lançant une main derrière la nuque de Bruce. Ils sont lèvres contre lèvres.

-Enfoiré, gémit-elle, tu sais que j’aime me faire doigter, hein? Je suis toute mouillée maintenant.

Elle sent le désir monter en elle.

-Prend moi, dit-elle, là, sur la moquette.

Elle ferme la fenêtre, ôte son pull et sa jupe.

Bruce, lui aussi, se déshabille.

Ils s’allongent. Leur corps ne font qu’un, et roulent sur la moquette. Ils sont soudés par leur bouche, avide de baisers. Les langues se défient.

Muriel sent le membre de Bruce cogner contre ses cuisses, et sa chatte. Elle glisse une main entre eux, et lui saisit le sexe.

-La nature à l’air de t’avoir gâté salaud, jubile-t-elle.

je sens que je vais me régaler.

Elle se porte à le hauteur de la queue de Bruce, et enroule le gland entièrement décalotté avec sa langue. Elle fait rouler les testicules assez violemment entre ses doigts.

-Aie, aie, sursaute Bruce, doucement, c’est sensible là.

Tu vas voir quand je vais te le mettre, salope.

-Il faut bien que je me venge, répond Muriel. et moi, tu vas voir comme je vais faire pleurer ta queue. Tu vas me supplier d’arrêter.

Muriel enjambe son beau frère, et guide sa bite contre sa chatte. Elle s’y empale dessus, en poussant un cri de plaisir.

-Ah, gémit-elle, vas-y, nique moi, je suis en manque en ce moment. Assure.

C’est sur, Muriel est en chaleur. Bruce le sait. Elle ne va pas tenir longtemps. Il sent sa mouille couler jusque sur ses couilles.

-Enculé, hurle-t-elle, tu me maques salaud, tu me fais jouir, ha..ha., oh mon dieu, mon bouton est en feu, oui..

oui.. que c’est bon, vas-y, fort, bourre moi.

Bruce est arrivé à se maitriser. il sait que la nuit n’est pas fini.

-Tu aimes la queue, hein? Ironise Bruce. Tu en veux encore?

Tu seras sage?

-Tout ce que tu désires mon amour, soupire Muriel, mais donne moi encore, s’il te plait.

Pendant une bonne partie de la nuit, Muriel va s’abandonner corps et âme. Elle va jouir jusqu’à hurler. Elle va sucer.

Elle est à la merci de son beau frère.

C’est épuisé, les yeux cernés, qu’elle s’endort dans les bras de son amant.

Muriel se réveille vers neuf heure du matin. Elle descend au salon.

Bruce est appuyé à la fenêtre. C’est une belle journée qui s’annonce.

Muriel ouvre son peignoir, et se colle contre lui.

Elle le prend par la taille, et plonge ses mains dans le caleçon. Elle lui saisit le sexe.

-Tu veux que je te raconte ce qui m’est arrivé, un après- midi, murmure-t-elle. J’étais appuyé contre une barrière, et.....

Diffuse en direct !
Regarder son live