Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 010 fois
  • 76 J'aime
  • 3 Commentaires

Naomi

Chapitre 29

Lesbienne

Jade


 

Les filles vont dans leur chambre, nous allons dans la nôtre, Julie se jette au milieu du lit à plat ventre. Emma s’allonge à côté d’elle, elle la caresse, Julie semble bien aimer. Je m’allonge de l’autre côté pour la caresser aussi, Manon se glisse entre ses jambes pour venir lui lécher la rondelle en lui écartant les fesses.

 

–Oui mes chéries, oui, j’aime.

 

Nous la mettons sur le dos, Manon s’occupe de son sexe, Emma de ses seins, moi de sa bouche. Elle jouit en deux minutes. Une fois qu’elle s’est détendue, nous échangeons nos positions, Emma s’occupe de son sexe, Manon de sa bouche et moi de ses seins, nous la faisons jouir encore une fois en à peine plus de deux minutes. Je finis sur son sexe, il est inondé, je patauge dans la cyprine, elle ne réagit plus beaucoup, mais je m’applique entre ses lèvres, je ne veux pas toucher son clitoris, je veux qu’elle me réclame de la libérer. Elle repli ses jambes pour m’offrir encore plus son sexe et son anus, elle résiste pratiquement cinq minutes, mais elle ne dit rien, c’est moi qui cède, ma langue commence à me faire mal. Elle explose dans un gigantesque orgasme, elle m’étouffe avec ses jambes qu’elle resserre. Une minute plus tard, elle se détend, allonge ses jambes, je glisse sur son corps trempé de sueur. Nos bouches se soudent dans un long baiser, ses mains glissent sur mon corps. Je me laisse glisser sur le côté, elle se redresse.

 

–j’ai besoin d’une douche.

–Ok, toutes dans la salle de bain.

 

Nous allons prendre une douche, c’est une nouvelle occasion de la faire jouir deux fois, elle refuse une nouvelle fois elle est lessivée, il faut la tenir pour l’emmener au lit. Une fois allongée elle s’endort en une minute. Nous la regardons dormir, elle est très jolie et superbement faite, c’est un super canon de quarante deux ans au summum de sa beauté. 

 

Le lendemain, je me lève à sept heures et demie, Julie m’entend et se lève aussi. Nous décidons d’aller faire les courses pour le petit déjeuner. J’enfile une jupe courte plissée sur un micro-string et un corsage pas trop sage. Elle sort de sa valise une jupe plissée encore plus courte que la mienne, elle enfile un débardeur très échancré qui laisse deviner ses seins, rien d’autre.

 

–Pas de string ?

–Non, et pour la bonne raison que je n’ai aucun string, slip, tanga ou culotte comme aucun soutien-gorge, je n’ai aucun sous-vêtement, toujours à poil sous mes fringues. 

–Il y a un petit peu de vent.

–Et bien je montrerai mon cul.

–Et ton sexe.

–Oui, j’adore, je suis exhibitionniste, je suis toujours habillée comme ça quand je sors en ville.

–Ok, allons-y.

 

Nous prenons sa voiture, arrivées à la boulangerie, comme d’habitude, il y a beaucoup de monde qui attend, même à cette heure assez matinale. Je vois la femme qui m’avait faite jouir il y a à-peu-près deux ans entrer derrière elle. Je ne l’avais jamais revu depuis, je la regarde en souriant, je lui fait un petit signe de la tête en regardant Julie. Elle comprend ce que je veux et se plaque contre elle. Julie ne réagit pas, elle me regarde en souriant. Je regarde dans la glace, sa jupe est sur ses fesses, la femme a une main sur son pubis, l’autre sur ses fesses. Je vois Julie fermer les yeux, elle se donne à cette femme qu’elle ne connaît pas, comme moi il y a quelque temps. Je vois que la tension monte, Julie se tend lentement, il faut dire que la femme sait ce qu’elle fait, j’en ai un excellent souvenir. Je recule un peu pour me coller à elle, je la sens se raidir, elle m’enlace et se penche sur mon oreille.

