Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 11 113 fois
  • 80 J'aime
  • 8 Commentaires

Nouvelle vie de Julie

Chapitre 8

Soumise à tous ses voisins

Avec plusieurs hommes

Soumise à tous ses voisins

La vie conjugale de Julie reprend son cours avec ses nouveaux voisins.

Son mari semble les apprécier, il y a des soirées barbecues, des apéros dînatoires et autres festivités avec les voisins du quartier.

Le chien du voisin a adopté Hissa, ils sont souvent ensemble.

Ainsi son voisin Hissa a pris l’habitude de baiser Julie le plus souvent possible et lui trouve toujours de nouvelles idées de débauche et surtout d’humiliation.

Quand il le souhaite, soit dans la cabane à côté de sa maison pendant les barbecues, le soir tard dans le salon quand son mari est couché. Il fait d’elle ce qui lui plaît.

En effet, depuis un an, Hissa a décidé de la partager avec d’autres voisins du quartier qu’il a choisi. Julie est donc offerte comme une pute aux bites de leurs voisins qui la baisent dans son garage. Julie ne sait pas qui la baise. Mais elle imagine qu’eux savent. Julie a remarqué plusieurs regards lubriques chez certains de ses voisins de quartier.


C’est un sentiment particulier de ne pas savoir.

Ils sont une famille très bien intégrée dans leur quartier et il y a toujours une soirée chez l’un, un apéro chez l’autre. L’idée qu’elle se fasse baiser par tous ses voisins comme si de rien n’était, à l’insu de son mari, excite beaucoup Hissa. Mais Julie aussi, elle se l’avoue !


Elle croit que Hissa a comme projet de faire de son mari le plus gros cocu de la ville !

Un soir, lors d’un apéro dînatoire, ils sont dans son salon et comme si de rien n’était, la soirée se termine. Julie pense qu’ils vont en rester là, mais elle se trompe. Moussa les invite à finir la soirée chez eux. Julie est réticente au grand étonnement de son mari qui adore Hissa et sa famille... Le pauvre s’il savait !


Hissa demande à Julie de passer chez lui vers minuit. Julie passe donc par son jardin discrètement et arrive dans sa cuisine où elle voit une belle tenue sexy en dentelle noire qui l’attend.

Une fois en tenue, elle va dans le garage où Hissa l’attend avec à la main un masque intégral en latex. Julie en conclut à une soirée SM. Il l’a fait s’allonger le ventre sur un banc et lui attache les deux mains et les genoux aux pieds du banc. Elle se retrouve en position de levrette sans pouvoir bouger.


Sur cette mise en place, Hissa lui annonce qu’il a une surprise pour elle. Julie devine aisément la suite. Elle est ainsi attachée, le cul offert, elle entend des pas.

Hissa s’assoit dans un fauteuil, il la regarde, l’air très satisfait.

Il la ramène vers lui, il lui roule un patin, elle fond. Il lui crache dans la bouche.


— Maintenant, tu vas faire ce que je te dis petite pute !

— Oui Maître !


Hissa lui attache un collier autour du cou.


— Tu es belle ma chienne ! On va bien s’amuser ensemble !


Une petite tape sur les fesses.


— Allez ma chienne ! Suce ton Maître !


Julie commence à lui lécher la queue. Elle le lèche bien tout autour du gland, le long de sa tige, descend vers ses couilles. Une fois bien dur, il lui enlève sa queue de la bouche et lui dit :


— Lèche-moi le cul ma chienne ! Montre-moi que tu adores ton Maître !


Julie glisse plus bas et avec sa langue commence à farfouiller son cul. Elle se donne à l’ouvrage, se délecte du cul de son Maître.


— Prends-moi en bouche !!


Julie avance encore en avant sa tête, ouvre grand sa bouche et engloutit la verge d’Hissa.

La petite porte du garage s’ouvre et se referme, quelqu’un est entré.

Julie la tête entre les cuisses de Hissa, avec sa bite dans la bouche, voudrait bien voir qui vient d’entrer, mais ses liens l’empêchent de bouger.


— C’est lui que tu as amené Moussa ?

— Heu ? C’est celui que j’ai trouvé ! Papa.

— Elle aime la grosse bite, pour l’autre trou, tu en prendras un autre, plus c’est gros plus elle aime.


