Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 14 469 fois
  • 135 J'aime
  • 10 Commentaires

Nathalie, auto-entrepreneuse : beauté à domicile

Chapitre 8

Trio bestial

Zoophilie

La lumière du jour perce entre les rideaux mal jointés de la chambre. Des chants d’oiseau se font entendre dans le jardin. J’étire mes membres endormis et je tente d’ouvrir mes yeux en clignant des paupières. La grande chambre de Valérie est un peu en désordre : Nos habits gisent sur le sol, il y a des verres, des bouteilles, des assiettes sur la coiffeuse et sur les tables de nuit, reliefs de notre frugal diner au lit hier. Il y a aussi des jouets sexuels, god ceinture, plugs, vibros …  au pied du lit indiquant que la soirée n’a pas été que gastronomique ! J’émerge progressivement de cette nuit de débauche saphique. Valérie et moi, nous avons passé des heures enlacées à explorer le moindre recoin de nos intimités, emportées par une passion mutuelle et enivrées par la jouissance. Je tourne la tête pour contempler sa chevelure blonde posée sur l’oreiller, son corps nu à demi recouvert des draps qui n’ont pas été ménagés pendant cette chaude nuit. Je suis du regard la courbe de ses reins, la rondeur de ses fesses, le galbe de ses jambes jusqu’à la finesse de ses pieds. Moi qui ne me pensais pas trop bi, me voilà à coucher avec cette amie pour laquelle j’éprouve un troublant désir.

J’en étais à ces réflexions quand j’entends une cavalcade dans l’escalier puis par la porte entrouverte je vois pointer un museau qui se fraye un chemin : Paco, le chien de Valérie surgit dans la chambre en frétillant de la queue. C’est vrai qu’on ne s’est pas trop occupés de la pauvre bête ce matin et qu’il n’a pas encore eu son repas ! Je me redresse et me mets assise sur le lit pour le caresser 


-         Mais oui mon beau Paco, on est des vilaines, on ne s’occupe pas de toi. Mais chut ! ta maitresse dort. Dis-je tout bas.


Le chien joyeux se frotte contre ma peau nue, et comme lors de notre de notre première rencontre qui a déclenché tout ça, il fourre son museau impudique entre mes cuisses sans doute excité par l’odeur hormonale dégagée par toute cette nuit de plaisir.


-         Non ! Non ! tu ne vas pas recommencer ! Lui dis-je.

-         Si au contraire !


Je sursaute à cette voix ! Valérie s’est réveillée et retournée vers nous. Elle dépose un baiser complice sur mes lèvres entrouverte étouffant toute protestation. Elle m’allonge sur le lit et écarte mes cuisses. En tapotant sur le matelas, elle fait signe à Paco de sauter sur le lit.   

Autant je m’étais lâchée la semaine dernière seule avec Paco, me livrant à ces relations contre-nature, autant de faire ça devant sa maitresse Valérie m’intimidait un peu. 

Valérie prend tout de suite les choses en main. Elle montre du doigt ma chatte ouverte la livrant à l’appétit de l’animal


-         Vas-y Paco, lèche-la ! Hum oui c’est bon ! Bon chien !


Il avance sa truffe humant l’odeur en remuant la tête puis lance de grands coups de langues sur ma vulve. On voit qu’il a l’habitude. Valérie m’avouera que presque tous les matins au réveil, elle a droit à son petit cunnilingus canin. Je ressens comme une décharge électrique à chaque coup de langue et je frissonne, savourant ce plaisir interdit. Valérie se tourne vers moi et m’embrasse profondément. Le chien se délecte des restes de cyprine qui maculent mon sexe ouvert puis, intrigué par ce que nous faisons vient nous lécher le visage. 


-         Non Paco ! Pas là ! … Attend ! Dit Valérie.


Elle me chevauche alors en 69 en enjambant mon visage et attire le chien de nouveau sur mon sexe. Alternativement la langue musclée et large de Paco et celle plus fine et précise de Valérie s’attaquent à ma chatte.


-         Hooooo oui c’est bon ! continuez, vous allez me rendre folle !    

-         Tu aimes te faire lécher par Paco, hein petite salope ! Je l’ai bien vu dans les vidéos.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Valérie s’acharne sur mon clito le léchant et le suçant à le rendre rouge et turgescent, Paco lape tout le long de ma fente avec de grands coup de langue sous la direction de sa maitresse. Dès que l’un d’eux fatigue, l’autre prend le relais. J’ai du mal à reprendre mon souffle sous ces assauts continus. Je m’agrippe aux cuisses de Valérie qui encadrent mon visage. Je me laisse faire, négligeant égoïstement la foufoune de mon amie qui ondule quelques cm au-dessus de moi. Les spasmes me parcourent et mon ventre se contracte contre ma volonté faisant gicler sur mes assaillants des jets de cyprine. Valérie se recule un peu mais Paco s’applique à bien lécher toute cette jouissance féminine.

Reprenant mes esprits je soulève un peu ma tête en m’agrippant aux fesses de Valérie entrant en contact avec mes lèvres sur sa vulve humide. Ma langue pointe entre ses grandes lèvres pour pénétrer l’orée de son orifice vaginal.


-         Continue Nath, j’adore, ronronne-t-elle.


