Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 446 fois
  • 40 J'aime
  • 2 Commentaires

Nouvelle ange

Chapitre 6

Cathycat

SM / Fétichisme

Je suis excitée et frustrée, je me relance sur le chat. Peu de francophones intéressants en ce début d’après-midi. Je repère une habituée connectée. Sous son pseudo Catycat, un drapeau bleu,blanc, rouge 75 un F et 61 ans. Je jette un œil à son profil très bref. Elle se dit libre et libérée, rencontre homme et femme. 2 photos sur lesquelles on ne voit ni visage ni corps dénudé, mais une grosse paire de fesses moulée dans un jeans et un lourd décolleté. Je l’aborde. Elle répond à mon bonjour, elle me demande si je suis réellement une femme, je lui assure que oui. J’imagine qu’elle aussi est en train d’étudier mon profil. Elle me demande ce que je cherche, je lui fais part de mon envie de rencontrer quelqu’un avec qui passer un bon moment. Elle m’annonce qu’elle n’est pas branchée SM. Dommage. Je lui demande à mon tour ce qu’elle recherche, elle me déclare avoir une passion pour les petits trous. Je reprend espoir. Je me présente comme une personne très curieuse et très ouverte.


Elle me répond que dans ce cas on pourrait peut être jouer ensemble. Sans plus de préliminaires je lui propose de se rencontrer, elle est disponible, elle accepte.

Je me douche, je me maquille peu et m’habille dans le style de ses photos, jeans et pull-over. Une heure plus tard, je l’a retrouve à la terrasse d’un café non loin de chez moi. Elle m’attend confiante,assise devant un café une cigarette à la main. je la vouvoie, elle me tutoie. Elle me regarde avec méfiance, c’est assurément une femme de caractère. Elle fait son age, son visage a vécu, Sa silhouette est massive mais reste féminine. Elle est infirmière. Elle est directe, elle me parle des rencontres qu’elle a fait sur le site, sans aucune pudeur, comme pour me tester. Qui l’a baisé, qui elle à sodomiser, des hommes principalement. Nous avons des connaissances en commun. Jamais je n’avais eu une conversation aussi cru avec une femme, de surcroît de cette age et ça me trouble. Je lui avoue qu’elle est la première personne que je rencontre, ça l’a fait sourire.


Elle me déclare fantasmer sur le cul des femmes et des hommes et en cherche toujours de nouveaux qui l’inspire pour jouer avec. Jouer reviens souvent dans ses phrases. Elle trouve facilement des hommes qui veulent se faire baiser, mais les femmes sont beaucoup plus rares. Elle me raconte avoir rencontré une asiatique très cochonne.


J’ai envie d’être de ceux là, ceux avec qui elle joue, a qui elle a visité le cul à coup de sex-toys et godes ceinture. Je me porte volontaire pour être son jouet très obéissant. Une petite point ede malice éclaire son visage. Je lui propose de venir chez moi, elle accepte.


On s’installe dans le salon, je nous sers du vin rouge et je lui demande ce que je dois faire, elle me dit de me déshabiller en commençant par le bas. Elle fume et bois en me regardant me débarrasser de mes chaussures, je me lève pour retirer mon jeans et ma culotte, le pull que je porte encore m’arrive à la taille, de sa main elle m’arrête et me commande de défiler devant elle. Les fesses à l’air, je passe et repasse, je m’approche et je m’éloigne. Quand je suis près d’elle.


— Approche, retourne toi.


J’obéis.


— Joli cul.


Elle glisse sa main sur mes fesses, puis un doigt dans ma fente, elle récolte de la mouille et le porte à sa bouche.


— ça t’excite de me montrer ton cul ?

— Oui madame.


Elle pose le bout d’un doigt humide sur mon anus et le perce, sans plus de considération elle le fait entrer entièrement.


— Il est serré ce petit cul.


Je suis comme assise sur sa main avec son doigt qui coulisse dans mon rectum, elle ne touche aucune autre partie de mon corps, juste son doigt dans mon cul et son regard qui me toise.


— Tu m’as l’air d’être une sacrée coquine. Tu vas faire tout ce que je te demande ?

— Oui madame.

— Retire le reste.


Je m’exécute


— Je n’aime pas les poils on les rase ?


J’acquiesce sans hésitation. J’ai encore chez moi le nécessaire de rasage de mon ex. Je l’a guide jusqu’à la salle de bain, je m’assois sur le bord de la baignoire les jambes ouvertes. Elle s’assoit sur un tabouret entre mes cuisses. D’une main douce elle fait mousser le gel sur ma toison, de l’autre elle faisait glisser le rasoir menaçant,elle me fait retourner pour me raser minutieusement le tour de l’anus, elle prend son temps. Quand elle a terminé nous retournons dans le salon, elle toujours vêtue, moi débarrassée de ma toison je me sens plus que nue, elle contemple son œuvre un moment.


