Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 24 168 fois
  • 58 J'aime
  • 5 Commentaires

La naissance d'une déesse

Chapitre 1

Un étrange anniversaire

Histoire médaillée
SM / Fétichisme

26 avril 2018.


En se réveillant ce jeudi de printemps, Olivia découvrit une belle matinée ensoleillée. Ce jour s’annonçait bien pour la jeune femme, puisque c’était celui de son 24ème anniversaire. La semaine avait été fatigante au travail, et le week-end allait lui permettre de se changer les idées.

Ouvrant son armoire, elle se regarda quelques instants dans la glace. Elle était d’une taille relativement commune, 1m60, plutôt frêle et très mince. Sa peau claire lui donnait un air fragile. S’attardant sur son visage, elle put constater avec bonheur qu’aucune ride n’était apparue sur celui-ci. Sa forme légèrement ovale était mise en avant par ses cheveux clairs et denses, un peu ondulés, qu’elle coupait au niveau de ses épaules. La journée elle préférait les garder attachés en arrière, mais la nuit ils étaient libres et encadrait son visage.

Elle avait un petit nez légèrement relevé et des lèvres fines dont les coins se relevaient légèrement, ce qui lui donnait l’air d’arborer en toutes circonstances un petit sourire. Le point le plus remarquable de son visage était constitué par ses yeux. De couleur bleu clair, ils étaient néanmoins profonds et d’une beauté saisissante. Ils donnaient l’impression de pouvoir s’y perdre en y plongeant le regard. C’étaient eux qui depuis toujours attiraient le plus les garçons.


Prenant conscience de ses pensées, Olivia ressentit une pointe de tristesse. Elle aurait aimé partager cette journée avec un homme. Elle avait eu quelques relations depuis le lycée, mais aucune qui ait duré plus de quelques mois. Elle avait déjà réfléchi plus d’une fois aux raisons expliquant le manque de réussite de ses relations dans le temps. Trois causes lui apparaissaient comme les plus probables.

Tout d’abord, certains garçons, particulièrement ceux qu’elle avait connus plus jeune, avaient été impressionnés par sa situation sociale. Issue d’une ancienne famille bourgeoise, elle vivait depuis sa naissance dans un luxe plus qu’inhabituel. La demeure familiale était constituée d’un imposant manoir de style ancien, entouré par plusieurs hectares de jardins et de serres. L’ensemble de la propriété était ceinturé de hautes haies, préservant ainsi la vie privée de la famille des regards extérieurs. Le fait d’habiter à la campagne relativement loin de la ville la plus proche n’avait pas arrangé les choses, du moins avant qu’elle ou ses relations ne soient en âge de se déplacer par leurs propres moyens.

Si aujourd’hui ce problème n’en était plus un, le décalage existant entre les manières de vivre de la plupart des gens et celles de la famille d’Olivia mettaient souvent ses relations mal à l’aise, que ce soit parmi ses amies ou ses relations amoureuses. Malgré les efforts d’Olivia, plusieurs hommes avaient déjà mis fin à leur relation à cause du sentiment d’infériorité sociale qu’ils ressentaient quand ils rencontraient sa sœur ou sa mère Vanessa.


Sa mère justement, était certainement la cause la plus importante de ses échecs amoureux. Olivia n’avait jamais compris pourquoi, mais celle-ci n’avait jamais approuvé aucune de ses relations. Aucun homme n’avait trouvé grâce à ses yeux, et elle ne s’était jamais gênée pour le leur faire remarquer. Cette attitude méprisante avait fini par lasser tous les prétendants d’Olivia jusqu’alors. Cette dernière s’était souvent demandé pourquoi sa mère agissait de la sorte, mais elle n’avait jamais osé le lui demander. Cela pouvait paraître étrange, mais son éducation avait toujours été très stricte et remettre les décisions de sa mère en cause n’était pas une option. Même aujourd’hui qu’elle était adulte, l’emprise de sa mère restait très forte sur elle.


