Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 3 287 fois
  • 6 J'aime
  • 3 Commentaires

Nouveau Départ

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Nous faisons tous des rencontres qui nous révèlent à nous-même et changent notre vie en ce qu’on n’osait pas imaginer ou espérer. Il s’agit d’une histoire vraie. De notre histoire. Ainsi tous les passages/chapitres ne seront pas uniquement qu’érotique ou pornographique, mais aussi des moments de vie, d’émotions et de remise en question. On s’est connu en octobre 2012, cela fait maintenant 7 mois qu’on se connait et se découvre chaque jour. D’ici 2 semaines nous nous rencontrerons pour la première fois. Le début on espère, d’une longue histoire…


Histoire que nous avons voulu mettre par écrit et partager.. Bonne lecture à vous



On vient de faire l’amour. Allongés tous les deux côtes à côte, K me caresse tendrement le dos en s’excusant. Il aimerait pouvoir profiter plus, m’emmener « plus loin », mais c’est trop bon, il ne résiste pas, et jouit trop vite. J’avais bien saisi. En un an de relation, j’ai joui deux fois, mais il ne s’en est jamais inquiété. Un câlin, et dodo. Il se lève demain. Moi non, mais pour garder le rythme et ne pas dormir jusque 13h, on me réveille.

« On », ou plutôt « il » A. Je pense à lui justement. J’espère qu’il n’oubliera pas. J’ai hâte de l’entendre. Lui que je connais depuis 1 mois et avec qui je m’entends si bien. Un mélange de douceur et de caractère. Une attraction inexplicable et des frissons que n’ose avouer. On prend vite goût à ce moment. Celui où il me tire de mon sommeil pendant sa pause du matin. Il aime ça, moi aussi.

Lundi 9h, K part au bureau. Je me rendors. 10h30. C’est lui, A. J’émerge doucement et je décroche. Quelle joie de l’entendre. Sa voix douce et tendre, terriblement sensuelle. L’excitation nait de manière inattendue, et je me caresse en lui parlant. J’ai envie de lui dire ce que je fais, j’ai envie de le chercher. J’ose. Je soupire, il l’entend. « Je me caresse, et quand tu vas raccrocher, je me ferai jouir ». Il est surpris, rigole, mais ne juge pas. Notre complicité nous lie. Il raccroche. Je continue à me caresser et jouis. Putain que c’est bon ! J’aime qu’il sache ce que j’ai fait.

Mardi 9h, même routine. 10h30, j’ouvre les yeux et sa voix résonne en moi. Pas de gêne par rapport à hier, une complicité et une chaleur habituelle. « Alors comme ça tu te caresse et tu me le dis avant de raccrocher, j’y ai pensé toute la journée. C’était bon ? ». Je souris, je ne sais ce qui me pousse à lui répondre : « Oui, très, j’aime ta voix et ce qu’elle m’inspire, d’ailleurs… ». Je ne peux retenir un gémissement. Court, léger, mais néanmoins significatif du plaisir que je ressens et qui monte. Il est très attentif, surpris, mais pas en mal. Il rigole et me dit  « Je vais devoir y aller »… Je continue à gémir à ses oreilles, pour le chercher, avant de lui dire «Très bien, je vais finir ce que j’ai commencé, bonne journée. »

Mercredi, même heure, même personne, mêmes envies. Je le sens curieux, à l’affut, excité ? Peut-être. Nous savons tous les deux ce que je vais faire, aussi je ne perds pas te temps. Je veux l’exciter et le laisser imaginer mes caresses. Je le cherche, il le sait. Le plaisir monte, c’est bon, ça fait si longtemps que je ne m’étais pas caressée, et je suis en manque… Très vite, j’ai envie de jouir, il le sent et soupire à son tour. J’ai réussi dirait-on. Penser que ça puisse l’exciter me donne le déclic manquant, mes doigts me remplissent et caressent mon clito trop longtemps oublié. Je jouis. C’est fort, puissant, et terriblement bon. « Désolé j’en avais trop envie, tu m’inspire, ta voix…  ». Je sais qu’on se parlera dans la soirée, qui promet d’être intéressante…

Voici les débuts de notre histoire peu commune. Notre complicité, notre aisance à se comprendre, se ressentir, et sa voix. Douce, tendre, rassurante. Je ne sais expliquer pourquoi mais elle me perturbe, me retourne, et m’excite…

