Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 34 067 fois
  • 279 J'aime
  • 14 Commentaires

Noël en famille

Chapitre 1

Ma nièce Sarah

Inceste

Je suis divorcé depuis maintenant presque un an et pour les fêtes de Noël ma sœur m’invite pour éviter que je sois seul. Je vais rester jusqu’au nouvel an chez eux. Ils ont une magnifique maison.

Nous avons une bonne différence d’âge. J’ai 57 ans et elle a 42 ans.

Contrairement à moi, son couple se porte bien. Elle est mariée depuis 20 ans à Pierre et ils ont deux magnifiques filles, Camille 20 ans et Sarah tout juste 18 ans.


Le soir du 24 décembre tout le monde est bien habillé. Belle robe de soirée pour ma sœur,  costume pour les hommes. Camille a mis une belle robe bleue marine, qui s’arrête à mi-cuisse. Elle porte des collant noir. Sarah, avec son jeune visage et ses cheveux blonds a également mis une robe rouge qui monte légèrement plus haut que celle de sa sœur. Elle a par contre un magnifique décolleté, qui laisse apparaître la fente de ses seins.  Elle a une magnifique poitrine généreuse, il faut dire qu’elle a de belles formes.  Elle est légèrement plus enrobée que Camille, disons qu’elle a ce qu’il faut ou il faut. 


Le délicieux repas est avalé. C’est l’heure maintenant d’ouvrir les cadeaux.


Je m’étais renseigné auprès de ma sœur pour savoir ce que les filles aimeraient pour Noël. Elles sont ravies. En plus de leur cadeau, j’ai offert à chacune 200 euros. C’est la cerise sur le gâteau.  Elles se jetent dans mes bras, pour me faire pleins de bisous pour me remercier. 

Dans l’excitation, elles me frôlent les lèvres à plusieurs reprises. 


La soirée se prolonge. La bûche a été servie et nous terminons par un digestif.

Ma sœur et mon beau-frère sont dans la cuisine à finir de débarrasser et ranger.


De mon côté, avec l’alcool qui fait son effet, j’admire mes nièces en me disant qu’elles sont vraiment belles. Mes yeux se promènent sur leurs corps. Elles sont assises en face de moi sur le divan. 


La robe de Sarah est remontée jusqu’en haut de ses cuisses. Je peux voir les cuisses de ma nièce ainsi que les coutures des bas qu’elle porte.  Elle est magnifique. Je relève les yeux et je croise ceux de Sarah. Elle a vu que je mate ses cuisses mais ne dit rien, au contraire je la vois légèrement ouvrir ses cuisses pour que je puisse plonger mes yeux entre.

La chipie cherche à m’allumer et ça marche car je sens ma queue grossir dans mon pantalon.


Ma sœur et son mari nous ont rejoint de nouveau dans le salon.

J’ai juste eu le temps de tourner ma tête, par contre je ne peux pas bouger, je suis en érection. 

Je pense que Sarah le sait,  car elle décide de venir s’asseoir sur mes genoux comme quand elle était petite. 


— Tonton, tu te rappelles quand tu nous faisais faire le cheval sur tes genoux quand nous étions petite ?

— Oui, vous n’arrêtiez pas de rire.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Ses parents nous regardent en rigolant. D’abord sur le bord des genoux, elle recule de plus en plus pour être assise complètement sur mes cuisses. 

Pas de doute elle doit sentir mon sexe dur. Elle se trémousse sur moi. Elle cherche à sentir si elle me fait de l’effet. J’en profite pour la chatouiller. Elle se laisse faire, elle essaie de se débattre mais sans y mettre de la conviction.  Mes mains parcourent son corps.  Je frôle ses fesses, ses cuisses, sa poitrine. Elle rigole comme quand elle était petite.


À un moment donné, je suis à mon maximum de mon érection,  la chipie en se débattant, est bien venue s’assoir dessus. Elle a placé son cul rond sur ma queue raide. Plus de doute, elle cherche à sentir ma bite.

Nous avons fini de chahuter, lorsque ma sœur et mon beau-frère décident d’aller se coucher. Il est minuit passé.


Camille ne tient plus debout. Elle part également dormir. Sarah suit la famille. 


J’ai décidé d’attendre un peu avant de me coucher. Je me retrouve seul dans le salon à regarder la télé. Dix minutes plus tard j’entends du bruit, je lève la tête et vois Sarah remonter de sa chambre. La famille ont leurs chambres à l’étage et Sarah a la sienne au sous sol.

Elle a revêtu un long t-shirt de nuit qui lui arrivé à mi-cuisse.


— Que t’arrive-t-il ma belle ?

— Je n’arrive pas à dormir, je peux m’asseoir un peu avec toi ?