Julie, penchée sur la verge de Hissa, essaye d’entendre la conversation, car il a resserré ses cuisses emprisonnant ses oreilles. Lorsqu’elle sent soudain une langue râpeuse passer et repasser sur sa vulve. Julie a compris que c’est un chien qui la lèche.

Hissa attrape la tête de Julie et la force à reprendre sa bite en bouche, il l’immobilise à nouveau et lui dit :


— Oh là ! Tu es ma chienne !! Alors là, je veux que tu sois une chienne ? Laisse-toi faire comme avec Pierrot !


Il l’offre au chien du voisin après avoir vu les vidéos de Pierrot.

Le chien baise Julie devant Hissa pendant qu’il filme et se branle. Son chien gicle des quantités impressionnantes de sperme dans son puits d’amour.

Hissa aime l’entendre jouir. Car oui elle jouit. Comme Julie aime ça !

Il l’a fait devenir une chienne dans son garage où maintenant des maîtres amènent leurs chiens pour saillir la femelle. Julie se fait baiser par plusieurs chiens dans ce garage et devant plein de monde. Les spectateurs boivent leurs bières tranquillement. Il y a aussi la femme de Hissa qui assiste au spectacle.


En ce moment, c’est soit Hissa ou un de ses deux fils qui viennent le soir vers vingt-trois heures quand son mari dort et qu’elle est devant la télé.

Ils viennent avec le chien. Ils baisent Julie sur le canapé et après laissent le chien la baiser. Julie jouit en pensant à son mari qui est à l’étage en train de dormir pendant que sa femme se fait baiser comme une chienne en chaleur dans son salon.


Son mari ne sait rien. Et ce soir comme souvent, Julie va se coucher dans le lit conjugal rempli du sperme d’un de ses nouveaux voisins et de leur chien.

Il arrive souvent, quand son mari est au travail, qu’un après-midi, les trois voisins débarquent dans le salon de Julie et la tringlent sur son canapé,

Julie les a rejoints sur le canapé, elle est en peignoir au milieu d’eux, Moussa est en train de lui rouler une pelle pendant que Momo a écarté légèrement son peignoir pour atteindre sa grotte d’amour. Il lui titille le clitoris du bout des doigts, on peut voir son sexe s’ouvrir comme une fleur.


Julie tourne la tête et embrasse Momo à présent. Leurs langues s’entremêlent pendant qu’il continue de lui masser son petit bouton.

Hissa se lève alors et se place à genoux entre les cuisses de Julie, il commence à lécher sa chatte humide. Elle prend sa tête entre ses mains et la presse contre son sexe. Momo continue de l’embrasser, il a carrément ouvert son peignoir, il lui malaxe les seins. Il se met à lui sucer les tétons, les mordiller. Elle pousse un petit râle de douleur.


C’est alors que Hissa tire un peu plus Julie vers lui pour qu’elle soit bien au bord du canapé, il sort sa queue et la pénètre doucement, la faisant profiter de toute la longueur de sa bite. Moussa se lève alors et se place au-dessus d’elle, ses couilles au niveau de la bouche pour qu’elle puisse les lécher.


Julie gémit et pousse de petits râles, puis elle se met à crier. Elle entend Hissa crier des saloperies :


— Putain tu es vraiment une salope, vas-y, avale !


Et Momo qui surenchérit :


— Tu la sens sale pute ? Tu la sens ma grosse queue dans ta petite chatte ?


Et Julie qui crie :


— OUIIII !! OUIIIII !! Je la sens bien, continue, défonce-moi !


C’est alors que Moussa prend quelques photos pour montrer aux collègues lundi, ils vont halluciner !!

Julie se fait prendre par tous les trous ! Hissa dans sa chatte, Momo dans le cul et elle suce Moussa en même temps !

Un bruit de porte qu’on ouvre fait tourner la tête à Julie ?


— Chérie ? C’est moi, je suis rentré plus tôt.


Passé la porte, des voix se font entendre dans le salon, en s’approchant, son mari comprend vite qu’il y a du monde avec sa femme et qu’ils ne jouent pas aux cartes. Plus il s’approche, mieux il entend sa femme gémir de plaisir.

À la porte du salon, il découvre Julie coincée entre deux hommes sur le canapé qui la baisent ensemble, et un troisième qui a sa bite dans sa bouche ?


— C’est quoi ce bordel !? s’écrie-t-il.


Horrifiée, Julie voit son mari avancer dans le salon découvrant l’ignoble spectacle.


