Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 16 989 fois
  • 144 J'aime
  • 6 Commentaires

Nos pulsions taboues de couple

Chapitre 4

Avec plusieurs femmes

Le lendemain Noé est rentré chez lui. La journée est passée rapidement jusqu’au soir où Laura et moi avons décidés de préparé le repas pour manger avec son frère et Marie. Pendant qu’on préparé à manger, le jeune couple s’est joint à nous pour discuter et nous aider à cuisiner. Tout en lavant les légumes, Marie s’adressa à nous avec un air narquois :


— Alors ? Paraît-il que vous avez passé une très bonne soirée hier ?


— Ha, ça oui ! J’ai adoré la soirée, t’as raté quelque chose ! Lui répondit Laura.


— J’ai cru comprendre, Maxime m’a raconté que vous avez fait passer une très bonne soirée à Noé ! C’était bien ?


— Oui, il nous a fait de la peine le pauvre. Laura s’est très bien occupée de lui. Oui, c’était excellent si tu veux tout savoir ! Mais à t’entendre hier soir, j’ai cru comprendre que toi aussi t’as passé une bonne fin de soirée. Lui répondis-je.


— Oui c’est vrai. Maxime m’a réveillé, il m’a dit qu’il était excité après avoir vous avoir vu. Ça m’a donné envie à moi aussi.


— Envie de venir avec nous ? Lui répondis Laura en souriant.


— Peut-être aussi, ricana-t-elle. Non, je voulais dire que ça m’avait donné envie de cul tout court, dit-elle. Mais je me demandais Mickaël, ça ne te rend pas jaloux ? Ça te fait rien de prêter ta copine à un autre homme ?


— Si, bien sûr que ça me fait quelques chose. Ça m’excite terriblement. C’est quelque chose qui nous excite beaucoup tous les deux. On aime se permettre ces écarts quand nous sommes tous les deux ensemble. En plus c’est pas la première fois qu’on fait ça. Elle m’a déjà prouvé qu’elle n’était pas jalouse elle non plus. Cette fois-ci c’était à moi de lui renvoyer l’ascenseur. Leur dis-je l’air malicieux.



Maxime qui n’avait pas dit un mot depuis le début de notre conversation s’assis près de sa jeune copine et commença à lui caresser le bras, une habitude qu’ils avaient tout les deux. Marie était également une très jolie jeune femme. Fine elle aussi, elle avait un corps tout simplement délicieux. Légèrement pus grande que Laura, ses petits seins me rappelaient pourtant les siens. J’avais parfois du mal à m’empêcher de lorgner sur son petit cul bien ferme sur lequel retombaient sa longue chevelure rousse. Elle avait les yeux marrons et le visage remplie de tâches de rousseurs qui l’a rendaient très séduisante en plus d’avoir un physique atypique. Sa voix fluette et délicate denotait avec la détermination dont elle faisait souvent preuve. Marie nous demanda alors :


— Comment ça « renvoyer l’ascenseur » ?


— C’est vrai ça ! La dernière fois c’était avec une fille, je n’y pensais même pas. Annonça Laura.


— Quoi ?! Vas-y raconte, je veux savoir ! Nous aussi avec Maxime ça nous plairait de faire un plan à trois, mais on n’ose pas trop franchir le cap. Dit Marie.


— Vous raconter quoi au juste ? Répondis Laura.


— Comment ça s’est passé, comment vous en êtes arrivé là, avec qui c’était, tout ça quoi ! Dit-elle alors que Maxime avait l’air captivé par la conversation.


— Ça va être gênant si on vous raconte avec qui on l’a fait la dernière fois.


— Pourquoi, c’est quelqu’un qu’on connaît ?


— Un petit peu oui, répondis-je.


— Allez ! Dites le nous ! C’est bon, on ne racontera rien, on sait tenir notre langue. Allez Laura ! T’oserais sucer deux mecs devant ton frère mais t’oserais pas nous raconter ce que vous avez fait il y a un moment ?! Nous dit-elle.


— T’es okay Mickaël ? Ça ne me dérange pas de leur dire finalement. Me demanda Laura.


