Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 22 570 fois
  • 118 J'aime
  • 2 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Natha et mon équipe de basket

Chapitre 1

barbecue à la maison

Erotique

Christophe a commencé à aimer être le « cocu à petite bite » de Nathalie, sa femme depuis quelque temps maintenant. Elle, elle prend un plaisir intense à se faire baiser par ses amants. C’était l’époque assez récente aussi (printemps 2020) où Christophe entraînait l’équipe de basket des juniors du village.


Le championnat venait de prendre fin et l’équipe était arrivée en finale. Perdue malheureusement, mais c’était déjà un sacré exploit. C’était même un miracle qu’ils aient pu arriver à finir le championnat, du fait de ce foutu confinement qui était venu tout couper.


Toujours est-il que ce samedi de juillet, il avait été décidé de faire un barbecue chez Christophe et Nathalie. L’équipe n’était pas au complet du fait des vacances, mais bon, qu’à cela ne tienne, le 5 majeur était là, tous venus en voiture, bien qu’avec un A sur l’arrière de leurs véhicules, tout fiers de montrer qu’ils étaient adultes maintenant et avaient le droit de conduire.


Il faisait beau, très beau même et sur le coup de 12h30, l’apéritif avait pu commencer.

Les gars étaient joyeux. Ils avaient refait certains matchs en regardant quelques vidéos.

Ils avaient eu tôt fait de se mettre en maillot et de piquer une tête dans la piscine, pendant que Natha préparait quelques entrées et que Christophe se mettait aux grillades.

Pendant que les gars trempaient, Natha avait glissé à Christophe un « beaux mâles tes gars mon cocu d’amour ». Ce à quoi il avait répondu « arrête, va pas les draguer, j’aurais l’air de quoi moi ? »


— T’auras l’air de ce que tu es mon chéri, un candau cocu à petite bite.

— T’es folle Natha.

— Oui mon chéri, et toi tu aimes être cocu.

— Oui ma chérie.


Christophe savait bien qu’elle le provoquait et qu’elle savait aussi que le fantasme de la voir prise par ces 5 jeunes mâles le titillerait. Il savait aussi qu’elle n’en ferait rien, enfin il le pensait... même si le soleil et l’alcool aidant, Natha avait tendance à se désinhiber facilement. Elle avait mis une des dernières robes qu’elle avait achetées, mettant en valeur sa silhouette de brune mure et pulpeuse, ses seins généreux que ses amants adoraient dévorer... Bien entendu, les garçons ne manquaient pas une occasion de la reluquer. Ils avaient malgré tout l’habitude de la voir et de la respecter. Aucun d’eux ne se serait permis de faire des réflexions en mode « gros lourd »que Natha détestait. Il se serait d’ailleurs vertement fait remettre en place si l’un d’entre eux avait essayé. Juste, en arrivant, un ou autre « ça vous va super bien cette tenue Nathalie ».


L’apéritif s’était bien déroulé, l’ambiance était joviale. Les garçons avaient, comme « prévu » un peu poussé sur l’apéro, mais bon, il était temps de se mettre à table. Natha aussi avait un peu poussé sur l’apéro et Christophe n’était pas en reste.


Le repas s’était déroulé normalement et les garçons, en jeunes mâles pleins d’hormones, parlaient de leurs copines, d’autres nanas, de leurs exploits réels ou fantasmés.

Natha avait un peu relevé sa robe sur ses cuisses, l’air de rien. Les regards des garçons allaient souvent sur ses jambes et son décolleté. Christophe commençait à se dire que le fantasme de Natha n’était pas loin de devenir réalité. Fantasme de Natha... et le sien de candau cocu aussi.


Dans leurs ébats, ils imaginaient souvent qu’un jeunot s’était glissé dans leur lit, pendant que Natha dormait, qu’il commençait à la caresser, l’embrasser, la masturber d’un doigt. Le tout avec l’autorisation de Christophe qui matait, prenait des photos, branlait sa petite bite.


Puis le jeunot était rejoint par d’autres et ils « abusaient de Natha » qui jouissait et avait de multiples orgasmes. Dans ces fantasmes communs, Natha se laissait « abuser » et regardait son cocu de mari l’air de lui dire « c’est pas de ma faute, moi je veux pas, mais ils me font jouir » pour s’abandonner totalement à ses pulsions et envies lubriques. Dans ces fantasmes, les jeunes la tétaient, la masturbaient, écartaient ses jambes, pour plonger leur tête et leur langue sur son clito gonflé. Elle les suçait avidement, les uns après les autres. Ils la pénétraient, sans capote bien entendu, éjaculaient tout leur foutre dans sa chatte, dans sa bouche, sur son visage, sur ses seins... Elle avait de violents orgasmes avant de s’affaler, repue, les jeunes mâles vidés de leur semence.


