Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 37 747 fois
  • 366 J'aime
  • 11 Commentaires

Nathalie femme infidèle

Chapitre 1

Une femme mariée en manque de sexe

Avec plusieurs hommes

Nathalie femme infidèle


Nathalie s’admire devant son miroir, soupesant sa généreuse poitrine, cent cinq D. Ses seins lourds et décorés de larges aréoles roses s’affaissent légèrement sous leurs poids. Ils ont un joli ballotement quand elle bouge, un petit grain de beauté sur le gauche, ajoutant un point de charme. Sa chatte lisse et très bombée fait penser à une paire de testicules rentrée, avec deux fines lèvres cachées entre. Sa chute de rein, bien cambrée, met en valeur de jolies fesses rondes et épanouies qui attirent le regard des hommes dans la rue. La chevelure rousse ébouriffée donne l’impression d’une crinière de roi lion, les quelques taches de rousseur qui parsèment son visage ajoutent à son charme naturel. Nathalie est une femme heureuse en couple avec son mari plus âgé qu’elle de vingt ans. Elle en a trente-cinq. Question sexe, les rapports sont assez rares, Luc prit par son travail, ne bande plus beaucoup et cela se termine souvent par un soixante-neuf.


Le sexe de son mari lui donne l’impression de mâcher un chewing-gum, jusqu’à ce qu’un jet de jute s’échappe du gland, qu’elle avale sans plaisir. Un petit bisou sur les lèvres comme pour la récompenser puis il se tourne et ne tarde pas à ronfler. Nathalie se finit en se masturbant, ou se godant la choupinette avec conviction en fantasmant qu’une multitude d’amants se relaient dans son puits d’amour. Ce qui ne réveille même pas son mari lorsqu’elle gémit en inondant les draps, étant fontaine. Elle s’endort à son tour dans une large tache humide et chaude. Les pénétrations sont pratiquement inexistantes. Bien qu’elle aime l’homme qui lui a tout offert matériellement, maintenant plus comme une sorte de père et ami que comme un mari. Nathalie est en manque de sexe. Quand elle en parle avec ses amies, qui elles vantent les exploits de leurs maris. Alors, elle ne peut pas s’empêcher d’humidifier l’étoffe de sa petite culotte de soie.


Bien sûr, elle pourrait prendre un amant, ce ne sont pas les prétendants qui manquent. Les amis de son mari sont plusieurs à essayer de la séduire. Quelques-uns ne la laissent pas indifférente, mais elle se refuse à eux ne voulant pas trahir Luc avec des proches et qu’il soit humilié s’il vient à l’apprendre. Nathalie passe un soutien-gorge noir et un tanga de même couleur, ce qui met en valeur sa peau laiteuse de rousse. Une petite robe verte à bretelles recouvre légèrement et courtement son admirable corps sculptural. Elle gagne le garage dans lequel sa voiture est garée, le cadeau de son mari pour ses trente-cinq ans, une BMW i4. Nathalie adore son véhicule, en se mettant au volant ses cuisses se découvrent jusqu’à la limite de son tanga, le cuir se colle à sa peau, elle affectionne ce contact. Souvent quand elle double des camions, elle se fait klaxonner. Elle reste un instant à leur hauteur qu’ils se régalent bien de l’exhibition de ses cuisses.


Quelques fois, elle relève plus sa robe pour offrir la vue de son tanga et passe sa main sur son sexe, puis leur adresse un baiser du bout des doigts, avant d’accélérer pour finir de doubler. Alors, il s’ensuit un concert de klaxon et appel de phares avec des signes des routiers pour lui essayer de la faire se garer sur le prochain aire de l’autoroute. L’envie de s’arrêter l’a maintes fois tentée, mais la peur a pris le dessus. Ce jour-là, se rendant au Mans voir une amie, Nathalie commence son manège, elle se met à la hauteur d’un camion immatriculé Paris, et relève sa petite robe sur son ventre. Le chauffeur donne aussitôt de brefs coups de klaxon, Nathalie passe la main entre ses cuisses et se la lèche. Elle aperçoit le chauffeur qui a baissé sa vitre, un Arabe d’une cinquantaine d’années, tout excité qui lui crie de s’arrêter sur le prochain aire à une quinzaine de kilomètres.


Nathalie est encore plus tentée que d’habitude, une boule lui tenaille le ventre, elle s’imagine s’offrant sans réserve à ce Maghrébin. À part ses masturbations solitaires, son mari ne l’a pas touché depuis un mois. Son tanga se mouille légèrement. Un combat se déroule sous sa rousse chevelure Doublant nerveusement le camion, elle essuie les appels de phares habituels. La distance se creuse bientôt entre son petit bolide et le camion. Soudain Nathalie prend une décision, les années passent si vite, et elle ne connaitra plus le plaisir de l’imprévu si elle continue dans la routine conjugale. Elle relâche l’accélérateur, le camion se fait plus gros dans ses rétroviseurs. Ce garçon n’est pas le top, mais l’occasion fait le larron. Le routier en la voyant ralentie se dit que c’est son jour de chance. Le camion se retrouve à distance réglementaire, l’aire de repos approche, il a hâte de voir ce que la jeune femme va décider. Avec joie, il voit le clignotant de la voiture fonctionner.


