Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 43 926 fois
  • 77 J'aime
  • 0 Commentaire

NUIT TORRIDE

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Dès l’ouverture du magasin, une jolie femme, mûre, de 30/35 ans est venue chercher sa commande. D’une beauté remarquable, cette cliente devient vite l’objet de tous les regards, tant de moi même que de mes collaborateurs.


Voilà qu’elle a oublié sa carte de crédit et ses papiers à la caisse. Sans plus attendre, j’ai appelé à son domicile pour la rassurer et lui proposer de lui ramener, du temps de midi, ses papiers.


— « Très bien, je vous attends vers midi ! », me dit-elle.


À l’heure dite, je me présente à son domicile et je trouve cette jolie femme en tenue classique, mais terriblement sensuelle, voir sexy : jupe courte, caraco, veste, pas de bas, pas de collant.


— « Entrez, j’ai réparé un petit apéro ! »


J’entre dans le salon et au même moment, une tringle à rideaux tombe sur un petit escabeau, placé là.


— « J’étais en train de remettre mes voilages que j’avais mal remis quand vous êtes arrivé ! »


La femme, en s’excusant, monte sur l’escabeau (pas assez haut à mon sens), essaie de remettre la tringle. L’escabeau chavire, j’ai eu le réflexe de saisir la femme pour qu’elle ne tombe pas. Mais au lieu de retirer mes mains, je les ai maintenues sur ses cuisses en remontant sous sa jupe. Je fis ainsi descendre la femme, tout en gardant une telle position providentielle.


— « Désolé, je n’ai pu résister ! Vous êtes douce, Madame ! »

— « Merci ! »,me dit elle.

— « J’ai bien aimé le toucher de votre petite culotte, j’aime le coton ! »

— « J’ai bien senti que vous profitiez de la situation, mais ça me fait grand plaisir ! »

— « Votre mari n’est pas là ? »

— « Non, il est en déplacement ! »

— « Ce soir, il ne sera pas là ? »

— « Ah non, il est parti pour un bon moment ! »

— « Madame, excusez-moi, vous avez mouillé votre petite culotte, j’ai bien retiré ma main mouillée ? Une femme comme vous, chaude comme ça, on ne peut pas la laisser sur sa faim ! Vous aimez l’amour au pluriel ? »

— « Oh oui, alors !!!!!!! Je m’ennuie avec un seul homme ! »

— « Permettez, mettez-vous devant moi que je découvre ces trésors cachés ! »


La femme s’exécute, non sans surprise, mais s’exécute.


— « J’ai un projet pour vous ! »

— « Ah bon ? Lequel ? »

— « Vous êtes seule, ce soir ? »

— « OUI, je vous l’ai dit ! »

— « Combien d’hommes pouvez-vous assumer, en faisant l’amour ? Combien en accepteriez-vous 3 ?, 4 ? »

— « Oh 4, c’est beaucoup !!!!!! »

— « Alors, ce soir, ce sera 4 et ici, chez vous ! Mais avant, il faut que je vous teste, pour ramener des potes il me faudra vous voir nue et que je dise si vous êtes bonne. Comprenez, ils sont performants, mais ils doivent avoir l’eau à la bouche ! Déshabillez-vous, gardez votre culotte, j’aime trifouiller dans les culottes ! Avez-vous déjà été prise en levrette ? »

— « Non ! »

— « Avez-vous été fistée ? »

— « Non ! »

— « Avez-vous été sodomisée ? »

— « Non, mais ça, je ne veux pas de ça ! »

— « OK, pas de sodomie, pas de violence, pas de truc crade, OK ? »

— « Oui ! »

— « Alors, à partir de là, sur ces bases, vous devrez faire, ce soir, ce que je vous dirai ! Y a du boulot, mais vous sortirez de cette nuit, épanouie, vraie femme, comblée, assouvie. Je réponds de mes potes ! »


Je continue mon inspection :


— « Voyons un peu !!!!!! Pas mal à poil, j’aime cette culotte, oh putain, vous mouillez dur ! Baisse ta culotte, maintenant et je te prends en photo pour les potes. Sûr, ils vont bander sévère et ce soir, tu vas être tringlée comme jamais ! Attention, mes potes ont un vocabulaire de circonstance. Ok ? Ce soir, tu auras des armoires à glace, leur pieu, ça va de grand et raide à grosse et moins grande ! Sur ce, je vous laisse vous rhabiller, je refile au boulot, à ce soir !

Ah, si je devais venir pour rien, ce ne serait plus la même chanson, ce serait une descente punitive ! »

Diffuse en direct !
Regarder son live