Christophe commençait donc à ressentir cette double sensation d’excitation et de jalousie à l’idée que Natha provoque les choses.

Ce qui en prit le chemin. A la fin du repas, elle s’était levée et avait dit à Christophe, tout haut


— Je vais me mettre à l’aise et me reposer un peu. Si je m’endors, vous ferez doucement les garçons pour me laisser faire de beaux rêves !!!


Le tout avec un sourire malicieux qui scotcha tout le monde, Christophe le premier.

L’un des garçons s’enhardit un peu et répondit en souriant.


— On fera en sorte de pas vous réveiller Nathalie...


Un silence plein de sous-entendus puis, pendant que Natha s’éloignait, chacun reluqua sans vergogne sa silhouette et son postérieur qui ne demandait qu’à laisser deviner son tanga sous sa robe.

Une fois qu’elle eut disparu, les garçons poussèrent quelques soupirs d’admiration ou d’envie, allez savoir. Christophe restait silencieux, se demandant quelle serait la suite. Il avait le pressentiment que quelque chose se tramait. Les garçons se regardèrent mutuellement pendant quelques secondes, en silence, comme pour inciter l’un d’entre eux, Mathieu en l’occurrence, à prendre la parole. Mathieu se décida, un brin fébrile, et interpella Christophe tout en se dandinant sur sa chaise, marquant ainsi la crainte que tout ça vire au fiasco.


— Coach ?


Christophe le regarda un instant sans rien dire puis lui répondit


— Oui Mathieu.

— En fait, voilà, on voulait vous demander un truc, mais on voudrait que ça reste un truc entre nous, les gars et vous.

— Je t’écoute Mathieu, tout ce qui se passera ici, restera ici.


Mathieu se sentit un peu plus serein et attaqua franchement.


— En fait, voilà, mon oncle qui habite pas ici, est venu voir la finale l’autre jour.

— C’est bien ça et ? Il a pas aimé mon coaching ?

— Non non, rien à voir Coach. En fait, mon oncle, après le match, pendant le pot, m’a montré une femme présente et m’a demandé si je la connaissais. J’ai juste répondu oui un peu et il m’a dit que cette femme est sa maîtresse, m’a donné quelques infos sur elle et m’a dit que son mari est candauliste et aime le regarder baiser sa femme et prendre des photos...

— Pas courant en effet, ça a dû te faire tout drôle Mathieu.


Christophe s’était empourpré et les garçons l’avaient remarqué.


— Il m’a montré des photos de lui avec la femme, en train de la baiser, et des photos de mari de la femme, à poil et en cage aussi... Coach... la femme que mon oncle m’a montrée... C’est Nathalie, votre femme... Et... il dit que c’est vous qui avez pris les photos et que Nathalie a pris les photos de vous, qu’elle vous appelle son cocu à petite bite...

— Je vois...


La voix de Christophe s’était faite toute petite, mais, malgré la terreur que lui procurait la situation, une excitation qu’il ne connaissait que trop bien se faisait sentir dans ses entrailles aussi...


— Et il t’a dit quoi encore ton oncle ?

— Ben, il m’a dit que vous êtes candauliste, il m’a expliqué ce que c’est. Il m’a dit que vous aimez être cocu, que Nathalie vous appelle son cocu à petite bite et qu’elle vous met une cage sur votre petite bite des fois aussi...

— En effet, sacré tableau...

— Mais... c’est... c’est vrai Coach ?

— Visiblement Mathieu, si je te dis que c’est pas vrai, j’aurai l’air de quoi ??? J’imagine que tout le monde ici a déjà vu les photos ?

— Oui Coach et ça nous a fait sacrément bander. Mais vous savez, mon oncle m’a bien expliqué tout ça et on en a parlé avec les gars et on respecte, vous êtes notre Coach, ça change rien... C’est juste que...


Les garçons s’étaient regardés à nouveau, attendant que Christophe ait une réaction.


— C’est juste que quoi Mathieu ?

— C’est juste que, en fait, on la trouve super sexy votre femme.

— Je comprends, elle est super sexy en effet, ses amants en sont convaincus.

— Ah oui ! Euh... Coach... Vous croyez que vous et Nathalie vous accepteriez qu’on la prenne ?

— Ben tu n’y vas pas de main morte Mathieu...

— Je sais Coach, je sais... excusez-moi si je dis des conneries.

— Laissez-moi réfléchir les gars... Ton oncle t’a expliqué comment on fonctionne Natha et moi ? Vous êtes au courant des conditions, des interdits et du reste ?

