Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 454 fois
  • 44 J'aime
  • 12 Commentaires

Néons blafards

Chapitre unique

Histoire médaillée
Trash

Ambiance glauque et blafarde, néons qui bagottent et bourdonnent en fond d’arrière-salle enfumée. Petits matins glaciaux, plus d’espoir de grands soirs. Fins des années 80, pas tout à fait achevées. Ce n’est pas encore la mode, pourtant les deux punkettes sont tellement tatouées que même complètement désapées, on dirait qu’elles sont toujours habillées. Et encore, l’une d’elles est si percée que sa bière doit fuiter avant d’atteindre sa vessie. Je me moque, mais je ne vaux pas mieux, pas percé, pas tatoué, mais défoncé. Pour oublier. Que je suis trop crasse. Que je suis trop lourd. Que je suis trop con. Que je suis trop largué. Que je suis... là. Une fois de plus. Vulgaire et fatigué.


***


La mouise. Des rencontres de barges. Des idées qui ne valaient pas mieux. Échoué au chaud dans ce bistrot sans plus d’une thune pour un café, mes poches étaient percées elles aussi, au sens propre et crade, comme au figuré. C’était un mauvais soir d’hiver. Un de plus. Pour les gars comme moi, l’hiver, tous les soirs sont mauvais. Et les mauvais soirs n’ont pas l’exclusivité de l’hiver ni celle des soirs. Ils se pointent aussi le matin avec les balayeuses qui aspergent le réveil ; les nuits avec les rôdeurs de hasard en mal de cartons. N’importe quand en fait.


Les deux punkettes étaient déjà écroulées sur une table, au fond de la salle près d’un large miroir censé donner de la grandeur à ce minable troquet en forme de couloir étriqué. Le reste du bistrot était bondé ras la casquette et ne m’aurait pas causé au mieux, méprisé probablement, viré sûrement ; elles, elles n’étaient pas en mesure de me jeter. Je me suis installé à leur table, me glissant sur la banquette en face d’elles sans rien demander. Elles n’ont pas levé la tête. Le mélange liquide multicolore à tendance jaune fortement alcoolisée qui trônait dans leurs verres y était sûrement pour quelque chose.


La patronne avait dû me pister, elle s’est pointée illico. J’ai commandé un café sans pourboire. La cheftaine n’a pas aimé mon humour, mais nos voix aigres-douces ont réveillé les affalées. La chevelure rose et verte m’a demandé « T’eskitoi ? » d’une voix qui empestait la clope froide autant que le cendrier débordant devant elle. Je lui ai répondu « Une compagnie de passage ». Un instant d’intérêt qui a suffi à soulever la tronche avachie de sa copine, crête iroquoise bleu pétrole nuances rouge sang, bien dégagée sur les oreilles pour en découvrir les perçages multiples, détourage des esgourdes type incorpo dans une armée sans salut, yeux ahuris par l’heure, l’alcool et la défonce. Miss Piercings, tribu des nez percés. La table de bistrot imitation pseudo marbre collait encore les mauvais rêves de son reflet déformé sur le vrai stuc constellé d’antiques fonds de bocks de bière.


Tunouveukwoua ? a repris la voix parfum vieille clope. Je n’ai pas eu le temps de répondre, le patron rapportait mon expresso rapido. Il a planté sa masse graisseuse devant moi, en attente du paiement. Je lui ai filé les centimes attendus en ferraille clinquante, mais usagée. La manche ne favorisait pas les grosses coupures.

— Tu bois ton café et tu décampes, m’intima le patron. Et tu laisses les putes tranquilles, c’est compris ?


Introduction, développement et conclusion en deux phrases concises, un as de la rhétorique.


— Et si jamais j’étais un client ? ironisai-je.

— Te fous pas de ma gueule !


