Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 117 fois
  • 103 J'aime
  • 5 Commentaires

Nathalie femme infidèle

Chapitre 4

Avec plusieurs hommes

Nathalie femme infidèle 4

Habitée par le démon du sexe, Nathalie se donne sans compter à tous les hommes présents, sans distinction de physique, des gros dégueulasses, des édentés, ni d’ethnie, des ébènes, des Arabes, d’âge des vieux, des jeunes. Tous lui ensemencent la chatte, le cul, lui inonde le visage, le corps, la gorge de jus chaud et épais, elle n’est plus que sperme. Certains pendant que les hommes la baisent se font jouir dans des coupes et lui font boire entre deux fellations. Une fois tous bien vidés, ils viennent au-dessus d’elle et lui urinent sur tout le corps, le visage, dans la bouche entrouverte, pour ne pas étouffer en respirant, elle en avale une certaine quantité. Les plus vicieux lui en remplissent un verre et profitant de son état de demi-inconscience, provoqué par ses nombreux orgasmes lui font boire. Nathalie absorbe l’urine sans esquisser le moindre dégout. À grands traits, elle en boit deux grands verres de suite.


Quatre des hommes la portent sous la douche et à grands jets font disparaitre toutes les souillures.


— Voilà elle va pouvoir resservir cette morue, elle est nickel, jamais vu une chienne pareille ouverte à tout. Dit l’un de ses multiples fornicateurs.


Le mari de Nathalie se masturbe doucement, de voir sa femme, qui subit les infamants outrages dans ce gang bang qu’il lui a organisé, quand il a appris qu’elle le trompait depuis deux ans. Il y a bien longtemps qu’il n’avait pas eu une aussi forte érection.


    *****

Revenons un mois plus tôt.

Luc, le mari de Nathalie, s’aperçoit que sa femme n’a pas éteint son ordinateur, il va pour le fermer lorsque le son sourd, annonce l’arrivée d’un mail. Luc voit que le mail est sur une messagerie qui n’est pas celui habituel de sa femme. "soumise56@gmail.com" Étonné, il lit le message et constate que la boite mail est bien garnie. Avec tristesse, il découvre l’infidélité de sa femme. Les mails sont tous plus obscènes les uns que les autres. Certains malgré leur côté graveleux provoquent en lui une certaine excitation, imaginant sa femme faire tout ce qui est décrit et les réponses impudiques de celle-ci accompagnées de photos de ses parties les plus intimes de son merveilleux corps. Luc ne sait plus que faire, entre l’humiliation d’être cocu et l’excitation des mails. Doit-il s’expliquer avec elle ou se venger. Elle veut de la bite, elle aura à outrance.


    *****

Nathalie ce soir-là revient d’une soirée avec des copines, un peu grisée par plusieurs téquilas, elle décide de ne pas rentrer la voiture. Elle trébuche dans l’allée et ôte ses talons pour assurer son équilibre. La jeune femme dans la pénombre fait le moins de bruit possible, pour ne pas réveiller son mari. Soudain en passant devant les bosquets d’arbres, elle est saisie par de puissants bras, bâillonnée par une large main. Soulevée de terre, elle est portée vers le garage ouvert. Affolée, elle se débat, mais l’homme qui la tient est un géant. Il sent la généreuse poitrine sur son avant-bras, lui donnant une idée de la grosseur des seins de la jeune femme. Comme un fétu de paille, elle est amenée dans le garage refermé par une autre homme qu’elle n’avait pas vu. Le géant la lâche, mais pour elle pas d’issue. Alors, elle se précipite par la porte qui mène dans le salon, il fait noir absolu, à tâtons dans l’affolement, elle peine à trouver l’interrupteur.


Enfin, elle y parvient et là horreur, une vingtaine d’hommes nus sont dans le salon. Elle veut repartir, mais le colosse lui bloque le chemin, il la repousse vers l’intérieur. Nathalie innocemment leur dit de sortir sinon elle appelle la police. Les hommes éclatent de rire.


Le colosse lui dit.


— Tu sais ma colombe, on partira, toutefois pas avant de t’avoir bourrée de tous les côtés. Ou tu es gentille avec nous et cela se passera bien, ou tu résistes et l’on te passera dessus quand même, mais en moins gentil.


