Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 920 fois
  • 58 J'aime
  • 7 Commentaires

Nathalie et Muriel

Chapitre 1

départ pour les vacances

Avec plusieurs hommes

Nathalie et Muriel.


Cette fois, c’est Nat (lire Nathalie, bourgeoise en gang bang) qui me contacte pour me dire qu’elle rentre de vacances de Tunisie où elle vient de passer une semaine avec son amie Muriel. Je ne connais pas cette amie, alors Nathalie me la présente sommairement et m’envoie une photo. Muriel est une dame de soixante-quatre ans retraitée, aussi blonde que Nathalie, bien en chair, des gros seins, des lunettes, veuve depuis quelques années, mais pas du tout délurée comme son amie.



Nathalie et Muriel décident de profiter de leurs congés pour planifier des vacances à Djerba en Tunisie. C’est la première fois qu’elles partent ensemble, pourtant elles se connaissent depuis des années, mais depuis le divorce de l’une et le décès du mari de l’autre, elles sont encore plus proches et cette fois elles s’accordent un moment de liberté.


Le départ se fait depuis l’aéroport du Luxembourg le samedi à six heures du matin. Elles décident donc de partir la veille depuis Dijon où elles vivent afin de se rendre dans la capitale luxembourgeoise. Elles réservent une chambre de deux lits dans un des hôtels proches de l’aéroport. Elles arrivent vers midi à l’hôtel et s’installent. En début d’après-midi, elles décident d’aller se promener dans Luxembourg qu’elles ne connaissent absolument pas. Elles commandent un taxi, c’est plus simple, elles s’habillent pour leur petite sortie.


Comme il fait beau, Muriel choisit un chemisier rouge un peu transparent, mais pour cacher un peu son soutien-gorge, elle enfile un petit gilet sans manche, une jupe noire qui descend aux genoux et des bottines noires avec de petits talons. Nat choisit un tailleur gris clair très léger, la veste à même la peau et la jupe arrive à mi-cuisses, une paire d’escarpins, pas facile pour la marche, mais elle est coquette la jolie Nathalie. Un beau soutien-gorge noir et une petite culotte un peu transparente de la même couleur.


Le taxi les dépose en centre-ville, elles partent en balade de vitrine en vitrine même s’il y a beaucoup de vitrines de... banques au Luxembourg... Il est seize heures, les deux amies commencent à avoir mal aux pieds et un peu soif. Elles décident d’aller dans ce bar qu’elles aperçoivent et qui semble animé.


Elles entrent dans le bar, car la terrasse est pleine, mais à l’intérieur, les places sont rares, il reste quelques hauts tabourets au bar, elles s’y installent. Nathalie croise ses jambes, ce qui fait remonter sa jupe un peu plus haut.


Elles commandent un jus de fruit, le patron est un homme assez costaud apparemment d’origine turque, d’ailleurs le quartier où se trouvent les deux femmes est à forte communauté turque.

Elles rient et parlent de leurs futures vacances à Djerba, le patron propose de leur offrir un Arak (ou Raki) sorte d’anisette bien alcoolisée. Elles acceptent et de tournée en tournée elles commencent à être un peu plus joyeuses et expressives. Il y a plusieurs tables occupées par des groupes d’hommes turcs qui observent avec attention et envie ces deux créatures matures très appétissantes.


Une table plus particulièrement est attentive aux deux femmes, ils sont trois hommes à les observer avec des yeux emplis de désir. Ils offrent eux aussi quelques Araks aux jolies femmes blondes. Ils ont la trentaine, ils sont assez grands et forts, ils ont la peau basanée, une barbe de plusieurs jours, de très beaux cheveux noir corbeau et un fort accent turc, Ergan est celui qui parle le mieux français. Mais le temps passe et les deux femmes pensent à rentrer à l’hôtel, elles demandent au patron de commander un taxi, mais Ergan explique qu’il va se charger de les ramener avec ses amis Mehmet et Anton. Nathalie accepte, mais Muriel moins excentrique et plus raisonnable insiste pour le taxi. Ergan se veut rassurant et les deux femmes acceptent et se lèvent pour suivre cet homme et ses deux compères.


Les groupes d’hommes installés aux autres tables regardent avec insistance le petit groupe sortir du bar, leurs yeux s’attardent sur les jambes et les courbes des deux femmes.