En claquant deux fois sur ses fesses je fais signe à Paco de venir s’intéresser à ce qui se passe ici. Le chien fait le tour de ses deux maitresses imbriquées et vient derrière la croupe de Valérie. Sa truffe viens me disputer la place pour lancer de grands coups de langue sur la chatte de la belle blonde. Je l’encourage et nous nous partageons les atours de la belle : à moi le clito et la vulve, à Paco le périnée et la raie des fesses. Valérie se contracte et savoure nos efforts conjugués. De son côté, elle a enfoncé deux doigts dans mon vagin qu’elle agite frénétiquement au rythme du cunnilingus pervers que nous lui offrons. 

Paco commence cependant à donner de plus grands signes d’excitation et il bondit pour tenter de chevaucher sa maitresse. Un peu affolée, je m’apprête à le repousser mais j’entends alors Valérie :


-         Oui bon chien ! Prend moi fort ! Nath, aide-le ! 


Reposant de tout son poids sur les hanches de Valérie, il tente par des mouvements désordonnés de la pénétrer. Son sexe rose au bout pointu est sorti de son fourreau sur quelques cm et glisse sur les cuisses de mon amante. Je dois protéger mon visage avec ma main de ses coups de pattes qui glissent sur ses cuisses. Heureusement que Valérie le fait souvent toiletter, couper et limer les ongles très courts. De mon autre main, j’empoigne son fourreau et je tente de guider son sexe vers la fente ouverte de Valérie. Après de longues secondes de tentatives Un mouvement de hanche plus dans l’axe fait entrer la tige rose dans son vagin.


-         Haaaaaaaaa Ca y est ! Il est dedans ! Il est dedans. Dit Valérie haletante déjà sous l’effet des coups de reins du chien qui s’accélèrent quand il a lui aussi senti son succès. 


Je me retrouve aux premières loges, contemplant le membre canin coulisser dans le vagin de Valérie à un rythme effréné. Bientôt du sperme suinte de son sexe et m’éclabousse le visage. Paco défonce sans retenue sa maitresse qui s’agrippe à ma cuisse en gémissant. Le nœud du chien est sorti du fourreau poilu et commence à gonfler mais il n’arrive pas à emprisonner sa femelle cette fois ci : par ses mouvements hiératiques il finit par glisser du dos de Valérie ce qui expulse son sexe. La chatte de Valérie coule de sperme, le pénis de Paco est beaucoup plus gros maintenant et a pris une couleur plus rouge. J’empoigne ce membre de chair qui s’agite devant moi pour le guider dans ma bouche. Il éjacule régulièrement de petits jets de sperme qui inondent rapidement ma bouche. Je dois recracher. 

Valérie se redresse un peu courbaturée pour s’allonger contre moi et m’aider à maintenir le chien pendant que je le suce.


-         Hummmm, je vois que tu es devenue une experte ! Tu sais y faire, il aime ça.


Nous alternons la bite de Paco dans nos bouches, partageant la semence qui ne cesse de gicler. 


-         A ton tour maintenant ! Mets-toi en position de petite chienne, me susurre Valérie à l’oreille.


Obéissante et heureuse de pouvoir me faire prendre par Paco, je me relève pour me mettre à quatre-pattes la croupe relevée. Valérie guide Paco derrière moi. 


-         Tu t’es déjà faite enculée par lui, me demande-t-elle.

-         Non, Valérie, non, non, pas dans le cul ! j’ai trop peur, il va me faire mal ! Répondis-je paniquée en me redressant. 

-         Rassure-toi je ne vais pas le faire mais un jour je te montrerai comment on fait pour ne pas se faire coincer avec le nœud dans l’anus. Seule ce n’est pas évident à faire mais à deux, tu vas voir que ça nous ouvre des possibilités de jouissance insoupçonnables. 


A demi rassurée, je me remets en position attendant la saille bestiale. Paco grimpe sur mon dos, je sens tout son poids sur moi, mes jambes fléchissent mettant ma chatte à portée. Valérie le guide pour aligner ses hanches avec les miennes jusqu’à ce que d’un coup sec il entre sa bite gonflée dans mon vagin. Je crie et je m’agrippe aux draps sous les secousses du chien qui est totalement suspendu sur moi les pattes avant enserrant mes hanches et les pattes arrière qui moulinent dans le vide. Je sens son sperme qui coule le long de l’intérieur de mes cuisses, il est en train de me remplir. Une chaleur immense m’envahit. Paco arrête ses mouvements et reprend son souffle la langue pendante en posant sa gueule sur mon épaule. Je sens sa bite au plus profond de moi, tout est rentré et il pompe juste par de petites contractions de son bassin faisant gonfler le pénis et le nœud. 

Valérie revient de mon côté et m’embrasse fougueusement. Nos baisers ont le gout douçâtre de sperme canin. On retient le chien qui voudrait bien partir mais là il risque de m’arracher la chatte. Les caresses et les baisers de mon amante me permettent de me sentir en sécurité et de profiter du membre gonflé qui dilate mon vagin. Au bout d’un quart d’heure il agite ses pattes arrière de nouveau et sa bite glisse d’un coup hors de mon orifice dilaté accompagnée d’un gargouillis obscène au moment où j’éjecte un flot de sperme de mon vagin. Pendant qu’il retourne épuisé sur le carrelage pour nettoyer sa queue gluante, Valérie et moi nous enlaçons tendrement, souillées par celui qui est devenu sans le savoir le maître de la maison.

Diffuse en direct !
Regarder son live