Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 29 798 fois
  • 197 J'aime
  • 12 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Nymphovirus

Chapitre 1

Inceste

NYMPHOVIRUS



Le jingle Télé résonna dans le salon. C’était le lancement des informations de 20h, que je regardais en pyjama, assise dans le grand canapé, entre mon père et ma mère. Je guettais les premiers mots de la présentatrice avec un mélange de terreur et de fascination.


C’était une belle femme aux cheveux châtains, la quarantaine, à la coupe sérieuse et au tailleur strict, dont le tissu laissait tout de même apercevoir la naissance de ses seins. Sa bouche était délicate, ses lèvres fines d’un rouge vif et son regard...


Je secouai la tête.


Voilà quelques jours que ce genre de pensées me trottaient dans la tête. Il suffisait qu’une personne un peu avenante s’offre à mon regard pour que des idées lubriques s’imposent à mon esprit. Je m’imaginais embrasser le cou de la caissière du supermarché, délicatement passer mes mains sur le torse de notre jeune voisin, ou même caresser lentement les cheveux de la journaliste puis glisser doucement vers son buste et ...


La claque que je m’administrai fut si forte que mes parents se tournèrent vers moi, ahuris. Ma mère me demande avec inquiétude :


— Ça va, ma chérie ? Tu t’es fait mal ?

— Non, non maman. J’avais juste besoin... de me remettre les idées en place. Passée la surprise initiale, ma mère me coula un regard indéchiffrable.

— Je... Je te comprends, dit-elle, énigmatique.



Alors que j’allais l’interroger sur ses mots, la présentatrice haussa le ton à travers le poste de télévision.


— Je vous le confirme, le ministère de la Santé a formellement reconnu cette nouvelle maladie. Cette affliction aussi fulgurante que contagieuse semble affecter plus d’une personne sur trois sur le territoire français. 


Curieusement, la femme commençait à se dandiner sur sa chaise.


— Baptisé Nymphovirus, cette maladie concerne presque toutes les personnes à la libido active, décuplant leurs envies et inhibant leurs tabous. On rapporte de nombreux cas de coïts consentis au milieu de la voie publique. 


La journaliste bougeait de plus en plus sur son siège. Sa respiration se faisait plus saccadée. Le visage rouge, de la sueur perlait sur son front, goûtant le long de ses joues, quelques gouttes s’égarant même sur ses délicieuses collines de chair.


— Je vous avoue chers auditeurs, que j’ai peur d’être moi-même contaminée. Je vous demande d’éloigner les mineurs, je pense ne plus pouvoir me retenir bien longtemps. 


Personne n’était concerné à la maison. J’avais 19 ans, et j’étais loin d’être une oie blanche. Le moment semblait suspendu dans l’air. Nous savions que quelques choses de terrible allaient se passer tandis que nous observions cette quarantenaire sexy s’agiter frénétiquement sur son dossier, mais nous ne pouvions détourner le regard.



Soudain, la présentatrice se leva, dévoilant l’absence totale de vêtements au niveau de ses jambes. Elle n’était vêtue que de la veste de son tailleur qui restait boutonnée, de bas noirs mettant en valeur ses jambes sculpturales et de magnifiques escarpins. Elle se hissa sur la table à genoux, puis écarta les jambes et offrit à la France entière la vision de sa chatte dégoulinante de cyprine, un gode noir et saillant coincé entre ses cuisses.


— Regardez comme je me gode bien, chers téléspectateurs. Oh, c’est booooon... Hum... j’adore me branler devant vous tous, bande de sales voyeurs obsédés.


Ses yeux semblaient lancer des éclairs, d’un regard chargé de défi. Elle empoigna le godemichet et l’agita férocement dans son con en basculant la tête en arrière. »


— Ah putain OUI ! HAN C’EST BON ! REGARDEZ-MOI SALAUDS ! REGARDEZ COMMENT JE ME BAISE ! HAN ! HA ! Ouiouiouiouioui OUIIIIIIIII !!! 


La journaliste défit de sa main valide sa veste et dévoila son opulente poitrine. Elle empoigna un de ses seins engoncés dans un magnifique soutien-gorge noir. Alors que ses mots se transformaient en un cri sauvage et que son visage se crispa, déformé par la luxure, l’écran de la télévision s’éteignit.



Je me rendis compte que ma main droite se trouvait glissée sous mon pantalon de pyjama et s’activait fébrilement sur ma minette blonde. J’étais trempée, le tissu était imbibé et légèrement odorant. Ma main gauche, tout aussi mutine, malaxait mon sein à travers mon haut, agaçant mon téton avec vigueur.


