Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 21 040 fois
  • 172 J'aime
  • 8 Commentaires

Océane au club échangiste

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Océane au Club échangiste

Après l’épisode Yannick, mon mari et moi nous sommes décidés d’aller dans un club échangiste, lui en a déjà fréquenté, moi jamais. L’idée de vivre cette expérience m’excite beaucoup. Lorsque nous arrivons, plusieurs couples sont présents. L’atmosphère est feutrée, un serveur nous propose une table au fond de la salle et nous demande.


— C’est la première fois que vous venez ici ?


Mon mari tousse un peu et lui répond.


— Madame, oui, je suis venu quelques fois avec une amie, il y a un moment déjà.

— C’était avec qui ? Lui demandè-je, amusée.


Avec ton ex-amie Carole.

Tu as baisé avec cette chipie de Carole ?


— Avant qu’elle ne te présente à moi, reconnais qu’on lui doit bien ce bonheur.

— Je reconnais, mais elle tourne toujours autour de toi, depuis notre mariage.

— Tu es jalouse ma chérie ?

— Absolument pas, mais je ne veux plus la voir.


Le serveur vient nous apporter une bouteille de champagne.


— Nous n’avons pas commandé.

— Le couple à droite vous l’offre. Répond le serveur.


L’homme assis plus loin est une personne de petite taille, assis avec lui une magnifique rousse, ils nous font un petit signe de la main. Mon mari leur répond et dit au serveur.


— Demandez-leur s’ils veulent se joindre à nous.


Le serveur va à leur table et leur transmet l’invitation. Cela est positif, car ils se lèvent et se dirigent vers nous. L’homme doit mesurer un mètre cinquante, la cinquantaine, elle est magnifique dans sa robe courte vert pastel. Elle fait un mètre soixante-dix, un couple vraiment atypique, ils se présentent.


— Voici Patricia, je suis Paul, merci de votre invitation.


Je pense un instant que mon mari les invite à se joindre à nous afin de les remercier pour le champagne, ou pour pouvoir lorgner sur Patricia, qui a un décolleté jusqu’au nombril. Sa poitrine est superbe, ses yeux menthe se révèlent magnifiques, quelques légères taches de rousseur sur le nez et ses cheveux d’un joli roux, ajoutent à son charme.

Mon mari nous présente, Paul me baise la main. Mon mari lui s’empresse de coller quatre bises sur les joues de Patricia. Paul malgré sa taille est bien proportionné, ses yeux pétillants sont remplis de malice, j’ai l’impression qu’il a scanné mon corps d’un seul coup d’œil, comme si j’étais sans vêtements. Je sens un petit frisson me parcourir le corps sous son regard.


— Voulez-vous nous accompagner au jacuzzi ? Demande Paul à mon mari.


Bien sûr celui-ci s’empresse d’accepter sans me demander si je suis partante, me mettre nue devant des personnes ne me dérange pas, comme nous sommes naturistes. Cependant, je pressens quand même que ce ne semble pas innocent et que ces messieurs ont d’autres choses en tête que de faire trempette. Patricia me dit à l’oreille.


— Comment trouves-tu Paul ? Tu sais, il est très bien équipé côté sexe, rien à voir avec sa taille, en plus, tu lui plais beaucoup.


Toutefois, je ne m’avance pas dans ma réponse.


— Il parait sympathique, mais je suis plutôt attirée par les hommes plus grands que moi, je lui trouve malgré tout un certain charme.


  Et, je lui demande en retour si mon mari lui plait.


— Il est craquant, et je pense en faire mon dessert, bien sûr, si tu me l’autorises.

— Et, en échange, je dois flirter avec Paul ? L’interrogè-je.

— Tu sais Océane ici on ne fait pas que flirter. Dit-elle en riant.


Paul et Dan semblent bien s’entendre, ils se déshabillent vite, j’aperçois le sexe de Paul. Patricia ne m’a pas menti, j’assure même que c’est encore plus impressionnant que ce qu’elle m’a laissé entendre. Son sexe est d’une épaisseur incroyable, les veines ressemblent aux nervures d’un chêne, quant à la longueur, il lui arrive à mi-cuisses, une bonne trentaine de centimètre, et il ne bande pas.


Malgré la petite taille de Paul, la vue de son sexe me fait éprouver un certain intérêt pour lui. Avec Patricia on fait comme les hommes, on se déshabille sous leurs regards intéressés. Patricia est superbe, des petits seins haut placés en poire, ses fesses petites bien rondes, son pubis orné d’un appétissant ticket de métro roux, cela en fait une bombe. Dan ne décolle pas les yeux de son corps, Paul fait de même pour le mien. Paul me prend par la main et m’entraine vers le jacuzzi. Je ne me retourne pas sachant que Dan fait de même avec Patricia.


Paul me fait assoir à côté de lui, pendant que Dan s’installe près de Patricia. Aussi, ils discutent tous les deux en riant, pour ma part, je discute de tout et rien avec Paul, soudain je sens une main qui vient me toucher la cuisse, me la caresse. J’ai un petit mouvement de recul, je jette un regard vers mon mari, là je vois qu’il caresse les seins de Patricia. Pourquoi me gêner. La main de Paul revient se coller à ma cuisse, cette fois, je le laisse faire, Dan maintenant embrasse Patricia à pleine bouche, un peu interloquée, je regarde le spectacle. La main de Paul s’est hissée au niveau de mon sexe, un frisson me parcourt, inconsciemment, j’écarte légèrement les cuisses. Dan ne se gêne plus avec Patricia, je vois la main sous l’eau la masturber, la tête en arrière elle gémit doucement, Paul me demande si je suis jalouse.