Nathalie ne sait plus où donner du regard, des queues partout, des hommes de tous les genres. La vue de toutes ces queues lui provoque le tournis. Anxieuse, elle ne sait pas quoi faire, céder à tous ces hommes ou tenter de leur résister. Le combat est inégal, elle en connait l’issue. Ils sont tellement nombreux qu’elle ne réussira pas à tous les combler. Nathalie tente de négocier.


— Vous êtes de trop, pourquoi ne pas tirer au sort et seuls les trois gagnants auront mes faveurs ?


Nathalie assez attirée par le sexe, se dit que trois, elle peut assumer et même en jouir.

De nouveau les hommes éclatent de rire, ce qui a pour effet de faire balancer leur sexe.

Nathalie de voir toutes ces bites balancer, sent un frisson lui parcourir l’échine, et en plus humidifier sa petite culotte. Pourtant, elle pense que tous ces hommes sur elle c’est impossible. Le colosse, qui se nomme Pietr lui répond.


— Tu ne penses quand même pas que trois te baisent, et que les autres se branlent. Avec le corps que tu as, tu peux tous nous contenter et puis ce ne sera pas la première fois que plusieurs te sautent ma chérie.


Nathalie ne sait pas comment l’homme peut savoir ça, elle minaude, joue la femme innocente, mais Pietr lui montre des photos tirées de son ordi. Et, pour lui faire comprendre lui explique qu’il a piraté son compte, ensuite il veut profiter de son cul avec ses amis. Nathalie est anéantie, quel manque de chance que ce soit sur son compte que cela soit tombé. Pas un instant, elle ne se rappelle avoir laissé son ordi ouvert aussi que son mari sait tout. Elle pense vraiment au piratage de son compte coquin.


— Alors que décides-tu ma chérie, le viol ou le gang bang ?


Nathalie voit les hommes commencer à s’agiter et se rapprocher d’elle. La jeune femme s’aperçoit qu’elle n’a pas le choix.


— D’accord les garçons, je me laisse faire, mais surtout pas de brutalité et préservatif.

— Pas de capote, ma jolie salope, nous sommes tous testés. Et, puis d’après tes photos et vidéos, tu fais toujours sans, alors pas de cinéma, tu prends tout le sperme que l’on va t’envoyer, tu ne discutes pas. Nathalie tente une dernière parade.

— J’ai oublié de prendre ma pilule cette semaine balbutie-t-elle.


Pietr ainsi que les autres s’en amusent.


— Avec un peu de chance, on va t’engrosser, tu devras deviner qui est le père, un joli puzzle.


Devant cet argument imparable, la jeune femme leur donne son accord.


— Faites, tirez votre coup et finissons-en.


Nathalie joue les victimes, alors qu’elle est curieuse de savoir si son corps supportera l’assaut de tous ces hommes ? Pietr lui intime de se mettre à poil, Nathalie naturiste n’est pas gênée de montrer son corps à un tas d’hommes, bien que la situation ne soit pas la même. Sa petite robe glisse au sol, lorsqu’elle retire son soutien-gorge un Oh d’admiration jaillit de la bouche de tous. Nathalie apprécie, que ses gros seins aient du succès la ravit. Puis quand elle descend sa petite culotte, découvrant son abricot orné d’un petit triangle de duvet roux, des sifflets admiratifs retentissent. Nathalie a l’impression d’être dans un club de strip-tease, le trac disparait pour faire place à une fierté de se sentir désirée. Les premières mains viennent explorer son corps, elle est portée dans la grande chambre, puis jetée sur le lit. Elle ferme les yeux et laisse tous ces hommes en rut profiter de son corps en feu.


Des doigts entrent dans sa fente humide, fouillent son anus, tordent ses seins. Nathalie attrape des bites, les masturbe, suce celles qui se posent sur ses lèvres, un vent de folie sexuelle souffle sur son admirable corps. Elle n’a pas à attendre longtemps pour sentir deux mains vigoureuses écarter ses cuisses, sans même savoir qui, les yeux cachés par le magma d’hommes qui se pressent sur elle. Alors, elle sent un gland se poser sur ses petites lèvres et s’enfoncer d’une seule poussée au fond de son petit trésor. Un cri bref étouffé par les queues qui s’enfoncent dans sa gorge. La pine qui lui envahit la chatte est de fort belle dimension, la jeune femme a les chairs vaginales distendues par cette violente agression. Le plaisir vient vite, l’homme, la lime énergiquement sans fioritures, il la baise façon soudard. Cela plait bien à la jeune femme qui exprime son plaisir en grognant sur les zobs qui lui investissent la bouche.