— Vas-y, moi non plus. Répondis-je.


— Bon, d’accord, je vous raconte mais vous me promettez de ne raconter ça à personne ! J’ai besoin de vous faire confiance !


— Je te le jure belle-sœur, vous pouvez compter sur nous !


— Maxime, on peut vraiment compter sur toi aussi ? Lui demandais-je.


— Oui, oui, je te jure que je ne dirai rien, vas-y, je veux savoir ! Dit-il.



Laura commença alors à leur raconter notre histoire.

— La dernière fois c’était il y a un mois ou deux. Vous vous rappelez la soirée chez Jules ?


— Celle où il y avait tous vos potes ? Oui, je m’en rappelle, c’était génial comme soirée, répondis Marie, qui semblait impatiente.


— Oui, celle-là. Alors, comme Jules était trop saoul super rapidement, c’est Mickaël et moi qui nous sommes occupé de lui pendant un moment, et c’est nous qui l’avons couché. Ensuite, quand vous êtes tous partis on est resté avec Sabine pour ranger tout le bordel qu’il restait. Tout les deux on s’entend super bien avec elle, alors on n’allait pas la laisser ranger chez elle toute seule alors que c’était son fils qui aurait dû s’occuper de ça.


— Nooooooon ! Ne me dites pas que vous avez baisé la mère de Jules ? S’exclama Maxime.


— Attend ! Laisse moi vous raconter ! Reprit-elle. Une fois qu’on avait tout rangé, on a continué à boire quelque verres tous les trois. On était complètement saoul, c’était super drôle. Puis, j’ai eu envie de danser alors j’ai commencé à faire la chaudasse sur une chaise, en mode sexy. Mais je faisait ça en rigolant, c’était bon enfant. À ce moment-là, Sabine m’a rejoint en jouant le même jeux que moi. Elle se penchait sur moi, elle frôlait son nez dans mon coup, elle caressait mes bras, mes cuisses. J’ai fini par me lever, et danser debout avec elle. On était mortes de rire, et Mickaël aussi. Puis il nous a dit un truc du genre : « si vous voulez m’allumer c’est gagné les filles », alors je lui ait dit qu’il n’avait encore rien vu.



Notre jeune petit couple était accroché aux lèvres de Laura. Je sentais l’atmosphère se réchauffer, l’érotisme de la situation était palpable. Laura continuait notre histoire.


— J’ai donc attrapé Mickaël par le col pour le foutre assis sur la chaise, pendant qu’on était toujours toutes les deux en train de danser autour de lui. Pendant que j’agitais mes fesses devant lui, Sabine lui caressait le torse. Puis elle a finit par me dire en rigolant « tu sais ce qu’ils aiment les hommes ma petite Laura ? » Je lui ai demandé quoi et là, elle m’a attrapé par l’arrière de la tête pour me rouler une énorme pelle juste devant le visage de Mickaël qui était visiblement très excité puisqu’il a dit qu’il en voulait lui aussi.


— C’était incroyable ce qu’il se passait, c’est clair que j’en pouvais plus, rigolais-je.


— Sabine m’a alors tenu le visage pour me forcer à embrasser Mickaël en me disant « tu vois comme ça lui plaît ? Maintenant il faut que tu t’occupes de lui ! ». Pendant que j’embrassais langoureusement Mickaël, sur qui je m’étais assise sur les genoux, face à lui, Sabine est venue se mettre derrière moi. Elle nous chuchotait des choses à l’oreille du genre « ça à l’air de vous plaire cette petite danse ! », ou encore « vous êtes beaux tous les deux, vous me donnez envie ». À force j’ai fini par être super excitée moi aussi, alors j’ai tiré à mon tour le visage de Sabine pour l’embrasser moi aussi. Après un long baisé, je lui ai demandé d’embrasser Mickaël cette fois-ci.


— Waouh ! J’aurais jamais pensais que Sabine était une chaudasse comme ça ! S’étonna Maxime.