 

–Putain, elle me fait jouir au milieu d’une boulangerie, mais vous vivez dans quel monde, j’en peux plus, je jouis.

 

Je la sens se crisper contre moi, la femme la soutient, je vois dans la glace sa main complètement entre ses cuisses, son pouce sur son clitoris. Julie est secouée de spasmes, mais aucun son ne sort de sa bouche, je vois qu’elle se mord les lèvres. Quand elle revient à elle, la femme lui remet la jupe en place, mais je vois dans la glace qu’elle a glissé ses mains sous son débardeur pour lui caresser les seins. Julie se plaque contre elle en fermant les yeux, elle aime, mais notre tour arrive, la femme libère Julie en la rajustant. Une fois dehors, nous attendons la femme. Quand elle sort, Julie se jette sur elle pour lui coller ses lèvres sur les siennes et lui rouler une galoche de cinq secondes. La femme semble un peu déstabilisée.

 

–Super tes poupouilles, mais maintenant, il faut me faire jouir encore plus, dans un endroit où je pourrais m’exprimer.

–Ok, suis moi, je suis seule chez moi en ce moment.

 

Nous suivons la femme, elle entre dans une maison de plein pied, elle pose sa demi-baguette sur la table du salon, enlève son corsage et sa jupe pour apparaître nue devant nous. Beaux seins, belles fesses, belles jambes, c’est une très belle jeune femme d’à peine plus de vingt ans. Julie a déjà enlevé sa jupe et son débardeur, je l’imite. Je vais vers la femme.

 

–Comment t’appelle tu ?

–Jade et vous deux ?

–Naomi et Julie.

–Ok Julie, allonge toi sur ces poufs, je m’occupe de toi.

 

Elle met deux poufs côte à côte et l’invite à s’allonger. Julie s’allonge sur le dos, sa tête est au bord d’un pouf, elle ouvre ses jambes en attendant la bouche de Jade. Celle-ci se positionne entre elles pour venir lui lécher les lèvres ruisselantes.

 

–Naomi chérie, donne moi ton minou à brouter, j’ai soif.

 

Je dois dire que moi aussi je coule comme une fontaine, cette situation m’excite un maximum. Je viens lui offrir mon sexe, elle m’agrippe les fesses pour venir poser sa bouche sur mes lèvres intimes. Sa langue batifole dans mon sexe faisant monter en moi des ondes de plaisir intenses. Elle me lape, me suce, me lèche, m’aspire la cyprine, un vrai aspirateur. Le plaisir monte lentement, mais je vois que Jade a relevé la tête, elle insère trois doigts dans le sexe de Julie et fait de rapides aller-retour. Julie se tortille dans tous les sens.

 

–Oui, encore, ajoutes en.

 

Jade sort ses doigts et met sa main en pointe et la présente entre ses lèvres. Je vois sa main s’enfoncer complètement dans le vagin de Julie, son avant bras s’enfonce presque complètement. Elle commence des va et vient lents et amples, sur la longueur insérée. Julie me libère et arrête de me titiller le sexe, elle se concentre sur son propre sexe complètement envahi par le bras de Jade. Elle ferme les yeux, donne de violents coups de rein pour accentuer la pénétration de ce bras dominateur. Je vois qu’elle se tend, son ventre se crispe, elle jouit en s’exprimant très fort.

 

–AAAAAHHHHH oui, oui, ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.

 

Tout le quartier à dû l’entendre, ses fesses sont à dix centimètres du pouf, son corps vibre des spasmes du plaisir qu’il ressent. Jade n’arrête pas ses va et vient dans son sexe, elle semble complètement possédée par ce bras qui lui fait découvrir un autre monde. Lentement Jade ralenti la cadence, Julie se détend petit à petit, elle se jette sur mon sexe pour me titiller le clitoris, je l’accompagne dans son délire assez vite. Je reviens à moi rapidement, je vois le bras de Jade sortir lentement du sexe de Julie. Elle est dans un autre monde, avachie sur les poufs, incapable de bouger un petit doigt. Jade se redresse, elle vient vers moi pour poser ses lèvres sur les miennes et m’embrasser avec passion. Nos bouches finissent par se séparer, elle me regarde.

