Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 7 044 fois
  • 121 J'aime
  • 4 Commentaires

Notre premier week-end

Chapitre 2

Hétéro

Notre premier week-end (II)


Après notre baise à l’arrivée d’Eve chez moi (voir chapitre précédent), on s’est un peu reposé. On a pris nos douches et on a discuté un moment sur le canapé, puis j’ai fait le dîner. Je ne suis pas un chef, loin de là, c’est certain, mais c’était de l’énergie et ça nous a rempli l’estomac.


Après dîner, on s’est assis chacun dans un fauteuil pour papoter. La télé était en marche, mais on ne la regardait pas vraiment, à moins de commenter quelque chose qui venait d’y passer. On parlait de tout et de rien, de son enfance, de son travail, de ses passe-temps.


Pendant qu’on discute, je regarde cette superbe femme au corps de rêve en pyjama près de moi. Pas très sexy c’est vrai, mais il est maintenant 20h passé, et on se prépare à aller au lit dans un moment. La journée a été fatigante pour tout le monde. Et puis un pyjama c’est confortable.


Alors que je la regarde, je me prends à masser ma queue dans mon pyjama. Elle devient dure assez rapidement, mais je continue distraitement. C’est une situation étrange, et ça ne me choque pas du tout de me caresser devant cette femme. Elle agit comme si de rien n’était. Je ne sais même pas si elle l’a remarqué.


Après un moment, et alors que la conversation ralentit, je me lève de mon fauteuil, tout en me massant la queue :


— Je crois qu’on va pouvoir en faire quelque chose.


Je fais le tour de son fauteuil devant elle en la regardant, et après une seconde de surprise, probablement plus parce que je me suis levé sans prévenir que parce que je tiens mon érection dans la main, elle me sourit. Je me mets debout à côté d’elle, et je sors ma queue devant son visage. Mon gland déjà bien rose est juste devant ses lèvres. Sans la moindre hésitation, elle le prend dans sa bouche.


Sa bouche est chaude et très humide. Elle sait faire en sorte de bien saliver quand ma queue entre dans sa bouche. On se trouve tellement bien dans cette bouche que mes jambes en flageolent.


Je la regarde me sucer goulûment. Elle se concentre pour me donner autant de plaisir que possible (je suppose qu’elle essaie encore de me faire jouir comme ça). Voir ses lèvres étirées autour de ma queue alors que sa langue s’affaire sur ma tige est très sexy. Ce mouvement de va-et-vient est hypnotique.


Je me penche un peu et je passe la main dans son haut de pyjama, je sens son sein chaud et parfaitement rond. Je fais glisser un doigt lentement de la basse à l’auréole que je devine dans l’ombre. Avec mon index, je fais quelques tours de cette belle auréole rouge et gonflée. Puis je pince son teton. Elle sursaute, mais elle reprend aussitôt son activité sur ma queue. Je sais qu’elle adore quand je malmène ses seins.


Je sais qu’elle a la mâchoire douloureuse après notre session de cet après-midi. Mais elle ne s’en préoccupe pas. Sa priorité en ce moment est de me donner du plaisir. Je pourrais rester comme ça pendant des heures à la regarder et à savourer son travail, mais je ne veux pas qu’elle finisse par avoir la mâchoire qui se bloque. Après tout, si elle ne peut plus ouvrir la bouche, elle ne pourra plus me sucer. Qu’ai-je à y gagner ?


J’attrape son téton entre mon pouce et mon index, je le pince fort, et je tire vers le haut pour qu’elle comprenne que je veux qu’elle se lève. Elle laisse sortir ma queue de sa bouche, passe sa langue sur ses lèvres pour me dire qu’elle avait bien aimé me sucer, puis se lève. Je l’attrape par les hanches, je la fais tourner sur elle-même, puis je tire ses hanches vers moi tout en poussant le haut de son dos en avant. Elle comprend, se penche en avant, met les mains sur le dossier du fauteuil, et écarte les jambes. Je suis à deux doigts d’avoir une télécommande pour la contrôler à mon bon vouloir.


Je prends son pantalon de pyjama vers les genoux, et je tire un coup sec dessus pour le faire descendre jusqu’à ses chevilles. J’ai alors le visage juste en face de sa chatte. Elle est très mouillée, déjà ouverte, et je vois son petit trou. Je la lèche un coup, puis je me lève rapidement, je prends ma queue dans la main, et je l’empale.