— Tu as des jouets ? va les chercher.


Je dépose sur la table basse devant elle un flacon de lubrifiant et trois godes, un petit qui vibre, un réaliste monté sur une ventouse et un démesuré. Elle sourit, elle me tend le plus petit gode.


— Enfile toi ça.


Je m’installe sur le tapis devant elle. Couchée sur le coté, je relève une jambe, je me lubrifie généreusement le pourtour de l’anus, puis dedans en me doigtant à mon tour. Je m’introduis le gode lentement et entièrement en prenant soin de ne rien lui cacher. Elle me regarde imperturbable en fumant sa cigarette. Je m’enfile la queue en plastique jusqu’à la garde puis la ressort entièrement, mon anus se referme puis je le force à nouveau, encore et encore. Ça me plaît de me montrer obscène aux pieds de cette femme qui reste de glace. Cela fait clairement écho à des moments que j’ai vécu il y a peu de temps. Mais je n’ai pas envie d’y penser maintenant.


Elle me commande de me mettre à genoux sur le tapis, puis de m’asseoir sur le 2e gode posé au sol. Elle fait tomber sa culotte en satin noire par dessous sa jupe et s’en débarrasse, elle se place debout devant moi en me tournant le dos. Elle porte des bottes noires à talons. Elle relève sa jupe. En se plaçant au dessus de moi, elle dépose précisément son anus sur ma bouche et me dit, lèche. Avec application je fais glisser ma langue sur toute la longueur de sa raie, son odeur de chatte et de cul m’envahis, je m’aide de mes mains pour maintenir ses lourdes fesses écartées, j’embrasse de toute ma bouche son trou du cul joufflu, elle se tortille sur moi, je me tortille sur mon support que je loge entièrement. Après quelques minutes elle se rassoit et fume encore.


Elle me fait basculer et je suis à 4 pattes elle me débarrasse du gode pour le remplacer par deux de ses doigts qu’elle active en un mouvement régulier de va et viens, patiemment elle s’affaire à me dilater le cul. Puis après l’avoir généreusement lubrifié, elle me présente le plus gros gode. Il nous faut un long moment pour le faire entrer et que j’accepte l’engin, d’abord en levrette puis sur le dos les genoux relevés elle me lime le cul lentement sans jamais me heurter. Dans un miroir je la vois manipuler l’énorme chibre noire à deux mains qui entre et sort de mon cul blanc pour notre plus grand plaisir à toute les deux. Elle fait des pauses pour fumer encore, alors elle s’assoie et me regarde de haut. Je prend à mon compte de faire coulisser l’engin dans son logement ou je l’ôte pour me doigter lentement à ses pieds en silence en bonne soumise docile, en attendant qu’elle redispose de moi.


Après plusieurs pauses mon anus est anormalement gonflé, je peux en faire sortir de la chaire rouge ou le maintenir grand ouvert du bout des doigts, j’y fais passer ma main sans le pouce sans problème. Elle sourit satisfaite.


— Met ta main toute entière.


Je joins mon pouce aux autres doigts et pousse jusqu’à faire passer le fort de ma main. Étrange sensation que de se sentir dans son corps.


— Branle toi le cul.


Je vais et viens ce que me permet mon poignet, c’est inconfortable. Elle s’agenouille entre mes jambes retire doucement ma main et la remplace par la sienne, elle entre les doigts dépliés et forme son poing une fois entrée, très doucement, la sensation est complètement différente. Cette fois je suis belle et bien son jouet, sa marionnette, elle me caresse depuis l’intérieur de mon cul. Elle me possède, je m’abandonne et j’adore ça. Je commence à souffler, elle s’active dans mon cul et sait me faire gémir. Sa main libre me pétri les fesses puis aborde ma chatte et se rapproche irrémédiablement de mon poing culminant et quand elle fait la jonction avec mon clitoris j’explose, mon rectum se détend puis se contracte sur son poing mon corps tout entier est pris de spasmes et je cris mon bonheur. Je crois perdre connaissance tant le plaisir est intense.


Elle retire avec précaution sa main et vient s’allonger sur le tapis à coté de moi pour glisser sa langue dans ma bouche, je l’embrasse fiévreusement reconnaissante. Elle prend ma main pour la glisser entre ses jambes, je comprend qu’elle veut que je la branle, je m’y emploie, elle joui rapidement, discrètement. Il est presque 20 heure, voilà des heures que je me fais défoncer le cul sans que je n’ai vu le temps passer. Elle m’assure que dorénavant elle s’intéressera d’avantage aux petites soumises. Elle passe un moment dans la salle de bain et s’en va.

Diffuse en direct !
Regarder son live