Le ton montait, mais personne dans le bistrot ne s’en souciait. Peter, Lucky et les Gitanes nous enveloppaient de leur voile d’âcre quiétude tabagique pendant que Voulzy Rockcollectait en sourdine sur un jukebox survivant des sixties adapté à sa décennie nostalgique. Les filles nous contemplaient d’un air las et absent comme si elles jouaient les figurantes de dernier rang, perdues dans le brouhaha de dialogues incompréhensibles d’un théâtre sans scène sur fond d’ambiance de flipper et de tilts. C’est là que madame patronne a ramené sa fraise, un peu sèche, un peu raide. Sans crème onctueusement fraiche pour tremper la mienne de fraise. Je n’y comptais pas.


— Attends, Max, on pourrait peut-être... a-t-elle commencé en s’adressant au graisseux.


Puis elle lui a chuchoté quelque chose à l’oreille. Ça a duré un moment, je m’en foutais, je ne cherchais pas à connaître le sujet, mais les putes punkettes semblaient intéressées à deviner le thème. Le patron a tiré une chaise et l’a enfourchée comme un cavalier sa monture, s’appuyant sur le dossier. Sa femme, debout à ses côtés, a posé une main sur son épaule, approuvant par avance son discours.


— Écoute mon gars, s’est-il essayé complice, t’as pas l’air bien riche, on a une proposition à te faire. Pour ça, il faut juste que tu sois pas bégueule et bien monté. C’est ton cas ?

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Je haussai le sourcil. Je n’avais rien à perdre à connaître son histoire, donc j’approuvais en soufflant.


— Voilà, les deux filles travaillent dans l’arrière-salle à émoustiller le micheton, et ma femme me disait que ce serait bien si un homme complétait le tableau.

— Je veux pas faire la pute, et je suis pas homo, me suis-je révolté mollement.

— C’est pas la question. Pour chauffer l’ambiance, les filles se gouinent un peu, elles se lèchent, elles se doigtent. Parfois ma femme... ma femme...


Il fronçait les sourcils et plissait le front, hésitant à cracher la suite comme si les mots se rendaient compte de leur l’obscénité juste avant de sortir de sa bouche et s’accrochaient de honte à sa langue mal pendue.


— Je leur donne une petite fessée ou je leur fouette un peu le cul, intervint la femme presque douairière. Les mecs aiment, ça les excite.


Visiblement, la matrone n’éprouvait aucune gêne à décrire ses activités correctrices. Je devinais que le peu ne correspondait pas à la même quantité suivant la teinte de cheveux. Ressenti personnel ou réalité des faits ?


— Voilà, voilà, souffla le cafetier soulagé, donc on s’est dit que mettre une bite au milieu ça serait pas mal, ça changerait. D’autant qu’on filme et qu’on vend les cassettes en retour de paiement !

— Et c’est tout ? demandai-je.

— Pour toi, oui, après les filles sucent parfois quelques clients, les plus excités et ceux qui sont prêts à débourser, s’enthousiasma la bistrotière. Quand je dis débourser, c’est pour les aider à se vider les bourses, hein ! Ça ne va jamais plus loin. Pas de coucheries sonnantes et trébuchantes. On fait pas les proxos, ils paient juste les cassettes un peu plus cher.

— En tant que vidéo souvenir, précisa le bonhomme toujours mal à l’aise.

— Si t’es d’accord, on fera un essai après la fermeture du bar, ajouta le sexe fort de sa voix de crémière, c’est toujours à ce moment-là que ça se passe.


Les punkettes me mataient, essayant d’estimer la marchandise. La rose et verte prit la parole.


— Mais c’était pas prévu qu’on fasse ça avec un mecton !

— Moi, je veux bien, intervint la rouge et bleue d’une voix de crécelle, genre rejeton de Boy George et Arletty, avec un bel anneau dans le nez et un doigt coincé dans une porte. Il a l’air assez costaud, j’aime bien les costauds, finit-elle avec un sourire fatigué.


