Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 48 633 fois
  • 143 J'aime
  • 6 Commentaires

La nymphomane zoophile de mon enfance

Chapitre 1

Zoophilie

Bonjour,


Quand j’avais dix-neuf ans je m’enfermais avec mon chien dans la voiture de mes parents, en leur absence, et je perdais complètement le sens de la mesure. Il avait une bite magnifique et adorait que je le pompe, ce que je faisais de longs instants jusqu’à le faire jouir sur mon ventre. Parfois je buvais même son jus !


Il m’a fallu pas mal de temps pour l’entraîner, puis :

Un jour je suis allé dans les bois derrière chez moi. J’avais apporté de la vaseline et après l’avoir longuement sucé je lui ai offert mon cul que j’avais au préalable bien agrandi avec un petit concombre. Bon sang quel pied ! Je n’ai plus pu m’en passer ensuite.

Mais ce n’était que le début d’une aventure follement excitante, et pas seul.


Il se trouve qu’à l’époque ma première copine était une vraie nymphomane, et c’est rien de le dire. Pour situer les choses : nous prenions un minibus chaque jour pour aller / retour au lycée à Yssingeaux en Haute-Loire.

Elle s’appelait Françoise et portait souvent un jogging et avait de beaux et gros seins et des lèvres pulpeuses. Quasi systématiquement elle me laissait la masturber pendant tout le voyage. Sous ses airs de Sainte-Nitouche en fait c’était une folle du cul, comme moi. Je suis resté accro pendant des années. Revenant toujours vers elle après avoir cessé notre relation à de multiples reprises. Accros je vous dis.


Les week-ends on passait notre temps à baiser dans la nature. On adorait ça mais on ne se disait jamais avec des mots. Par contre elle ne disait JAMAIS NON !


Souvent j’emmenais mon chien avec nous et il venait régulièrement tenter son coup, elle le repoussait brutalement, en tout cas au début, puis un jour on était tête-bêche et je lui dévorais sa chatte dégoulinante (c’était une femme fontaine, et quand je dis fontaine c’est un euphémisme) car j’adorais boire sa cyprine. Mon chien est alors arrivé derrière elle et s’est mis à lui lécher les fesses puis le cul, j’avais sa langue juste au-dessus de mon visage, j’étais aux anges. Elle n’a pas compris immédiatement ce qui se passait mais s’est mise à se trémousser de plus en plus, puis j’ai senti qu’elle s’en rendait compte car elle a essayé de se dégager. Alors je lui ai dit très crûment (ce que je n’avais jamais osé faire auparavant)... "Tu vois comme elle est bonne la langue de mon chien ma petite cochonne de rêve. Tu me rends fou d’excitation. Alors maintenant tu vas soulager le chien. Je suis sûr que tu en rêves !"

J’appréhendais une réponse négative après de tels mots crus mais je n’avais pas pu contenir mes excès tant j’étais surexcité...

Mais non ! Elle a été tellement surprise (et surtout ça l’avait tellement excité) qu’elle n’a pas su quelle attitude adopter, ni quoi répondre. Elle est devenue rouge écarlate, figée, presque tremblante...


Puis après un moment d’hésitation elle m’a regardé en baissant les yeux, et elle s’est lâchée.

"J’adore quand on baise ensemble, il y a toujours de la nouveauté et je prends de plus en plus de plaisir quand on baise. J’attends chacune de nos rencontres avec impatience et excitation. Parfois même je dois me masturber dans cette impatience. Tu sais que je t’aime et que je suis prête à tout pour te garder une nouvelle fois. Et puis pour être franche je dois t’avouer que depuis que tu viens avec ton chien qui tourne autour de nous quand tu me baises, progressivement ça a fait trotter dans ma tête l’idée qu’il puisse me baiser, mais je prenais ça comme un fantasme de fille un peu délurée et bien sûr je n’osais pas te l’avouer de peur que tu me prennes pour une malade et que tu me quittes. »

Ayant clairement repris ses esprits elle me dit alors : "D’accord je veux bien jouer les cochonnes sans retenue avec toi car maintenant on sait que l’on est aussi pervers l’un que l’autre, et ça m’excite encore plus. On n’a donc plus aucune raison de retenir nos pulsions !

Et là elle a carrément basculé !


J’ai commencé à lui parler avec des mots très vulgaires en lui demandant si elle aimait ça, j’ai vu briller ses yeux et elle m’a dit que ça aussi c’était un fantasme. Du coup je lui ai demandé de se mettre à quatre pattes, le cul bien à l’air et de parler au chien comme si c’était un homme. Et là le grand rêve ! "Viens baiser ta grosse pute le chien". Elle s’est littéralement fait défoncer, après quoi elle a spontanément lavé la queue du chien avec sa langue. Depuis notre vie a changé. A coup de vaseline, on se fait saillir elle et moi par le chien en jouissant comme des fous. Et c’est même elle qui a pris le dessus dans l’utilisation de mots vulgaires. Pour vous dire !



Aujourd’hui nous avons 55 ans. Nous nous sommes officiellement séparés depuis l’âge de 30 ans, mais, très discrètement, chaque fois que nous parvenons à trouver la bonne organisation, nous nous fixons des rendez-vous cochons, dans les endroits les plus insolites, seuls ou en invitant des inconnues, et ma petite pute s’offre sans aucune retenue. La dernière fois nous avons donné rendez-vous à deux couples sous le petit pont d’une route très fréquentée. Elle avait pour mission de satisfaire tant les deux femmes que les deux hommes et d’obéir à toutes leurs envies. La suite au prochain épisode.


Elle se dit enfin prête pour être filmée (après tant d’années) si elle porte une cagoule. Je ne manquerai pas de vous raconter la suite.

Diffuse en direct !
Regarder son live