Le site de l'histoire érotique

Nadia et le plombier pervers

Chapitre 7

68
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 16 488 fois

68

5

— Nadia, pour la tenue, on va faire moins hard : pour ce soir, jean moulant, pour mettre ton cul en valeur, t-shirt blanc moulant et décolleté, slip et soutien gorge, hauts talons.

— Ca te convient, Kévin ?

— Yé ! Super top !! Je kiffe grave la tenue !

— Pour la nuit, au lit, pas besoin de nuisette. Je pense qu’il vaut mieux que tu restes NUE. Tu seras plus "accessible" pour les séances de baise.

— Et, bien sûr, tu fais tout ce que Kévin à envie, sans rechigner. Tu baises autant de fois qu’il veut. Compris ?

— Oui, j’ai compris, Pascal…

— Parfait ! On va filer. Le temps va passer vite et tu seras vite à 18 heures, l’arrivée à Kévin…


— Au fait, ne me l’épuise pas trop, il faut qu’il soit à 8h 30 au boulot !

— Il est presque midi trente, on va bouffer.

— Au fait, tu n’oublies pas ce que je t’ai demandé pour ta chatte ! Le môme te veux RASEE pour ce soir.

— Patron ! Je veux aussi qu’elle se fasse les ongles en rouge ! Et les ongles des pieds aussi !

— Tu as entendu, Nadia ?

— Ce sera fait comme Kévin veut.

Ils se lèvent et s’en vont.


J’appelle vite mon mari pour lui raconter la matinée.

Il est aux anges, la situation évolue de façon encore plus érotique qu’il ne l’espérait.

Il me dit qu’il va aller dormir ces deux nuits dans notre résidence secondaire, à 30 kilomètres de notre domicile.

A midi, je mange peu. Je suis fatiguée des ébats à répétition du matin, et dire que ça va recommencer ce soir.

Dès la fin du repas, je me rend à la salle de bain, pour faire ce que Pascal m’a ordonné.

Je me rase le sexe, qui est bientôt lisse comme il l’a demandé.


Je prépare une culotte brésilienne noire, un soutien gorge dentelle noir, un t-shirt moulant blanc, et un jean bleu moulant, des hauts talons noirs.

Je pose tout sur le lit. J’aurai le temps d’enfiler tout ça vers 17 heures, avant que le jeune n’arrive.

Quand je pense que j’ai été baisée deux fois et sodomisée par un jeune qui a l’âge de notre fils !

Et qu’il va passer la nuit avec moi…

Je me demande s’ils n’ont pas raison de me traiter de pute et de salope…

En plus, il est très excité, il veut du sexe, et je sais qu’il ne me lâchera pas de la soirée et de la nuit.

Le mieux est peut-être de me donner entièrement et de l’épuiser, pour qu’il me laisse un peu dormir.


Mais il a l’air très endurant, j’en sais quelque chose…

Mon mari n’aurait jamais du m’engager dans ce scénario.

D’autant que Pascal vient demain soir à son tour passer la nuit avec moi, et que je connais également le programme !!

Quant à lui, c’est encore pire : il fantasme sur le fait de me mettre enceinte !! A 38 ans, alors que j’ai un fils de 19 ans !

Et bien sûr, continuer les ébats sexuels pendant ma grossesse…

Le salaud !


Sur le lit, je vois le tube de gel anal resté sur le drap. 

Je le replace sur la table de nuit.

Je sais ce qui m’attend ce soir.

Cela va être "ma fête" et je sais que le jeune va me sodomiser plusieurs fois.

Il a promis de me "défoncer".

Le téléphone sonne.

C’est Pascal.


— Je t’appelle pour te dire que le jeune n’arrête pas de parler de toi ! 

Il ne fait que parler de parties de baise avec toi, de tes seins, de ton cul, de ta chatte…

— A mon avis, ça va être chaud bouillant, ce soir et cette nuit !!

— Au fait Pascal, j’ai fais ce que tu as dis, je suis rasée…

— Très bien ! C’est mieux. Et, tu verras, ça va encore plus exciter Kévin.

— J’ai préparé aussi la tenue que tu souhaites


— Super. C’est bien. Je te préfère bien obéissante comme ça. 

— Avec des fringues bien moulantes comme ça, tu vas mettre le haut et le bas bien en valeur. Le môme va apprécier, crois-moi…

— Oui, je sais, Pascal… Mais il est trop jeune, tu sais… Mon fils a même un an de plus que lui !

