Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 719 fois
  • 81 J'aime
  • 2 Commentaires

Naissance d'une salope

Chapitre 1

Erotique

Jessica est une jeune et charmante jeune femme, du haut de ses 27 ans elle a tout pour elle. Intelligente, drôle et belle, elle fait tourner toutes les têtes masculines. Pourtant, seul lui manque un homme, un vide dans sa vie qu’elle peine à remplir depuis sa séparation avec Thibault, celui qu’elle croyait être l’amour de sa vie. Une relation de 6 ans qui s’est terminée dans les larmes et dans une déprime de plusieurs mois que même Léa, sa meilleure amie, a eu toutes les peines à calmer.



Thibault n’était pas un mauvais garçon dans son fond mais il a longtemps profité de la naïveté de Jessica. Il avait flashé sur Jessica, sept ans plus tôt, en boîte de nuit, alors qu’il y fêté ses 19 ans en compagnie de plusieurs de ses copains d’enfance. Lorsqu’il la vît danser, il eut, immédiatement, envie d’elle. Elle se déchaînait sur la piste comme une folle, bougeant son corps tel une déesse, oubliant les regards posés sur elle de tous ces garçons qui la désiraient. Seule une voix réussi à la faire sortir de sa transe, celle de Thibault, qui plein d’assurance venait de lui demander de danser avec lui. Ayant envie de lui refuser cette faveur, elle s’était vu prise de court lorsque Thibault lui pris la main pour l’embrasser. Ce geste qui l’étonna lui fit changer d’avis avant même d’avoir pu répondre. Elle se demandait si c’était l’alcool qui avait encouragé ce garçon à faire ce geste ou si c’était sa technique de drague habituelle, mais en tout cas cela lui changé des mains aux fesses et des « poupée » ou « bébé » comme accoste. Thibault n’était pas un excellent danseur, mais venant d’apprendre que c’était son anniversaire, Jessica n’eut pas le cœur à la moquerie, elle espérait qu’il se lasse vite de danser avec elle et qu’il reparte boire avec ses amis. Mais lors d’une danse plus collé-serré elle sentit à son pantalon qu’il n’avait pas envie de terminer la soirée sans elle. N’étant pas venue en boîte dans l’intention de terminer la nuit dans un lit ou une voiture, cette sensation aurait pu la conduire à terminer ses instants avec lui, mais assez étrangement le frottement de sa bosse contre son bassin commencer à l’exciter. Elle savait que si elle cédait, elle serait la cerise sur son gâteau d’anniversaire qu’il croquerait d’un coup et qu’elle n’entendrait plus parler de lui une fois l’affaire conclue. Elle avait horreur de ce genre de plan et ne comprenait pas celles qui acceptaient d’être l’objet d’un homme le temps d’un aller retour en elles. Alors qu’elle sentait son pantalon de plus en plus dur contre elle, elle fut surprise de l’arrivée de sa bouche au coin de la sienne. Alors qu’il relevait la tête, elle croisa son regard, il y avait dans ses yeux noisettes un mélange de culpabilité d’avoir volé un baiser et de désir pour celle qu’il serrait contre lui. Physiquement, Thibault était assez basique. Châtain foncé, mince et de taille moyenne il passerait presque inaperçue dans une soirée comme celle-ci mais son regard fît craquer Jessica qui l’embrassa sans se poser de question.



Ils passèrent la soirée à danser et échanger leurs langues, au grand étonnement de Léa, qui avait accompagné sa meilleure amie, et sous les encouragements de deux des amis de Thibault bien trop saoul pour se rendre compte de la lourdeur de leur agissements. Vers 4 heures du matin, ils décidèrent de partir ensemble. Ne voulant pas alerter leurs amis respectifs sur leur projet à venir, ils décidèrent de prendre un des taxi qui attendaient les jeunes éméchés à la sortie de la boite. Jessica, qui avait déjà son propre appartement, préféra que le taxi les dépose chez elle. Elle ne voulait pas se retrouver paumée dans un quartier qu’elle ne connaissait pas et de devoir appeler Léa au petit matin pour venir la chercher, ni même de devoir croiser les parents de Thibault au réveil après s’être envoyé en l’air avec leur fils avec l’étiquette « fille facile » collée sur le front. Car c’était bien de ça qu’il s’agissait : elle allait couchée avec ce garçon qu’elle ne connaissait pas, elle qui qualifiait de salope les filles qui se tapaient le premier venu.