 

–Tu me manque depuis plus d’un an qu’on ne s’est pas vu, je pense constamment à toi, il ne faut plus qu’on se perde de vue.

–Ok, je te donne mon zéro six.

–Ok, mais ta copine est une folle de sexe, je suis sûre que je peux lui faire la même chose dans le cul.

–Plus tard, on doit rentrer.

–Je pense qu’un petit café s’impose avant de repartir, je n’ai que du Roma, ça vous va.

–Ok.

 

Elle va faire les cafés pendant que j’aide Julie à se lever. Jade revient avec trois tasses de café, nous le buvons avec plaisir, ça remet Julie en forme.

 

–Vous allez à la Gay Pride cette après-midi place du Capitole ?

–Je pensais que c’était plus tard, nous la faisons tous les ans, mais cette année, je voulais y aller après une séance de body painting.

–Tu connais quelqu’un qui sache peindre sur la peau ?

–Oui, juste à côté de la place du Capitole, il faut que je l’appelle, mais pourquoi est ce si tôt cette année ?

–A cause de la coupe d’Europe de foot, elle démarre demain.

–Tu y vas ?

–Non, je ne peux pas, je dois aller voir ma mère en ehpad.

–Ta mère en ehpad, elle a quel âge ?

–Quatre vingt cinq ans, je suis en réalité sa petite fille, ma mère est morte en couche, elle avait quarante cinq ans et j’étais son premier enfant. Je considère ma grand-mère comme ma vraie mère, c’est elle qui m’a élevé.

–Je vois, je téléphone tout de suite.

 

Je téléphone, mon amie et sa copine ne pourront peindre que trois personnes, elles ont déjà du monde. Rendez-vous est pris pour midi chez elle. Nous quittons Jade avec la certitude qu’on se reverra. Personne n’est levé à la maison, nous préparons le petit déjeuner tranquillement, Julie n’arrête pas de me caresser, elle aime ma peau.

 

–Dis donc, ce n’est pas la première fois que tu te fais mettre un bras dans le sexe.

–Non, ça m’est déjà arrivé plusieurs fois, et même dans le cul, je suis formatée, j’ai des godes énormes. 

–En même temps ?

–Non, je n’ai jamais été en position de le faire les deux en même temps, par contre, je l’ai fait avec des godes, c’est super, ça doit être génial avec des bras humains. 

–Tu aimerais essayer ?

–Bien sûr, pas toi ?

–Moi aussi, bien que je ne me sois jamais fait mettre un bras ni devant ni derrière, mais je sais que ça doit être possible.

–Tu ne t’ai jamais fait fister ?

–Jamais pour l’instant, mais je sens que ça va changer avec toi.

–Une main devant, une main derrière, le rêve !!

 

La tribu arrive, nous racontons ce qui s’est passé, Emma est verte, c’est la seconde fois qu’elle rate le coche. La matinée est consacrée aux enfants, nous jouons avec eux, ils sont très heureux d’être avec tout le monde, ils n’arrêtent pas de rire au éclats. Nous mangeons toutes les trois assez tôt, il faut être au rendez-vous. Nous y allons avec Manon, les filles et Emma veulent rester pour les enfants. Jules et Charlie nous rejoindrons vers quinze heures. Quand nous arrivons chez Peggy, nous constatons qu’il fait une chaleur à crever. Elle nous présente Yasmine sa copine et nous demande de nous déshabiller. Il y a une autre fille sur une petite estrade qui a un peu de peinture sur elle. Yasmine va vers elle pour continuer sa décoration. 