Ergan installe Nat à côté de lui sur le siège passager, pendant que Muriel se retrouve à l’arrière entre les deux autres garçons. Muriel n’est pas très rassurée, mais Nat lui dit de se détendre, qu’elles ne craignent rien. Ils roulent depuis quelques minutes, Ergan reçoit un appel sur son téléphone, annonce qu’il va devoir faire un détour quelques instants pour voir ses amis au travail. En effet, les trois hommes sont des vigiles et bossent pour une société de gardiennage. Trois autres de leurs amis sont actuellement en service au profit d’une grande société locale. Nathalie demande si ce n’est pas trop loin, car elles veulent rentrer à l’hôtel afin de passer une soirée tranquille avant le départ le lendemain, Ergan rassure Nat, mais pas franchement Muriel qui à l’arrière sent parfois les mains de ses voisins la toucher un peu au niveau des cuisses. Ergan se veut rassurant et pose sa main juste au-dessus du genou de Nathalie qui se crispe un peu.


A l’arrière, les deux compères s’enhardissent un peu plus et eux aussi passent subrepticement leurs mains sur les cuisses et les fesses de Muriel. Elle sursaute, et frémit, elle qui n’a pas été touchée par un homme depuis le décès de son mari il y a trois ans. Elle tente de bouger pour éviter les mains insistantes. La main du conducteur remonte un peu, Nat lui tient la main pour l’arrêter.


Ils arrivent devant l’entrée de la société, un appel de phare et voilà deux gardiens arrivent et ouvrent la barrière, la voiture entre, les deux gardiens aperçoivent les deux femmes et un rictus carnassier déforme leur visage. Ergan demande quelque chose à un des vigiles qui indique un hangar vers lequel le véhicule se dirige et entre directement.


Ergan invite tout le monde à descendre, les deux gardiens ont rejoint le groupe. Il n’y a que des étagères et des tables de tri dans ce hangar, les hommes discutent entre eux en jetant de temps à autre un œil sur les deux matures collées l’une à l’autre, elles se demandent ce qu’ils trament surtout Muriel pas très rassurée et pourtant ses tétons sont gonflés sous son chemisier. Elle tient la main de Nathalie.


Ergan approche et dit direct :


— Vous voulez être gentilles avec mes amis, ils vous trouvent belles.

— Oh non, dit Muriel, vous nous ramenez à l’hôtel.


Les autres se sont rapprochés et entourent les deux matures, Ergan prend Nat par la main qui le suit sans résistance, elle semble hypnotisée par ce mec depuis la main sur la cuisse dans la voiture, il l’approche d’une table et la serre contre lui, les gros seins s’écrasent sur le torse velu,

Muriel est entourée des trois autres qui commencent à la caresser déjà sa petite veste sans manche est à terre


— OH non, non, s’il vous plaît...


Muriel tente de résister, mais l’appel du sexe est trop fort et ces hommes virils machos semblent l’envoûter, l’image de son pauvre mari lui traverse l’esprit, mais les caresses et les baisers de ces trois mecs la font craquer, avant de fermer les yeux, elle aperçoit Nat avec la veste du tailleur ouverte, ses gros seins sortis des bonnets du soutien-gorge et la bouche d’Ergan qui lui suce les mamelons tandis que l’autre turc lui lèche les joues. En effet les deux hommes jouent avec le corps de Nathalie qui ne reste pas inactive, ses mains caressent leurs braguettes gonflées de désir.


Ergan prend la femme dans ses bras et l’assoit sur la table, il lui pose les pieds sur la table suffisamment écartés pour avoir accès sur la petite culotte tellement fine qu’il aperçoit la fine toison de la belle, l’autre a sorti son sexe de bonne taille et monte sur la table, Nathalie se tourne et prend en bouche la queue droite et dure, Ergan a fait valser le bout de tissu et dévore la chatte trempée.


Près de là, Muriel est toujours debout, il ne lui reste que sa culotte et son soutien-gorge d’où débordent ses splendides mamelles ; les trois mecs sont déjà nus, elle couine même si elle tente de garder les yeux fermés, à un moment elles les ouvrent et voit ces trois grosses queues tendues rien que pour elle, les mecs s’en aperçoivent et lui prennent les mains pour les poser sur leurs grosses bites. Maladroitement, elle branle les deux tiges alors que le troisième, lui retire la culotte et fait sauter le soutif. Muriel est nue avec ses bottines.