Le trajet jusque chez elle fut une succession de baiser et de caresses sous l’oeil amusé du chauffeur qui tant bien que mal gardait les yeux sur la route. Thibault passait sa main le long de la cuisse de Jessica, partant de son genoux pour arriver sous sa jupe pendant que sa langue s’amusait avec celle de son plan d’un soir. Alors qu’il tentait de passer sous le tissu de son string, Jessica lui fit comprendre d’un regard qu’elle refusait cela, du moins dans cette voiture. Thibault se contenta de caresser son entre jambe par dessus la petite dentelle, si douce au toucher. Lorsqu’elle sentit sa bouche sur son cou elle ne put retenir son souffle, oubliant presque qu’ils n’étaient pas seuls dans ce taxi. La chaleur montait en elle, elle était excitée et commençait à se sentir humide. Elle savait que si le taxi n’arrivait pas rapidement à destination, elle ne pourrait se retenir de se jeter sur la braguette de son partenaire. Son vœu fût exhaussé quelques minutes après, le coup de frein du taxi sorti les tourtereaux de leurs échanges buccaux. Devant la porte de son immeuble, Jessica avait du mal à trouver ses clés dans son sac, et les caresses de Thibault le long de son dos la perturbaient encore plus. Elle réussit à les saisir et ouvrit d’un geste rapide la porte du hall d’entrée. Par chance, son studio était au première étage, plus qu’une dizaine de marche et elle pourrait se jeter sur lui. Son niveau d’excitation augmentait à chaque marche franchie, elle avait hâte de quitter son string mouillée qui lui collait à la peau et de le remplacer par la bouche de Thibault. Lorsqu’ils arrivèrent devant la porte de l’appartement, Thibault plaqua Jessica contre la porte, elle était coincée entre le froid de la porte et la chaleur du corps de Thibault. Il appuyait son jean contre ses fesses en la tenant par les poignets, l’obligeant à lever les bras haut contre la porte. Jessica sentait la queue de Thibault contre elle, il bandait si fort, son souffle s’était accéléré.



— Qu’est-ce que tu fout ?, s’écria Jessica.

— J’ai trop envie de toi, murmura Thibault.

— Laisse moi ouvrir alors !

— Non …, lui souffla t-il dans l’oreille


Ce murmure fit frémir Jessica, elle se demandait pourquoi Thibault ne voulait pas qu’elle ouvre la porte. Elle n’eut pas le temps d’y réfléchir qu’elle sentit Thibault poser sa bouche sur sa nuque et l’embrassa délicatement. Jessica ne pensait plus à rien, ou presque, elle était si excitée qu’elle ne cessait d’imaginer la bite de Thibault contre elle, elle voulait tant se tourner, s’agenouiller et la sucer. Alors que Thibault embrassait et lécher la nuque de Jessica, il lui relâcha les mains afin de pouvoir passer les siennes sous le haut de Jessica. Ses mains caressèrent son ventre, son nombril et remontèrent lentement jusque ses seins, il les caressa à travers le soutien gorge, les palpa, les serra dans sa main. Thibault ne cessait d’embrasser et de lécher la nuque de Jessica, il remonta jusque son oreille et lui suçota le lobe. Jessica était si excitée, elle ne pouvait se retenir de gémir sous les caresses de son amant. Elle dandiner des fesses pour jouer avec sa bite qui était dure comme un roc. Thibault descendit ses mains jusqu’aux cuisses de Jessica et les remonta sous sa jupe. Il sentait sous ses doigts l’état du string de Jessica, il passa ses doigts dessous et constata que sa chatte était trempée. Ses doigts longèrent sa fente lisse et n’eut aucun mal a y faire pénétrer son majeur. Jessica poussa un gémissement de plaisir.



— T’en a envie avoue, lui chuchota t-il.