J’étais éberluée, non pas par mon indécente conduite ni par le fait que je me branlais ouvertement près de mes parents, mais parce que mon père, un homme séduisant de 46 ans, au corps athlétique et à la belle barbe blanche, avait sorti sa bite de son pantalon et faisait lentement coulisser sa main sur son membre viril. Je constatai alors que mon géniteur était fort bien pourvu, une queue aux dimensions étonnantes et quelque peu intimidantes.


Ma mère se mit à hurler.


— Non, mais ça ne va pas bien tous les deux ? D’abord cette femme et maintenant... ça ! DAMIEN ! COMMENT TU PEUX TE BRANLER DEVANT TA FILLE ! 


C’est elle qui avait éteint la télévision. Cette splendide femme blonde de 42 ans était très sportive. Malgré son âge, elle était fine, avec une poitrine très ronde et des fesses aussi fermes que l’acier. Des abdominaux saillants soulignaient ses formes tout en muscles. Lorsque nous allions à la salle ensemble, j’enviais ses courbes et sa souplesse. En cet instant, je ne l’enviais plus. Je la désirais...


— Maman, ce n’est pas sa faute. Je pense qu’on a tous attrapé le nymphovirus. Il n’y est pour rien. 

— Non, pas tous ! Est-ce que je suis la seule personne encore saine d’esprit dans cette famille ?!  Je lui lançai un regard goguenard, en montrant le canapé.

— A ta place, je n’en serais pas si sûr, lançais-je fièrement.



Là où ma mère s’était assise, vêtue uniquement d’un peignoir, une large tâche colorait le coussin du canapé. Honteuse, elle saisit le pli de son habit pour cacher la preuve de son excitation. Elle me répondit d’une voix chevrotante :


— On... on ne peut pas ma chérie. On ne peut pas juste... accepter ça. Il faut se battre contre ce virus.

— Comme tu t’es battue lorsque le voisin te baisait le cul dans le jardin, lâcha abruptement mon père.


Ma mère devint blême.


— Tu... Tu nous as vus ?

— Et entendus, dit-il avec un sourire narquois.

— Je... je suis désolée mon chéri, je ne sais pas ce qui m’a prise. Je n’ai jamais eu ce genre de pensée pour ce jeune homme. J’étais là, à arroser les plantes et il m’a saluée depuis sa clôture. Et quelques instants, j’étais allongée dans l’herbe, le jean sur les genoux et sa bite enfoncée dans mon cul.

— J’ai pu voir ça. Je vous ai matés depuis la fenêtre de la chambre. Il te baisait bien le salaud.

— Oui... Je ne comprends pas ce qui s’est passé. Je sentais son membre aller et venir, et j’ai eu l’idée de l’arrêter l’espace d’un instant... Mais c’était trop bon. Il me la mettait bien profond, comme toi mon chéri... » La scène était irréelle. Mes parents s’étaient un peu avancés sur le sofa, plongeant leurs yeux dans ceux de leur moitié. Ma mère défaisait son peignoir, laissant apparaître son corps nu, son ventre plat, ses seins ronds comme de petits melons et sa minette toute luisante. Mon père quant à lui, avait repris sa masturbation. Ses mains allaient et venaient, sans toutefois quitter ma mère des yeux.


Soudain, ils furent interrompus par un long gémissement plaintif. J’avais enfoncé deux doigts dans ma chatte et, alors que la tension sexuelle était à son comble, je n’avais pu m’empêcher de pousser ce petit cri de plaisir.


— Oh ma chérie, dit ma mère. On t’avait oubliée. Excuse-nous mon sucre.

— T’inquiète... pas... maman, ahanais-je. Ce que vous dites... Ça m’a beaucoup excitée...

— Je vois ça, répondit malicieusement ma petite maman sexy.


A cet instant, je perçus un étrange sentiment. J’aimais beaucoup ma mère, outre le caractère très intime du moment. C’était une femme formidable, courageuse et forte. J’ai toujours eu beaucoup d’amour et d’admiration pour elle. Curieusement, ce sentiment n’avait pas changé. Le virus n’avait pas vraiment transformé nos rapports, il avait simplement amené quelque chose en plus.


J’aimais beaucoup ma mère, sur un plan affectif normal entre une mère et sa fille, ET je voulais ardemment lui manger la chatte. Je ne me fis d’ailleurs pas prier.