— Bien sûr ma puce.


Elle vient se coller contre moi. On regarde tranquillement la télé. Elle pose sa tête sur mon épaule,  alors je passe mon bras autour de ses épaules

Ma main touche son bras que je caresse.  Elle a la peau si douce. Elle a mis ses jambes sur le divan, ce qui a eu pour conséquence que son t-shirt remonte jusqu’à en haut de ses cuisses. Je peux apercevoir le début de sa culotte.


Je commence de nouveau petit à petit à bander. Sarah décide de s’allonger un peu plus sur le divan et pose sa tête sur mes cuisses. 

Elle est à quelques centimètres de ma bite qui grossit de plus en plus.

Je continu à lui caresser son bras, et je lui frôle sa poitrine avec ma main mais sans les toucher en ne sachant pas ses intentions.


Elle recule encore sa tête qui vient se coller à ma bite bien dure. Elle bouge sa tête en faisant des mouvements pour donner de petits coups légers, question de bien la sentir et la faire grossir. La chipie sait maintenant que son oncle est en érection et qu’elle en est la cause.


Ma main quitte petit à petit son bras et je la dirige vers sa poitrine. Au début je l’effleure du bout des doigts,  pour en fin de compte lui caresser délicatement par-dessus son t-shirt. Elle se laisse faire et retire elle-même son bras qui me gêne le passage. Je peux constater qu’elle ne porte pas de soutien-gorge. J’ai à présent son sein à pleine main. Je lui caresse le bout, que je sens rapidement durcir. Son mamelon et téton sont devenus très dur. Je les fais rouler entre mes doigts. J’entends le souffle de Sarah s’accélérer. Je vois qu’elle fait des petits mouvements de jambes et bassin. Elle les ouvre et renferme. Le fait de se faire tripoter doit lui donner une excitation à son entrejambe


Elle esr toujours allongée. Je fais passer mes doigts par le col de son t-shirt qui s’est entrouvert. Je constate la douceur de la peau des seins de Sarah. Pour son âge elle a une belle poitrine généreuse qui tient difficilement dans ma main.


Elle descend la sienne sur son entrejambe et commence à se caresser par dessus la culotte.

Je suis au maximum de mon érection. Ma queue me fait tellement mal enfermée à l’étroit dans mon pantalon.

Je regarde le visage de Sarah et elle a les yeux fermés. Elle ronronne de plaisir.


Je me penche en avant et je dépose ma bouche sur la sienne. Elle a toujours les yeux fermés et me rend le baisé. On mélange nos langues, je lui mordille, lèche ses lèvres. Je descends ma main jusqu’à son entrejambe et je remplace sa main. Je glisse mes doigts dans sa culotte. Elle est trempée. Elle a de la mouille partout. On entend le clapotis à chaque mouvement de mes doigts sur sa fente.

Sarah se tortille de plaisir. Elle gémit. De peur que quelqu’un nous surprend, je propose à Sarah de descendre dans sa chambre au sous sol. Ainsi avec tout le monde à l’étage, le risque est moins grand.

En se levant il est temps encore pour moi de tout arrêter, mais je suis trop excité et Sarah semble être en feu.

En quelques secondes on se retrouve dans la chambre de Sarah.

Elle ne met pas de temps et me saute au cou.


Encore une fois je goûte ses lèvres, sa salive.

Je la prends dans mes bras, la dépose sur son lit. Je la tire sur le bord, lui releve sa jupe, descends sa culotte. La voilà à présent offerte à ma vue à mon excitation. Je me mets à genoux au pied du lit et plonge ma tête entre ses jambes.

Elle est luisante de mouille. Ça coule entre ses cuisses.


Je lèche sa cyprine. Je commence par le bas de sa chatte pour remonter jusqu’à atteindre son bouton rose couvert de son capuchon.

Je lui écarte bien sa moule et du bout de ma langue je titille son clitoris. Elle pousse un cri de plaisir.

Je lui caresse les cuisses, le ventre pour arriver jusqu’à ses seins que je prends à pleine main. Je les malaxe. Je joue avec ses bouts qui sont à présent très durs. Elle a posé sa main gauche sur ma main qui tient son sein et sa main droite est sur ma tête. Elle me caresse les cheveux en même temps qu’elle m’appuie sur la tête pour être certaine que je ne la retire pas. Elle semble aimer sentir ma langue fouiller son intimité.

Je lâche son sein droit et j’insère deux de mes doigts dans sa chatte. Ils n’ont aucun mal à rentrer tellement elle est lubrifiée.

Sarah se tortille dans tous les sens, elle gémit de plaisir.


— Oh oui continue c’est tellement bon.

— Ma puce tu goûtes tellement bon.