Elle est surprise, elle s’attendait à plus de douceur. Mais je veux qu’elle sache qu’elle m’appartient. Que je fais ce que je veux de son corps, et en particulier de ses trous. Si je veux la défoncer brusquement, c’est mon droit. Elle est à moi, elle est mon objet sexuel, et je veux que ça soit clair.


Encore une fois, ma queue explore sa petite chatte. Elle est toujours aussi étroite et douce. Mais cette fois, je veux la posséder et je veux qu’elle le sache. Alors je la pilonne aussi fort que possible. Pas le temps pour de la douceur. Je fais entrer et sortir ma queue à toute vitesse. Cette fois, elle gémit plus fort que cet après-midi. Elle essaie de les retenir, mais les bruits sortent hors de son contrôle.


Je la sens être poussée en avant sous mes coups. Elle se retient sur le dossier du fauteuil, mais il commence à reculer. Alors elle lève la jambe droite pour la mettre sur le fauteuil, et elle commence à donner des à-coups en arrière quand je m’enfonce en elle pour compenser le mouvement. C’est comme si on travaillait tous les deux à défoncer sa chatte. Ça rend les coups de queue encore plus brutaux. Mais je me rends bien compte qu’elle adore. Eve est une machine à baiser.


Elle commence à transpirer comme moi. Cette fois, elle fait un effort. Ses gémissements deviennent plus graves et se transforment en râles. Je ne sais pas depuis combien de temps je lui défonce la chatte, j’ai perdu la notion du temps. Mais je sais qu’elle va jouir d’un instant à l’autre.


A peine avais-je fini cette pensée qu’elle commence à trembler. Je sais qu’elle a des orgasmes violents et que quand elle se masturbe, elle doit arrêter de se toucher en attendant qu’il passe. Mais c’est moi qui ai le contrôle et je redouble mes coups en la tirant par les hanches à chaque mouvement. Je sens ses jambes partir et je la retiens tout en continuant mes coups dans son con.


Son orgasme semble durer des minutes entières. Elle n’en finit pas de trembler. Elle a arrêté de respirer quand elle a commencé à trembler. Je m’inquiète un peu, mais je continue à la prendre. Je veux que ça soit le plus gros orgasme de sa vie. Je veux qu’elle ait l’impression que son corps entier se résume à sa chatte. Je veux qu’elle ne puisse plus penser à rien pendant cet orgasme.


Après une éternité, elle reprend ses gémissements. Elle respire de nouveau. Mais ses bras ne peuvent plus la porter et elle se laisse tomber sur le dossier du fauteuil. Ses jambes ne peuvent pas bouger sans qu’elle tombe, donc elle se retrouve maintenant en triangle avec son cul formant l’angle.


Je continue à la prendre sauvagement et je sens mon plaisir monter. Je ne vais pas pouvoir tenir plus de quelques secondes. Quand je sens les couilles se contracter, annonçant l’arrivée de mon sperme, je m’enfonce d’un coup jusqu’à son col de l’utérus. Elle pousse un cri de surprise puis un soupir. Pendant ce temps, je me vide en elle. Ma queue se contracte encore et encore à l’intérieur de sa chatte. Mes jambes tournent en gelée comme les siennes.


Après l’orgasme, je me laisse tomber dans mon fauteuil, la queue encore raide. Probablement pas pour très longtemps.


Elle se met à genoux sur son fauteuil pour reprendre son équilibre, se met debout, puis s’agenouille entre mes jambes. Elle prend ma queue dans la main et la lèche pour la nettoyer. Elle arrive encore à me surprendre et à devenir encore plus sexy. Elle me donne une idée:


— OK ma salope, à partir de maintenant, quand j’ai joui, que ça soit en toi ou n’importe où ailleurs, tu dois nettoyer ma queue avec ta bouche.

— Oui mon maître, ça sera mon plaisir.


En voilà une bonne tradition.


Je la regarde lécher ma queue et la prendre de temps en temps en bouche jusqu’à ce qu’elle devienne molle. Pas de second round cette fois, je suis trop crevé.


Eve embrasse mon gland puis se relève, remonte son pyjama, et se met en boule sur son fauteuil. Elle est vidée. Mais pleine de mon sperme et heureuse.


Il est près de 23h et on va aller se coucher. Je sens que je vais m’endormir en 2 minutes.


Le Maître d’Eve 2021

Diffuse en direct !
Regarder son live