— Oh oui, tellement envie.

— Je me doutais que tu était une bonne salope à la façon dont tu bougeais ton cul à la boite.

— Quoi ?!!, s’offusqua Jessica

— Chuuuuut.


Avant qu’elle ne put répondre, Thibault lui pris le bras, la retourna et la fit s’agenouiller. Sans qu’elle ne puisse réagir il avait ouvert son jean, pris sa queue raide qui dépassait de son boxer et la plaça dans la bouche de Jessica. Surprise par ses paroles et ses gestes mais excitée d’avoir enfin son membre dans sa bouche, Jessica resta figée. Thibault pris la tête de Jessica dans sa main et commença a bouger son bassin afin d’obliger Jessica a sucer sa queue. Son gland était impressionnant de dureté, Jessica se régalait de le sentir aller jusque sa gorge. Elle saisit l’objet du désir dans sa main et se mit à le sucer à sa façon. Elle passait sa langue autour de son gland, le long de son frein, et l’enfonça dans sa bouche. Elle aspirait de plus en plus fort cette queue, qui la faisait tant mouiller, jusqu’à la prendre entièrement en bouche. Thibault ne lui tenait plus la tête, elle s’occupait parfaitement de son gourdin. Il avait posé sa main contre la porte, comme pour mieux se tenir, afin de ne pas perdre l’équilibre sous le plaisir de cette bonne pipe. Sa bite se contractait sous la langue de Jessica, elle lui massait ses couilles tout en aspirant sa grosse queue, elle suçait si bien qu’il en giclerai s’il ne se contrôlait pas. De son côté Jessica était excitée par les gémissements de Thibault, mais ne cessait de penser à ce qu’il lui avait dit. Les mots « salope », « chienne », « pute » tournaient en boucle dans sa tête. Est-ce vraiment ce qu’il pensait d’elle ? Était-elle devenue comme ces filles qu’elle détestait ? Elle se refusait d’y croire et pourtant elle constata qu’elle adorait sucer la queue de ce mec, qu’elle connaissait depuis quelques heures seulement, et qu’elle en voulait encore plus.



— Baise moi !, déclara t-elle en lâchant la queue de Thibault



Thibault la releva et la poussa contre la porte. Il se plaça derrière elle et remonta sa jupe. Il admirait le cul parfait de Jessica. Ses fesses étaient assez musclés, il les caressa, passa entre et descendit ses doigts jusque sa chatte. Il commença à titiller le clito gonflé de Jessica, et lui mis un doigt, puis deux. Ses vas et viens étaient lents et réguliers, Jessica mouillait de plus en plus. Il les retira et se mit à frotter sa bite contre sa petite fente. Il appuya son gland contre l’entrée de ce royaume et s’immobilisa. L’attente d’être pénétrée était un supplice pour Jessica qui ne désirait que ça. Thibault approcha sa bouche contre l’oreille de Jessica.



— Dit le !, ordonna t-il

— Prends moi, chuchota Jessica en retour

— Non, pas ça.

— Baise moi s’il te plaît, j’ai tellement envie, le supplia t-elle.

— Dit le alors, dépêche toi !

— Mais te dire quoi ?

— Ce que tu es !!

— Nooon, chuchota t-elle

— Dit le putain !, repris t-il d’un ton sec en lui tirant les cheveux

— Une Pu... , hésita t-elle avant de reprendre : Baise moi comme une salope !



Sans plus attendre, Thibault la pénétra d’un coup sec. Jessica laissa échapper un grand « ouiii ». En la tenant fermement par les hanches, il commença de grand va et vient en elle. A chaque coup de butoir, Jessica poussa un cri. Elle adorait sa queue en elle, il la limait comme elle aimait. Pour mieux s’enfoncer en elle, Thibault l’obligea à se cambrer plus et la tenu par les cheveux.



— T’aimes ça salope !, lui lança t-il en lui donnant des fessées.

