Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 172 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

Nos petits jeux

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Un samedi soir nous avons organisés un diner, comme cela arrive de temps en temps pour entretenir les bonnes relations entre voisinage, nos époux s’entendent bien, ils savent que nous sommes de grandes amies, mais sans plus. On a donc décidées, toutes les deux des mettre nos hommes au courant de nos petits jeux, pour se faire on a mis au point un petit scénario pour faire monter la température au court de la soirée.


Le diner se passe comme à l’habitude, apéritifs, pas mal de vins pendant le repas, tous le monde est gais, les hommes racontent des histoires osées pendant que Monique et moi déservons la table. On passe au salon, cognac, café, lumière tamisée, musique douce, tout est bien pour faire notre petit numéro et faire passer notre message dans de bonnes conditions.


Nous dansons toutes les deux sous les regards de nos maris à moitié endormis par les alcools et le copieux repas, nous, nous tenons de plus en plus serrées, notre amour qui nous lie, aide à offrir à nos hommes latents un spéctacle réel. Monique me murmure des mots doux à l’oreille, qu’elle mordille tendrement, nos époux nous regardent en ne comprenant rien, toujours pas de réaction, il faut passer à des choses plus sérieuses, nous nous regardons amoureusement, puis nos bouches s’unissent dans un baiser comme jamais nos maris en on vus. Leurs yeux sortent de leur têtes, comme dans un réveil brutal, ils doivent se demander s’ils ne rêvent pas.


Monique descend la fermeture de ma jupe qui tombe à terre, je la pousse du pied, je suis en culotte, Monique pose ses mains sur mon derriere en le caressant, à mon tour, je sors sa mini-jupe, elle lève les pieds pour la dégager. Les autres vêtements suivent le mème chemin, nues toutes les deux devant nos mecs complètement éberlués devant ce spéctacle déroutant. Notre danse devient plus lente, nos caresses plus précises, nous apprécions cet instant désirés depuis pas mal de jours. C’est fait nos hommes savent ce que nous faisons, ils doivent bougrement gamberger dans leur têtes. Nous fermons les yeux sur le mème rythmes super lent, sachant ce que nous offrons à nos chéris.


Soudain, je sens une présence c’est Bernard derriere moi, il est nu, sa verge dressée se loge entre mes fesses, j’ouvre les yeux et je vois Guy dans la mème tenue derrière Monique, je retire mes mains du cul de mon amie par pudeur et pour ne pas gêner les manifestation de son époux, pour les poser autour de son cou, je la regarde en souriant en me disant qu’on a réussi notre coup.

Nous sommes prises en sandwich par nos époux respectifs, la dureté inhabituelle de la verge de Bernard prouve qu’il abonde dans notre jeu, il me caresse les seins, par la mème occasion il doit toucher la poitrine de Monique, alors que moi-mème, je sens les mains de guy sur mon bas ventre, cette nouvelle situation est particulièrement excitante, nous restons tous les quatre ainsi, sur le son de la musique, pendant un bon moment. Les mains de nos maris deviennent de plus en plus actives, elles exploitent la face avant de nos corps sans aucune gêne, nous mouillons énormément toutes les deux en se laissant aller aux caresses, on s’embrasse en appéciant ses instants inoubliables, puis naturellement le plaisir eclate, je frémis dans les bras de Monique, mon orgasme est fort, celui de Monique l’est tout autant, nous sommes secouées d’avant en arrière, nos maris nous soutiennent chaleureusement . On se détache pour reprendre nos esprit et ouvrons une bouteille de champagne. Nos hommes nous remercient pour ces moments merveilleux, mais ils ont toujours la verge raide et tous les deux se touchent, on ne peut les laisser dans cet état.


Je sens que l’on va passer à la cesserole, C’est Guy qui ouvre le bal en poussant le plateau des verres et bouteilles, il couche Monique sur la table basse, écarte les cuisses et le pénètre délicatement. Bernard me pousse gentillement de l’autre coté de la table, je me trouve sens inverse à Monique, j’ai son ventre sous mes yeux, je sens les secousses transmises par son corps sous les coups de reins de son mari. Bernard me pénetre tendrement mais surement en me caressant la poitrine, c’est sa tecnhique, il en profite pour caresser celle de Monique juste à portée de main.