Petit à petit l’on commence à jouer, toujours le matin, au téléphone, puis l’on se cherche aussi le soir, on discute de ce que chacun de nous a pu vivre, et de ce que l’on aime. Il comprend vite que j’ai raté beaucoup de choses. Je comprends vite qu’il en connait plus que moi. Ce qui m’excite encore plus. Mon fantasme ? Un homme qui prend les choses en main, sait ce qu’il veut, et réussira à nous dominer, moi et mon fort caractère. A ce moment-là je suis loin de m’imaginer la tournure que vont prendre les choses.


Assez naturellement, je le laisse donner les directives. Je m’applique à faire ce qu’il demande. C’est une façon de le laisser prendre au part au jeu. Il sait précisément ce que je fais, me guide, et ça nous excite. Un homme qui n’a pas froid aux yeux, assume ses envies et dirige…  J’effleure du doigt ce que je pensais alors n’être qu’un simple fantasme. Et j’adore ça.

Un jour il me propose d’introduire des jouets dans nos moments. C’est une première pour moi. Je suis curieuse. Je dis oui et écoute sa suggestion. Des boules de geisha ? Mmm, je ne connais pas, alors pourquoi pas… Je dis oui. Seulement moi, je n’y connais rien. « Tu t’y connais mieux que moi et je veux que tu décides pour moi. Choisis-les ! ». Il semble surpris, mais je l’entends sourire. J’aime assez l’idée qu’il s’échauffe l’esprit en cherchant sur le net celles qu’il voudra me faire acheter et porter. Il les trouve, je commande. Il ne s’attendait pas à ce que je sois si réactive. Tant mieux, j’aime surprendre. En fait, j’aime LE surprendre.

Les boules de geisha ne s’avèrent pas à la hauteur de nos espérances, mais on aura essayé. « Pas grave, il y en a plein d’autres que j’aimerais te faire essayer. » Intéressant. Je frissonne d’impatience, pleine d’interrogations. Mais cela n’arrivera finalement que bien plus tard.

Moi en couple, amoureuse d’un homme avec qui rien n’est possible. Lui célibataire, règle ses histoires avec une et essaye d’en oublier une autre. C’était un couple libre avec elle. Il aime s’amuser. Je suis plutôt exclusive, et pourtant, je me fais jouir avec lui. Compliqué tout ça. On ne cherche pas à savoir ce qui se passe. Ça nous fait du bien au moral. On s’amuse.

Il voit quelqu’un ce soir. Je sais qu’il attire les femmes. Très bien, de toute façon ça ne me regarde pas. Mais merde alors, pourquoi l’idée ne me plait pas du tout. Problème. Je n’aime pas ce que j’ai ressenti à cette annonce. Je me fige et prend du recul. Il le sent et cherche à savoir ce qui ne va pas. Je ne sais pas, et je n’ai pas envie d’en parler. De toute manière je n’ai rien à penser, ni à dire, c’est sa vie il fait ce qu’il veut, je suis avec quelqu’un. Et pourtant.

On parle et décide de quelque chose. On se dira tout. Lui quand il est avec quelqu’un, moi quand je couche avec mon homme. D’accord. Peu de temps après, j’honore notre deal, je suis franche et lui dit. Je suis gênée, mais de quoi au juste ? Lui est surpris de ma sincérité, reste très détaché et trouve ça normal. A ce moment je me dis que si lui s’en fiche éperdument, alors pourquoi ai-je réagit comme ça la dernière fois ? Je me sens vraiment stupide.

Ca fait maintenant quelques semaines qu’on se parle plusieurs heures par jour. Le temps passe vite en sa compagnie. Il est surprenant. De premier abord, une fragilité apparente à laquelle il ne faut pas se fier. Il sait ce qu’il veut. Il est tendre et attentionné autant que direct et autoritaire. J’aime cette dualité chez lui. Il sait me faire l’amour autant que me baiser. Et ça me rend folle.