Une longue giclée jaillit dans le fond de sa moule à sa grande joie, contente qu’il n’ait pas mis de capote. Nathalie a à peine le temps d’apprécier l’éjaculation de l’homme qu’une autre bite investit sa case trésor. Ainsi, ils vont se succéder dans son abricot éclaté les uns après les autres. Nathalie est secouée par un splendide orgasme, de ceux qui font trembler tout le corps comme traversé par des décharges électriques. Le festin sexuel se déroule sans jamais qu’elle renaude. Elle est retournée sur le ventre, un coussin se glisse sous son bassin, ses fesses s’écartent, des doigts glissent dans sa petite rosace, des glaviots viennent lubrifier son anus et elle reconnait la voix de Pietr.


— Tu as un trop beau cul ma pouffiasse, on va t’éclater le cul pour un mois.


Joignant l’acte à la parole, il pose son énorme gland sur le petit trou puis l’encule brutalement. Un cri de bête blessée retentit excitant Luc qui suit tout sur son écran. Il a fait installer des caméras dans toutes les pièces, pour suivre ainsi le demi viol de sa charmante épouse. Un peu étonné quand même qu’elle ne se soit pas rebellée devant le nombre d’hommes qu’il lui a choisi pour partouzer la traitresse. Luc se masturbe en voyant la grosse queue détruire l’endroit le plus intime de son épouse, lorsque Pietr inonde le fourreau de sa femme, Luc gicle de même. Il découvre sa perversité longtemps refoulée. Plus jeune, il avait imaginé Nathalie se faire violer par plusieurs hommes, sans jamais lui en parler, puis la routine avait dilué cette envie au fil des années. Là, cette envie rejaillissait en lui. Avec un immense plaisir, il voit la vingtaine d’hommes, il ne sait pas au juste le nombre précis, s’enfiler dans le cul de son épouse.


En zoomant, il peut admirer la vaillance de Nathalie, qui subit sans protester toutes ces sodomies. Et, dès que l’homme qui vient de l’enculer se retire pour laisser le trou béant à un autre, les flots de sperme ressortir de l’anus ouvert. Il n’en revient pas, une nouvelle érection gonfle sa queue. Luc a une envie folle de les rejoindre, mais se contient, il veut voir jusqu’où pourra aller sa jolie salope de femme. Nathalie ne souffre plus de la première sodomie de Pietr, la douleur est remplacée par une interminable jouissance au fur à mesure, que tous se promènent dans son étroit corridor, lui inondant à tour de rôle de sperme épais, visqueux et copieux. Tellement est-elle lubrifiée que les bites glissent en elle pareille que dans sa chatte. Un engourdissement la gagne, elle a l’impression d’être devenue vaporeuse, comme morte assistant à l’hallali sur ses fesses.


Puis inerte, elle reste avachie sur le lit, son joli cul souillé toujours en l’air, refoulant de longues vagues de sperme qui gouttent sur les draps. Les hommes la queue en berne se retapent en sirotant les bouteilles de champagne que Luc leur a laissé au frigo. Un petit gros est le premier à rebander, il retourne Nathalie sur le dos, cuisses ouvertes, la chatte, elle aussi, remplie de sperme. De ses gros doigts boudinés, il recueille le jus et la cyprine mélangés et en maquille le visage de la jeune femme, lui fait lécher la liqueur de leur jouissance, puis lui dit de le faire elle-même. Nathalie toute vaseuse obéit, cela ne la dérange pas, elle en adore le goût. Devant le spectacle les hommes commencent à rebander et se rapproche du lit. Pietr parle à la jeune femme.


— Tu commences d’être en forme ma jolie pouliche, on va passer aux choses sérieuses, d’après tes mails, tu aimes te faire prendre en double.


Nathalie n’a aucune envie de refuser ce qu’elle adore par-dessus tout.


— Va laver ton cul et reviens vite ma chérie, on va se régaler.


