Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 14 375 fois
  • 96 J'aime
  • 7 Commentaires

Nous et les enfants

Chapitre 8

Inceste

Je vois que le réveil indique plus de quatorze heures, je suis réveillé depuis un petit moment mais je ne peux bouger Carole est enroulée autour de moi comme une liane j’ai un sein contre mon flanc et l’autre écrasé contre mon torse, une jambe en travers de mon bassin. Je sent sur ma cuisse une légère humidité sa chatte étant collée dessus. Comme elle est toujours inerte je caresse doucement son dos et sa fesse ce qui lui fait ouvrir un œil.


— Bonjour mon amour, j’ai dormi comme une marmotte j’étais épuisée par tant de jouissance.

— Je ne dirai pas le contraire vu le nombre d’orgasme que tu à eu, ton baume et tes pinces t’ont rendue incontrôlable sexuellement. Tu n’as pas vu le plus beau de la soirée par contre.

— Racontes moi.

— Marie à sodomiser son frère avec un gode ceinture pendant qu’il te possédait le cul.

— J’ ai bien senti un moment qu’il était plus puissant . Il n’a rien dit et s’est laissé faire ?

— Je crois même qu’il à aimé.Et toi aussi tu étais déchaînée, tu as dû mettre une bonne dose de baume.

— Oui je voulais passer une dernière soirée hard avec les enfants et toi.


Carole se décolle de contre moi, je me rends compte qu’elle a dormi avec les pinces.


— Tu les a garder toute la nuit.

— Je crois même avoir joué avec cette nuit.

— Tu es vraiment la plus grande salope que je connaisse et je t’aime comme cela.

— Moi aussi je t’aime, je suis folle de toi, tu me fais couler un bain mon amour ?


Il est presque seize heures lorsque toute la famille est réunie pour prendre un petit déjeuner rapidement et direction les chambres pour faire les valises sauf Marie et moi direction la piscine.


— Tu es en forme papa ? je prendrai bien ta queue dans ma chatte.

— Ecoute ma chérie je préfère récupérer pour être en forme pour maman ce soir, tu vas m’avoir huit jours rien que pour toi.

— Oui c’est vrai tu as raison de baiser maman avant son départ.


Je ne comprends pas les femmes et les bagages pour huit jours, Carole prend une grande valise et un sac de voyage, sa tenue est encore plus sexy que celle habituelle du travail et bien sûr elle a voulu jouir et partir pour son séminaire avec sa chatte pleine de sperme.


— Tu es habillée comme pour un rendez-vous galant plutôt qu’un séminaire de travail.

— c’est un peu un concours de celle qui sera la plus sexy, le grand patron tient beaucoup à avoir de belles secrétaires.

— Si j’ai bonne mémoire l’année dernière c’était plus que chaud sexuellement , tu m’avais avoué avoir eu du sexe tous les jours.

— Cela ne te dérange pas que j’ai des activités sexuelles dans le travail et puis ta fille qui va t’en demander pas mal je crois..

— Exact pour les deux ma chérie tu ne peux renier que tu es une salope totale et que Marie est une salope en devenir.


Martin me remercie encore pour sa voiture et le paiement du stage de Elona, cette dernière se frotte contre moi et m’embrasse ardemment.


— Ta queue va me manquer surtout nos sodomies du midi.

— Martin t’autorise à baiser ailleurs et aime que tu rentres les trous pleins de sperme.Je sais que tu ne vas pas te priver de te faire baiser et sodomiser petite salope.

— Tu me connais mieux que mes parents et je vous remercie tous de m’avoir guidée sur cette voie sexuelle débridée. Je te promets d’être une vraie salope pendant ce mois, je t’envoie des textos pour te raconter.

— Enfin seuls mon papa , ta petite salope est à ta disposition quand tu veux et où tu veux, on part à quelle heure ?

— Vers treize heures j’ai quelques dossiers à mettre à jour pour mon chef de vente.

— Je prends quoi comme affaires et je m’habille comment?

— Tu mets une robe ou jupe comme papa aime et tu prends juste tes affaires de toilettes, c’est prévu que je t’habille pendant ce voyage.


A treize heures piles Marie entre dans mon bureau j e lui faire signe de ne pas faire de bruit car je suis au occupé au téléphone et lui écrit sur un papier “ encore un quart d’heure”.Elle est vraiment comme sa mère un instinct de salope.Marie pousse mon fauteuil pour se glisser sous mon bureau et défait ma braguette pour sortir ma queue qui sous l’effet de sa main et sa langue devient raide et grossit à vue d’oeil. Je continue mon dialogue avec un gros client qui commande cinq tracteurs pour sa société de transport.


Cette petite salope me mène au bord de la jouissance, je pose ma main sur sa tête pour ralentir ses succions. Enfin la conversation cesse et je recule mon fauteuil, Marie bondit sur moi comme un rapace sur une proie, les pieds au sol elle a guidé ma queue dans sa chatte gluante et les mains accrochées sur le dossier du fauteuil elle entame une cavalcade comme un cheval au galop. Il faut peu de temps pour que nos jouissances éclatent en même temps.