— Mais tu t’en fous, de ça ! Une bite est une bite ! Il te baise bien à fond, c’est là l’essentiel. En plus il est jeune, il est fougueux et endurant… Tout à fait ce qu’il te faut pour bien te faire grimper !!


— Le soir, avant de vous coucher, il va sûrement te sauter. Il ne tiendra pas de 18h 30 et 22h 30 sans te baiser, à mon avis. Alors prévois une nuisette transparente ou un déshabillé transparent pour enfiler après avoir fait l’amour. Et sans sous-vêtements, entièrement nue dessous. Ainsi il aura la vision de ton corps toute la soirée, ça l’excitera pour la nuit, et tu seras "prête" pour le lit, juste la nuisette à enlever pour te coucher.

-Oui…Oui…

— Et surtout, sexuellement, sois disponible, fais tout ce qu’il demande sans rechigner, y compris te faire enculer, car tu sais qu’il aime pratiquer la sodomie.

— Porte tes hauts talons sans arrêt, cambre-toi bien en marchant, fais lui des regards très complices et érotiques, une voix doucereuse, enfin tu sais quoi faire pour exciter un mec, quoi !

— Et pendant vos ébats, surtout lâche-toi ! Dis lui des trucs érotiques, hard, enfin ce qu’un mec aime entendre d’une femme qu’il baise…

— Profite de sa grosse queue, fais-toi plaisir !


— Oui, Pascal, je me donnerai à lui, je veux te faire plaisir

— Tu as enfin compris on dirait ! Tu me fais plaisir en te faisant BAISER.

— Au fait, tu as assez de gel anal pour ce soir et cette nuit ?

— Oui, le tube est presque neuf

— Très bien, sinon je serais passer au sex-shop t’en chercher un. Encore que s’il t’arrive une fois d’être en panne, l’huile de table va aussi, et ça glisse aussi bien…

— Ne t’inquiètes pas, il me reste du gel


-Bien. Autre chose : n’attend pas qu’il te sollicite pour une partie de baise. Vas aussi vers lui, offre-toi, dis lui que "tu as envie de faire l’amour", dis lui que "tu as envie de lui", "envie de sa grosse queue"… Un mec aime entendre ça…

— Oui Pascal, je le ferai

— Même la nuit au lit, n’hésite pas à prendre les devants !

— Quant à nous deux, c’est pour demain soir… On va bien s’amuser aussi… Le jeune t’aura "chauffée" toute la nuit précédente, et je suis sûr que tu seras "chaude-bouillante" pour moi, tu verras !

— Je te dirai demain dans la journée la tenue que je souhaite


— Bon, je te laisse, je retourne sur le chantier. Je vais dire à Kévin que nous avons longuement parlé, et que tu as hâte d’être à ce soir, que tu as envie de lui, et que tu as la chatte en feu à l’idée qu’il vienne te voir… Je lui dirai aussi que tu as désormais la chatte rasée. Tout ça va le "motiver", tu vérifieras ça tout à l’heure…

— Oh non, ne lui dis pas ça…

— Tu parles, je vais même lui dire tout de suite ! Allez, j’y vais, je t’embrasse.


Après avoir raccroché, je vais dans l’armoire, choisir la nuisette que Pascal souhaite que je porte après les premiers ébats.

Je fais le choix d’une nuisette noire transparente autre que la première fois. Elle m’arrive ras les fesses tout en les couvrant. Je la préfère à un déshabillé qui, même transparent, risque de trop me couvrir. Le jeune veut que j’en montre le maximum. Alors la nuisette sera parfaite. Je la met sur le lit avec les habits.

Puis je prends tous les habits que je place sur une chaise et me ravise : je change le lit, car je pense aux différents ébats du matin et je veux un lit propre pour passer la nuit avec mon jeune amant.


Et j’ai raison, car je découvre quelques traces du matin : trois ou quatre taches de sperme sur le drap du dessous.

Le temps passe vite.

16 heures. Je prends un bain. Me sèche. Me parfume délicatement.

Puis je commence à faire mes ongles des mains et des orteils en rouge foncé, comme le jeune l’a demandé.

17h 45. Il est temps de m’habiller.


Les sous-vêtements. Le jean. Le t-shirt. Les hauts talons.

18h 15. Je commence à angoisser en regardant l’heure. Il va bientôt arriver, et là, commencera une longue nuit où je vais être son jouet sexuel.

18h 30. J’entends le scooter arriver. Il se gare dans la cour. Arrive à la porte-fenêtre de la cuisine. Je l’accueille.

Il me fait un bisou sur la bouche.