Plongeant subitement ma tête entre les jambes maternelles, je humai les effluves puissants de sa minette rasée. Elle poussa un petit hoquet de surprise quand j’agrippai fermement ses cuisses de mes deux mains, puis commençai doucement à poser ma bouche sur ses lèvres intimes. Passées les premières secondes, ma mère se détendit. Elle écarta même un peu plus les jambes pour me faciliter l’accès à son con juteux.


— Chéri, dit-elle en s’adressant à mon père, veux-tu bien sortir le champagne du frigo ?

— Le champagne, demanda-t-il perplexe, sans toutefois détourner son regard de mon cul qui dodelinait en cadence avec mes coups de langue.

— Oui, le champagne. J’ai envie de boire une flûte de champagne pendant que ma fille me bouffe la chatte. Tant qu’à vivre dans le péché, autant le faire avec élégance.

Je vous ai déjà dit que j’adorais ma mère?


Mon père se leva avec difficulté, le mât dressé, et partit chercher la bouteille. Il revint quelques secondes plus tard, avec la bouteille et trois coupes. Il servit les trois verres, en tendit un à sa femme. Elle fit tourner le breuvage dans le verre avant de le tendre en direction de son mari.


— Je veux que tu trempes ta queue dedans. Et que tu me la mettes dans la bouche. Je veux boire ce champagne depuis ta bite, chéri.


Cette déclaration eut l’effet d’une bombe. Si elle était déjà dressée, la queue de mon père devint plus vigoureuse encore. Il la trempa dans la flûte et frissonna au contact du liquide. Puis il dirigea son vit vers ma mère qui l’avala entièrement. Toujours affairée à déguster la moule suintante de ma génitrice, j’aperçus leur petit manège.


— Et moi ? Moi aussi je veux du champagne ! m’exclamais-je en relevant la tête, le visage barbouillé de mouille.


Sans un mot, ma mère mit sa main sur le haut de ma tête et m’intima de retourner à ma tâche. Après quelques allers-retours de la bite de mon père dans le champagne, elle dirigea la coupe vers son bas-ventre. Délicatement, elle versa le contenu de la flûte sur la naissance de ses reins, faisant couler le liquide pétillant sur ses lèvres chaudes et dans ma bouche. Le mélange de champagne et de cyprine devint un nectar d’une délicatesse sans nom. Pendant que je buvais à la source originelle, l’une de mes mains se remit à fouiller mon propre entrecuisse. Je me branlais furieusement le clito, en léchant avidement ma mère, tandis que cette dernière pompait avec vigueur la bite de mon père. Quelle famille !


Ma main alla de plus en plus vite, excitant mon clitoris à l’extrême. Je commençai à pousser de petits bruits étouffés par la fine toison blonde de ma mère. Elle-même gémissait sans ouvrir la bouche, les lèvres refermées sur la bite de son mari. Ses yeux cependant se fermaient et son visage se tendit. Nous étions toutes deux très proches de l’orgasme. Mon père aussi grognait, d’un son guttural et puissant qui m’excita d’autant plus. Nos voix montèrent à l’unisson. Je sentis la vague déferlée au creux de mes reins, déclenchant un orgasme cataclysmique. Ma mère le sentit et partit en même temps que moi, saisissant ma tête de ses deux mains et la plaqua violemment au plus près de sa chatte dégoulinante. Mon père tressaillit, devenant soudain silencieux, mais le visage figé, comme s’il voulait pousser un cri sans le pouvoir. Son corps fut agité de soubresauts puis je vis ma mère gonfler légèrement les joues.


Il finit par pousser un dernier râle avant d’ôter son membre de la bouche maternelle, puis s’affala sur le canapé.


Je m’allongeai également, dos sur le sofa, vaincue par cet orgasme ravageur. Mais ma mère n’en avait pas fini avec moi. Sans ouvrir la bouche, elle me fit signe de m’approcher, puis enfonça deux doigts entre mes lèvres. Je me mis à les suçoter délicatement, mais elle fit pression sur ma mâchoire inférieure, me forçant à ouvrir grand. Là, elle se pencha au-dessus de moi et déversa dans ma bouche un mélange de foutre chaud et de salive.

J’avais déjà vu des films pornos où les actrices se prêtaient à ce genre d’exercices. Jusqu’à présent, je ne trouvais pas cela particulièrement excitant. Mais cette fois-ci, l’idée de me repaître du sperme chaud et incestueux de mon père, depuis la bouche lubrique de ma salope de mère... Je changeai vite d’avis.