La cheftaine stoppa net la jactance d’un signe de la main. Elle loucha vers un mec qui gueulait après le flipper et le bourrait à coups de reins ; la pin-up sur le fronton fit tilt et des clins d’œil ravageurs au same player pour qu’il lui envoie un autre shoot. Encore. Cela ne calma pas le mauvais joueur qui l’agonit d’injures, la secoua sans retenue, se vengeant de la fille mécanique en renversant son demi sur la machine indocile. Il gueulait, bien plus fort que la bande à Jimmy autour du baby de Voulzy coincé dans le jukebox, et déchargeait sa loose contre la stabilité horizontale de ce putain de plateau qui n’était pas correctement ajustée, ou quelque chose dans ce style ; puis il sortit du café en maugréant sans arrêt. Le vacarme des conversations reprit sa forme de magma incompréhensible et la bistrotière enchaîna.


— Si vous voulez votre pitance, vous ferez comme je dis. Et toi, tu vas pas jouer les marlous, dit-elle en s’adressant à moi, ici c’est moi qui commande.


J’avais pas ouvert le bec et sa sortie me plaisait pas trop.


— Vous payez combien ? lui fis-je.

— Comme les filles, le gite, le couvert et le dessert.

— Le dessert ?

— La pitance extra. Me dis pas que tu n’as pas compris ! On te procure le vol direct pour le paradis. Et un peu d’argent de poche, mais ça c’est pour tes vieux jours. On te le réinvestit dans la société.

— Quelle société ?

— La nôtre, celle où tu feras l’acteur, tiens donc. On partage les bénefs. Mais tout retourne dans la société. Et on touche le gros lot seulement à la fin. Pour pas que tu te tires trop tôt !


Ça me semblait louche, de l’exploitation pure et simple, mais j’avais l’esprit à l’envers comme tout le reste d’ailleurs, et ma bite était ce qui fonctionnait le moins mal. Alors autant la mettre au turbin. Je filais mon consentement sur un bout de papier un peu gras que je ne lus pas.


***


La mégère en chef m’a fait monter à l’étage. Il fallait me doucher, je reniflais trop selon ses dires. Mes narines confirmaient. J’ai vite compris qu’elle avait d’autres intentions, mettre les choses au clair. « Moi, c’est Madame, sauf pour les tournages où je t’informerai de ce qu’il te faudra dire ». J’ai donc répondu « Oui, Madame », en appuyant sur la majuscule histoire de la flatter. La Madame était une bonne femme pas très grande, maigre et sèche, visage en angles, bouche en cicatrice, regard sévère. La démarche raide. Le type gouvernante dans un lycée anglais pour jeunes filles de bonne famille, enfin de ce que je pouvais en imaginer. Moi, la bonne famille, je n’ai jamais connu...


Elle m’a dit de me désaper. Elle ne m’a pas quitté des yeux. Elle a bien remarqué que je puais encore plus et que je bandouillais. Non pas que la baronne me faisait de l’effet, mais j’étais à poil et le mou gonflait sans conviction. Elle m’a tourné autour, longuement, et malgré mes remugles qu’en l’absence de frusques, même moi j’avais du mal à supporter, elle m’a bien détaillé. Elle a fait quelques critiques désobligeantes, juste pour m’humilier. Elle devait aimer ça, car elle s’est plantée en face de moi, m’a regardé dans les yeux et m’a dit que je bandais mollasson, que ça serait difficile d’honorer les punkettes avec un machin aussi peu vaillant. Et encore d’autres remarques du même acabit. Elle a attendu. Elle matait ma bite sans discontinuer comme pour vérifier que l’oiseau n’allait pas s’envoler. Je ne savais pas quoi faire, l’oiseau s’ébrouait, mais gardait les ailes bien repliées et je n’avais même pas envie de sauter cette garce pour lui faire entendre raison.


Les insultes et humiliations ne provoquaient pas une véritable élévation. Enfin, elle s’est décidée et m’a ordonné d’aller me laver. Pendant que la rue, le gas-oil et les poubelles retournaient aux égouts par la bonde de la douche, la cafetière s’est barrée, emportant les puanteurs que je portais par la porte.


