Le site de l'histoire érotique

Ma nouvelle collégue

Chapitre 1

Un rendez vous sensuel

182
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 12 627 fois

182

4

Salut à tous avant de commencer ma première histoire publiée sur ce site je vais me présenter dans les règles de l’art. Je m’appelle Alexanne j’ai 23 ans et je travaille dans une boutique de lingerie, je vis dans la région parisienne, célibataire, je fais 1m60 avec une carrure que l’on pourrait qualifier de très correcte, en effet j’ai une très belle poitrine, 90B, que j’adore mettre en avant pour que les passants y plongent leur regard. Et puis j’ai mes fesses, qui ne sont pas trop grosses mais bien bombées.


Je vais donc vous raconter une histoire vraie qui s’est passée il n’y a pas si longtemps avec une collègue de mon travail, dont je vais taire le nom bien évidemment pour des raisons de vie privée et que l’on appellera Lara.


Cela faisait donc plusieurs semaines qu’elle était arrivée dans la boutique, on se parlait tous les jours, on s’entendait vraiment très bien. Depuis qu’elle avait été engagée, des pensées chaudes et humides envahissaient mon lit presque chaque soir. En effet son corps était parfait, à faire tomber n’importe qui à ses pieds. Elle était de la même taille que moi, une chevelure rousse flamboyante, des seins petits mais adorablement sexys que l’on pouvait deviner en regardant son décolleté, et pour finir un cul d’enfer, on pouvait facilement voir les heures de squats qui avaient modelé ses fesses, qui sont de plus mises en valeur par des leggins et un string.


Je parlais de cette fille qui me rend folle à ma meilleure amie à chaque fois qu’on se voyait et elle me répétait qu’un jour j’allais devoir me jeter dans la gueule du lion et ça serait quitte ou double. Un soir après avoir pris mon verre de vin de l’apéro, je restais stoïque dans mon canapé en train de repenser à ce qu’elle me disait. Ce soir-là a été la révélation, je pris mon portable et envoyai le message à ma meilleure amie :


— Tu as raison, demain je me lance et merde on verra bien !


Je reçus dans les deux minutes qui suivent :


— Voilà ma belle, prends ton courage à deux mains, tu verras elle va fondre devant ta beauté.


Avec cette réponse je ne pouvais pas mieux aller, j’étais prête à affronter cette succube qui hante mes fantasmes.

Le lendemain, je me lève le sourire aux lèvres, direction ma salle de bain. Je me déshabille devant mon miroir, je me regarde et m’admire parce que j’aime avoir du désir pour mon propre corps. Des petites caresses sur mes seins font lever mes tétons emplis d’envie. Je dirige ensuite ma main droite en direction de mon mont de Vénus, je suis déjà trempée après avoir pensé à cette fille que je vais bientôt voir. Un doigt se glisse en moi et un gémissement sort de ma bouche. Je sens que je veux, que je peux en prendre plus. J’ajoute un deuxième, puis un troisième. C’est trop bon, ma tête tourne, ma main gauche agrippe le lavabo pour ne pas tomber. Mes gémissements se font de plus en plus entendre dans mon appartement. Mais ce n’est pas encore assez, il m’en faut toujours plus, je regarde autour de moi et tout ce que j’arrive à atteindre est ma brosse à dents électrique. Sans réfléchir je la mets en marche et la plaque sur mon clito qui me déclenche un orgasme éclair et un cri de jouissance.



Je me réveille de ce plaisir qui n’a que trop duré et qui va me mettre en retard pour le travail. Je me douche, m’habille, me maquille en moins de temps qu’il en faut pour le dire et direction la boutique !

Arrivée sur les lieux de ma prochaine épreuve, je dis bonjour à toutes mes collègues. Puis elle se présente à moi avec un sourire d’ange, ses yeux qui transpercent mon âme et ce sourire qui illumine ma journée. Pendant tout le début de la journée mes regards se font plus insistants et je crois bien qu’elle le remarque, le plus étrange c’est qu’elle répond par ce même regard d’une envie enfouie.


A la pause du déjeuner et après avoir mangé je me décide à aller la voir. Elle était dans notre salle de détente pour employés, seule à une table. Je prends mon courage en main et m’approche, elle me regarde d’un air interrogateur et avec un ton doux et timide je lui demande :


— Je peux m’asseoir à côté de toi ? Tu ne serais pas contre un peu de compagnie !

— Bien sûr que non je t’en prie, avec une compagnie telle que toi je ne peux refuser.


La conversation commence plutôt bien me dis-je.


— Dis-moi, je me disais que ça fait maintenant plusieurs semaines que tu travailles ici et qu’on n’a pas pris le temps de parler correctement autour d’un verre. Alors je me disais, si tu veux, que ce soir après le boulot, vers 19h, on peut aller boire un verre à côté ?

— Quand les grands esprits se rencontrent ! Je me disais exactement la même chose, que ça pourrait être intéressant de se connaître plus en profondeur l’une et l’autre.


« Plus en profondeur » ? Avait-elle dit ça exprès ? Cette phrase m’avait donné un coup de foudre dans le bas-ventre. Mais je repris vite mes esprits et continue :


— D’accord donc 19h je t’attends à la sortie de la boutique.


Après s’être échangé un regard pour se dire à tout à l’heure, la journée passa vite avec de temps en temps des clins d’œil qui se perdaient.

Il est 19h, après avoir terminé mes dernières tâches je prends mon manteau et attends Lara devant les portes principales. Après 10 minutes d’attente elle arrive enfin dans toute sa splendeur, je reste immobile jusqu’à ce qu’elle s’adresse à moi.


— Alors on y va prendre ce verre ?


Avec un grand un sourire me demande-t-elle.


— Bien sûr ! Suis-moi !


Après dix minutes de marche, on se pose enfin sur la terrasse du bar, le serveur vient prendre nos commandes, deux verres de vin blanc, puis j’entame notre discussion.


— Alors pas trop longue cette journée ?

— Si interminable ! J’avais hâte de venir prendre ce verre pour enfin me détendre.

— Tu m’étonnes ! Sinon parle-moi un peu de toi, présente-toi.

— Très bien, alors comme tu le sais déjà je m’appelle Lara j’ai 22 ans et je travaille à la boutique depuis maintenant 3 semaines. Je vis seule dans mon petit appartement, j’adore sortir en boîte mais parfois un petit livre me fait du bien. Je suis célibataire depuis 2 ans. A toi maintenant !

— Intéressant ! Moi c’est Alexanne, j’ai 23 ans, je travaille depuis 1 an à la boutique. Je vis aussi seule et célibataire depuis 1 an et j’adore surtout ce qui concerne l’art, donc les musées, expos etc...


Après une bonne heure de discussion sur nos vies privées et trois verres de vin descendus, je décide de payer et de l’inviter à dîner chez moi et elle accepte avec joie. Vingt minutes, le temps de rentrer à mon appartement, on prend l’ascenseur direction le troisième étage. J’ouvre la porte et je lui dis de faire comme chez elle, on enlève nos manteaux et on s’installe dans le canapé. On se regarde dans les yeux sans rien dire, une tension électrique s’installe dans la pièce. Je décide de casser le silence.


— Sinon... tu veux manger japonais ?


Un peu surprise, elle me répond.


— Euh... oui bien sûr !


J’attrape mon téléphone et commande le japonais qui sera là dans 45 minutes environ. La tension revient, les regards se croisent, je me décide à faire le premier pas et je pose ma main sur sa cuisse. Elle rapproche sa tête de la mienne. De plus en plus jusqu’à ce que nos bouches s’embrassent.