Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 18 689 fois
  • 18 J'aime
  • 0 Commentaire

Nicole

Chapitre 1

Orgie / Partouze

A cette époque nous habitions A..., ma femme était puéricultrice à la maternité? et nous menions une vie rangée sans histoires comme la plupart des couples mariés depuis plus de 5 ans. Tout commença comme je le sus plus tard cet après midi où le nouveau pédiatre convoqua mon épouse dans son bureau pour parler du cas d’un enfant. Quand elle entra elle s’approche du bureau, sous sa blouse elle portait une culotte et un soutien-gorge noir et comme elle était entre le bureau et la fenêtre, à contre-jour le médecin ne pouvait rien ignorer de ses formes. Nicky est une jeune femme de 35 ans mince, avec de longs cheveux châtains un air ingénu, des seins ronds et bien fermes et un cul splendide que j’ai toujours envie de caresser Nicky sentait le regard posé sur elle, elle avait déjà remarqué les regards insistants que lui lançait le jeune médecin quand il la croisait dans les couloirs ou lorsque les besoins du service les mettaient en contact et cela la flattait. Il lui demanda de venir examiner une radio, Nicky contourna le bureau et se pencha vers la table lumineuse. Il commença à lui commenter le cliché? Nicky essayait de suivre les explications et pour pouvoir bien regarder la radio elle s’était approchée tout près du fauteuil. Subitement elle sentit la main du médecin se poser sur le bas de ses reins. Nicky crut d’abord que le geste était machinal mais au bout d’un petit moment elle sentit la main de l’homme glisser vers ses fesses puis commencer à les caresser. Nicky sur le moment et sous l’effet de surprise ne sut que dire ni quelle attitude prendre. La main de l’homme parcourait longuement la croupe de ma femme, tout en continuant à donner ses explications comme si rien ne se passé. Nicole ne disait toujours rien Profitant de cela l’homme glissa sa main sous la blouse de ma femme la remonta le long de ses cuisses jusqu’à sa culotte et il se mit à lui peloter le cul Sa main allait et venait épousant la forme des fesses puis l’homme glissa deux doigts dans la raie et les fit descendre entre les cuisses jusqu’à entrer en contact avec la chatte qu’il se mit à caresser doucement à travers le fin tissu de la culotte. Ce contact électrisa mon épouse qui sans qu’elle puisse rien faire, sa volonté complètement annihilée sentit une excitation profonde lui monter dans les reins. Elle écarta lentement les cuisses pour s’offrir à la caresse, le pédiatre écarta le slip puis ouvrit lentement la chatte en la caressant et introduisit deux puis trois doigts dans la moule trempée. Nicky gémit , il la branlait lentement, elle fermait les yeux tout à la caresse accompagnant de son corps le mouvement de la main. Il retira sa main, provoquant un cri de déception de la puéricultrice, mais se leva se glissa derrière la femme remonta sa blouse et baissa sa culotte .Il baissa lui même son pantalon et approcha son sexe tendu de la fente ouverte. Il n’eut aucun mal à enfoncer son membre, Nicole se cambrant pour faciliter la pénétration de la bite raide. L’homme commença à la baiser tandis que ses mains ouvraient la blouse dégrafaient le soutien gorge et saisissait les seins qu’il pétrissait. En même temps il embrassait le cou de ma femme qui sentait le plaisir monter. Elle accompagnait d’un mouvement de reins les coups de boutoir de l’homme. Le plaisir arriva d’un coup violent, elle se mit à crier et le médecin lui mit la main sur la bouche tandis qu’il se crispait contre elle. Elle sentit le jet de sperme chaud lui gicler entre les cuisse ce qui porta sa jouissance au maximum. Alors l’homme se retira lentement et rajusta son pantalon. Ils n’avaient pas échangé un mot. Nicole troublée et gênée se rhabilla et quitta le bureau. Elle pensa à cela le reste de la journée sentant encore en elle le foutre de l’homme, ainsi que le soir en rentrant la maison. Ce soir là je lui fis l’amour, elle fut particulièrement active et faillit me raconter son aventure. Le lendemain, Nicky se rendit à l’hôpital. La visite du matin se fit normalement rien ne laissant deviner ce qui s’était passé la veille entre le médecin et la puéricultrice. A la pose Nicky se demand