J’étais en train de débarrasser mon menton des derniers vestiges olfactifs de mes errances passées lorsque Miss Piercings, Lila de son petit nom, m’a tâté les fesses. J’ai vu sa crête rouge et bleu pétrole colorer la buée du miroir, c’était tout ce que je voyais d’elle, je ne l’avais ni vue ni entendue entrer.


— Petit cul ! Et comment est la bite ? a-t-elle introduit la conversation en plaquant son avant-scène dans mon arrière-cour.


Elle a saisi ma boutique trois-pièces et s’est immédiatement évertuée à faire croitre le chiffre d’affaires. Elle n’était pas comptable de ses efforts. Côté face, je sentais ses doigts me tripoter les cochonnets, sûrement histoire de pouvoir me traiter de porc pour lancer les ébats. Côté pile, les piercings de ses tétons jouaient dans mon dos une partition métallique annonciatrice de mesures plus hard. Je tournai le dos pour lui faire face, ma vie a toujours été une sorte de... comment dit-on ? Oxymore ? Lila avait dépoitraillé sa paire de loches, alourdie de deux gros anneaux métalliques pendus à ses tétons. Une large croix tatouée dans la vallée séparait deux grandes saintes pénitentes.


— Tu aimes ? m’a-t-elle demandé d’un regard en dessous, en passant la pointe d’une langue étrangère entre deux lèvres voraces repeintes de frais entre rouge sanguin et rouge carmin.


J’hésitais à répondre. J’étais hypnotisé par deux autres tatouages Holy Slut sur le sein gauche et Holy Whore sur le sein droit. Deux tatouages bien visibles, lettrage gothique rouge cramoisi décoré de roses épineuses et de fers barbelés, déposés en arc de cercle au-dessus des mamelons. Elle a saisi ses deux miches à pleines mains et les a agitées sous mon pif. Les deux anneaux se sont trémoussés, tirant, tordant et allongeant les pointes. Lila, rouge et bleue à voix de crécelle, multipercée, qui aimait bien les costauds, punkette planant entre nuage et terre, Enfer et Damnation semblaient plus son truc que Ciel et Rédemption.


— Tu aimes mes nichons ? a-t-elle répété. Je te présente Salope et Putain. Elles sont un peu molles, pas très dégourdies, alors il m’a fallu les dresser.


J’ai toujours été attiré par les fofolles barjots. J’étais servi. Je ne savais pas encore à quel point. Mais je me taisais toujours.


— Tu sens meilleur, t’es plus beau que t’à l’heure, mais t’es moins causant. Dis-moi ! Je t’intimide ? Y a que popaul qui m’fait honneur.


L’oiseau avait déployé ses ailes.

C’est alors que la cafetière a fait son retour.


— Vous n’baisez pas encore ? On n’a pas qu’ça à foutre, bordel de merde. Démerdez-vous !


La cheftaine s’est approchée de la punkette et dans un ensemble de mouvements vifs et soudains, lui a baissé le jean jusqu’aux chevilles, lui a donné une claque sur les fesses tout en insistant ce qui nous a basculés sur le lit, moi sur le dos, Lila sur mon ventre et pour terminer le mouvement, la mégère a fini d’ôter le futal de la punkette qui se retrouvait les gambettes en l’air. Lila n’a pas résisté, elle devait être habituée.


— Baisez maintenant ! a grogné la matrone en tenue cuir.


Lila m’a chevauché avec un sourire carnassier. Carnassier, c’est moi qui le dit, c’est pour l’image, je n’ai jamais été chez les anthropophages. Car pour ce qu’elle voulait me bouffer, de toute façon, je n’étais pas en mesure de voir l’état de son sourire vertical. Mais j’ai pu l’entendre. Un tintement, non, un tintamarre métallique. Un concerto pour métallophones en anneaux d’acier s’entrechoquant anarchiquement.