— Ouiiii, déchire moi, le pria t-elle



Thibault la baisait comme un fou, sa bite ruisselante du plaisir de Jessica s’enfonçait si profondément en elle. Jessica criait de plus en plus fort. Thibault se retira et remplaça sa queue par sa bouche. Il avalait le suc de Jessica à grand coup de langue. Il longeait ses lèvres, léchait son clito, le suçait. Il se régalait du fruit de sa partenaire qui restait immobile, figée par tant de plaisir. Jessica avait ses sens en fusion, elle frissonnait, tremblait, se mordait la lèvre pour ne pas crier et alerter les voisins, elle sentait son bas ventre se contracter, elle voulait jouir et hurler au monde son extase. Elle se faisait manger son minou comme personne ne le lui avait mangé auparavant. Thibault alternait entre sa langue et ses doigts, il ressentait tous les spasmes de Jessica et se régalait du pouvoir qu’il avait sur elle. Il sentait qu’elle pouvait basculer à tout moment et verser contre sa langue le résultat de son travail. Mais Thibault ne voulait pas la faire jouir maintenant, il se redressa et fit se retourner Jessica. Il prit le visage de Jessica entre ses mains et l’embrassa avec fougue. Ses mains longèrent son cou, sa nuque et remonta sur ses cheveux. Jessica le serrait contre elle et caressait son dos et ses fesses. Ils restèrent un long instant, comme ça, à se manger la bouche mutuellement.



Thibault descendit sa main droite sur la cuisse de Jessica, il la caressa et la souleva, et alors qu’il la passait derrière lui, il prit la seconde cuisse de Jessica et la porta. Elle entoura ses jambes autour de son dos et Thibault, qui appuyait sa partenaire contre la porte, prit son sexe et l’enfonça dans sa petite vulve chaude. Il la baisait à grand coup, la porte tambourinait sous la ferveur de Thibault. Jessica sentie les spasmes reprendre dans son bas ventre, elle attrapa le dos de Thibault, enfonça ses ongles en lui et le griffa sur plusieurs centimètres.



— Aaah salope, tu me fait mal, s’écria Thibault surpris et excité par les griffures de Jessica.

— Baise moi... Baise moi plus fort, encore plus. Je viens, je suis à toi, ta salope … Oh je viens oui défonce moi !



Thibault, surexcité, ne se fît pas prier plus et bourra Jessica de toutes ses forces, la porte pouvait céder, il ne pouvais pas s’arrêter de défoncer sa chatte comme elle l’avait supplié. Jessica fût prise dans une tornade d’émotions, elle ne contrôlait plus son corps, et enfin venait la délivrance.



— Oh je viens ouiii, cria t-elle en partant dans un puissant orgasme qui la transperça de part en part, elle tremblait, les larmes coulaient, elle se sentait si bien, si chienne.

— Jouie salope, jouie, murmura Thibault que l’orgasme de Jessica rendait fou.



Les contractions de la chatte de Jessica autour de la queue de Thibault avaient placé celui-ci dans un état second, il sentait à son tour son orgasme venir. Il la bourrait comme un automate bloqué sur la vitesse maximale. Sentant l’arrivé du point de non-retour, il se retira, lâcha Jessica et la força à s’agenouiller. Une fois à genoux, il tira sur ses cheveux pour lever son visage vers lui et enfourna sa queue dans la bouche de celle qui était vidée, à bout de force. Alors qu’il la faisait sucer son membre gonflé de désir, il lui maintenait la tête sentant sa semence venir. Jessica, qui eut vite compris les intentions de son étalon, avait envie de lui offrir un orgasme en retour de celui qu’elle venait d’avoir, et avaler le foutre de Thibault était le parfait final pour elle, qui se sentait maintenant chienne et qui aimait cela. Elle s’acharna sur cette bite, l’enfonçant dans sa gorge, et la récompense ne se vit pas attendre, Thibault déchargea son jus dans un gémissement lourd. Jessica cru étouffer sous le flot de sperme mais s’appliqua à tout lui prendre, ne voulant pas décevoir celui qui serait désormais son maître.



Retirant sa bite de la bouche Jessica, Thibault l’aida à se relever, et lorsque son visage fut à hauteur de la sienne, il déposa un baiser, et d’un sourire comblé lui dit « Maintenant tu peux ouvrir »...

Diffuse en direct !
Regarder son live