 

–Vous pouvez garder votre string, nous le cachons très bien.

–Ça ne va pas être possible pour moi, je n’en ai pas.

–Comme tu veux, c’est ton choix, on te fait quoi.

–Une chemise jean nouée sous les seins et un micro-short en jean aussi, c’est possible ?

–Tout est possible ma chérie. 

 

Julie monte sur la seconde estrade, je reste avec Manon assise sur un divan à les regarder se faire couvrir de peinture. Leurs corps se couvrent petit à petit de peinture, c’est assez bluffant, la chemise de Julie est d’un réalisme incroyable. Quand Peggy passe au short, elle ne peux s’empêcher de poser un baiser sur son pubis. Elle l’agrippe et plonge sur son sexe, elle se déchaîne sur ses lèvres et son clitoris, le temps est compté, il faut qu’elle jouisse assez vite. Julie se fige en fermant les yeux, elle appuie sur la tête de Peggy.

 

–Oui, oui, je jouis oui, ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.

 

Quand elle se détend, Peggy quitte son sexe, lui essuie les lèvres et prend ses pinceaux. 

 

–Au boulot.

 

Elle commence par les fesses, au bout d’une demi-heure, tout est fini, on ne voit pas que Julie n’a pas de string, la braguette du short épouse la ligne de ses lèvres, c’est assez étonnant. Le short ne recouvre que la moitié de ses fesses, c’est très érotique, mais c’est ce qui est recherché. Elle a utilisé les mamelons de Julie pour faire les boutons des poches de la chemise, génial. Yasmine a aussi fini, la fille est en tee-shirt et short, mais un peu plus grand. Elle a gardé un string, malheureusement, même peint, ça se voit, ce n’est pas très chouette. Manon va sur son estrade, je vais sur celle de Peggy. Peggy et Yasmine nous plaquent contre leurs bouches, apparemment, c’est la tradition ici. Elle me fait jouir assez vite en me caressant les fesses. Je me décontracte pendant qu’elle fait glisser sa main sur tout mon corps.

 

–Quelle douceur de peau, je te fais la même chose ?

–Non, un short blanc avec liserés jaunes, bien dégagé sur les fesses, et en haut, un corsage ouvert, blanc à liseré, dégageant pas mal les seins juste boutonné d’un bouton au niveau du nombril. Que ça fasse tissu léger flottant un peu sur ma peau.

–Tu as raison, le blanc va faire ressortir ta magnifique couleur de peau, mais nous n’avons qu’une heure, il faut que se soit assez simple, ça ira comme ça. 

–Pareil pour moi Yasmine mais rose avec liserés blancs, j’enlève le string, c’est trop beau ce que tu as fait sur Julie.

 

Elles commencent leur peinture, je sens la peinture sécher très vite sur ma peau, je comprend la chaleur de la pièce. Peggy doit s’interrompre, elle répond un petit moment au téléphone. Quand elle revient vers moi, Manon en est déjà au short, je vois ses magnifiques fesses découvertes, c’est superbe. Peggy a fini le corsage, elle me le montre avec un miroir, c’est magnifique, on dirait que je suis vraiment habillée. Mue par une impulsion, j’enlève mon string, je le sens mieux ainsi, je veux être nue, entièrement. Quand Peggy a fini, elle me montre le résultat, c’est magnifique, on ne voit pas tout de suite que je suis totalement nue, comme pour Manon. Heureusement que nous n’avons pas de gros seins, ils ne tombent pas, c’est assez naturel comme effet. Nous restons encore un peu jusqu’à ce que la peinture soit totalement sèche et surtout que Jules et Charlie viennent nous chercher. Ils arrivent vers treize heure trente, nous les suivons jusqu’à la place du Capitole. Jules est habillé d’un pantalon et d’une chemise, Charlie a enfilée un débardeur assez échancré et une jupe plissée assez courte, on lui voit la base des fesses, elle porte un string blanc.

Diffuse en direct !
Regarder son live