Une inscription SM Slave, toujours en lettrage gothique rouge enfer et juste au-dessus d’une vulve aux portes païennes dont les lourds anneaux devaient sceller l’accès aux non-pratiquants incapables de comprendre les innombrables ornements noirs et nuances de gris, style vaudou, tatoués sur le bas-ventre, débordait jusque sur les grandes lèvres, enlaçait les cuisses et leur intérieur et, comme je le vis plus tard, vibrait sur ses fesses en deux flèches finales rougeoyantes. J’ai senti deux mains sèches qui s’occupaient de ma lance. Empaquetage Durex. À la place du latex, une armure aurait été préférable pour engager mon bélier dans la jungle de métal qui gardait l’entrée de la jouissance de Lila, estampillée “douleur préliminaire dont je suis l’esclave”. Pour les douceurs, on verrait plus tard.


Lila était une barge, peut-être... Avec les barges, on pénètre le domaine du “jamais”. Je ne sais jamais si les barges sont vraiment barges, peut-être que j’en suis un moi-même, ce qui fait que je ne sais jamais faire le distinguo. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi je n’ai jamais pu résister aux femmes maso, celles qui veulent se faire du mal pour se faire du bien, jouir dans la douleur ou de douleur, je n’ai jamais su faire la différence. Je n’y peux rien, je ne leur ferai jamais de mal, jamais ; mais je leur fais mal, ça oui et jamais plus qu’elles ne s’en font.


Gros anneaux aux tétons, innombrables lourdeurs aux lèvres grandes et petites, qui tirent les chairs vers le sol, les tordent et les déforment, et entrechoquent leurs tintements de délicieuses déchirures comme les verres d’apéro fraternisent en échangeant leurs souvenirs de beuverie dans un murmure cristallin, Lila était de cette engeance qui aime sentir en permanence peser sur elle le poids de sa turpitude et abreuve sa jouissance du risque de la brisure.


— J’aime avoir mal, m’a-t-elle dit.


C’était le mot de passe de notre reconnaissance. Ma bite s’est injectée de désir et s’est raffermie à cette affirmation. Plus que tout mot d’amour, qu’un compliment flatteur, qu’une longue caresse, qu’un morceau d’intimité charnelle dévoilée : un aveu pour mouiller, trois mots pour bander. Cette douleur avouée, Lila l’a chevauchée sans hésiter. Elle l’a enfoncée en elle. Juste assez pour que son fatras métallique reste libre et valdingue, juste assez pour que le métal veuille lui arracher les chairs, juste assez pour qu’il percute ma hampe et lui interdise le repos. La walkyrie a accéléré la cadence, son abricot s’est mis à couler comme un fruit blessé trop mûr. Elle s’est penchée sur moi prenant appui sur mes deux omoplates. Elle m’a susurré quelque chose que je n’ai pas compris.


— Plus fort ! a gueulé la voix de duègne perverse.


Du coin de l’œil, j’ai aperçu la bistrotière qui filmait derrière sa caméra VHS. Les mains emballeuses de ma queue lui appartenaient sûrement.


— Fais-moi mal ! a supplié Lila tandis qu’elle m’inondait le bas-ventre de ses humeurs enthousiastes.


Elle a fourré mes majeurs dans les anneaux accrochés à ses nichons et s’est redressée d’un seul coup. Mes paumes, enroulées autour de ses nibards, l’ont suivie, mais trop tard. La punkette a hurlé. Un hurlement de sainte damnée comme l’annonçaient ses tatoués. De plaisir, de douleur, les deux, impossible choix, tellement de larmes coulaient de sourires emmêlés.