sa langue ses lèvres, et commença à boire la semence. Le plaisir de l’homme se transmit à sa chatte et elle se mit à trembler de plaisir ne lâchant le membre qu’après avoir avalé le jus onctueux jusqu’à la dernière goutte. Nicky se releva rajusta sa blouse, sourit à l’homme. ’Ca t’a plu’ C’était plus une constatation qu’une question. Pierre ne répondit pas mais déposa un baiser sur les lèvres encore humides. Puis dit : ’Vite allons-y on doit nous chercher. A tout à l’heure.’ Le train-train du service reprit son cours normal, mais Nicole avait de plus en plus de mal à oublier et à se libérer de ces accouplements interdits mais si excitants. Vers 13h le téléphone sonna, Nicky se précipita pour le décrocher et éviter de laisser l’auxiliaire prendre la communication. C’était bien Pierre qui lui dit : ’Viens dans mon bureau’. Nicky dit à l’auxiliaire, ’On me demande’ et rejoignit le bureau du pédiatre. Quand elle entra, il s’approcha d’elle , l’embrassa et lui dit : ’Mets-toi à genoux sur le fauteuil, oui comme ça , appuie toi sur le bureau.’ Dans cette position Nicky présentait sa croupe au médecin qui s’approcha d’elle, remonta sa blouse sur ses reins et abaissa sa culotte. Ma femme vibrait d’excitation se demandant ce que l’homme allait lui faire. Il se pencha vers elle et mit sa langue sur la chatte offerte qu’il commença à lécher. la pachole toute rose s’ouvrit en grand ,Nicky était tellement excitée que Pierre pouvait boire le foutre qui sourdait en abondance de la fente grande ouverte. Promenant sa langue le pédiatre se mit à lécher le petit trou du cul , bien rond devant lui. Nicole ne me permettait pas cette caresse mais l’étrangeté des rapports qu’elle avait avec Pierre lui avait fait perdre toute inhibition, et apprécia la caresse de ce bout de langue qui lui titillait le trou du cul. Elle était détendue, et elle sentait son petit orifice s’ouvrir pour profiter au maximum de la caresse. Pierre enfonça sa langue dans cette fleur qui s’ouvrait, puis sa main remonta sur les fesses et il mit un doigt , puis deux dans le cul offert .Il commença un lent mouvement de va et vient avec ses doigts tandis que sa langue s’enfonçait à nouveau dans le sexe de mon épouse. Nicky sentait son anus se dilater sous la caresse, qui lui procurait des sensations inconnues. Pierre dit alors: - ’Je vais t’enculer’ - ’Oui fait ce que tu veux’ - ’Donne-moi ta main oui là, branle toi la chatte ,oui comme ça pendant que je m’occupe de ton cul’ Pierre se redressa dégrafa son pantalon et présenta son membre devant le cul offert; Il appuya sa fève contre l’orifice et lentement, très lentement, à mesure que celui ci s’ouvrait, il enfonçait sa bitte dans le cul de mon épouse. Nicky sentait le membre s’enfoncer et lui procurer une jouissance nouvelle dont elle n’avait pas idée. Sa main s’accéléra et elle se mit à se branler de plus en plus vite sa respiration étant devenue un râle de plaisir. Pierre activait son sexe dans le puits il pouvait maintenant le pénétrer sans résistance jusqu’au couilles et sentait les vibrations de jouissance de la puéricultrice. Elle éprouva un puis deux orgasmes l’homme en même temps éjacula dans son cul. Il se retira alors très lentement, Nicky se redressa remonta sa culotte, Ca lui faisait une impression étrange de sentir son cul grand ouvert se resserrer lentement tandis que le liquide de l’homme s’écoulait lentement dans sa culotte , mouillant ses fesses d’une caresse tiède. Nicky dit : Oh que tu m’as fait jouir, je suis complètement épuisée.’ - ’Tu verras je te ferais vivre des expériences que tu n’as jamais eues, je veux que tu fasses tout ce dont j’ai envie et dont tu as envie.’ - ’Oui tout ce que tu veux’ Il s’embrassèrent longuement puis Nicole retourna dans la salle du personnel soignant. Ce soir là mon épouse s’endormit dès qu’elle se mit au lit, la journée l’avait épuisée. Le lendemain elle ?était de repos, je la trouvais calme reposée mais rêveuse, quand je rentrais le soir elle me dit que le lendemain elle allait voir une copine et qu’elle risquait de ne pas être là à 18h. Cela ne m’étonna pas et je lui

