Le site de l'histoire érotique

Nos vacances dans le sud 1

Chapitre 1

4
2

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 1 272 fois

4

0

Je m’appelle Gaëtan, je suis marié depuis 2 ans à Sylvie. Cette année nous avons décidé de partir en vacances pour 2 semaines dans le sud, nous avons trouvé par internet une petite maison avec un jardin au bord d’un petit village du sud de la France à un prix très intéressant seule petite contrainte tondre la pelouse au moins une fois.

Samedi vers 11H, nous arrivons dans le village, comme convenu nous nous rendons à la boulangerie pour prendre les clés de notre location car le propriétaire n’habitait pas la région. Le commerçant, nous accompagne jusqu’à la maison, nous fait visiter les lieux et nous laisse nous installer. Au début de l’après midi, nous allons faire le plein de courses dans un centre commercial à quelques kilomètres. De retour à la location, nous trouvons une lettre non signée posée sur la table dont voici une copie.


Chers locataires

Vous venez de passer 10 jours sur les deux semaines que vous avez loué cette location, j’espère qu’elle vous convient. Je peux vous proposer d’en profiter une semaine de plus totalement gratuitement car celle-ci n’est pas loué avant quinze jours, et bien-sur sans que le propriétaire soit au courant. Pour bénéficier de cette semaine gratuite, il vous suffira d’exécuter exactement tout ce que je vous demanderai de faire par texto et ceci dès réception de celui-ci, pendant cette troisième semaine. Vous me donnerez un numéro de portable sur lequel je vous enverrai les textos avec ce que vous aurez à faire. Si vous vous engagez il vous sera impossible d’arrêter en cour vous serez obligé d’aller jusqu’au bout. Si vous êtes d’accord vous accrocherez un linge blanc à la grille à l’entrée de la propriété.



Le soir nous en discutons avec mon épouse, trois semaines pour le prix de deux c’est très alléchant. Le lendemain matin après une nuit de réflexion nous sommes toujours indécis, ce n’est que dans l’après midi que nous accrochons le linge blanc. Deux heures plus tard le téléphone de la location sonne, la personne au bout du fils a masqué sa voix et nous demande un numéro de portable et nous dit :

— Interdiction à partir de ce soir, de fermer les rideaux, sauf ceux de la chambre juste pour dormir, tout non respect des demandes vous obligerait à exécuter un gage et si vous n’exécuter pas le gage, il pourrait vous arriver de graves ennuis. Avez-vous bien compris les règles et que vous ne pouvez plus revenir en arrière ?

— Oui, oui, parfaitement.

La communication est tout de suite coupée. Le premier texto arrive 30 minutes après l’appel et nous l’exécutons.

Je prends mon épouse dans mes bras et l’embrasse devant une fenêtre tout en lui malaxant ses fesses et je remonte sa robe jusqu’au dessus de la taille, mettant à vue sa culotte, comme demandé sur le premier texto. Quelques instants plus tard, nous allons nous coucher, ma femme se love contre moi et me demande de lui faire l’amour, ce que je fais avec plaisir puis nous nous endormons.

Trois jours plus tard, nous sommes à peine levé nous recevons le deuxième texto qui est identique au premier, alors que je le montre à ma femme celle-ci étant sans culotte se précipite dans la chambre pour en remettre une et nous nous exécutons comme quelques jours auparavant. Dans la matinée le téléphone sonne, je décroche et mets le haut parleur pour que ma femme entende la conversation :

— Allo, bonjour.

— Bonjour, ce matin quand ta femme à lu le texto, elle est retourné dans la chambre et je suis certain que c’était pour remettre une culotte car vous avez baisé hier soir, n’est ce pas ? Et ne me mens pas j’ai des preuves.

— Oui, c’est vrai.

— Comme le texto n’a pas été exécuté immédiatement, il y a un gage à exécuter.

— Oui d’accord

— Voici le gage, madame devra passer la journée sans culotte à tout moment de la journée et peut être même plusieurs fois je pourrai demander de soulever sa robe que je puisse m’assurer que le gage est bien respecté. Ceci sera à faire dés que vous recevrez le texto et quelques soit l’endroit ou vous serez.