— Continue, tu n’arrêtes pas, commande Moussa à Julie.


Les hommes sont les voisins et ils sont bien bâtis, ils ont largement une tête de plus que lui. Momo lui jette un regard menaçant puis continue à sodomiser Julie.

Pas téméraire, son mari se tait, attendant la fin du coït pour intervenir.


— Putain bouge plus, je vais jouir ! crie Moussa qui éjacule en lui maintenant la tête pour qu’elle prenne tout dans la bouche. Hissa lutte pour ne pas jouir et Momo lui ramone le cul aussi profond qu’il le peut.


Il lui met une grande claque sur la fesse et lui demande d’un ton sévère :


— Pas vrai que tu en veux encore ma salope ?

— Oh oui, j’en réclame encore ! répondit Julie à bout de souffle...


Et alors qu’il lui défonce le cul toujours plus vite, Hissa n’en peut plus et jouit en elle. Momo se retire, se met à genoux devant elle et lui éjacule dans sa bouche ouverte en la regardant droit dans les yeux :


— Regardez comme elle aime mon sperme... dis-le que tu l’aimes salope...

— MMMMH ! Oui j’adore ton sperme mon chéri.


Les trois voisins laissent Julie sur le canapé et partent tranquillement, la queue pendante vers la cuisine, disant qu’ils vont se chercher une bière.

Seul avec Julie, son mari prend un air sérieux et grave.


— Non, mais, tu te crois où là ? Ça ne va pas !


Elle sourit, le défiant du regard.


— Tu viens me lécher, je suis pleine de sperme !

— Je te cause, arrête tes conneries, c’est sérieux !


Julie actionne la télécommande de la télé, une vidéo apparaît ? C’est une vidéo qu’a filmée Pierrot au chenil.


— Tu veux que je montre à ta famille et à ton travail comment se comporte ta femme pendant que tu es dans le lit de ta secrétaire.


Son assurance et sa morgue ont subitement disparu.


— Quand on se sait cocufier, on est abattue. Une femme frêle et innocente comme moi a succombé à la tendresse de ses voisins. Julie enchaîne ces phrases d’une petite voix fluette.


Son mari est piégé. Sa femme l’a eu avec un culot monstre, c’est elle qui est prise en flagrant délit d’adultère et elle fait retomber sa faute sur son mari.

Hissa revient en sirotant sa bière en les regardant. Ses fils se sont éclipsés par la porte de la cuisine.


— Bon OK, j’oublie tout, on est quitte.


Jacques, son mari tente d’échapper à l’emprise de Julie.


— Non, ce n’est plus toi qui décide quoi que ce soit. Tu commences par te déshabiller.


Hissa sourit, Jacques le regarde, il regarde Julie, ils sont toujours nus, elle du sperme qui coule de sa moule et de son anus rougit par les accouplements.


— J’attends... Je te rappelle que c’est toi qui m’as fait cocu avec la fille de ton patron, ta secrétaire...


Jacques baisse son regard vers le sol, sa chemise, puis son pantalon le quittent.


— Tout, tu enlèves tout.


Sans un mot, Jacques obéit, il se trouve nu devant eux, les mains cachent son sexe.


— Viens lécher mes puits d’amour, comme avant que tu baises ta pouffe de secrétaire !


Du coin de l’œil, Jacques voit le voisin qui l’observe, le dur regard de Julie ne lui laisse pas d’espoir.

Jacques s’approche d’elle, s’agenouille devant le sexe de sa femme d’où se dégage une forte odeur de sperme. Julie écarte largement les cuisses.


— Viens, lèche tout.


Sans un mot, sa bouche et sa langue viennent au contact de la moule maculée de sa femme, elle prend sa tête avec ses mains, Jacques se laisse guider par elle en s’appliquant à lécher consciencieusement son corps. Le goût est âpre, mais tel un zombie, il lèche tout, avalant la semence qui coule de ses puits d’amour.


— HUMMH ! C’est trop bon, tu vois que ce n’est pas si dur ? Tu es toujours un bon nettoyeur de sperme, même si ce n’est pas le tien.


Jacques lèche tout, il enlève toutes les traces de spermes sur Julie, qui le toise en souriant, il se sent rabaissé terriblement.


— Tu as bien travaillé sur mes puits d’amour, maintenant il en reste sur sa bite, va lui nettoyer aussi.