empala sur le pieu, l’engloutissant dans sa chatte. L’homme bascula en arrière, Nicky se mit à le chevaucher se levant et retombant sur le tronc qui lui défonçait la moule .Pierre ne restait pas inactif, il s’était glissé derrière mon épouse et lui caressait les seins , l’embrassait sur le cou, dans le dos. Puis il la fit pencher en avant, l’immobilisa et mit sa bite à l’entrée du petit trou. Il exerça une lente pression de son piston , Nicky molle détendue, n’offrit aucune résistance , sous la poussée ,son orifice anal s’ouvrait et laissait le passage à l’organe de son amant. Ma femme était prise en sandwich entre les deux hommes , Pierre se mit à bouger sa bite ce qui provoqua un mouvement des reins de la puéricultrice qui pouvait de ce fait sentir les deux membres en elle la limer. Robert en même temps lui suçait la pointe des seins .Le plaisir monta très lentement en continu, Nicole râlait de plus en plus fort au fur et à mesure que son orgasme prenait de l’amplitude. Elle jouit longuement en criant, son plaisir atteignant son paroxysme quand les deux hommes à tour de rôle déchargèrent leur semence dans sa pachole et dans son cul. Pierre se retira, Nicky d’un mouvement brusque arracha son bandeau et reconnu Robert, C’était un ami célibataire de Pierre qu’elle avait aperçu et qui venait de temps en temps en Provence. Il passa sa main derrière la nuque et embrassa longuement Nicky sur la bouche. Puis Nicole dit : ’Il faut que je m’en aille’, mais elle eut beaucoup de mal à se relever et à relâcher le membre prit entre ses cuisses, membre toujours gonflé qui lui procurait une incroyable sensation de bien être. Nicky se rhabilla devant les deux hommes nus , elles n’arrivait pas à réaliser que ces deux garçons musclés venaient de la baiser pendant trois heures et étaient ses amants. Elle remit sa veste les embrassa tout les deux non sans recevoir en échange quelques caresses dans ses parties les plus intimes, puis elle s’en alla. Elle rentra à la maison, j’étais déjà là et quand je l’embrassais je sentis sur elle une odeur de sexe d’amour et de sperme, que je ne reconnus pas étant loin de m’imaginer l’après-midi qu’elle avait passé. Ce soir là à peine au lit, le temps que j’éteigne la lumière, ma femme dormait profondément complètement épuisée par ses exercices de l’après midi. Le lendemain elle était à nouveau de service, Quand elle serra la main du pédiatre au début de la visite, elle avait les yeux brillants et elle rougit légèrement quand le médecin lui demanda d’un air badin si son repos s’était bien passé. A 10h elle était seule à l’office quand le docteur la rejoignit, il l’embrassa , glissa sa main sous sa blouse entre ses cuisses et dit : ’Hier tu as été super ,je n’avais jamais vécu une expérience aussi excitante, Robert non plus il m’a parlé de toi toute la soirée, il n’a qu’une envie recommencer’ - ’Moi aussi j’ai envie de recommencer, vous m’avait fait jouir comme jamais mais j’ai honte d’avoir fait tout ça, j’ai l’impression d’avoir dépassé les bornes et d’avoir agit comme une cochonne’ ’ Oui tu as été cochonne mais je veux que tu le sois encore plus tu es vraiment douée et tu sais donner......’ A ce moment là , la porte s’ouvrit et le pédiatre n’eut que le temps d’enlever sa main qui branlait doucement Nicole et de s’écarter d’elle. Ce jour là elle ne le revit plus il avait été appelé en urgence à l’extérieur et il ne revint pas de la journée. Le soir Nicky rentra à la maison à 21h je l’attendais avec un livre dans le lit, elle me rejoignit, je commençais à la caresser et je la trouvais particulièrement réceptive. Elle était sur le ventre et me présentait ses fesses. Comme d’habitude dans cette position je ne résistais pas à l’envie de lui brouter la minette, et quand ma langue s’égara sur son cul, elle me laissa faire. Quand je me relevais elle se redressa sur les genoux et me dit : ’Si tu veux tu peux me prendre par derrière’ Je ne me le fit pas répéter, mais je fus surpris de la facilité avec laquelle ma queue entra dans son cul et encore plus de la voir jouir très rapidement ce qui bien sur provoqua ch