Nathalie s’est décidée, pourquoi toujours reporter ce dont elle meure d’envie depuis un moment. Elle se gare près des commodités, le camion va un peu plus loin à l’endroit qu’il lui est réservé. Nathalie attend, envahie de divers sentiments, un peu de honte, mais surtout, une envie folle de franchir le pas qui la conduira à plus d’aventures, la première fois est toujours la plus difficile à prendre. Le routier descend prestement de son camion, il parait plus jeune qu’au premier regard, un bon mètre quatre-vingt-dix, basané, et assez musclé. Nathalie est toute frémissante en le voyant approcher, elle se pose la question comment faire et décide de laisser l’homme prendre l’initiative.


— Bonjour madame, vous avez une belle voiture et votre carrosserie plutôt bien.


Nathalie rougit, sachant que la carrosserie dont il parle est son corps, du moins elle l’espère.


— Je prendrais bien une douche seriez-vous partante pour me frotter le dos ?


Les choses sont claires, Nathalie n’a pas besoin de s’expliquer. La jeune femme lui répond affirmativement en rougissant.

Le routier lui ouvre la portière et galamment, lui prend la main pour l’aider à descendre. Il se rince l’œil en même temps, la vue de l’entre cuisses gonflant le tanga, provoque aussitôt une érection de l’homme. Nathalie, qui a le regard rapide, voit la bosse qui se forme dans la combinaison. Tellement, cela lui fait envie qu’elle s’empêche de lui saisir, il y a plusieurs années qu’elle n’a pas vu, ni toucher un sexe bien raide. Moussa lui conseille de fermer sa capote, puis la prenant par la taille l’entraine vers les douches. Nathalie ne se soucie absolument pas si des personnes regardent. La porte de la douche refermée, l’attitude de Moussa change. Il retrousse brutalement la robe de Nathalie, la retourne face au mur couvert de graffitis très prometteurs, l’oblige à s’appuyer les mains sur celui-ci, et lui dit.


— Alors ma salope tu as envie de te faire fourrer la choune, ton mari ne t’en donne pas assez ?


Nathalie s’aperçoit qu’elle a son alliance qui trahit sa condition de femme mariée. Moussa lui descend son tanga aux genoux, lui met une claque sur les fesses, lui pelote ses grosses mamelles, fait glisser la fermeture de sa combinaison et sort sa queue d’une main.


— Tu vas prendre grave ma salope, je n’ai pas niqué une aussi belle pouffe depuis des lustres. Et, sur ce, il fait aller et venir son gland sur la motte de la jeune femme. Nathalie frémit au contact du gland circoncis, ses grandes lèvres s’ouvrent d’elles-mêmes, comme l’éclosion d’une rose. Sa chatte est trempée, Moussa sent le fluide chaud enduire son champignon. La queue se fait pressante, il glisse allégrement entre les petites lèvres et se fraie un chemin dans le vagin accueillant. Nathalie, à ce moment-là, a une pensée pour son mari. Dans sa tête, elle invoque.

— Pardonne-moi mon chéri, mais j’ai tellement envie, je résiste depuis longtemps, là je ne peux plus. Tout sentiment de culpabilité disparait quand la queue la pénètre à fond. Elle ne l’a pas vue, et là elle sent un gros gourdin lui dilater les chairs et se loger tout au fond d’elle, touchant son utérus. Surprise par l’énormité de l’engin, elle pousse un cri de douleur et de plaisir mélangés. Moussa lui dit.

— Tu n’as pas dû en avoir beaucoup dans ta moule de salope de ce calibre vu comment tu es serrée, heureusement tu mouilles comme une truie.


Nathalie ne répond pas, saisit par les hanches, elle subit avec joie le barattage de son amant de fortune. Moussa la bourre, il n’y a pas d’autres mots, sauvagement il sort et rentre dans la motte pulpeuse de la jeune femme. Nathalie n’a pas envisagé son premier adultère ainsi. Elle jouit de trop pour s’en soucier, Moussa continue de l’insulter en la baisant comme une chienne. Chaque fois qu’il replonge en elle c’est divin, le gland cogne le fond de sa nénette, Nathalie se sent partie, la petite mort la submerge. Moussa s’active encore quelques minutes dans sa caverne chaude, puis l’inonde d’une épaisse gelée blanche et chaude. Nathalie reçoit ce flot de sperme avec un délice non simulé, elle commente le vidage des boules de son amant.