— Euh, oui Coach, on sait qu’il faut vous respecter tous les deux, que tout doit s’arrêter si elle ou vous le dites, que vous prenez des photos...

— Oui, en gros c’est ça...


Un nouveau silence se fit, qui dura un bon moment pendant lequel personne n’osa parler. Puis Christophe se leva et s’adressa d’abord à Mathieu.


— Je vais rejoindre Natha dans la chambre, c’est celle tout à gauche en sortant des WC. Mathieu, tu vas prendre une douche, vous avez dû voir que la salle de bains est en face des WC, et dans 10 minutes, tu viens dans la chambre, nu, et tu te glisses dans le lit, que Natha soit entre toi et moi. Les autres, vous suivez tous à la douche, je veux que vous soyez super clean et vous attendez un texto de Mathieu pour savoir si vous pouvez venir ou pas... C’est compris ?


Les garçons, d’une seule voix et en se regardant mutuellement, se levèrent aussi et dirent un « oui Coach bien clair ».


— Ma parole, vous bandez déjà tous ou quoi ? Montrez-moi vos bites.


Les 5 jeunes mâles baissèrent leur short ou maillot pour montrer leurs attributs.


— Eh bien les gars, je vois que l’idée de prendre Natha ne vous laisse pas indifférents ! Allez, à toute à l’heure et faite exactement ce que je vous ai dit.


Christophe rejoignit alors Natha dans leur chambre. Elle ne dormait pas, bien au contraire. Elle avait passé une nuisette, gardé son tanga noir à dentelles, allongée sur le dos, jambes écartées. Elle masturbait sa chatte avec un womanizer, un de ses jouets préférés. Christophe s’allongea à côté de Natha et lui chuchota :


— Ma chérie, j’ai proposé aux gars de te baiser. Un d’eux va venir dans le lit avec toi après s’être douché !

— T’es fou mon cocu chéri... Alors tu vas te mettre tout nu et tu vas mettre ta cage !

— T’es sérieuse ?

— Oui, s’ils me baisent, tu peux bien mettre ta cage et être le cocu soumis à petite bite non ?

— Hummm, bien ma chérie, mais alors ils vont te baiser comme une vraie petite salope.

— Allez, tout nu et mets vite ta cage petit cocu. Obéis, ma petite bite.


Christophe se dépêcha de se mettre nu et de mettre sa cage. Il lui fallait passer ses testicules dans un anneau puis, les testicules pendants, mettre une sorte de « capuchon » sur sa petite bite et fermer le verrou, puis donner la clé à Natha qui déciderait de quand elle le libérerait.

Il se mit dans le lit, à gauche de Natha comme à son habitude. Sitôt installé, la porte de la chambre s’ouvrit doucement. Mathieu apparut, nu comme un ver. Son portable à la main pour le moment où il pourrait dire aux autres de le rejoindre. Sa jeune bite se dressa en deux secondes lorsqu’il vit Natha dans sa nuisette, qui se masturbait sans faire attention à l’arrivée de Mathieu. Elle avait gardé les yeux mi-clos, mais perçut que Mathieu avait déjà fait quelques photos d’elle en train de se masturber. Elle ouvrit les yeux et s’adressa à Mathieu :


— Pose ça petit salaud, c’est mon cocu qui va prendre des photos. Toi, viens à côté de moi.


Puis, s’adressant à Christophe :


— Va t’asseoir sur le fauteuil ma petite bite d’amour, prends ton appareil et fais de belles photos. Ton meneur de jeu va s’occuper de moi.


Christophe obéit en bon cocu soumis. Sa petite bite encagée essayant vainement de se dresser comme elle pouvait, mais justement, elle ne pouvait plus. Christophe ressentit cette délicieuse douleur de l’érection contrariée qui lui rappelait son statut de cocu, soumis et obéissant.

Mathieu regarda son coach avec un petit sourire en coin et se mit dans le lit. Natha avait retiré sa nuisette et n’avait plus que son tanga, dévoilant ainsi ses deux seins généreux aux tétons déjà dressés d’envie. Mathieu ne se fit pas prier et prit le sein gauche de Natha à pleine main, tandis que sa bouche se mit à téter avidement le sein droit. Natha eut un petit gémissement, se cambra un peu. Sa chatte s’humidifia immédiatement. Elle adorait cette sensation unique d’un gamin qui aurait pu être son fils, qui la tétait et qui, elle le savait, ne tarderait pas à plonger sa main dans sa culotte pour la masturber en même temps qu’il la tétait.

Diffuse en direct !
Regarder son live