Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 881 fois
  • 4 J'aime
  • 5 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Nique-cerveau

Chapitre 2

Mensonge

Divers

Bienvenue, chers lecteurs. Je l’appelle le nique-cerveau. Ce texte, je l’espère, vous retournera la tête. C’est son but, chapitre par chapitre. Merci de laisser des commentaires si vous avez des suggestions pour améliorer ceci.


—---------------------------------------------------



Précédemment, un jardinier, un président, des policières et des bites végétales ont fait des cabrioles. Il a aussi été dit que l’auteur avait prévu une suite à cette histoire.



Je vous ai menti, je n’ai pas prévu de suite. Oh, oui, je suis un menteur. J’adore mentir. Je jouis quand je mens. C’est agréable de mentir. Le mensonge fait bien plaisir. Vous savez quoi ? Vous vous êtes bien fait avoir. J’en ris. Ah, les mensonges, tant de monde tombe dedans. Et dire que je vous ai menti sans me défiler. Ce mensonge, il a du courage. C’est si bon. Ça m’excite. Je suis tout émoustillé par ce mensonge que je vous sers. Ah, mentir, c’est une activité délicieuse. Savez-vous pourquoi, quand dans ma précédente histoire, j’ai dit que j’avais prévu une suite, en fait je vous ai menti ? C’est car mentir est ma seconde nature. Je mens comme je respire. Les mensonges sont un délice qui se savoure. Ah, mentir, oh, oui, c’est bon. Vive le mensonge ! C’est trop drôle. Je me tords de rire. Je vous mens, et là encore, en écrivant ces mots, il n’y a que mensonge. Je vous ai menti, je n’ai pas prévu de suite. J’en ris. Ce mensonge, il a du courage. C’est une activité délicieuse.


Je suis tout émoustillé par ce mensonge que je vous sers. Vous savez quoi ? Vous vous êtes bien fait avoir.



Ah, les mensonges, tant de monde tombe dedans. J’adore mentir. Je jouis quand je mens. Je mens comme je respire.


— Hey, j’en ai une bonne !

— De quoi s’agit-il ?

— Devine.

— Tu n’as pas menti, il y a une suite ?

— Eh, non, ah, je t’ai bien eu !

— Quoi ?

— Eh bien, je te mens, ha ! Il n’y a pas de suite.



C’est fou. Les gens sont crédules. Ils croient vraiment à mes mensonges et s’y accrochent tant qu’ils peuvent, en quête de vérité. Tout n’est pourtant que mensonge. Ah, les mensonges, tant de monde tombe dedans. Imaginez mon bonheur. Je suis assis sur un fauteuil, vous écrivant ces mots, et c’est si bon que je mets la main dans mon caleçon et me masturbe. J’ai tant de plaisir à vous mentir que bientôt ma bite devient toute dure et j’éjacule. Ah, c’est si bon de mentir. Je mens comme je respire. Vous vous êtes bien fait avoir. Ça m’excite. C’est car mentir est ma seconde nature. C’est trop drôle. Ah, les mensonges, tant de monde tombe dedans. Mentir, c’est une activité délicieuse.


— Oh, je suis une femme blonde avec des gros seins, une belle robe rouge et des talons hauts. J’ai appris que l’auteur mentait quand il disait qu’il avait prévu une suite. Depuis, je n’ai pas cessé de jouir. J’étais au bureau en train de sucer mon patron quand soudain, je lâchais l’engin: je gémissais fort et ma robe était toute mouillée. Je ne pouvais retenir ce plaisir procuré par un tel mensonge.

— C’est dingue ! Il m’est arrivé la même chose. Je me faisais sodomiser par le plombier quand j’ai appris la nouvelle. J’ai poussé un cri, comme un cochon masochiste qu’on égorge ! C’est tellement bon le mensonge. J’en ai eu des frissons.



Eh oui, mes mensonges font jouir ces dames. Vous l’attendiez, hein, la suite de ce texte ? Eh bien, vous ne l’aurez pas, ha ! Je vous ai bien eu. C’est dingue ce que vous pouvez être crédules. Si j’étais vous, je ne serais pas fier. Je me glisserais des doigts dans le cul pour me punir. Puis, je les sortirais de mon cul et les y enfournerais à nouveau, brutalement, pour me faire mal. Je l’aurais bien mérité, car il faut être bien bête pour croire à de telles inepties. Bande d’idiots ! Je vais prendre un pénis en bois et je vais y graver un mot: mensonge. Je prendrais ensuite cet engin et je le poncerais pour qu’il soit bien lisse. C’est seulement après que je lubrifierais mon jouet avec du sperme de loutre pour enfin me l’enfoncer dans le cul en pénitence. Je crierais ces mots:


— Oh, cochon, tu as été vilain. Tu as cru à des mensonges. Prends cette énorme verge en chêne dans le cul en guise de punition.



Vous êtes encore là ? Vous êtes pas nets, vous. Vous lisez donc un tissu pareil de mensonges ? Vous n’avez pourtant aucune raison de le lire. Je vous en donne les raisons. Premièrement, ce sont des mensonges, donc, vous n’apprenez rien. Deuxièmement, vous auriez pu lire de nombreuses histoires sur ce site qui vous auraient offert bien plus de plaisir. Peut-être même auriez-vous pu vous masturber et jouir. Troisièmement, vous avez certainement des choses à faire. Gaspiller votre temps pour une lecture aussi absurde, c’est du suicide de temps. Le saviez-vous ? Chaque jour, un mot de neuf lettres est à découvrir sur ce site. Si vous ne le saviez pas, ce texte vous aura au moins appris une chose, sinon, vous avez vraiment perdu votre temps. Vous faites comme vous voulez. Je vous ai bien menti en attendant. Pourquoi ? Eh bien, c’est très simple. Je vous le donne en mille, que dis-je, en million, que dis-je, en milliard.


Et puis, pourquoi s’arrêter là: je vous le donne en milliards de milliards, et encore, je suis radin. Je fais rouler les tambours sur ma queue:

— Non, je n’ai pas prévu de suite à mon texte, et toutes ces pitreries ne constituent en rien une suite à mon récit.

Diffuse en direct !
Regarder son live