Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 21 863 fois
  • 100 J'aime
  • 1 Commentaire

La nièce de ma femme avait un beau cul

Chapitre 1

Erotique

Mariana est une nymphette. Elle est brune, mesure 1, 65 m et pèse 52 kgs, elle a des petits seins ressemblants à deux pommes d’amour, un corps frèle. Elle demeure dans le centre de Rio de Janeiro.

C’est la nièce de ma femme qui est venue de Rio pour passer quelques jours de vacances chez nous. Elle est très sympathique, timide et elle nous a séduit tout de suite à cause de sa voix douce et elle a aussi réveillé ma libido et aussi celle de ma femme Julia. Pendant la première semaine, nous sommes allés à la plage tous les jours.

Je ne sais pas comment aucun étalon ne soit apparu pour séduire cette nymphette ces jours là.

Julia et moi-même qui baisons normalement deux fois par semaine, nous avons baisé au cours de cette semaine tous les jours avec passion et Julia m’avait confié que Mariana dormait avec une chemise de nuit, mais ne portait pas de culotte, laissant voir son beau petit cul nu le caressant toutes les nuits sans qu’elle s’en aperçoivent, du fait qu’elle dormait profondément.

Ma femme avait obtenu l’accord de son employeur et le lundi suivant, elle resta à la maison et me demanda de ne pas aller travailler pour que nous puissions nous occuper de Mariana. Nous l’amenions à la plage.

Le dimanche dans la nuit, nous avons baisé intensément et au petit matin, elle me baisa de nouveau et m’aurait presque violé, car elle ne ne voulait pas que je sois en manque et elle ne voulait pas me provoquer avec Mariana. Je m’en tins à son accord et à ses recommandations.

Je retournais au lit pour essayer de dormir encore un peu, mais avant j’ouvris la porte de la chambre où Mariana dormait et je pus admirer son beau petit cul, sans culotte paressant s’offrir à moi.

Je ne pouvais pas me débarrasser de ses pensées, encore moins de dormir. Ma bite dure indiquait que j’étais en manque. Rempli de courage, je résolus de caresser ce beau petit cul, confiante qu’elle ne se réveillera pas comme ce qui s’est passé avec Julia. Nerveux, j’entrais dans sa chambre et assis au pied de son lit, je caressais timidement ce beau petit cul, craignant de la réveiller.

Je retournais dans ma chambre en laissant la porte déverrouillée, et nu sur son lit, je commençais lentement à me branler, excité par Mariane.

Lorsque je m’aperçus que la porte s’ouvrait et je n’en crus pas mes yeux, lorsque je vis Mariana s’approcher de moi, ne portant qu’une chemise de nuit, sans culotte, ni soutien gorge,avec les mignonnes pointes de ses lolos semblant vouloir crever le tissu de sa chemise de nuit.

Elle s’asseya sur le lit me montrant ses belles cuisses nues, tenant déjà ma bite luisante et me branlant lentement, elle dit d’une voix douce :" Tu penses à moi ?"

Je sentis sa main sur mon petit derrière et elle semblait être nerveuse.

J’ai fait exprès de dormir, pour ne pas te faire peur et aborder cette belle chose.

Ma tante a fait cela toute l’après midi, mais j’avais peur de me faire réprimander de ne pas porter de culotte et jamais je baiserais avec une autre femme, surtout qu’elle était ma tante.

Pendant qu’elle parlait, j’enlevais sa chemise de nuit en la faisant passer par la tête et la fis taire en lui donnant un baiser passionné sur la bouche et je la mis debout au pied du lit pour pouvoir lécher ses merveilleux nichons, que je pris dans ma bouche.

Je passais ma main sur sa petite chatte et j’enfonçais un doigt dedans, je sentais qu’elle était totalement mouillée et très excitée, sans dire un mot elle m’allongea sur le dos sur le lit et commença à explorer ma bite avec sa bouche.