bert, elle sentit sa poitrine et son ventre se mouiller, Alain ni tenant plus ,ne pouvant résister à la caresse de la main de mon épouse, venait de décharger , le sperme s’était répandu sur les seins, mouillant les mamelons et coulant lentement dans la vallée entre les seins. Cette caresse humide et chaude sur les tétons ne fit qu’accentuer le plaisir de mon épouse, qui tout de suite après reçu dans sa bouche le foutre de Robert. Nicky l’avala lentement se délectant de la boisson onctueuse, l’absorbant par petites succions qui faisaient vibrer le membre tendu. Elle poussa subitement un cri, pierre venait se s’enfoncer brutalement et d’éjaculer, déclenchant un orgasme violent de mon épouse qui il faut le dire avait été depuis le début de la soirée particulièrement préparée. Pierre se retira et dit à Nicole : ’Remet ton tablier et sers nous à boire’ Ma femme se releva remis son tablier, en prenant bien soin de dévoiler la pointe de ses seins, remplit à nouveau les coupes de champagne et servit à boire. Elle était particulièrement excitante le contraste entre son visage de pucelle et sa tenue accentuait le désir des trois hommes qui bandaient à nouveau. Pierre lui dit : ’Assieds-toi sur le canapé, oui, remonte ton tablier, écarte les cuisses, oui montre nous ta chatte, oui comme ça, branle toi’ Nicky les yeux fermés se caressait devant les trois hommes, sa moule était grand ouverte, Pierre se baissa mis sa langue sur la grotte humide, Alain se mit à verser du champagne sur le ventre, le liquide coulait doucement entre les cuisses grands ouvertes jusqu’au pubis renflé et Pierre pouvait le boire comme s’il sortait du minou poilu. Nicky appréciait le contraste entre le liquide frais et la langue bouillante de l’homme qui la léchait et elle éprouvait de petits orgasmes qui la faisait trembler. Pierre alors lui dit:’ tourne toi’ Il la fit mettre à genou la poitrine posée sur le canapé les fesses bien hautes. Dans cette position la moule de Nicole et son cul présentaient un orifice horizontal. Alors à tour de rôle ses amants léchèrent ou branlèrent la chatte et le cul jusqu’à ce qu’il soit parfaitement ouvert puis il versèrent du champagne dans ces petits bassins et le buvait chacun son tour à petits coups de langue. Cela dura un moment, le plaisir de Nicole était latent, elle aurait aimé que ça ne finisse pas chacune des langues ou des lèvres procurant une caresse différente, tantôt douce, tantôt violente ,elle se sentait ouverte béante offerte possédée par les trois mâles en rut. Le pédiatre dit alors :’ On va se la baiser à trois, je suis sûr qu’elle va aimer cette petite cochonne, moi je veux me faire sucer : - Et moi, l’enculer dit Robert’ - On tournera dit Alain’ Robert alors s’assit sur le canapé attira mon épouse sur ses genoux et la fit asseoir sur sa bite tendue ; Il présenta sa fève à l’entrée de l’anus et Nicky s’assit doucement, laissant s’enfoncer le pieu raidi dans son cul sans aucune difficulté tellement il avait été préparé. Il bascula alors en arrière, entraînant ma femme sur lui. Nicky était allongée sur l’homme, les jambes écartées, Alain s’approcha et enfila son membre dans la pachole elle aussi bien ouverte. Pendant ce temps, pierre avait fait le tour du canapé et avait mis sa bitte dans la bouche. Ils commencèrent à la baiser, Nicky les yeux fermés se laisser faire sentant les mains de ses amants qui lui caressaient tout le corps tandis que leurs membres lui limaient la chatte, le cul et la bouche. Elle ne suçait pas, elle laissait son amant allait à son rythme des lèvres jusqu’au fond de sa gorge. Alain se retira alors ,il fit se retourner Nicole qui s’empala sur la bite de Robert tandis qu’à son tour il enfonçait son membre dans la rondelle. Pierre n’avait pas retirait son sexe de la bouche de mon épouse qui s’était mis à le sucer. Les zobs s’activaient et Nicky sentit l’orgasme monter , il semblait qu’il n’y aurait pas de limites à son paroxysme et à sa durée. Elle lâcha la bite de Pierre et se mit à crier: ’ Que c’est bon encore, encore, oui, enfoncez-vous bien, vous me faites tant jouir, baisez-moi, ’. A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live