Nathalie se précipite pour une rapide douche et revient donner son corps à tous ces salops en rut. Un s’allonge, la jeune femme ne rencontre pas de problème à empaler sa rondelle sur la tige dressée, puis elle replie ses jambes offrant sa minette à celui qui la veut. Le nabot qui lui a fait avaler le jus de sa chatte se présente, le gourdin en l’air. Vraiment pas beau le presque nain, mais Nathalie n’a d’yeux que pour le sexe court et large de son agresseur de minou. Elle sent déjà la queue dans son cul tressauter, puis celle du nabot qui s’enfonce dans sa chatte, c’est le bonheur. Alors, elle s’agite pour bien faire aller et venir les deux sexes en elle, les hommes n’ont rien à faire, la gourgandine mène le bal. Le nabot lui agrippe les seins, les tord, les lèche, plonge son horrible visage entre, il se repait de cette grosse poitrine. Les deux hommes ne tardent pas à honorer les orifices offerts à leurs membres génitaux. Le nabot en éjaculant lui dit.


— Prends ordure, j’espère te mettre un polichinelle dans le tiroir.


Et, ce faisant la remplie jusqu’à l’utérus. Pour ne pas être en reste l’autre fait de même dans l’intestin de la jeune femme. Nathalie jouit sans retenue aucune.


— Bande de salops, remplissez-moi, engrossez-moi, je m’en moque, je jouis de trop.


Les deux prises en double suivantes ravissent la jeune épouse frivole. En revanche, ensuite dur d’assumer, au bout d’une dizaine, sa chatte et son cul sont en feu, malgré tout le sperme qui la graisse. Comme pour la sodomie de groupe précédente, elle s’envole, puis s’évanouit. Inconsciente, elle n’en subit pas moins l’assaut des hommes déchainés. Peu importe qu’elle ne bouge plus, ils l’enculent, lui bourrent la chatte, se branlent dessus, tirent des coups dans sa bouche. Une vraie tournante.


Luc n’y tient plus, il rejoint les hommes qui continuent de se faire du bien avec le corps désarticulé comme celui d’un pantin de sa femme. Nathalie n’éprouve aucune souffrance, ni de plaisir, elle subit les assauts répétés de ses amoureux d’un soir, sentant juste les abondantes giclées qui abreuvent ses orifices. Elle ne sait plus la quantité de sperme qu’elle a avalé, ni le nombre d’éjaculations qui ont noyé ses entrailles. Enfin, le ballet charnel marque une pause. Luc admire son épouse, ouverte de partout, débordante de liquide séminal de tous les trous. Nathalie, les yeux mi-clos, aperçoit son mari, honteuse d’âtre surprise dans cette position grotesque. Elle tente de se relever, mais trop épuisée pour le faire. Luc vient s’assoir près d’elle, lui caresse les cheveux et l’embrasse tendrement, sur la langue de Nathalie un goût insistant de sperme. Luc a un mouvement de recul, Nathalie lui saisit le visage puis l’oblige à l’embrasser.


Devant le charme de sa femme, même dans cet état, il ne résiste pas et se fait au goût âcre qui lui colle à l’haleine. Nathalie s’interroge, comment tous ces homes ont pu la prendre sans vergogne de tous les côtés et que Luc ne soit pas intervenu.


— Tu les as laissés profité de moi, me souiller, m’humilier sans rien dire, ni faire ?


Luc lui raconte alors.


— J’ai tout vu sur ton ordi, les messages, les photos et vidéos que tu as faites pour des hommes. Je me suis senti frustré de te voir, prendre du plaisir avec d’autres, j’ai voulu me venger de l’humiliation que j’ai éprouvé, donc j’ai monté ce plan pour te voir humiliée à ton tour. Ensuite, je me suis rendu compte que cela m’excite de te voir, te faire prendre par plusieurs hommes, aussi je n’ai pas l’intention de m’excuser, mais de recommencer.

— Tu sais, je ne me sens pas humiliée, en revanche surtout comblée, si cela t’excite, je veux bien devenir ta petite pute.


Luc se réjouit de voir que Nathalie ne lui n’est pas rancunière et qu’il va pouvoir la faire baiser à sa guise.


— Messieurs, si vous avez encore envie de profiter de ma femme, agissez pour qu’elle soit repue, vous pouvez lui imposer les choses les plus abjectes qui sont en vous. Voilà pourquoi le début de ce récit en est aussi la fin.

Diffuse en direct !
Regarder son live