Ses reins se sont déchaînés. Ses fesses ont claqué mes cuisses. Il n’y avait plus de doute, elle me baisait. Elle me baisait pour avoir mal, elle me baisait pour se faire mal. J’ai enfoncé mes ongles dans ses mamelles molles, elle a saisi mes poignets, s’y est accroché. Je ne pouvais plus la lâcher. Une noyée. Une furie. Agrippée à sa souffrance, exigeant et quémandant son orgasme au bout de son empalement. Il n’y avait plus d’amour, plus de baise, plus aucun mot n’existait. L’amour était mort et enterré, cadavre décomposé. L’érotisme s’était barré depuis longtemps, les yeux effrayés, clos à jamais. Le porno n’osait plus respirer, tremblant au fond de chiottes pourries cradingues. À présent, j’éprouvais son sourire cannibale. Alors...


Alors, on s’est défoncés.

À coups de reins.

À coups de bite.

À coups de chatte.

Encore et encore, on s’est défoncés.

À coups de queue.

À coups de con.

Ensauvageant les ruades destroy d’un no future déglingué.

Bite. Défoncer. Chatte.

Jusqu’à ne plus pouvoir.

Chatte. Bouffer. Bite.

Jusqu’à extinction des feux.

Épuisé. Épuisée. Épuisés.

Mais... recommencer. Oui, recommencer...


Derrière sa caméra, la madame, habillée domina cuir noir, ne savait plus quoi dire. Elle filmait par habitude, les yeux écarquillés, elle matait, mais ne voyait plus.


Lila a poussé un dernier râle. Elle s’est écroulée sur moi, fatiguée comme un vieux mâle. Elle a failli me péter les poignets aux doigts coincés dans ses nichons annelés. Elle soufflait comme un phoque, d’une manière que je n’aurais pas crue possible, exhalant soupir sur soupir de sa poitrine rouge incendie. Précipice limite agonie. Elle s’est extirpée de ma bite et a roulé sur le côté, allongée sur le dos, a posé le revers de sa main gauche sur son front chaud, a craché un sanglot de satisfaction, souligné d’un « Putain ! C’est bon ! Putain ! Mais que c’est booon... », a basculé vers l’extérieur du lit pour attraper une clope, l’a allumée difficilement en tremblant et a rejeté la première bouffée vers le plafond.

Est-ce ainsi que les mecs font ?


[Silence]


Et puis Rose est entrée. La punkette teinte rose et vert. Je n’avais pas fini le numéro. Elle a gobé et léché le caoutchouc, sucé mon tout mou pour en faire un revenant puis un nouveau fantôme vivant. Elle s’est dépoilée offrant à ma vue un tableau sur peau. Aucun trou dans la chair, mais aucun trou sur la peau : du torse jusqu’au haut des cuisses, on aurait cru une tapisserie mouvante tellement elle était en couleurs.

Lorsque mon outil a eu recouvré sa pleine capacité de travail, je suis reparti au turbin. La Rose s’est mise à quatre pattes, position chiennasse, ça m’allait bien, j’avais les fesses en compote. Lila n’était pas une plume, même sans son attirail métallique elle pesait bonbon, et ses coups de marteau pilon m’avaient bien martyrisé le phare, la calanque et tout le voisinage immédiat. Je comprenais pourquoi elle aimait les costauds la Lila au lit pas las.


Rose, c’était autre chose. Pas très maso, mais salope comme bien plus de deux, dépravée et chiennasse comme elle l’annonçait sans détour en tortillant du cul sous mes naseaux de bestiau salace. Elle aurait pu se faire tatouer les fesses à l’enseigne “Chaleurs perpétuelles”, ça n’aurait pas déparé.

Avec un bel ensemble, la duègne de cuir noir et la Rose Verte m’ont lancé l’injonction.


— Fais ton boulot !


Les ton et regard différaient, mais l’intention finale était la même. J’ai tenté l’introduction en grand classique, mais la place était déjà occupée par une ribambelle de boules enfilées à la queue leu leu qui ont refoulé ma queue.


— Encule-moi ! a gémi la fille fleur et feuille.


Étourdi que j’étais, la consigne était tatouée sur l’intérieur de sa belle paire de chairs ! Comme tout bon manuel, il suffisait de suivre les instructions.