Les trois hommes la caressent et pétrissent ses énormes loches. Elle regarde la queue dans sa main gauche, c’est celle de Mehmet, elle lui semble énorme, très noueuse avec de grosses veines. Elle est doucement, mais sûrement baissée vers le sol, elle est sur les talons de ses bottines, les trois queues se dirigent immédiatement vers le visage et la bouche de cette femme de plus de soixante ans, elle a bien sucé son mari quelques fois, mais ce n’était pas ce qu’elle aimait le plus, là elle n’a pas le choix, les gros glands sont à quelques millimètres de sa bouche, Mehmet appuie sur les lèvres qui s’ouvrent aussitôt, la queue s’enfonce inexorablement sur la langue de Muriel, Anton tente d’entrer aussi, mais la grosse queue de Mehmet tient toute la place, alors il frotte sa queue sur le visage de Muriel.


Nathalie de son côté est en extase, Ergan lui dévore la chatte comme un dieu, il alterne entre sucer son petit bouton et lécher les grandes lèvres, et parfois la langue pointe sur le petit anneau qui s’ouvre sous les caresses buccales, elle gémit, mais ne peut crier son plaisir, car elle a dans la bouche la queue du vigile qui parfois se retire pour poser ses grosses couilles sur la bouche accueillante.


Les doigts d’Ergan se joignent à sa langue et s’enfoncent dans le con détrempé, Natalie hurle, mais ses cris sont étouffés par la queue de l’autre gars. Ergan a pratiquement la main enfoncée dans la chatte, il fait coulisser ses doigts à grande vitesse, Nat gicle sur la table...


Toujours assise, elle récupère un peu après cette jouissance, le vigile passe sa queue sur les seins qui bougent au rythme de la respiration.

Ergan prend ses jambes et les place sur ses épaules, ce qui oblige Nat à se coucher sur le dos, la jupe toujours tirebouchonnée autour de ses reins, la veste du tailleur toujours entrouverte, aussitôt le vigile replante sa queue dans la bouche.


Ergan pointe sa grosse queue devant la chatte complètement dilatée, mais malgré tout, Nathalie ressent cette pénétration, les lèvres s’écartent, elle sent glisser cet énorme pieu dans son ventre, mais elle n’a pas le temps d’apprécier, l’autre lui baise littéralement la bouche en lui tenant la tête.


Muriel, elle aussi est sur le point de sentir la queue noueuse de Mehmet la pénétrer. Il est assis sur une chaise et Muriel doit s’empaler d’elle-même, Anton se fait sucer et le second vigile se fait branler. Si Nathalie pouvait regarder, elle verrait le gros cul blanc descendre sur cette queue brune dressée. Voilà elle est empalée, le Turc la prend par ses larges hanches et la fait monter et descendre sur son sexe. Ses énormes seins balancent au même rythme que les coups de queue, elle retient ses lunettes qui manquent de tomber.


Cela dure plusieurs minutes, les deux autres jouent avec les seins et la bouche, Muriel hurle sa jouissance, Nathalie tourne la tête avec la queue du vigile en bouche et le gros mandrin d’Ergan qui la laboure, maintenant


Anton veut sa part de ce beau lot, cette mature qui, il y a quelques minutes, était encore une bourgeoise qui n’avait pas été touchée depuis trois ans.

Il étale une sorte de tapis et s’allonge, les deux autres demandent à Muriel de s’asseoir sur la queue, mais trop innocente malgré son âge, elle ne se doute pas ce que les hommes veulent faire. Une fois bien assise sur la queue d‘Anton, elle prend dans ses mains la bite dressée des deux autres. Anton excité depuis de longues minutes à attendre de baiser cette belle chienne, la bourre, il la défonce, Muriel saute sur la queue et braille comme une gamine tout en inondant les couilles et les cuisses de son baiseur. Le vigile se place derrière elle, Anton arrête de bouger et tire à lui la femme qui comprend maintenant qu’elle va avoir droit à une seconde queue dans sa chatte. Mais ce n’est pas la chatte que l’homme écarte, c’est bien ses fesses, Muriel est prise de panique, elle ne s’est jamais fait sodomiser, mais Anton lui murmure des mots doux dans le creux de l’oreille, elle ne comprend pas, mais se détend un peu.