— Fouilles moi, pénétres moi, avec ta langue, avec tes doigts.


Au bout de quelques minutes je sens un grand jet de cyprine m’inonder la bouche et le corps de Sarah se contracte et elle pousse un cri de jouissance. Elle vient d’avoir son premier orgasme.


Je me relève, retire mes habits. Je me retrouve à poil devant Sarah, avec ma queue bien raide et grosse. Elle termine de se déshabiller à son tour tout en regardant ma bite. Je pense que la taille la satisfait.

Elle s’assoit sur le bord du lit et j’avance vers elle. Ma queue bien bandée et pile à la hauteur de sa bouche. Elle commence par sortir sa langue et me lèche le gland luisant. Petit à petit elle ouvre sa bouche pour se retrouver avec ma bite en bouche. Elle décide de la prendre en main et de ma branler en même temps qu’elle me suce. Par moment elle me lèche les testicules tout en astiquant ma tige. Je suis aux anges. Je lui prends ses longs cheveux blonds en formant une queue de cheval avec ma main pour ainsi donner le rythme à cette fellation. J’avance en même temps qu’elle avance son visage ce qui a pour effet que je cogne le fond de sa gorge. Plusieurs fois elle s’étouffe. Elle en a les yeux mouillés.

Je lui passe la main en même temps sur ses mamelles.

La jeune salope sait déjà y faire à 18 ans.

Je m’allonge à mon tour sur le lit. Ma bite droite pointant vers le plafond. Sarah vient au dessus de moi. Elle se positionne au dessus de ma queue et commence à descendre petit à petit sur mon pieu. Elle le tient en main pour bien l’orienter et le diriger dans sa chatte.

Je rentre comme dans du beurre dans cette moule lubrifiée.

Elle monte et descend, doucement au début, pour accélérer par la suite. Je peux voir ses mamelles se balancer à chaque coup. Je me redresse et je prends à tour de rôle ses mamelons en bouche. Je les mordille, je les tête. Je passe ma langue sur ses tetons en lechant ses bouts durs.

Au bout de quelques minutes elle sort ma bite de sa chatte, me tourne le dos et s’empalle à nouveau dessus.


Son rythme n’a pas diminué. Elle se penche et prend appuie sur mes chevilles avec ses deux mains. Je vois à présent ses deux belles fesses rondes devant moi, mais surtout je peux voir son petit trou du cul qui s’ouvre légèrement. Le spectacle est magnifique.


Je mets mon pouce en bouche pour bien le mouiller de ma salive et le présente devant sa rondelle. Elle ne s’y attend pas et pousse un cri. Ma salive et sa cyprine font en sorte que mon doigt coulisse assez facilement dans son trou du cul.


— Tu aimes ça ma petite salope ?

— Oh oui Tonton j’aime ça. Je suis à toi. Défonces moi.


A l’écouter parler comme ça, je veux encore plus la posséder.

Je la fais se mettre à quatre pattes. Les jambes bien écartées. Sa chatte est grande ouverte, ses lèvres roses attendent juste que j’y glisse ma queue. Je tiens ma bite en main pour bien la guider et la diriger. Je m’introduis en Sarah. Je la tiens par les hanches. J’effectue des va et viens d’abord doux, pour ensuite accélérer.

Elle passe sa main entre ses jambes pour atteindre mes testicules. Pendant que je la défonce, elle en profite pour caresser mes couilles. Je sens ses mains douces sur mes boules.


— Oh oui vas-y défonces moi. J’aime te sentir en moi.

— Tu es une vraie chienne. Je sens que pendant ma semaine de vacances chez vous on va bien s’amuser.

— Oh ouiiiii.


Je me penche légèrement en avant jusqu’à atteindre ses mamelles qui se balancent de droite à gauche. Ils sont gros, lourds, les bouts roses en pointes.

Elle, toujours a quatre pattes et moi je suis maintenant à moitié débout, je la domine.

Sarah pousse des cris de plus en plus fort qu’elle étouffe dans son oreiller.

Elle ne tient plus et après quelques coups supplémentaires, elle pousse un cri de jouissance puissant.

De la voir jouir, je ne peux me retenir à mon tour et je lui décharge mon jus dans sa chatte, et en me retirant je finis de me vider sur ses fesses rondes.

Elle se retourne et décide de prendre ma queue en bouche pour tout essuyer. Elle sait y faire. Il ne reste plus rien, ni de sperme, ni sa mouille.


Sans dire un mot, mais en échangeant des petits sourires, je sors de la chambre de Sarah en vérifiant qu’il n’y absolument personne dans le couloir. La voie est libre.

Et dire que je suis là pour encore 6 jours.

Diffuse en direct !
Regarder son live