***


Rose cause. Rose cause beaucoup. Elle aime décrire ce qu‘elle ressent, elle aime exprimer ce qu’elle désire. Tout ça en termes crus et vulgaires. Car Rose adore être une traînée, une pute, une chienne ; mais autant par les mots que par les actes, être ce qu’elle dit comme entendre ce qu’elle est la fait jouir de tout son être. En prononçant ces termes, face à la caméra, elle confesse, elle avoue. Elle s’incarne de manière irrémédiable, indélébile, elle se tatoue. Madame la Bistrotière la grave sur la pellicule, et la vend pour que de vieux cochons s’en délectent.


Et Rose sait que ces vicieux se branleront en la regardant jouir comme la chienne publique, la putain sans vergogne, la pouffiasse qui ne demande qu’à se faire dégommer la rondelle, en un mot la salope qu’elle est. Elle l’est, elle le dit, elle le fait. Et tout à l’heure, elle le refera, peut-être devant les mêmes, en direct live tout en leur suçant et leur aspirant les bourses pour leur vider la bourse. Un grand sac à foutre, voilà ce qu’est une vraie salope à leurs yeux, à ses yeux, à nos yeux. Un vide-couilles en distinction ultime.


Et, avec un peu de chance, un d’eux gagnera le gros lot, il larguera sa dose de foutre sur sa gueule de garce fétide en la dégradant et l’insultant de tous les mots orduriers qu’il connaît. Si c’est un expert, un connaisseur capable de la faire dégouliner de mouille par ses outrages syntaxiques alors là, là Rose se branlera sous ses yeux. Les pétales abjectement offerts, elle blasphèmera sur ses seins laïques toute la dévotion dissolue dévolue à ces loches de bandaison massive ; et, lascive, elle exposera la vulgate charnelle de son bourgeon gonflé à la cyprine, minuscule déclencheur d’une majuscule apocalypse.


Mieux encore, si ce jardinier lubrique est vraiment chanceux, la Rose sera tellement épanouie que sa corolle parfaitement ouverte, d’un baiser écarlate, dégustera une goutte de cette précieuse sève perlant d’une tige encore verte. Ou bien plus qu’une misérable goutte, elle avalera tout le flot de cette semence foutraque, qui sait ? Elle aime tellement ça, l’arrosoir de foutre et son jet de trique en déluge lexical jusqu’à l’outrance verbale.


Au milieu des chaises empilées en vrac, des casiers de bouteilles vides et autres balais-brosses et serpillières usagées, dans cette arrière-salle sordide et mal éclairée, si elle est bien énervée, elle leur fera sa spéciale chienne chaudasse dite serpillière du curé. Elle crapahutera à quatre pattes, moi sur son dos profondément planté dans la moiteur de son cul en tant que manche à balai ; la tronche en lave-pont, la langue au ras du sol, elle fera mine de déguster la mince obole que ces pèlerins auront crachée en se branlant sur son show. Des fois même, il lui arrive de la lécher vraiment, de se délecter de ce denier du cul à même la crasse, et de finir par ramper aux pieds de ces paroissiens dans la quête d’un orgasme obscène tellement elle n’en peut plus, tellement elle est excitée.


Alors elle m’emmène dans sa folie, et je ne peux résister ; je décharge dans son cul, j’y laisse tant de moi qu’il semble que ça ne finira jamais, tant elle semble m’absorber tout entier, me gober par l’œillet, serrer les fesses et ne jamais me relâcher. Jeté dans un cul de basse-fosse, prisonnier d’un trou honorable, enfermé à perpétuité dans une cellule admirable, enfin une condamnation enviable.

Il faut vraiment être obsédé pour cultiver cette Rose débauchée !


