Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 11 714 fois
  • 243 J'aime
  • 12 Commentaires

Nina, ma charmante patiente.

Chapitre 1

Une belle rencontre.

Erotique

Chers lecteurs et lectrices,

Je me présente, je m’appelle Matéo, je vais vous raconter cette histoire vraie qui pour le bien de votre lecture sera romancée, mais en aucun cas rendue fictive par ces apports de romance. Pour préserver l’anonymat de la déesse de cette histoire, d’accord pour la publication de celle-ci, mais pas de son prénom, nous l’appellerons « Nina ». J’ai 26 ans au début des faits.


Cela fait maintenant 3 ans que j’ai rejoint ce cabinet de kinésithérapie à l’issue de ma formation en hôpital. Grand adepte de sports, je me suis arrangé avec le propriétaire du cabinet, également kiné, pour que ma clientèle soit essentiellement composée de sportifs, même si évidemment, adorant mon métier, j’accepte de venir en aide à tout autre profil de patients.


7h30, mon réveil sonne, c’est le début d’un mardi que je pensais alors semblable à ses prédécesseurs. Ayant une pause de midi à 14h dans ma journée, j’avais posé la veille un rendez-vous à 12h15 dans un restaurant du coin avec une femme rencontrée sur une application qui tout comme moi cherchait un second souffle dans sa vie amoureuse. A ce moment-là de ma vie, je suis célibataire depuis une grosse année et j’ai passé les trois derniers trimestres à m’envoyer en l’air à droite à gauche. À la suite de ma rupture qui fut douloureuse, je commençais depuis seulement un mois à entreprendre l’idée de me lancer à nouveau dans une relation sérieuse. Ce qui m’a semblé comme une évidence à l’issue du rendez-vous, c’est que ce ne serait pas avec cette femme que j’allais pouvoir me poser, car après m’être rendu compte que contrairement aux photos, elle ne m’attirait pas physiquement, j’ai passé 1h à sérieusement m’emmerder à l’écouter parler d’elle et uniquement d’elle.


Bref me voilà de retour au cabinet, prêt à attaquer mon après-midi se finissant à 17h20, soit 40 min plus tôt que d’habitude grâce au désistement d’un patient. Me voilà en train de préparer un des blocs pour mon premier patient de l’après-midi qui n’allait pas tarder lorsque le téléphone fixe du cabinet se mit à sonner.


— Ne bouge pas Phil, j’y vais ! dis-je à Philippe, un ami kiné.


Je décroche.


— Allô bonjour, je vous écoute !

— Oui bonjour, vous êtes bien kiné, rassurez-moi ? me dit cette voix féminine merveilleusement douce.



Comme tout autre coup de fil, il se termina par une prise de rendez-vous. Et ce rendez-vous avait lieu aujourd’hui à partir de 17h20 à la place du patient qui s’était désisté. Réellement envouté par la douceur de la voix, j’avais hâte de découvrir qu’elle était la femme qui l’a possédée.


17h23, on sonne à la porte, je l’ouvre et la découvre ! Cette douce voix était là devant moi dans le corps sublime d’une magnifique brune aux cheveux bouclés. Elle portait un pull noir plutôt flottant et une jupe beige moulante descendant jusqu’aux genoux qui mettait ses hanches et ses fesses parfaitement dessinées à mon goût.


— Bonjour entrez, ne restez pas là, Nina c’est ça ? » lui dis-je.

— Exactement, et je suppose que vous êtes Matéo, mon kiné ?

— Vous avez tout bon ! Je vous laisse aller vous installer dans le box numéro 3. J’enregistre votre carte vitale et l’ordonnance et je vous rejoins.

— C’est parfait, merci.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)



Mon Dieu qu’elle était belle ! Mais en plus de cette beauté, son regard avait sur moi un vrai pouvoir d’envoutement. Jamais je n’avais fait face à un tel charme. En train d’enregistrer ses papiers dans l’ordinateur, je me préparais à l’idée de devoir rester professionnel et à ne pas flirter avec Nina. Me voilà alors entrant dans le bloc, prêt à soigner la fille semblable à celle de mes fantasmes.


— J’ai vu que vous aviez 26 ans, soit le même âge que moi. Cela vous dérange si on se tutoie ? demandai-je en espérant une réponse positive.

— Non du tout, je préfère d’ailleurs.

— Eh ben super ! Bon alors, ces douleurs de dos qui t’emmènent ici sont dues à une raison particulière ?

— Oui je crois bien, j’ai chuté à cheval y a une semaine en compétition (soupir), et depuis je me sens bloquée de la nuque aux lombaires et au niveau de la nuque c’est sur toute la largeur des épaules.

— Je vois. Eh ben écoute ce qu’on va faire, c’est que dans un premier temps, je vais regarder tout ça et te masser. Puis ensuite on commencera tranquillement à faire des exercices précis pour ce que t’as. Ça te convient ?

— C’est toi le patron, je te fais confiance, dit-elle avec un joli sourire.

— Eh bien le patron va te demander de te défaire de ton haut et de t’allonger en sous-vêtements sur le ventre en positionnant ta tête dans le trou de la table.


À peine 10 minutes qu’on se connaissait et une fabuleuse alchimie s’était déjà installée. Entre nous, le dialogue était naturel, d’une aisance déconcertante, et cela me fit rapidement oublier ma volonté de ne pas flirter dans mon cadre de travail.


— Euh... Je n’ai absolument pas pensé à ça ce matin en m’habillant et je ne porte pas de soutien-gorge...


Camouflée par l’ampleur de son pull, je n’avais pas remarqué que sa poitrine était en liberté.


— Eh bien ce qu’on peut faire c’est que tu remontes ton tee-shirt le plus haut possible tout en cachant ta poitrine, que je puisse au moins te regarder une bonne partie du dos et on fera ça mieux au prochain rendez-vous, qu’en penses-tu ?

— À vrai dire, je ne suis pas la plus grande des pudiques et si tu n’y vois pas d’inconvénient, ça ne me dérange pas de lever complètement mon tee-shirt.


Alors qu’elle avait déjà levé son pull, je me mis à contempler les mouvements de ses généreux seins simplement cachés par ce tee-shirt blanc.


— C’est toi qui vois. Si t’enlèves ton tee-shirt, y aura absolument rien de dérangeant pour moi. Loin de là ! répondis-je.

— Je vois, je vois... Monsieur le kiné a plutôt l’air ravi de la situation.


Je n’ai pas le temps de lui répondre qu’elle avait tombé son haut et se retrouvait là devant moi, les seins nus. Obnubilé par sa poitrine qui paraissait à la fois bombée et onctueuse, un frisson d’excitation parcourut ma verge qui commençait alors à s’étendre...

Diffuse en direct !
Regarder son live