Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 237 fois
  • 14 J'aime
  • 0 Commentaire

Nicole et la partouze

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Vannés, fatigués, plus bons à rien. Notre nuit a été courte, formidablement déchaînée. Nicole tenait à aller à cette invitation lancée par une de ses meilleures amies. Après tout où est le danger d’aller danser en dînant ? Tout se passait à merveille. Nous faisions la connaissance de personnes sympathiques. Le début de la débauche a eu lieu quand la maîtresse de maison après voir invité un des hommes présent l’a embrassé sur la bouche. Personne ne réagissait, même pas le mari de la dame. Le lecteur de cd diffusait une musique de slow très sexy. Les deux corps de frottaient sans gêne sur la petite piste. Elle a fait les premiers gestes coquins en prenant la queue du cavalier dans la main. Tout le monde haletait en attendant la suite. Elle est venue plus tard quand lui cherchait la chatte de la femme.

Là, devant tout le monde elle acceptait qu’il monte la robe longue de soirée. Elle ne portait rien sous la jupe. Nous pouvions voir la fente de sa chatte, surtout la main qui s’insinuait lentement. Le couple s’est arrêté sur la piste, le temps pour lui de la branler. Sans pudeur elle tendait le pubis vers la main. Le plaisir montant, à son tour elle prenait la queue pour la sortir. Nous pouvions tous voir une belle bite au gland brillant, entouré par la main féminine. Je commençais à bander, comme Nicole avouait qu’elle mouillait. Nous n’étions pas le seul couple excité.

Il fallait peu de temps pour voir d’autres couples danser. Tous se livraient à une danse lascive, couronnée par les masturbations. Je voulais moi aussi donner du plaisir à ma femme. Elle est sensuelle, donc pas question de la laisser sur sa faim. Elle lève sa jupette, enlève son string, écarte les cuisses pour me donner sa moule. Elle est plus que trempée. J’entre deux doigts dans le sexe affamé, je glisse le pouce sur le petit bouton. C’est commode pour, la masturber.

Elle me fait presque face, une cuisse sur la mienne. Je vois toute sa chatte, alors pensez aux autres qui nous regardent. Nicole pose sa main sur ma jambe, la caresse en remontant pour venir sortir la queue. Elle défait la fermeture éclair. La bite sort comme un diable. Elle la prend dans sa main, l’entoure en serrant à peine. C’est pour moi, en tout cas, la championne de la branlette. Elle commence les mouvements de bas en haut. Je vois perler la petite perle de pré-sperme. Elle l’efface d’un simple coup de pouce. Si ma main va-et-vient dans son con, la sienne en fait autant sur la queue. Nous nous moquons des gens autour de nous. Il faut croire qu’eux aussi se fichent de nous. Sauf que certains sont plus gourmands que d’autres.

Une voisine s’intéresse à Nicole. Une main étrangère remplace la mienne. C’est une fille à moitié nue qui se charge du plaisir. Je suis presque ravi de voir la main. Nicole le la rejette pas. Son plaisir arrive en rafale. Mieux qu’avec moi. Je suis l’oublié dans l’affaire. Je prends ma bite pour continuer. Je commence à peine la masturbation qu’une main est sur ma queue. Je me laisse faire, entièrement tourner vers ce qui se passe dans cette grande pièce où tout le monde donne du plaisir à tout le monde.

La main appartient à un autre homme un peu plus âgé que moi. Il bande pas mal. Il m’a fait du bien et pour la première fois je vais branler un autre homme. Je fais comme pour moi, en baissant son prépuce lentement. Je vois un beau gland plus violet que le mien. Ça m’excite de faire ce que je vais faire. J’entoure la bite comme pour moi. Nous regardons ce que fait l‘autre. Nos mouvements sont coordonnés. Il branle bien j’espère qu’il ne va pas me faire jouir trop vite. Nicole nous regard en souriant : elle aime me voir ainsi, comme j’aime la voir se faire branler pas une autre.

Il arrête tout.

— Viens encules moi.

— Là, maintenant.

— Oui, encules moi.