C’est pour le spectacle. Quoique... quoique. C’est pas que pour le show. Bien sûr, Rose aime que sa fleur soit admirée, mais quand on la tringle, elle s’accroche facilement aux rideaux. Le jeu de mots est comme la jouissance de Rose, facile et dépravé. Elle s’en fout, Rose. Foutre. Justement, ça tombe bien que le nom et le verbe soient identiques. Ça lui fait des économies de langue. La langue, cette mignonne que l’on a vue ainsi éclose, la conserve pour des occupations plaisantes.


Moi, j’aime toujours les barges. Toujours. Plus que jamais.


***


Pendant quelque temps, Rose, Lila et moi avons filé le parfait amour dégénéré. Les bistrotiers nous exploitaient pour sûr. Ils nous imposaient d’être des sortes de bêtes aux instincts dévoyés exhibées par une dresseuse de cuir noir dans une arrière-salle de bistrot en guise de cage de cirque. Nous nous laissions aller à ce confort malsain qui aiguisait nos appétits avilis et confortait nos désirs jamais rassasiés. Nous étions les jouets obscènes aux mains de ces pervers dépareillés, une matrone sèche et rêche aussi maigre que prête à casser ; un patron de bistrot et d’arrière-salle, gras et rondouillard, suant, hésitant, torve et lubrique. Mais on baisait, on bouffait, on baisait, on buvait, on baisait, on fumait, on fumettait et puis le reste. Surtout le reste, au bout d’un moment. Les nuits succédaient aux nuits, parfois entrecoupées de quelque matin blême. On gagnait un peu de pognon qu’on ne voyait jamais. C’était sur notre compte, qu’ils disaient.


J’avais fini par obtenir des fringues neuves quoique la bistrotière m’aurait bien vu à poil ad vitam æternam, elle aimait beaucoup les oiseaux aux ailes déployées. De toute façon, les fringues, on n’avait pas vraiment le temps de les user.


Après un certain temps, Rose, Lila et moi, on a eu envie d’un autre tas de fumier pour nous servir d’engrais. Les filles ont rêvé de pousser dans un jardin qui aurait des senteurs exotiques, de vrais parfums sans relents de fosse septique. Sceptiques ? Trop évident certainement.


***


Elles ont voulu que je les embarque loin d’ici. Une autre ville, une autre vie. Elles bosseraient dur, qu’elles disaient. Elles seraient de bonnes gagneuses. Finis la dope et l’alcool, et la nuit sans fin. Juste du sexe, une défonce saine, la dope stockée dans mes burnes, ma seringue plantée entre leurs cuisses. On serait heureux, juste nous trois contre le monde entier.

Je voulais bien le croire. Je voulais y croire.


Mais les bonnes gens, les bonnes âmes, les bonnes mœurs nous ont jugés. Je ne peux pas être leur mec sans être leur mac.

Rendez-vous, vous êtes cernés.

Le néon blafard éclaire toujours la petite vertu et les couche-tard. Matin livide, soirée cafard.

Le verdict est tombé : ces femmes ne sont pas des dames, grand cœur dans les clichés ou esclave à Paname, peu importe, il faut regagner la société.



Je suis devenu mateur menteur amateur. J’invente des histoires, texture yaourts aux fruits. Toujours rouges, les fruits. Suivant le cas, je varie le dosage, parfois peu de fruits, mais toujours bio... ou à peu près véridiques ; et du lait, beaucoup de lait, c’est bon pour la peau des histoires, ça adoucit la mémoire. Mémoire enchaînée à des souvenirs censurés par un présent à la rigueur moraliste bien plus que par l’évanescence du passé. Comme ces dix ans grugés en cinq mille mots que j’ai mis très longtemps à écrire, les histoires de filles soi-disant faciles sont les plus longues à coucher.


Le néon blêmit sur un dernier buzz électrique et finit par rendre l’âme.

Plus de monnaie, pas d’extra-balle, exit les pin-up, jeu terminé. Le plateau penchait du mauvais côté.

Fondu au noir. Fading sur le flipper.

Fin de fiction, classique, éprouvée.

Diffuse en direct !
Regarder son live