Jour après jour on se dévoile. Autant sur nos personnalités, que sur nos désir et envies. J’en viens à lui confier que je rêve d’être vraiment totalement dominée. Lui me dit qu’il aime ça, c’est son truc. Hum, intéressant. Plus qu’intéressant même, ça m’excite particulièrement à vrai dire. « Très bien, donc à partir de maintenant on va faire comme ça, tu m’appelleras Maître. Lorsque je te dirais quelque chose tu diras Oui Maître.» Pourquoi pas, je vais le laisser mener le jeu où il veut « Oui Maître. » Je l’entends soupirer de plaisir, ce qui fait aussitôt réagir mon corps.

Plus ça va, plus on ose. Un jour il parle de vouloir jouer avec mon cul. Quelle délicieuse idée. Mais je dois lui dire. « J’ai essayé avec mon ex une ou deux fois. Il n’a rentré en moi que son gland et ne me l’a jamais enfoncée plus que ça. Et mon actuel ne veut même pas en entendre parler. Ce n’était pas l’envie qui me manquait mais bon voilà, c’est peut-être toi que ça va déranger… » Je l’entends sourire, soupirer. Ça a l’air de lui plaire. « Et en plus une petite vierge. C’est loin de me déranger, au contraire. » Un frisson me parcours, et j’en ai envie plus que jamais. Je veux le sentir s’occuper de mon cul, m’ouvrir et enfoncer sa queue profondément en moi… C’est fou ce que j’ai envie de lui, mon corps le réclame, je veux lui obéir, lui appartenir. Je veux découvrir de nouveaux plaisirs, de nouvelles expériences, j’ai confiance en lui peu importe où il m’amène, il sera avec moi et ne brusquera rien.

Un soir il me dit qu’un de ses fantasmes serait de faire couler de la cire sur les seins, et la chatte de sa partenaire en lui enfonçant profondément sa queue où il en a envie… L’idée fait son chemin dans mon esprit. Je joue souvent avec de la cire, j’ai toujours aimé son contact sur mes doigts, et ma main. J’ai envie de le chercher. Ce soir il est chez des amis. Je fais chauffer ma bougie et lorsque je peux, je verse la cire sur mes seins. J’aime la sentir couler, je laisse sa chaleur m’envahir et je me caresse. Je prends une photo et lui envoie. Il est surpris, et apprécie énormément la surprise. Quelques jours plus tard, je suis curieuse de sentir l’effet que ça me ferait en me la versant sur la chatte. Il avait déjà reçu des photos d’elle avec les boules de geisha enfoncées en moi mais là, je suis curieuse de voir sa réaction avec de la cire, et j’ai hâte. Lorsqu’il y en a assez, je la fais couler lentement sur moi. J’aime être surprise par sa chaleur, la sentir couler sur moi, la sentir se répandre et glisser jusqu’à mon cul. J’imagine sa queue en train de me prendre. J’aimerais le sentir jouir au fond de moi à ce moment-là et je jouis moi-même à cette idée. Je prends une photo et lui envoie. Sa réaction ne se fait pas attendre. Il adore et ça l’existe autant que moi. « Je veux que tu saches que je te suivrais, et que ça ne me fait pas peur, j’ai envie que tu m’amène là où tu veux. » Mon Dieu que j’aime le surprendre, le suivre dans ce qu’il dit, et veut. Je veux lui obéir, et je veux qu’il le comprenne.

Je veux un chat, pour les câlins. Il est allergique, tant pis. Il veut un chien, pour me baiser avec lui. Un autre de ses fantasmes ? Il a hésité à m’en parler mais je l’y ai poussé. J’aime ce que je découvre. Il m’évoque les cuisses grandes écartées, ce chien me léchant pendant que je le suce. Mon corps réagit et je mouille instantanément, excitée à l’idée d’être totalement libérée de mes envies, et de les vivre avec lui. Je me caresse, c’est tellement bon. Il m’entend. « Tu es une vraie petite chienne, tu aimes qu’on te baise, mon Dieu j’aime ça… » Moi aussi j’aime ça « Oui Maître, j’aime ça, baise moi avec notre chien et faites-moi sentir vos queues. » Il continue. Je l’écoute et je les imagine me prendre, soumise à leurs envies. J’imagine ce chien m’enculer et jouir au fond de mon cul pendant que je le suce et qu’il jouisse au fond de ma gorge ou sur moi. Tout ça m’excite tellement que je jouis. Lui aussi. Encore, j’en veux encore.

Diffuse en direct !
Regarder son live