Elle se positionna tendrement en position "69", sans retirer ma bite de sa bouche et se mit à gémir de plaisir. J’écartais ses jambes et je mis sa petite fente sur ma bouche, je commençais à serrer son clito contre mon visage, tout en léchant avec ma langue cette fente et elle jouit dans ma bouche.

Sa jouissance mouilla mon visage et elle se retourna pour me lécher partout. Elle semblait troublée de m’avoir fait une grosse bite.

Elle se mit à quatre pattes et me dit :"Je sais que tu es fou de moi et que tu désires m’enculer avec tendresse, mais ta verge est trop grosse, tu vas me faire mal."

Lorsque j’approchais ma bite de son cul, Mariana tenait sa fesse gauche avec sa main gauche et ouvrit son cul avec la main droite, elle prit ma pine et la dirigea sur son trou du cul, puis poussa lentement son petit cul en arrière, jusqu’à ce qu’elle pousse un petit cri.

"Tu me déchires tout...Calme toi ..Laisse moi"

J’introduisis toute la longueur de ma verge dans son petit cul délicieux et serré qui n’attendait que cela.

Je m’aperçus alors qu’elle n’était plus vierge du cul. Quand je sentis que ma verge était tout au fond de son paf, je posais mon visage sur le lit, m’enfonçant encore et encore dans le fond de son petit derrière. Elle m’implora : "Enfonce ta pine avec force, oui comme ça..plus fort encore," nous allons jouir ensemble, remplis mon cul avec ton foutre brûlant."

Elle se balançait sur ma queue et j’étais fou de plaisir. Lorsqu’elle sentit que ma bite allait être expulsée de son trou du cul, elle me demanda d’aller prendre un bain.

Pendant le bain, je l’embrassais longtemps et je léchais ses merveilleuses doudounes et aussitôt ma bite redevint dure. Nous avons bu un verre de liqueur de cacao et nous sommes retournés au lit.

Mariana me demanda de nouveau de m’allonger sur le dos et commença à me faire une savoureuse pipe, après ce fut un "69", puis elle commença à me chevaucher, en cavalière inversée je pouvais admirer sa superbe chute de rein, ce cul si beau et si chaud.

Elle en finit avec ma verge, avec les jambes écartées autour de ma taille, elle entra ma bite entièrement dans son joli petit con en jouissant beaucoup et me chevauchant follement si bien que mon pénis était en feu et je ne jouis plus, mais elle ne s’arrêtait pas.

Epuisée, elle se coucha à mes côtés, puis nous avons pris un bain, nous nous sommes habillés et nous sommes allés dans la salle pour bavarder, j’ai apprécié les caresses de la tante et je voulais profiter de son expérience pour pouvoir baiser tous les trois ensemble me dit-elle.

ll y pensait et voulait essayer, mais quand elle vit dans mon bermuda la bosse que formait ma grosse bite, elle tenta d’ouvrir la fenêtre et la persienne de la salle et se trouva de nouveau toute nue là, et elle me dit :

"Il me manque une chose, car je voudrais que tu me fasses jouir dans ma petite chatte.....Je voudrais boire ton sperme chaud pour me ranimer

Lève toi, je veux prier."

Je me suis levé et elle me donna un baiser exquis sur la bouche, me lécha les mamelons délicieusement, baissa mon bermuda et commença son rituel divin sur le tapis.

Ma bite était gonflée et semblait être plus grosse que d’habitude, mais elle la traita bien.

Elle était debout et nettoyait son visage, passait la langue rapidement, et commença un jeu de pipe, de branlette et de langue, elle leva les yeux pleins de luxure et me rendit fou.

C’était certainement une baiseuse professionnelle. Cela ne dura pas longtemps et je jouissais comme je n’ai jamais connu dans cette bouche merveilleuse et Mariana retira sa bouche lorsqu’elle sentit que j’étais tari et que je n’avais plus de foutre à lui donner à traire et à boire.

Diffuse en direct !
Regarder son live