Il est en position, ses fesses face à moi. Je vois son cul s’agiter de je ne sais quels mouvements. Il prend ma bite, force pour que je vienne juste entre ses fesses. Je sens la même chaleur que quand j’encule Nicole, grande amatrice de sodomie qu’elle accompagne d’une masturbation. Il a du mettre de la salive à l’entrée. Il l’a voulu, il l’aura. Mon gland glisse doucement, lentement dans l’anus. J’entre à fond. Je le sens quand il commence à se branler. Je suis tombé sur un spécialiste de la sodomie. Je reconnais que son cul est bon à baiser.

Je suis bien à genoux derrière lui, mon bas ventre collé contre ses fesses. Un œil à Nicole qui en ce moment a changé de position. En 69, elle aime une autre femme qui se fait elle-même baiser par une autre. Pour moi, encore une découverte. Des lèvres sont sur mon cul. C’est la première fois que j’ai une telle présence. Ce doit être une femme. Une langue sort, lèche à grand coup l’anus. C’est doux, c’est excitant. C’est bon quand la langue pénètre le cul. Je continue à poignarder l’autre cul. Je veux jouir dedans. De longs jets de sperme partent dans les tuyaux de l’enculé. Il donne aussi sa semence au tapis. Je sens toujours la langue dans le cul.

Je me retourne après avoir joui. Celle qui nettoyait le cul est toujours là. Elle prend ma queue dans sa bouche. J’ai la bite propre après. Elle réussi à me faire encore bander. La fille est bien roulée. Je la veux, elle me veut. Nos lèvres font connaissance. Elle reprend la bite pendant que je cherche son abricot. Comme prévu elle est mouillée, pleine d’un sperme incertain. Au point ou j’en suis-je m’en moque. J’allais la baiser quand elle est sur le dos. D’elle-même elle se tourne pour donner ses fesses à un autre, jeune celui là. Il est mieux monté que moi. Sa bite doit faite mal en entrant. Et si c’est ce que des filles cherchent ?

Je suis tout au fond du con de la femme. Je sens l’autre venir dans son trou arrière. La femme pousse de nombreux gémissement accompagnés de encore, oui, plus fort. L’autre amant doit ressentir comme moi l’autre présence. ? Il me fait du bien. Je le sens jouir un peu avant moi. En sortant du cul il laisse échapper quelques gouttes de sperme sur ma bite et mes couilles.

Je prends un moment pour retourner près de ma femme. Nicole a joui longuement avec les autres femmes. Elle ne le regrette pas du tout. Elle veut finir la soirée en lesbienne. Elle m’a vue en gay, alors pourquoi pas.

Elle se fait lever par une quadra bien fichue, conservée comme ce n’est pas permis. Je me la farcirais bien aussi. Je bande comme si je n’avais pas baisé de la soirée. Nicole demande à l’autre de baiser en couple. Si elles ne se servent que des mains et des doigts elles dévient vite vers les bouches. Je vois distinctement la langue de ma femme venir sur la chatte de l’autre femme qui le lui rend, sans doute mieux. L’expérience de l’une est supérieure à l’autre. Ce 69 est encore plus excitant puisque je le regarde de près. Ma bite me fait mal en bandant. Quand le couple se tourne je peux venir me mêler à ces jeux. J’arrive à mettre la queue presque sur le con de celle que suce ma femme. C’est elle qui me guide. J’entre avec sa bénédiction. Je sens mes couilles sur le visage de ma bien aimé. En jouissant une dernière fois je laisse couler mon jus dans la bouche de Nicole qui l’avale en fermant les yeux.

Nous sommes chez nous, couchés, fatigués. Nicole trouve le moment parfait pour prendre ma queue dans sa main. Elle arrive à me faire bander. Je ne sais comment elle a peu y arriver, toujours est il que je bande. Comme si elle n’en avait pas eu assez, elle se relève, vient sur moi pour s’empaler sur le cul Ça lui manquait. Sa main caresse la moule encore pleine de la salive de la dernière amante. C’est sur nous recommencerons dès que possible. Nicole prévoit une petite réunion avec des copines pour des moment de sexe entre filles.

Diffuse en direct !
Regarder son live