Le mélange coula lentement dans ma bouche, faisant quelques bulles depuis les lèvres de ma génitrice. Je l’accueillis avec plaisir et sentis l’excitation grandir à nouveau en moi. Mais c’est à mon père que le spectacle fit le plus d’effet. La queue à nouveau dure comme du bois, il se leva d’un bond. Comme animé d’une folie furieuse, il se positionna derrière moi sans ménagement. Il me demanda néanmoins d’une voix tendre :


— Ma petite chérie, est-ce que je peux...? Malgré son excitation, il ne semblait pas capable de finir sa phrase.


— Vas-y mon petit papa. Laboure-moi la minette s’il te plaît, lui dis-je, du ton le plus minaudant possible, du sperme coulant le long de ma bouche.


Un éclat concupiscent d’une violence rare passa dans son regard. Toujours allongée sur le dos, je vis son membre se positionner délicatement à l’entrée de ma cramouille, s’humidifiant de mes sucs. Puis, le mat paternel s’enfonça subitement en moi. Je poussai un cri et je manquai de jouir par la simple introduction de son énorme bite. D’abord à un rythme lent, mon père souleva légèrement son bassin et le mien, puis accéléra. Au bout de quelques minutes, il se mit à aller de plus en plus vite. Je me mis à crier, à hurler de plaisir tandis que mon père pilonnait mon pauvre petit orifice. Egarée dans un océan de plaisir, j’avais perdu ma mère de vue. Soudain, une main douce caressa mes cheveux.


— Chéri, dit ma mère, allonge-toi sur le canapé. Sofia, garde ta chatte serrée sur sa bite et allonge-toi sur lui.


Ah oui, j’avais oublié de vous le préciser. Moi c’est Sofia, 19 ans, étudiante en histoire de l’art. Mais entre nous, on s’en fout un peu, non ?


Respectant scrupuleusement les consignes de sa femme, le mâle en rut se repositionna, sans sortir son membre de mon intimité. Je me collais à lui, mes petits seins frottant contre son torse musclé. Je sentis alors une étrange humidité au niveau de mon cul. Puis un doigt inquisiteur vint disperser ce nouveau liquide tout autour de ma rondelle. Je compris que ma mère m’avait crachée sur le cul, puis lubrifiait mon anus avec sa salive. Un doigt mutin profita de ce léger coulissement pour s’enfoncer dans mon orifice. Tandis que la bite paternelle continuait son va-et-vient, ma mère accompagna le mouvement d’un, puis deux doigts.


— Tu aimes ? me demanda ma mère.

— Oh oui maman ! C’est bon ce que tu me fais ! couinais-je en remuant la croupe pour faciliter l’insertion. Après quelques minutes de ce traitement divin, je sentis quelque chose monter en moi. Un flot ravageur qui commençait à imprégner chaque partie de mon corps et auquel je m’abandonnai complètement.

— AAAAH PUTAIN JE VAIS JOUIR !!! m’exclamai-je en basculant ma tête en arrière.


A ces mots, mes parents redoublèrent d’efforts. Mon père me ceintura de ses bras puissants, m’immobilisant totalement, puis entreprit de bouger son bassin à une vitesse folle, m’arrachant des hoquets de plaisir plus qu’un râle uniforme. La sensation de n’être qu’un jouet balloté au rythme de ses assauts, dépourvue de volonté propre et ne servant qu’à ses désirs incestueux fut le déclic qui m’emporta au firmament.


J’étais en train de jouir lorsque ma mère ordonna quelque chose à mon père. Je n’entendis pas son instruction, les sens engourdis par l’orgasme. Soudain, l’étreinte se desserra, la bite sortit brusquement de ma chatte, occasionnant un pop sonore. En moins d’une seconde, je me retrouvai les fesses sur le canapé, les jambes écartées en ciseaux. Mon père me tenait une jambe, tandis que ma mère en tenait une autre d’une main ferme. De son autre main, elle entreprit de frotter avec vigueur mon clitoris. Loin de se calmer, mon orgasme explosa de plus belle, la friction experte de ma génitrice m’envoyant en des sphères plus vertigineuses encore que les sept ciels. Je n’eus même plus la force de crier, le son était comme bloqué dans ma gorge. Un jet formidable sortit de ma chatte, inondant le canapé, le tapis et le corps nu de mes parents.


Puis ce fut terminé. Je redescendis lentement, alors que mes deux amants baissèrent lentement mes jambes. J’étais terrassée par la violence de cet orgasme et mon corps était encore agité de soubresauts. Je me mis à somnoler, me remettant difficilement de cet accès de plaisir hors du commun. Je fermai alors les yeux...

Diffuse en direct !
Regarder son live