Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 698 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

nuit à Lyon

Chapitre 1

Lesbienne

J’ai trouvé mon amante sur internet: elle est de l’Est et moi du Midi. Nous nous sommes longtemps aimé par l’intermédiaire de nos messages. Nous ne nous masturbions pas en même temps, mais rapidement après le message. Nous nous connaissions bien par photos, visages, corps nues, sexes exposés avec ou sans gode. Nous connaissions chaque parcelles de nos corps. Ce que j’aimais en elle étais la fossette sur sa fesse droite. Je crois qu’elle aimait mes seins dont je suis fière. Rassasiée de mots écrits et d’images finalement dépassés, nous nous sommes enfin rencontré dans l’hôtel de Lyon.

Elle avait choisi elle-même la chambre dans ce 4 ****. Belle vue sur la ville, surtout belle chambre avec une salle de bain immense l’ensemble pouvant permettre l’habitat d’un famille. Jakie est plus sexy au naturel. Nous nous sommes embrassées aussitôt. Notre étreinte n’en finissait pas. Les lèvres de Jakie était plus douces que celles des filles que j’avais connues. Par contre elle est plus petite que moi, ho, à peine 5 centimètres. Pas de quoi en faire un drame.

Elle avait commandé le repas sans m’attendre, pour gagner du temps. A Lyon, quoiqu’on commande c’est toujours excellant, même le vin. Nous sommes encore enlacées, les mains sur la poitrine de l’autre quand le room service frappe à la porte. Nous nous tenons par la main quand le serveur fait son office. Il nous regarde en souriant; il sait ce que nous allons faire. Nous aimer, c’est normal, bon le couple n’est pas mixte: nous ne sommes pas au tennis. Les sets suivants se jouent pour le plaisir, simplement pour le plaisir.

Nous jouons à la dinette: nous nourrissons l’autre. Nos fauteuils sont jointifs. Vers la fin, au dessert nous nous déshabillons lentement. C’est excitant de voir l’autre corps en réalité. Nous laissons le dessert pour nous occuper de notre plaisir. Nous ne nous touchons pour la première fois que maintenant. Sa peau est douce, plus que je le pensais. Elle sens une odeur boisée, boisée et épicée. Ma bouche se précipite pour l’embrasser dans le cou. Elle met sa tête sur le coté pour apprécier ma bouche. Par contre elle pose ses mains sur ma poitrine. Elle agit avec douceur et me fait bander les tétons. J’ai envie de plus de caresses. Je la voudrais sur la chatte. Elle fait descendre ses mains pour s’arrêter à la taille qu’elle serre légèrement. J’ai absolument besoin de sa main sur ma féminité. J’abandonne ses épaules pour caresser sa poitrine et aller vite sur sa chatte. Nos mains se croisent en route. Nous devons écarter nos jambes ensemble pour que les doigts puissent caresser l’autre. Nos chattes sont ruisselantes de cyprine; nos doigts ne cherchent pas longtemps les points sensibles. Nous les trouvons vite, surtout que son clitoris est un peu plus grand que le mien. Nous nous branlons de concert, nos mouvements même sont synchrones. L’amour que nous nous portons ou le hasard, je n’en sais rien en tout cas nous tombons ensemble sur le lit. Notre orgasme trop fort nous a fait chuter..

Le room service entre à nouveau: nous n’avons pas bougées du lit où nous sommes serrées nues toujours, ses jambes sur les miennes. Nous sentons le regard du serveur s’attarder longuement sur nous. S’il pouvait il nous demanderai de participer. Heureusement nous n’avons pas à répondre par la négative: nous sommes de gouines, fière de l’être. Nous nous embrassons à nouveau et maintenant nous voulons gouter vraiment nos sexes. Ce n’est pas le peu de cyprine recueillie sur nos doigts qui donne le juste goût. Seules nos langues peuvent savoir exactement ce que nous dégageons. Je me tourne complètement, je l’enjambe pour lui donner ma chatte sur sa bouche. Avant d’arriver sur sa chatte je la sens déjà. Elle sent le bois, toujours et la femme affamée de jouissance. Je dois sentir à peu de choses près comme elle. Nous sommes affamés du sexe de l’autre. Je sais que ma bouche entière prend toute sa féminité pour choisir ensuite; Elle doit me faire pareil. Je sens sa langue reconnaitre tous mes endroits secrets que je lui donne. Trop rapidement elle passe sur mon anus, j’aime me faire lécher à cet endroit, une bonne feuille de rose est excellente. Je le lui rend volontiers. Par contre j’aspire son clitoris pour le lécher dans ma bouche. Il me semble posséder ainsi toute la femme. Elle me lèche simplement en mettant cette fois un doigts dans le cul. Je gémis de plaisir, comme elle juste avant de jouir. C’est bizarre que nous jouissions toujours ensemble: un lien de plus entre nous deux.

Il nous faut un peu de calme, alors en restant comme nous sommes, le sexe de l’une contre la bouche de l’autre. De temps en temps un 69 pour jouir, toujours jouir entre nous. Les heures ont tourné. Nous allons prendre un bain réparateur ensemble. Le temps de remplir la baignoire, nous sommes toujours nous caressant comme de véritables amoureux. Nos mains ont une prédilection pour les fesses de l’autre. Elle passe sa main dans ma raie pour aboutir une fois de plus sur mon cul: j’ouvre mes fesses le plus possible quand elle entre encore un doigt dans mon anus. Elle est plus entreprenante que moi. Nous entrons dans l’eau chacune de son coté. Elle est entre mes jambes, elle peut voir toute ma chatte et n’y manque pas. Sans honte je lui montre tout. Après ses doigts et sa bouche au tour de ses yeux. Nous nous lavons, ainsi baptisons nous notre trempage. En réalité une autre façon de se faire branler. Cette fois ce sont nos pieds qui donnent du plaisir et quel plaisir ignoré de tous. Elle me fit jouir avec son gros orteil dans le vagin. Je le lui rend avec le même doigt sur le cul.

Nous nous essuyons avant d’aller nous coucher. Notre nuit est presque calme. Le fait de savoir que l’autre est là nous excite: nous nous réveillons deux ou trois fois pour tirer un coup.

Au matin nous changeons de méthode: nous sommes les jambes écartées, les deux clitoris réunis. Nous les caressons l’un à l’autre. C’est très fatigant, c’est surtout très jouissif. La position rêvée pour des filles qui s’aiment comme nous. J’admire toujours sa nudité avec sa fossette sur la fesse. Je l’avais oublié, je l’embrasse au moment où le room service vient servir le petit déjeuner. Cette fois c’est une jeune femme qui sert. Elle nous regarde, nous qui sommes nues dans une position sans ambigüité. Nous sentons bien l’envie qu’elle a de venir se joindre à nous. Sans accord de notre part elle s’en va déçue certainement. Elle trouvera ailleurs de quoi se satisfaire.

Notre nuit est finie. Nous nous rhabillons rapidement à cause des horaires strict des TGV. Sur le Quai de la Part Dieu nous échangeons un dernier baiser. Nous avons oublier de parler d’avenir. Ce sera pour bientôt.

J’essuie quelques larmes au retour. Heureusement que tout à l’heure nous bavarderons sur internet. Qui sait nous vivrons sans doute ensemble: deux gouines qui s’aiment ce n’est pas rare, Sapho peut en témoigner.

Diffuse en direct !
Regarder son live