Une heure plus tard un texto arrive nous demandant de nous mettre à la porte-fenêtre du salon donnant directement sur le grille de l’entrée de la propriété, que ma femme tourne le dos à celle-ci et que je relève sa robe au dessus de ses fesses et qu’elle reste ainsi pendant plus de 5 minutes. Après 8 minutes, ma femme repart en cuisine pour préparer le dîner. L’après midi avant de partir ma femme se change, nous allons nous promener dans des villages pittoresques. Pour visiter l’un d’eux le stationnement est obligatoire sur les parkings à l’extérieur du village, nous garons donc notre véhicule un break sur l’un de ces parking en marche arrière près d‘un petit bois. Après notre visite, alors que je viens d’actionner la télécommande pour ouvrir les portières mon portable vibre, je viens de recevoir un texto et exécute ce qu’il demande, avant que mon épouse ne prenne place, je l’attrape par le bras et l’emmène à l’arrière de la voiture puis j’ouvre le coffre et oblige ma femme à prendre appui sur celui-ci et baisse son bermuda qu’elle avait préféré à une robe pour les visites de l’après midi. C’est avec le bermuda en dessous du genou qu’elle doit rester pendant 10 minutes. En rentrant en fin d’après midi à la location, un autre texto arrive me demandant de retirer le bermuda à mon épouse et qu’elle se mette sur la terrasse face à la maison pendant 15 minutes. Les quinze minutes sont écoulées ma femme rentre, je la pousse vers la chambre, arrivé près du lit, je l’oblige à se pencher en avant et à écarter les cuisses et sans ménagement la pénètre et lui dit :

— Mais tu es toute trempée, grosse cochonne tu aimes que je te mette à poil sur la terrasse ?

— Oh ! Oui ça m’excite.

— Tiens prends ça salope.

— Oui vas s’y encore plus fort.

— Oh ! je vais jouir, oui c’est bon de te baiser.

— Oui moi aussi je jouis.

En début d’après midi le surlendemain, nous recevons des instructions nous disant d’aller nous promener en forêt. Nous prenons donc la voiture et suivons les instructions heureusement que nous les avons car nous ne serions jamais venus dans cet endroit de la forêt. Tout en étant à peine 5 kilomètres du village, on a l’impression d’être en pleine jungle. Nous laissons la voiture et empruntons à pieds un sentier comme le demande le texto que l’on vient de recevoir. Alors que nous avons parcouru une centaine de mètres sur ce sentier un texto nous demande que l’on se foute à poil tous les deux et de continuer tout droit jusqu’à la rivière et de rester allonger près de celle-ci. Après avoir parcouru environ 200 M nous nous longeons le cour d’eau, mais nous remarquons que de l’autre coté et à peu près 150 M plus loin un autre couple bronze nus eux aussi. Trente minutes après que l’on se soit installé nous recevons un appel sur notre portable, c’est notre mystérieux interlocuteur mon mari décroche et met le haut-parleur et la conversation commence :

— Caresse ta femme.

— Non, je ne suis pas d’accord, il y a des gens pas loin de nous.

— Comme elle proteste, mets la sur le ventre et mets lui 10 fessées sur chaque fesse et je l’entendre compter.

— Aïe ! 1, aïe ! 2, tu fais mal, aïe ! 3………….aïe ! 20.

— Glisses ta main entre ses cuisses, est ce qu’elle mouille ?

— Elle ne mouille pas, elle est trempée.

— Baise la en levrette tout de suite.

— Oh ! punaise ça rentre tout seul tellement elle mouille, n’est ce pas ma chérie que c’est bon de se faire baiser quand il y a des gens qui nous regarde ?

— Oh ! oui c’est bon! plus fort, encore plus vite fais moi jouir.

— Oui c’est bon je vais jouir aussi.

— Baise la en missionnaire maintenant.

gsxzqxx

— Oh ! oui vas y mon chéri plus vite je jouis c’est bon oui encore.

— Tiens prends ça, je jouis aussi oui.

Alors que nous reprenons nos esprits, nous nous rendons compte que la conversation a été interrompue et que les gens se sont rapprochés de nous, ils nous font signe comme quoi le spectacle était génial. Quelques instants plus tard nous nous dirigeons vers notre voiture, arrivés à l’endroit où nous avons laissé nos habits, ceux-ci ont disparu. C’est donc nu que l’on reprend la voiture pour rentrer à la location, c’est devant la porte de celle-ci que nous retrouvons nos habits avec un petit mot nous félicitant pour notre partie de jambes en l’air dans la nature.

Notre dernière semaine de vacances se termine ainsi nous regagnons notre région.