— Superbe mon chéri, tu m’en as mis au moins un litre dans la chatte, cela coule de partout.


Effectivement, ce qui ressort de sa chatte se repend dans le fond du tanga. Content de son œuvre Moussa la plaque contre lui et l’embrasse fougueusement. Sa langue cherche celle de Nathalie, la trouve, la mordille, mélange leur salive. Nathalie, qui libérée par cette première expérience, n’a plus aucune pudeur. Elle tripote la queue souillée de Moussa et fait glisser ses mains dessus, le masturbant gentiment. Moussa lui demande de se mettre entièrement nue, Nathalie sans hésitation s’exécute, la robe, le soutien-gorge puis le tanga imbibé de cyprine et de sperme rejoignent le sol. Moussa admire le corps splendide de Nathalie, s’empare de l’abondante poitrine, la triture, la tète. Le Maghrébin n’en revient pas qu’une aussi belle femme se fasse trousser dans les douches d’autoroute par le premier pouilleux venu. La jeune femme fait ce qu’elle a envie depuis longtemps, sucer une jolie queue, elle se met à genoux et embouche le sexe à demi-débandé de son amant.


Moussa se laisse englober Popaul, et lui saisissant la tête, il entame de lui baiser la bouche. Nathalie le tient par les fesses et serre les lèvres collant sa langue au gland qui coulisse dessus. Moussa grogne de plaisir.


— Putain tu es vraiment la meilleure salope que je connaisse, vas-y chienne que je me vide les burnes dans ta bouche de pute.


La jeune femme sent le sexe reprendre une fort belle dimension. La queue vient caresser le fond de sa gorge, lui badigeonnant les amygdales. Jamais Nathalie n’a fait de gorge profonde, c’est une nouvelle chose qu’elle découvre. Alors qu’elle laisse Moussa s’activer, elle passe une main entre ses cuisses et masturbe furieusement son clito. Elle meut ses doigts sur l’entrée de sa grotte d’amour, s’enduisant les lèvres, puis le clito de sa liqueur ainsi que du sperme de Moussa. L’homme sent les râles de plaisir de sa maîtresse résonner sur sa queue, les sons rauques se répercutent sur sa colonne en accentuant sa jouissance. Ainsi, il recommence ses propos graveleux sur le sérieux de la femelle, et lui appuyant le visage contre son ventre velu, il s’épanche dans le larynx de Nathalie. La jeune femme manque de s’étouffer tant les jets sont puissants et nombreux.


Elle se dégage avant de ne plus pouvoir respirer et accueille le reste du sperme dans les cheveux ainsi que dans les yeux, ce qui la fait voir trouble et lui pique ses jolies prunelles vertes. Nathalie avale le plus possible puis recrache tout le trop plein sur ses magnifiques mamelles. De longues trainées blanches coulent sur ses joues, ses seins. La néo-salope les étale sur son corps et lèche ce qui reste dans ses paumes. Moussa la bifle avec sa queue encore de taille importante, les joues de Nathalie rosissent sous les coups de bite. Bravache, elle avance son visage pour subir la douce punition.


— Dis-moi ma salope tu as encore envie ?


Insatiable, Nathalie confirme qu’un petit coup en plus ne serait pas pour lui déplaire.

Moussa prend son iPhone et se met à parler en arabe avec son interlocuteur. Après quelques palabres, il raccroche et annonce à Nathalie.


— Tu as envie de queues, tu vas en avoir ma salope, je possède deux copains qui vont se faire un plaisir de te défoncer de tous les côtés.


Nathalie proteste, en argumentant qu’elle n’est pas la putain de l’autoroute, que ce n’était qu’une envie soudaine de se faire baiser.


— Ne t’inquiète pas pour ton mari, tu l’as fait cocu, et comme l’on dit cocu un jour, cocu toujours, alors un ou deux de plus ne vont pas lui faire pousser les cornes plus grandes.


La jeune femme pense qu’il a raison, mais proteste un peu pour sauver la face.


— Que vas-tu penser de moi si je me laisse baiser par vous trois ?


Moussa lui répond.

Que tu as une grosse salope de bourge qui a envie de se faire niquer comme une bonne chienne en chaleur, et qu’il faut que tu en profites avec un corps comme le tien. Te faire baiser par plusieurs hommes en même temps t’intéresse ?

Nathalie reconnait qu’elle n’a jamais pratiqué avec plusieurs mâles, que c’est bien tentant. Moussa prend pour une approbation quand elle lui demande comment sont ses copains. Nathalie se sent un peu piégée, pourtant elle est partante pour ce délire.

La sonnerie de l’iPhone de Moussa retentit, il écoute et répond à son correspondant, lui indiquant le numéro de la douche, où ils se trouvent.


À suivre si vous aimez.

Diffuse en direct !
Regarder son live