Quand elle eut fini de s’habiller après sa toilette matinale, avec un petit pull fin et rose, et une jupe bleu marine, Olivia s’assit sur son lit pour enfiler ses ballerines d’intérieur sur ses pieds nus. Elle en avait toujours pris grand soin, comme sa mère le lui avait appris. Ses visites régulières dans des instituts de beauté proposant des soins des pieds lui avaient permis de les garder dans un état impeccable, avec des ongles réguliers et une absence de corne sur les talons. Ses orteils fins et délicats glissèrent dans ses chaussures, et elle descendit au rez-de-chaussée pour prendre son petit-déjeuner.


En arrivant dans la cuisine, voyant sa mère, elle comprit immédiatement que quelque chose n’était pas habituel. Vanessa, qui vaquait d’ordinaire à ses occupations jusqu’au déjeuner, l’attendait visiblement ce matin. N’ayant jamais besoin de travailler pour vivre, elle avait l’habitude de flâner dans le jardin les beaux jours, ou de se rendre dans l’un des nombreux clubs qu’elle fréquentait. Agée aujourd’hui de 54 ans, elle était une très belle femme, à la silhouette fine et au port fier. Plus grande que sa fille cadette, elle mesurait 1m70 environ, avec des cheveux bruns attachés en chignon et prenait visiblement grand soin de sa personne. Sa poitrine était également plus généreuse que celle d’Olivia, qui était à vrai dire plutôt plate.


Vanessa prit la parole presque aussitôt qu’elle aperçut sa fille :

« Bonjour Olivia, c’est ton anniversaire aujourd’hui, et pour tes 24 ans j’estime qu’il faut que je te parle sérieusement de certaines choses. Tu m’as souvent posé des questions sur notre famille, notamment sur ton père, les raisons de son absence et pourquoi tu ne l’as jamais connu. Il y a aussi d’autres sujets que je veux aborder, mais ils ne sont pas à prendre à la légère, et vont te choquer pour la plupart. Cependant, si tu choisis d’entendre ce que je veux te dire, je dois être certaine que tu ne divulgueras jamais aucun de mes propos. Je te demande donc de réfléchir à cela. Nous sommes jeudi et tu as pris quelques jours de congé, prends donc ton temps et donne-moi ta réponse d’ici samedi. Tu as compris ?

— Oui maman, mais tu me fais un peu peur. Que veux-tu me dire de si choquant ?

— Je ne peux rien te dire de plus pour le moment. Il me faut être sûre de toi. C’est pourquoi tu dois prendre le temps de réfléchir si tu veux connaître les secrets de notre famille.

— Bien, dit Olivia d’une voix mal assurée ».


Elle ne revit pas sa mère le reste de la journée, elles ne se reparlèrent presque pas pendant le dîner. Il en fut de même le jour suivant. Olivia ne savait que penser de sa conversation si étrange avec sa mère. Cependant, elle avait toujours voulu savoir ce qu’il était arrivé entre sa mère et son père. Vanessa lui avait dit qu’il les avait abandonnées peu après sa naissance, mais sans lui apporter plus de précision. De plus, sa mère avait toujours été distante avec elle, et savoir qu’elle allait enfin se confier attisait sa curiosité. Ce sont ces deux points qui emportèrent sa décision, aussi elle annonça au déjeuner du samedi :

« J’ai pris ma décision maman. Je veux connaître les secrets de notre famille, et entendre ce que tu as à me dire.

— En es-tu certaine ? Tu es prête à tout entendre ? Sache qu’il n’y aura ensuite plus de retour en arrière possible, ta vie et nos relations changeront radicalement, dans un sens ou dans un autre.

— Oui, j’en suis certaine.

— Bien, j’espérais cette réponse. Je te dirai tout ce soir dans le grand salon. Ta sœur sera là également, car elle a fait le même choix il y a cinq ans quand elle a eu ton âge ».


Savoir que sa sœur Camille serait à ses côtés rassura un peu Olivia, qui appréhendait malgré sa résolution cette étrange soirée.

Diffuse en direct !
Regarder son live