Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 7 806 fois
  • 92 J'aime
  • 7 Commentaires

Nos dernières vacances en Espagne

Chapitre 1

septembre 2020

Voyeur / Exhibition

Cette histoire réelle se passe lors de nos dernières vacances, écrite à quatre mains, avec l’aide et le point de vue de ma chérie.

Nous sommes un couple la cinquantaine mariés depuis toujours, (nous nous sommes connus adolescents), après avoir élevé trois enfants, nous nous retrouvons, comme des jeunes amoureux. Nous avons expérimenté le naturisme et avons adopté assez facilement cette pratique.


On aime pimenter notre vie sexuelle en s’exhibant quelque peu. Moi surtout, j’aime exhiber ma femme, je la trouve très belle et même si elle est un peu complexée par quelques rondeurs (quelle s’imagine), elle apprécie l’effet quelle fait sur la gent masculine. Je suis partagé quand à l’envie de la voir faire des choses avec d’autres hommes et ma jalousie, mon sentiment de « propriété ». Quand à elle, elle est très excitée par la vue de d’une queue qui bande pour elle, mais pour l’instant n’a pas envie de d’aller plus loin. Je ne désire pas la brusquer pour ne pas qu’elle se braque et qu’elle ne veuille plus satisfaire mes désirs « lubriques ».


Ces vacances commençaient drôlement, peut être à cause de la période tardive à laquelle nous les avons prises ou de se fichu Covid qui pourri la vie à tout le monde.

Nos premiers jours sur la plage ou nous avons l’habitude de nous dévêtir, ne ressemblent pas aux années précédentes. Des travaux de canalisation, sûrement pour alimenter quelques habitations voisines et ont fait pousser un blockhaus rempli de gravas, en plein milieu de la plage. Heureusement, le rivage est étendu et on peut oublier ces verrues.


Durant les premiers jours, il y a beaucoup de monde et rien de particulier ne se passe sur la plage ou dans les dunes qui la longent. On se promène sur la plage et on joue à repérer les filles avec les poitrines refaites (on s’occupe comme on peut). La rentrée des classes n’a pas encore eu lieu, il y a encore beaucoup de familles en ce début de mois de septembre.


Alors que je me résigne à passer des vacances beaucoup plus calmes que prévu, la 2eme semaine a été plus sympa. Après un pique-nique sur la plage, une petite sieste, j’ouvre les yeux, je m’étire sur ma serviette ; ma femme qui lit son bouquin, me fait remarquer discrètement un couple à 2 mètres de nous. La dame caresse le sexe de son compagnon. A vrai dire je ne vois que la main de la femme qui entoure la queue de son homme. Le type hyper-gêné d’être vu par le monde qui l’entoure, cache son entrejambe avec sa casquette, mais se laisse faire.


La semaine se passe, on profite du soleil, ma belle s’affirme en tant qu’« exhib » pour mon plus grand plaisir. Elle joue avec les voyeurs en écartant les cuisses, en se caressant avec un doigt les seins, le ventre. Se penchant sur moi pour m’embrasser langoureusement tout en montrant son petit cul tantôt avec un string fleuri, un autre jour totalement nue. Elle s’est même aventurée à me sucer la bite quand personne n’était proche de nous.


Les jours défilent, les voyeurs de la plage passent, repassent et re-repassent. Ce jour-là, étant proche du rivage, un des voyeurs est rentré dans l’eau à mi cuisses pour regarder la petite chatte de ma femme totalement épilée et offerte à sa vue et après s’être donné du plaisir de manière assez discrète, lui fait un petit signe de la main en partant, comme pour dire merci et au revoir. Ça l’a fait pouffer de rire, mais je suis sûr quelle a apprécié le geste.


Le jour précédant notre départ, la météo annonce un ciel très nuageux, nous décidons quand même d’aller à la plage une dernière fois. Le soleil est présent et l’endroit est quasiment vide. On doit être 2 ou 3 couples et à peine autant d’hommes seuls. Nous posons nos affaires et profitons du soleil pour marcher le long du rivage. Nous nous installons à nouveau sur nos serviettes et on voit un couple qui est en plein milieu du passage, juste après le platelage à l’entrée de la plage, entamer un mouvement de va-et-vient tout en essayant de rester discrets. Une blonde du style Barbie avait posé sa cuisse sur la hanche de son compagnon qui mettait de petits coups de reins, en regardant autour de lui. On devine très bien ce qu’ils sont en train de faire. De mon coté, j’embrasse la poitrine de ma jolie épouse et puis je la laisse seule pour que les voyeurs puissent la regarder plus librement (j’adore).


Au bout d’un moment, je reviens auprès d’elle et elle me fait remarquer un gars qui se branle juste devant nous. Je me retourne, regarde l’homme, qui stoppe son action. Je sens que le type aimerait bien engager la conversation. Je lui dis « elle est jolie ?». « Ho que oui !» me répond-il, et il vient s’assoir sous notre parasol. Je lui explique que c’est une première fois pour nous, que ma coquine est très intimidée, qu’il faut y aller doucement.


Les présentations sont faites, Salva 63 ans caresse sa queue mi-molle, il dit aimer faire jouir les femmes, notamment avec sa langue. Nous sommes assis tous les deux de chaque coté de ma chérie, face à elle, je me sens comme flotter au-dessus du sable tellement je suis excité, tout proche de l’explosion éjaculatoire. Mais paradoxalement ma queue n’est pas en érection. On discute pendant qu’il essaie de s’approcher d‘elle tout en tirant sur son membre, comme pour l’allonger. J’aimerais qu’il lui caresse un sein, un de ses gros seins bien rond et prêts pour le plaisir. (Humm). Il se rapproche encore un peu, ma belle toujours entre nous assise en tailleur nous offre un vue sur sa chatte. J’y glisse un doigt (Humm). J’invite notre voyeur à faire de même. Il approche son index tout doucement, comme hésitant, et s’exclame: «elle est mouillée !».


Ma coquine sait que je voudrais qu’elle branle deux queues en même temps et s’aventure à toucher et caresser sa queue mi-mole. Salva nous refait une proposition d’aller dans les dunes pour qu’il puisse lui lécher le clito, je sens que ma belle prête à réaliser mon fantasme, mais lui égoïste ne l’écoute pas. Je lui rappelle que nous n’avons jamais fait ça et ce n’est pas ce qu’on recherche. Pendant ce temps un couple est venu s’installer à quelques mètres de nous et les préliminaires sont déjà bien entamés. Salva nous explique que les couples se rencontrent sur cette plage et que souvent ça fini en partouze. Nous devons partir et décidons de ne pas accepter cette proposition. Je suis toujours excité et j’ai envie une grosse de jouir dans ma coquine qui doit être encore toute mouillée. Sur le parking, elle commence à sucer ma queue, histoire de la faire grossir, puis je l’ai prise en levrette sur une petite voiture qui était garée là. Rapide, mais intense.


J’aurais bien aimé que Salva nous voit prendre du plaisir tout en se branlant devant nous (Humm).

Quel superbe instant de plaisir ! A refaire, n’est-ce pas ma chérie ?

Diffuse en direct !
Regarder son live