L’autre pointe son gland sur l’œillet fripé et vierge, il prend avec ses doigts le jus sur la chatte et en pose sur la rondelle, il s’enfonce lentement, Muriel a la bouche grande ouverte, elle voudrait crier, car la douleur est là, mais elle sent la queue s’enfoncer dans ses entrailles jusqu’à ce que les couilles soient collées au gros cul blanc.


Cela fait maintenant plus d’un quart d’heure que Nathalie se fait ravager par les deux autres hommes, soudain Ergan se crispe et jouit de longs et puissants jets de foutre, Nat ressent la jouissance frapper son vagin, le vigile jouit à son tour et les giclées de foutre viennent frapper le palais et la langue de la belle mature, il y en a tellement que ça coule au coin de ses lèvres et sur le menton, le sperme continue de couler sur les gros seins et le col de la veste du tailleur

La chatte est remplie et le sperme d’Ergan coule à l’extérieur sur les cuisses et la table.


A côté, le vigile jouit dans le cul de Muriel dans un grand râle, tandis qu’Anton se vide dans la chatte, Muriel s’écroule sur son torse, mais Mehmet veut jouir aussi, il relève le visage de la cougar et de gros jets de foutre gras s’écrasent sur le visage, la bouche et les lunettes.


Alors que tout le monde reprend ses esprits, le troisième vigile entre avec un énorme chien, le molosse tire fort sur la laisse, il se dirige vers Nathalie encore assise, les cuisses écartées et dégoulinantes de foutre, elle sent la truffe humide du chien qui renifle sa chatte, la surprise est si grande qu’elle ne pense pas à repousser le chien qui lèche quelques secondes les traces de sperme à même son sexe.

Le maître-chien reprend en main son animal, mais Nathalie a eu le temps de sentir cette langue râpeuse sur son sexe.

Après cet intermède, les hommes essuient grossièrement les deux femmes qui se rhabillent comme elles peuvent. Le maître-chien tend quelque chose à Ergan.

Le turc explique aux deux femmes que tout a été filmé par la caméra de surveillance, mais gentleman, il donne le CD à Nathalie et dans son français approximatif il lui dit :


— Souvenir pour toi et ta copine.


Les deux femmes remontent en voiture, en montant, Nathalie regarde une fois encore le molosse, aurait – elle découvert un nouveau plaisir ? Ergan conduit, Anton et Mehmet à l’arrière caressent encore Muriel.


Devant l’hôtel tout le monde s’embrasse pour se dire au revoir, Ergan passe une main sur les fesses de Nathalie tout comme Mehmet sur celles de Muriel.

Les deux femmes remettent un peu d’ordre dans leur tenue, le chemisier de Muriel ne tient plus que par deux boutons, elle n’a plus de soutien-gorge, mais son gilet cache ses mamelles, elle a mal aux fesses après cette sodomie et a du mal à marcher sur les talons de ses bottines. Nathalie lui dit qu’elle a encore du sperme sur les lunettes, elle les lui prend et passe sa langue sur les verres souillés.


Nathalie a réussi à refermer sa veste de tailleur, mais il y a plusieurs taches de foutre sur le col.

Il leur faut traverser le hall de l’hôtel et demander la clé de la chambre, il y a de nombreuses personnes au bar, mais peu de monde prête attention aux deux femmes si ce n’est peut-être la jeune hôtesse à l’accueil qui leur sourit après avoir détaillé la tenue des deux clientes.


Dans l’ascenseur, Muriel fait remarquer qu’elle n’a plus de soutif ni de culotte, même constat pour Nat. Cela fera un bon souvenir à ces hommes.

Elles se couchent après une bonne douche réparatrice. Le lendemain, le taxi les emmène à l’aéroport, direction la Tunisie.


Depuis, elles sont rentrées à Dijon, Nathalie me contacte pour me conter ce que je viens de vous écrire. Ce matin, je reçois un colis... tiens un CD...

Diffuse en direct !
Regarder son live