Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 439 fois
  • 156 J'aime
  • 6 Commentaires

Naomi

Chapitre 4

Hétéro

La confirmation

 

–Merci Jules, merci de ne pas avoir profité de la situation, merci.

–Je sais que pendant l’excitation on est plus réceptif, mais ce n’est pas mon genre d’en profiter.

–Merci.

 

Je redresse la tête, passe ma main derrière la sienne et l’attire sur moi. Il me tombe dessus, je sens son corps peser sur le mien, son sexe raide sur une cuisse. Pour la première fois de ma vie, une bouche d’homme se pose sur la mienne. Nous échangeons un doux baiser, il me semble hésitant, je présume qu’il se pose des questions. Je suis bien, sa langue m’apaise mais je ne suis pas hétéro et je me dégage assez vite. Il se redresse, se lève en me souriant, il bande comme un âne.

 

–Il va falloir que j’évacue, je te quitte, je n’en peux plus.

 

Il se tourne pour aller dans sa chambre, je vois ses fesses fermes et musclées danser devant mes yeux, j’aime ça, je l’interpelle au moment où va sortir de ma chambre.

 

–Tu vas faire quoi ?

–Tu ne devines pas ?

–Dis-moi s’il te plait.

–Je vais me masturber, je suis dans un état proche de l’Ohio comme dirait Isabelle.

–Et tu vas où ?

–Dans la salle de bain pourquoi ?

–Tu ne peux pas le faire ici ?

–Devant toi ?

–Oui.

–Tu te rends compte de ce que tu me demande ?

–Tu m’as bien vu jouir, pourquoi ne pourrais-je pas te voit jouir.

–Ok, mais c’était dans l’action, et c’est toi qui l’as provoqué, tu ne t’es pas masturbé devant moi.

–Et bien, faisons-le ensemble, tu ne le sais pas, mais je suis très exhibitionniste, j’aime me masturber et jouir devant les autres, je jouis comme une folle, c’est une de mes caractéristiques, nous le faisions souvent avec ta sœur. Ça va être une nouvelle expérience pour moi de le faire devant un homme, n’y voit rien d’autre.

 

Il me regarde, l’air complètement abasourdi. Son sexe est toujours droit comme un I, je vois qu’il palpite un peu, il a des mouvements brusques. Je vois à ses yeux qu’il fléchi, son regard change, c’est de la tendresse que je lis maintenant dedans. Je joue une nouvelle fois les putes.

 

–Tu dis que tu m’aimes et tu ne veux pas me faire plaisir. Je t’ai prouvé que je te faisais confiance, allons jusqu’au bout.

–Tu vas me faire faire n’importe quoi, je le sens, mais je suis prêt à relever de défi, ok, masturbons nous ensemble. Comment fait-on ?

–Tu viens t’assoir sur le lit en face de moi, les jambes ouvertes, que je puisse bien te voir, je serais en face de toi, moi aussi les jambes ouverte pour que tu puisses bien voir ce que je fais.

 

Il revient vers le lit, s’assoie dessus en ouvrant ses jambes, je me mets devant lui jambes grandes ouvertes. Il doit voir que je ruisselle de cyprine, je la sens couler entre mes fesses. Il voit pour la première fois mon sexe grand ouvert recouvert de crème blanchâtre, il voit mon excitation, ça m’excite encore plus.

 

–Allons-y. 

 

Je pose un doigt entre mes lèvres, je l’enfonce un peu dans mon vagin pour le lubrifier, il se saisi de sa verge pour commencer des mouvements de montée et descente. Je suis dans un état que je ne connais pas, excitée, fébrile, je veux le voir jouir, mais j’ai surtout envie qu’il me voie jouir moi aussi. J’aime montrer mon bonheur aux autres, mais, jusqu’à présent, c’était toujours devant des filles. C’est la première fois que je fais ça devant un homme qui ne quitte pas des yeux mon sexe ouvert et brillant. Je sens monter l’orgasme, ça va être monstrueux, mon corps commence à m’envoyer des signes de l’arrivée de l’apothéose. Il accélère ses mouvements, lui aussi va jouir vite, c’est normal, il est très excité. 