Sabine c’est la mère de notre pote Jules qu’on avait rencontré, Laura et moi, dans notre résidence universitaire l’année dernière. Laura et moi étions très proche de Jules, nous le voyons souvent. Ce lien d’amitié nous a aussi beaucoup rapproché de sa mère qui a été l’une des premières personnes à nous rassurer sur le peu d’importance que notre différence d’âge pouvait avoir entre Laura et moi. C’est une femme au grand cœur avec une véritable ouverture d’esprit avec qui nous passons des heures à discuter tous les quatre, avec son fils. C’est aussi une très belle femme. Grande et aux formes généreuses, Sabine a tout du cliché de la femme récemment divorcée. Sa séparation avec son ex mari date d’il y a deux ans, lorsqu’elle avait 45 ans. Elle nous en parlait parfois comme ayant été une période très difficile pour elle mais dont elle réussissait peu à peu à sortir. Prendre soin d’elle et rechercher à nouveau à séduire était d’ailleurs sa meilleure thérapie disait-elle. C’est au fil de nos discussions et au fure et à mesure que nous lui faisions part de nos péripéties érotiques qu’elle a décidé de resexualiser ses rapports avec les hommes. Ça faisait donc déjà quelques mois qu’elle s’habillait de manière beaucoup plus sexy, et qu’elle s’était inscrite sur un site de rencontre.


— Donc elle l’a embrassé et là Mickaël a commencé à nous caresser toute les deux. Après je vous laisse imaginer comment ça s’est passé. Dit Laura.


— Hé ben ! C’est fou cette histoire ! Mais vous étiez dans le salon ? Jules aurait pu vous voir. Demanda Marie.


— Oui on était dans le salon au début, mais une fois qu’on était bien lancé dans nos affaires on s’est mis dans sa chambre, histoire de ne pas avoir de mauvaises surprises. Répondis-je.


— Je peux te poser une question indiscrète Laura. Continua Marie.


— Oui vas-y, je t’écoute.


— Est-ce que vous avez fait des trucs toute les deux ?


— Au début on était toute les deux concentrées sur Mickaël, pour son plus grand plaisir. S’amusa-t-elle. Mais ensuite oui, on s’est caressé. Puis quand Mickaël était entrain de la prendre elle m’a attrapé par les pieds, elle m’a faite glisser sur le dos jusqu’à elle et elle m’a littéralement bouffé la chatte ! Après on a un peu fait toute les combinaisons imaginables. On a passé toute la nuit enfermés dans sa chambre donc on a eu le temps crois moi. Elle n’arrêtais pas de dire qu’elle était en plein fantasme. Elle nous disait « vient ici ma petite », « vient ici mon garçon », « laisse maman s’occuper de toi », « maman Sabine va t’apprendre », ce genre de trucs. C’était hyper excitant.


— Et vous n’avez jamais recommencé ça avec elle ? Demanda Maxime.


— Si ça nous est arrivé une fois après, répondis-je. Une fois elle nous a appelé parce que Jules étais chez son père pour le weekend. Quand on est arrivé chez elle la porte était ouverte. Elle avait laissé un mot à l’entrée « je suis toute à vous pour le weekend, servez vous dans le salon ». Dans le salon elle était à poil à quatre pattes sur le tapis, les fesses en l’air. On s’est bien amusé ce weekend là. Mais après on s’est dit que pour Jules il vaudrait mieux arrêter. Mais bon ça reste récent, c’était il y a deux semaines.


— Oui c’était trop bien ce weekend ! Dit Laura. Et vous ? Jamais de plan à trois alors ?


— Non jamais. Répondit Marie. Mais j’ai envie de passer le cap. Mais je ne me vois pas faire ça avec un ou une inconnue. Je me sentirai plus en confiance si je connais la personne. Du coup c’est pas forcément le plus facile à trouver.


— Oui je comprends, dis-je. Il faut laisser faire les choses dans ces cas là, et surtout pas vous brusquer. Ça viendra quand ça viendra…



Sur ces mots nous avons commencé à déguster le repas que nous venions de terminer de prépare, avant de passer le reste de la soirée ensemble.

Diffuse en direct !
Regarder son live