’Embrasse-les mon Chéri, suce cette belle poitrine’ dis- à mon mari.


Il me regarde un peu surpris, puis se penche et pose ses lèvres sur un bourgeon.


’Mieux que ça Bernard, tu en a pas envie’


Il se tourne à nouveau et cette fois il y va bon train, je sens sa verge durcir dans mon ventre en s’activant plus rapidement, je profite pour caresser le ventre et les cuisses de guy juste à coté, je parviens à atteindre la verge et les couilles, ce qui m’excite davantage, Guy s’écarte un peu pour me donner de la place, Monique fait comme moi, je sens sa main sur mon clito, elle palpe la verge de mon mari. Je suis plus que surprise par l’ouverture d’esprit de nos hommes, la position n’est pas particulièrement satisfaisante pour nous les femmes, heureusement, Guy pousse un cri de bête, son plaisir est vite venu, mon Bernard gémit à son tour quelques secondes après Guy, ils se répendent dans nos corps, je serre la cuisse de monique très fort pour lui communiquer ma joie.


Cela fait un mois que nous avons vécus notre soirée sulfureuse, et recommençons ce soir. Le repas terminé nous allons directement dans la chambre bien préparée à cet effet. Nous sommes sur le lit avec nos maris respectifs, on se caresse, s’embrasse, change de partenaire, tous les quatre on s’etreint, la chaleur monte vite dans la chambre et dans nos corps, les vêtements tombent les uns après les autres, nous continuons d’évoluer avec des gestes beaucoup plus précis, on peut à loisir caresser, embrasser, sucer qui on veut, les spermes giclent, les cris fusent, épuisés, nous détendons quelques minutes en prenant une petite douche et buvant quelques coupes.


Monique et moi, sommes jamais rassasiées, on se paluche en s’embrassant pour se retrouver en soixante neuf, on se tète le clito, nos hommes assis de chaque coté du lit, nous admirent en se tripotant la queue, on se donne à fond voulant donner un bon spéctacle à nos mecs. J’écarte les deux magnifiques globes pour sucer le petit trou et leur faire voir combien je l’aime ma Monique.

Je tente d’insérer mon index, puis le suce pour le rentrer à nouveau. Monique se déchaine en me faisant subir le mème sort, sa langue et son doigt transperse mon orifice vierge. Les hommes sont à nos cotés, nous caressent sans perdre une miette de notre numéro, combien de temps cela à duré ? je sais pas, mais j’ai pris un pied comme jamais. Nos maris sont là, la verge à la main, Monique et moi se levons pour nous consacrer à nos hommes, on les fait coucher l’un à coté de l’autre, Monique prend Bernard, évidemment, moi Guy, les verges sont pointées vers le plafond, Bernard caresse mon vsage pendant que je suce Guy, il effleure mes lèvres du bout de ses doigts que je suce comme des petites bites, je prends sa main avec douceur, je la pose sur le membre de Guy, mon mari marque un temps d’arrêt, tous les trois on se regarde pour savoir ce qu’il va faire, Monique a bien compris mon idée, ces quelques secondes nous ont parues des heures. Mes pensées vont à toutes vitesse, Bernard m’aime comme un fou, je sais qu’il est prêt à tout pour me faire plaisir, mais il n’a surement pas pensé à une pareille éventualité.


Finalement, il referme sa main sur la queue, me regarde dans les yeux, commence une masturbation lente, Je tripotte les couilles d’une main, de l’autre je caresse le visage de mon Bernard, il y met tout son coeur, c’est un grand moment pour nous, Monique manifeste sa joie en suçant Bernard avec beaucoup plus d’intensité. Alors que guy se détend sous la caresse masculine,