 

–Oui, regarde chérie, je vais jouir, regarde mon jus de vie sortir de mon sexe.

 

D’un seul coup je vois un jet blanchâtre sortir comme un coup de fusil de son gland, son sperme atterri sur une de mes cuisses, j’explose à mon tour.

 

–Oui, oui, je jouis avec toi, oui, regarde mon corps se donne au plaisir, regarde ta chérie jouir.

 

Je suis secouée de spasmes, je ne me contrôle plus, je referme mes cuisses, pour concentrer mon plaisir entre elles. Je vois deux autres jets de sperme sortir de sa bite et atterrir sur moi, mais j’en suis encore plus excitée, je ne peux plus résister, je m’écroule sur le lit secouée par le plaisir. Je reste un moment allongée sur le dos, je sens une main se poser sur mon ventre, elle glisse lentement sur mon corps pour venir caresser mes seins. Elle n’insiste pas et s’en va. Je ne bouge pas, je veux le laisser faire, qu’il comprenne que je suis en confiance avec lui. Je sais maintenant qu’il ne me fera que ce que je lui demande, et je commence à avoir certaines idées. Je me redresse, il est allongé à côté de moi, je vois les tâches de sperme sur mes cuisses.

 

–Il faut que j’aille prendre une douche.

–Oui, ça me semble nécessaire, mais tu ne vas pas pouvoir marcher jusqu’à la salle de bain, tu vas en mettre partout.

–Et que fait-on ?

–Laisse-moi faire.

 

Il se lève, me tire jusqu’au bord du lit, glisse ses bras sous mon corps et me soulève comme un fétu de paille.

 

–Comme ça, ça ne va pas couler, et tu ne te fatigueras pas.

 

Je passe un bras autour de son cou, je me blotti contre lui. J’éprouve un certain plaisir à sentir ma peau contre la sienne, c’est un sentiment nouveau, je reste toutefois inerte bien que j’aie envie de poser mes lèvres sur son cou.

 

–J’adore ce genre de transport.

 

Il m’amène à la salle de bain, je vois qu’il regarde mes seins à quelques centimètres de sa bouche.

 

–Tu aimerais bien les embrasser hein ?

–J’adorerais.

–Alors, qu’attends tu ?

 

Il baisse un peu la tête et me gobe un mamelon érigé et bien dur. Il le titille avec sa langue avant de passer à l’autre. Nous arrivons dans la salle de bain, il me dépose dans la douche.

 

–Voilà, à toi de faire, j’attends pour prendre la mienne.

–Tu plaisante j’espère, viens ici, on va se doucher ensemble, après ce qu’on vient de vivre, plus de gêne.

–Je n’osais pas te le demander.

–J’ai vu que tu en avais envie, allez, viens par ici !!

 

Je me pousse un peu, heureusement, cette douche à l’italienne est assez grande, on y logerait à quatre facilement. J’ouvre et règle l’eau qui tombe en cascade, j’adore. Nous nous glissons sous la cascade pour nous mouiller, nos peaux se collent l’une à l’autre, j’ai l’impression qu’il insiste un peu, mais j’aime bien ça. Je prends le flacon de gel douche, j’arrête l’eau.

 

–Tu permets ? 

 

Je pose mes mains sur son torse et commence à étaler le savon, il comprend que je veux le laver et se laisse faire avec un plaisir évident. Je passe sur le torse, les épaules, les bras, le ventre, j’insiste sur ses superbes fesses, je lave les jambes en m’accroupissant devant lui. J’ai son sexe ramolli devant les yeux. Je me redresse et m’en empare pour le laver, je l’enduis de gel avec les deux mains. Je le sens se raidir lentement, ça, je ne l’avais pas anticipé mais je réalise qu’il va bander comme tout à l’heure, je continu de le manipuler. Au bout d’une minute, il devient raide comme un bout de bois dressé vers le ciel, j’ai envie d’aller plus loin. Je le saisi d’une main et commence des va et vient comme il a fait tout à l’heure, je sens Jules se tendre un peu.

 

–Si tu continu, tu vas me faire jouir encore une fois.

–Ça te gêne ?

–Non, bien au contraire, je te préviens, c’est tout, mais que t’arrive-t-il ?

–J’ai envie, c’est tout.