Hissa rigole, son sexe semi-rigide maculé pend devant lui. Il s’avance devant Jacques, lui présente son sexe devant son visage.

Jacques commence par de petits coups de langue puis docilement, il le prend en bouche, quand Hissa le dirige contre ses lèvres. Il est gros, Jacques fait de son mieux pour le prendre en bouche et le nettoyer. Le voisin s’amuse à faire glisser son sexe dans sa bouche, à chaque passage, Jacques le sent durcir et prendre de la vigueur. Rapidement, Jacques se trouve à sucer sa queue en érection, il lui taille une pipe, lui le gars entièrement hétéro.


Pensant l’avoir bien nettoyé, Jacques s’arrête, mais Julie lui ordonne de continuer jusqu’à ce qu’elle lui dise stop.

Pendant ce temps-là, Moussa de la cuisine pianote sur son portable, il prend des photos, et il envoie des messages.

Jacques reprend la queue en bouche pour le sucer encore. Hissa émet des petits gémissements, sa queue a des contractions que Jacques connaît trop bien, mais il continue son labeur. Les mains de Hissa maintiennent sa tête, il s’enfonce plus profondément dans sa bouche et se vide en trois jets puissants de sperme au fond de sa gorge. Jacques a du mal à tout avaler, une petite coulée macule le coin de ses lèvres.


Julie se lève, son doigt prend la coulée de sperme et la présente à sa bouche qui l’accueille, soumise.


— Regarde ton sexe ?


Jacques bande, il a léché du sperme, sucé une bite et il bande.


— Tu vois, tu aimes cela. Si tu ne veux pas que ton patron et ta famille soient au courant de ton exploit, tu as intérêt à m’obéir ?


Julie fait signe à Moussa de venir.


— Comme tu peux le voir, Moussa a tout filmé en souvenir, il en a fait une copie sur un serveur en ligne.


Moussa le sourire aux lèvres le sexe pendant, il se place devant Jacques.


— Suce ! lui ordonne-t-il.


Jacques ouvre la bouche et s’applique à sucer au mieux, sa queue qui durcit régulièrement.

Moussa se rapproche de Julie, il bande à nouveau. Julie lui fait non de la tête.


— Vous m’avez assez défoncée, ce soir, c’est fini pour moi, ma chatte et mon cul ne peuvent plus accueillir vos bites.

— Allez sois sympa, j’ai encore envie moi ? Je te promets d’aller doucement !

— Non vraiment, je ne peux plus.


Julie se redresse en souriant.


— Par contre si tu veux le sien, tu peux !


À quatre pattes, les fesses en l’air, la position de Jacques est scabreuse. Il regarde sa femme, lui fait non de la tête, elle le fixe.


— Si tu veux, j’ai dû lubrifiant dans mon sac ? dit-elle à Moussa.


Il va fouiller dans le sac.


— Toi continue de lécher.


La tête dans la grotte de Julie, Jacques sent couler du frais sur son anus, deux doigts étalent au mieux le gel, autour et poussent le sphincter pour en faire pénétrer à l’intérieur. Un bruit de tube qu’on presse, Moussa doit se badigeonner la queue, Jacques continue d’implorer non de la tête, en réponse, Julie lui sourit.


Un doigt qui s’enfonce d’un coup en Jacques, le fait sursauter. Une dernière supplique à Julie qui lui susurre que ça ira bien, qu’il va aimer et Jacques sent le gros gland contre sa rosette. À la première petite poussée, le gland s’écrase, à la seconde, Jacques sent une douleur intense, le gland a forcé le passage. Moussa se retire, le sphincter de Jacques n’a pas fini de se resserrer que la troisième poussée permet l’introduction de la moitié du gourdin de Moussa.


Le dernier rempart a cédé complètement, Jacques est emmanché à moitié. Moussa le saisit par les hanches et s’enfile entièrement dans ses reins. Le souffle coupé par la soudaineté de cette introduction, des larmes coulent sur ses joues.


— Détends-toi, ça y est, il est passé. Tu vas t’habituer.


Moussa se retire en partie et revient d’un coup au fond du ventre de Jacques, lui arrachant un gémissement de douleur.


— Ça va, tu veux que j’arrête, le questionne Moussa.

— Je suis sûre qu’il désire que tu continues ? lui répond Julie en le regardant dans les yeux.