Marie a emprunté une robe ou plutôt une micro robe à sa mère pratiquement transparente que sa mère utilise en rendez-vous libertin et qui est collée comme une seconde peau sur la sienne Ses tétons en érection tendent le tissu qui colle a ses seins et sa chatte est entièrement visible ainsi que les trainées blanches qui en découlent.


— Tu a fait fort pour ta tenue de voyage avec cette robe c’est comme si tu étais nue, elle ne cache rien au contraire.Si tu reste sans t’essuyer pas on vas vite voir des taches d’humidité devant et derrière.

— Je m’en fou complètement, je veux être ta salope intégrale toute la semaine et je me moque du regard et des commentaires des gens et je suis heureuse de voyager la chatte pleine de foutre.

— En parlant de ta chatte pleine tu n’as pas soulager un taxi en venant je t’ai trouvée très coulante.

— Non j’ai téléphoné mais il est de repos aujourd’hui. C’est simplement l’excitation d’être à toi toute la semaine et de baiser dans ton bureau pour la première fois.


Marie sera relativement calme pendant le trajet. Elle est éblouie par le luxe de l’hôtel ou le concierge lui a demandé une pièce d’identité pour savoir si elle était majeur.Lui est resté bouche bée devant sa tenue de salope et lorsque je lui ai précisé que c’était ma fille car on ne prenait qu’une chambre. La suite est spacieuse avec un grand lit au dernier étage de l’hôtel avec une vue magnifique.


— J’ai envie de baiser papa avant de prendre une douche.

— Et si on baisait sous la douche ma chérie , c’est une grande douche à l’italienne.


Quelques instants plus tard nos corps se frôlent et se frottent l’un contre l’autre, mon érection est totale.Marie enlève le savon sur ma queue pour me lècher et me sucer tout en me malaxant les couilles.


— Tu jouis dans mon cul papa.j’aime avoir deux queues en moi.

— Je vais acheter des godes demain et d’autres jouets pour toi.


Nous nous habillons pour aller dîner, je donne à Marie un petit paquet cadeau qu’elle ouvre.


— C’est quoi il y a 3 pinces je n’ai que deux tétons.

— Une pince pour ton clito.

— Je vais avoir mal c’est très sensible ?

— Non ma chérie regarde bien une des pinces est recouverte de velours pour ne pas te faire mal et pour les autres tu as le choix de trois modèles de pinces.

— Tu me pose les pinces papa d’abord le clito puis celles qui ont les dents plus fines et longues .


Un petit frémissement pour la pince sur le clito et un petit rictus avec les dents acérées des pinces à tétons.


— Je ne pense pas que celle du clito soit aussi agréable, par contre les autres ca pique dur quand la pince mord la chair de mes tétons.

— Tu veux en changer ?

— Non j’ai voulu les plus pointues je les garde, je vais m’habituer.


Notre couple attire beaucoup les regards, un vieux de plus de quarante ans et une jeune femme et beaucoup doivent penser qu’elle est mineure. Surtout les regards au travers de sa robe qui expose ses seins avec ses tétons munis de pinces ainsi que son clito tous les trois reliés ensembles par une chaînette.


— Papa je mouille, je suis trempée ma chatte n’as jamais coulé autant. Je suis au bord de la jouissance.


J’attire Marie dans un petit passage et effleure sa chatte et ses tétons ce qui déclenche une jouissance incontrôlée, ses cuisses sont aussi mouillée que si elle faisait pipi.


— Oh papa tu me fais découvrir des jouissances incontrôlées et tellement fortes, je t’aime.

— Moi aussi ma chérie je t’aime,maintenant on va manger.

— Je suis morte de faim, jouir cela ouvre l’appétit.


Certains convives en oubliaient de manger les yeux fixés sur Marie qui attirait tous les regards envieux de beaucoup d’hommes et certainement de quelques femmes rêvant d’être à sa place.Un bip sur mon téléphone indique la réception d’un message venant de Carole. Cette dernière nue est prise par deux hommes et suçant un troisième.


— Regarde ta mère elle ne s’ennuie pas non plus.

— La salope que ce qu’elle prend , pourquoi elle t’envoie cette photo ?

— En réponse à celle que j’ai envoyée de toi et puis quand nous avons des aventures extraconjugales on échange des photos on ne se cache rien.

— J’espère trouver un homme comme toi papa,tu lui a envoyé combien de photos de moi ?

— Trois ma chérie , une première avec tes chainettes , une seconde avec ta robe et une dernière quand tu jouis sur laquelle on voit bien ta cyprine qui a couler. Elle nous enverra ces impressions quand sa soirée sera finie.


Repas terminé direction l’hotel.

Diffuse en direct !
Regarder son live