 

Ma main continue son mouvement, je reste au même rythme, j’ai vu que tout à l’heure il avait accéléré vers la fin, mais je ne sais pas exactement quand le faire. Je décide donc de rester au même rythme jusqu’à ce que je voie son sperme sortir de son sexe. Ça prend un certain temps, je n’avais pas réalisé qu’il venait de jouir, je sais maintenant que chez les hommes, il faut un peu plus de temps la seconde fois si c’est rapproché. Il se tend de plus en plus, je reste au même rythme, ce que je fais me plait, je veux que ça dure encore un peu. Je me découvre de nouvelles envies, hier encore, je ne savais pas ce qu’était le sexe d’un homme en érection, maintenant, j’en masturbe un jusqu’à le faire éjaculer et j’aime ça. D’un seul coup, il se raidi.

 

–Oui, tu me fais jouir chérie, oui que c’est bon de jouir avec ta main.

 

Trois jets de sperme sortent de sa bite, ils s’écrasent sur mon ventre, je sens Jules se détendre doucement, il me prend dans ses bras, me serre contre lui, je sens son sexe encore un peu dur contre mon pubis.

 

–Merci Naomi, merci, jamais je n’aurais cru partager un moment comme ça avec toi.

–Je dois dire que j’ai beaucoup aimé moi aussi, c’est très plaisant de faire jouir quelqu’un, que ce soit une femme ou un homme. Je découvre pour les hommes.

–Il faut que je te fasse la même chose.

–Non pas maintenant, mais je trouve que tu dis souvent chérie.

–Je t’ai dit que je t’aimais, ça sort tout seul, pourquoi ne veux-tu pas que je te fasse jouir maintenant comme tu viens de me le faire ?

–Je ne crois pas être encore prête.

–Alors, laisse-moi au moins te laver.

–Ça, c’est d’accord.

 

Il s’enduit les mains de savon, il les pose sur mes épaules. Il commence par les bras, les épaules, il contourne mes seins pour aller sur mon ventre.

 

–Et mes seins, tu ne veux pas les laver.

–Les desserts se dégustent toujours à la fin du repas.

–Ok, compris.

 

Ses mains descendent sur mon pubis mais évite mon sexe, il insiste un peu sur mon ventre et mes cuisses maculés de son sperme, s’accroupi pour me laver les jambes, je sens ses lèvres sur mon pubis.

 

–Jules !!

–Juste un baiser.

 

Il se redresse pour s’occuper de mes fesses. Là, ce n’est pas la même histoire, ses mains les caressent, les tâtent, les soupèsent, je commence à réagir. Elles abandonnent mes fesses pour venir sur mes seins. Même traitement, elles insistent sur les mamelons durs comme des pierres, il s’attarde sur le dessert, quand il voit qu’il a fini, il ouvre l’eau, pour nous rincer. Il coupe l’eau et se penche sur mes seins pour les embrasser, je suis dans un drôle d’état, en fait, je suis sur le point de jouir, mais je ne veux pas l’admettre. Il me fait pivoter, je sens ses lèvres sur mes fesses, je le laisse faire, il a bien droit à un peu de tendresse. Elles remontent sur mon dos, à chaque fois il donne un petit coup de langue. Il me fait de nouveau pivoter, m’enlace et pose un baiser sur mon front.

 

–J’aimerais tant faire l’amour avec toi, je t’aime Naomi, je t’aime. 

–Je sais Jules, je sais, mais je suis vierge, et je comptais le rester toute ma vie.

–Tu comptais, donc il y a un espoir.

–Je ne sais pas, laisse-moi le temps.

–Ok ma chérie je te laisse le temps.

 

Je le regarde, il a l’air un peu triste, je ne peux pas le laisser comme ça, je l’enlace pour l’embrasser. Nos langue s’amusent entre elles, elles se titillent, se disputent l’espace, se câlinent, s’aiment. Je sens son sexe entre mes cuisses, il se redresse lentement pour venir entre mes lèvres. Il touche mon clitoris, je suis dans un état second, je ne veux pas me laisser aller, je m’écarte et prend une serviette pour m’essuyer, il fait de même.

Diffuse en direct !
Regarder son live