voyant notre joie, il se déplace pour aller vers le bas-ventre de Bernard, Monique devine les pensées de son mari et lui cède la place, émerveillée par son action, en effet, Guy s’empare de la bite sans hésiter pour faire comme Bernard. Monique me serre très fort, sous nos yeux remplis de joies, nos hommes sont face à face en se masturbant réciproquement. Nous passons derrière nos époux respectifs pour les encourager avec des paroles douces et chaudes accompagnées de caresses tout aussi brulantes. Je lêche le dos, la raie poilue, dévore l’anus, je sens l’excitation montée dans Bernard, ses cuisses s’écartent pour facilité mon ouvrage, j’enfonce mon doigt dans l’étui chaud et serré pour faire monter le plaisir, les deux verges sont fortement manipulées l’une contre l’autre. Bernard envoie son sperme sur le ventre de Guy dans un orgasme violent, à son tour, Guy grimace, pousse un cri, son éjaculation reste dans la main de mon chéri, les deux hommes se regardent en souriant et dénote une grande joie de bonheur, une nouvelle source d’ardeur tonifiante. Pour appuyer notre euphorie, Monique et moi suçons les membres ramolis, Nos maris tous contents de cette nouvelle experience se tiennent par la main, ils sont très beaux et désirables dans cette position. Monique et moi, échangeons un clin d’oeil en pensant que nous pouvons aller encore plus loin dans nos relations, nous sommes de vraies sorcières !


Nous nous reposons tous les quatre sur le lit en parlant de cet évènement qui nous a émoustillé, d’un commun accord nous voulons revivre cette expèrience, de plus Guy et Bernard se perçoivent encore mieux. Machinalement j’ai posé ma main sur les organes de Guy en les manipulant tranquillement pendant la conversation, évidemment la verge se redresse doucement, de son coté, Monique fait la mème chose sur mon mari, nos mots deviennent plus rares suite aux soins prodigués sur nos hommes, je prends l’objet déjà bien dressé dans ma bouche en regardant Bernard qui ne me quitte pas des yeux, il a l’air très heureux pour moi, la lueur de ses yeux est infaillible pour moi qui le connait par coeur, à son tour, Monique suce la verge de Bernard, toutes les deux on est à notre affaire, je palpe les couilles de mon mari juste à portée de ma main, il se redresse pour me caresser les cheveux, je laisse tomber la verge de Guy et tend mes levres à Bernard pour l’embrasser sans changer de position, ce qui l’oblige à s’avancer vers moi, Bernard se retrouve à moitié couché sur le ventre de Guy, Monique n’a pas laché sa proie, elle continue à savourer son fruit. Je retourne sur le gland de Guy en tenant mon mari par le cou, je viens à nouveau prendre les lèvres de mon chéri qui doit trouver dans ma bouche les saveurs du sexe de son ami, ce qui ne semble pas le rebouter, il est vrai que notre baiser est pasionné et vorace, j’ai envie de profiter de cette situation pour aller plus loin dans nos jeux, je retourne vers la verge très tendue, je suçotte le gland, en regardant mon chéri tout près de moi, puis je lui présente comme une fleur à offrir et lui dis:


’Regarde mon chéri comme c’est beau, comme c’est doux’


Je continue à donner quelques coups de langue sur le gland luisant,


’Fait comme moi, mon amour, aide-moi à la faire vibrer, vient gouter cette belle chose’ lui dis-je de ma voix la plus sensuelle.


Bernard me regarde, puis il avance son visage vers la virilité ardente que je tiens, sa bouche absorbe le membre sans tatonnement, je le caresse et dépose des bisous partout sur son corps en guise de remerciement, Bernard nous donne un spéctacle admirable, il semble mème prendre de plus en plus de plaisir à sucer son ami. Je mouille énormément devant ce tableau, voyant mon excitation, Monique enfuit son visage entre mes cuisses dans mon intimité transformée en fontaine, je me retourne sur mon amie, elle est dans le mème état que le mien, toute mouillée, on se dévore comme des malades.

Notre surprise n’est pas terminée, lorsque je jette un oeil vers mon mari, je vois nos deux hommes tête bêche se suçant tous les deux, je me dégage de dessous Monique pour voir si je ne rêve pas, nous sommes ébahies, on se masturbe en regardant nos maris, on se frotte sur les deux corps soudés, on les caresse, les triture, je suce la rondelle de Bernard, c’est dans une frénésie totale que nos deux mecs s’eclatent, ils se sucent jusqu’au bout, je monte au paradis à mon tour en m’effale sur le lit, complètement vidée.


Notre relation à quatre est complète, nous vivons nos fantasmes qui sont venus sans trop les chercher, nos hommes s’adorent, J’aime Monique et Guy de plus en plus.

Diffuse en direct !
Regarder son live