— Vraiment ? redemande Moussa en refaisant coulisser à nouveau sa queue dans son cul.


Julie prend le menton de Jacques dans sa main, le force à la regarder.


— Alors ? Il attend que tu lui dises ? Son regard ne souffre aucune discussion.

— Oui ! Continue.


Jacques finit par lâcher la phrase que sa femme attend, elle lui sourit encore une fois et l’embrasse sur les lèvres en lui disant qu’elle l’aime.

Hissa leur tourne autour en filmant la scène, Jacques est maintenant à leur merci.

Tenu par les hanches, Moussa lui baise le cul méthodiquement. Jamais Jacques n’a été sodomisé et il a l’impression d’être déchiré à chaque passage de la grosse queue de Moussa.


— Putain t’as le cul serré, je ne vais pas tenir longtemps ?


Les mains de Moussa tiennent plus fermement les hanches de Jacques, mettant plus de vigueur et de vitesse dans ses mouvements, il finit par se coller à Jacques en grognant.


— Putain, tu es une sacrée salope toi, je te baise encore le cul quand tu veux.

— Tu veux essayer papa, le chemin est fait !!

— Non ! Pas ce soir, une autre fois.


Bien qu’il se soit retiré, Jacques a l’impression de l’avoir encore en lui.

Jacques se laisse tomber recroquevillé au sol, observant ses deux voisins qui se rhabillent et finissent par partir de la maison. Jacques n’en finit plus de sentir le passage de cette queue, du sperme s’écoule de son anus pas entièrement refermé.

Julie se lève et part prendre une douche, Jacques reste seul prostré dans le salon.

Un long moment aux toilettes pour se vider et en sortant, Jacques croise Julie. Il marche lentement, le cul encore ravagé par la queue de Moussa, elle s’arrête, rigole et lui lance :


— Tu fais la gueule ? Je suis désolé, ça m’est venu comme ça, je n’ai pas pu dire non à Moussa. Et puis si tu n’étais pas d’accord, il fallait le dire !

— AH ! Vous les mecs vous êtes bien tous les mêmes ! Vous rêvez de sodomie en nous disant que ce n’est rien, juste un petit moment à passer, qu’on va s’habituer et même aimer ça... Mais quand on inverse les rôles, là ce n’est plus pareil, ça devient horrible, c’est la fin du monde...


Jacques ne sait même pas quoi lui répondre, aucun mot ne sort de sa bouche. Ce soir, il découvre une Julie qu’il ne connaît pas, il sait qu’elle aime baiser, mais là ? À se faire baiser dans la maison par les voisins, il n’en revient toujours pas.

Jacques se sent ridicule devant elle, il est nu, il lui a léché tout le sperme qui sortait de ses deux puits d’amour, il a sucé des queues, avalé du sperme, il a été enculé, il a été humilié.

Julie retourne une nouvelle fois à la douche, puis elle part se coucher, sans un regard vers lui. Jacques a une érection terrible, est-ce le fait d’avoir été enculé par un type de vingt-cinq ans ?

En tout cas, il ne peut pas aller se coucher comme ça. Jacques retourne alors dans la salle de bain, et se masturbe en pensant à cette soirée hors du commun. Puis il va me coucher, Julie dort déjà...


Le lendemain, Julie et Jacques ont une discussion virulente, mais pour elle, il n’y a rien de bien grave là-dedans, elle a bien vu que Jacques a pris aussi du plaisir à lui lécher ses puits d’amour débordant de sperme d’autres hommes. Jacques n’a pas vraiment détesté sa première sodomie.


— Mon chéri, tu te veux voir dans la vidéo d’hier soir faisant une fellation à Hissa et te faisant sodomiser par Moussa. Ça t’a plu hein ? J’en suis sûre petit cochon.


Envahi d’une colère intérieure, Jacques ne sait pas quoi lui répondre, aucun mot ne sort de sa bouche.

Elle se colle à son mari et commence à passer sa main dans son pantalon.


— Ah bah ? Je vois que je te fais toujours de l’effet ! Même si je suis une salope.

— Arrête ! répond Jacques, tu sais bien que tu m’as toujours fait bander quand tu voulais.

— AH ! AH ! Oui parce que je sais ce que tu aimes mon chéri.


Julie lui fait un baiser sur la bouche et rejoint la salle de bain pour prendre une douche. Cette fois, c’est elle qui gagne.

Diffuse en direct !
Regarder son live