— Surprise plutôt de leur rapidité, ils ne se connaissent pas et déjà, intimes.

— Patricia s’avère très affectueuse, en plus ton mari lui plait bien. Elle m’a suggéré de vous offrir le champagne, tu regrettes ?

— Non, c’est nouveau pour ma part, je ne suis jamais venue dans ce genre d’endroit, nous avions déjà pratiqué le libertinage, mais là, c’est rapide.

— Choquée, tu es plus romantique ?

— Pas réellement, amoureuse quand je prends du plaisir le temps d’un instant.


Paul me prend le menton et tourne mon visage vers le sien, ses yeux azur me scrutent, son regard pénètre au plus profond de moi. Il approche son visage du mien, comme hypnotisée, je laisse ses lèvres se coller aux miennes. Un long baiser en découle, sa langue cherche la mienne, nos bouches se soudent l’une à l’autre, les yeux mi-clos, je vois mon mari à genoux derrière Patricia en train de la baiser fougueusement.

Alors, je n’ai plus de retenue, ce spectacle m’excite, Paul, prolonge le baiser, sa salive se mélange à la mienne, mon ventre se contracte, il a deviné mon désir. Il se met à me caresser doucement la chatte, son doigt écarte les lèvres de mon sexe, se promènent sur mon clito qui ne tarde pas à s’ériger. Alors, j’avance le ventre vers lui, afin d’accentuer sa caresse, il en profite pour me glisser deux doigts dans le minou et de son pouce frotte mon petit bouton de chair qui se gonfle encore plus.


— Tu ne penses plus à ma petite taille chérie, tu n’as jamais fait l’amour avec un nain ?

— Non, mais je me moque de ta taille, continue de me masturber, c’est excellent, j’ai envie de toi.


Effectivement, je ne pense plus du tout à sa taille, juste à ses doigts bien profonds dans ma chatte. Alors, il me dit de me redresser hors du jacuzzi et plonge sa tête entre mes cuisses ouvertes, sa langue effleure mon clito. Dan qui désormais se fait sucer par Patricia, elle a les cheveux tout mouillés, elle a dû le sucer sous l’eau, cela décuple mon envie de faire l’amour. Je suis tellement excitée qu’à cet instant, n’importe qui me peut me faire ce qu’il a envie. Paul continue de me lécher et glisse la main entre mes fesses, devinant son désir, j’avance davantage le ventre, et lui ouvre le chemin de mon cul. Son doigt se glisse aussitôt dans ma raie, atteint sa cible, je suis surprise de la soudaineté de sa caresse anale. Il pénètre mon anus, me faisant pousser un petit cri de plaisir, Dan en m’entendant se retourne et me dit, sa queue toujours dans la bouche de Patricia.


— On est tombé sur un super couple, pas vrai ma chérie, tu n’as pas l’air de t’ennuyer et la soirée fait que commencer.


Ne faisant pas attention à ses paroles, je commence à couler dans la bouche de Paul, il me branle le cul plus vite et sa langue me rentre dans la chatte encore plus loin. Il avale la cyprine qui s’écoule de mon sexe. Alors, je jouis comme une folle, quand Paul me dit.


— J’ai envie que tu me suces princesse.

— Bien sur amour, lève-toi et donne-moi ta queue.


Aussi, je m’accroupis dans le jacuzzi, il se dresse devant moi, debout, il a sa queue juste à hauteur de mon visage et là, stupeur, son sexe que j’ai vu long et gros est complétement dressé. C’est énorme, je pense aussitôt que ça ne rentrera jamais dans ma chatte. Le gland est déjà décalotté, une grosse boule de chair violacée, je le prends dans ma main, je n’arrive pas à faire le tour avec mes doigts. Je commence par de timides coups de langue sur son gland, le frein, puis jusqu’aux testicules, ils pendent très bas, ils pèsent dans ma main, cela doit être plein. M’enhardissant, j’ouvre grand la bouche et gobe son énorme champignon, je n’ai jamais eu un engin pareil dans celle-ci, cela m’excite encore plus, je fais entrer davantage son sexe. Je le pompe du mieux que je peux, cela est bon, car il gémit, il me tient la tête puis essaie d’en rentrer encore plus.


Son sexe n’est qu’à la moitié et ma bouche semble pleine, je le retire un peu et me concentre sur son gland. Ma langue lèche tout le tour. Les premières gouttes pré-séminales commencent à s’écouler, des filets se forment de son gland à ma langue, je le sens se contracter, appuyer plus sur ma tête, il grogne en éructant.


— Vas-y ma salope adorée avale tout.


Alors qu’il me dit ça, un flot de liquide chaud et visqueux me jaillit au fond de la gorge, je manque de m’étouffer. Je me recule un peu pour reprendre mon souffle et une seconde giclée s’écrase sur mon visage. Le temps de remettre sa queue dans ma bouche, il m’a couvert la face, j’en ai plein ma petite gueule même dans les cheveux. Cependant, je prends le reste sur la langue, avalant le maximum de cette semence, chaude et goûteuse. Va-t-il s’arrêter de se vider ? Ravie de l’avoir fait autant jouir, je suis fière de moi.

Tandis que je reprends mes esprits, je m’aperçois que Dan et Patricia ne sont plus là.


— Ne t’inquiète pas, ils ont dû aller prendre un verre.


Je ne m’inquiète pas réellement, je m’assois sur le bord du jacuzzi, Paul vient m’embrasser, ça me fait drôle d’être dans ses bras. Une impression d’être avec un ado vu sa taille, mais c’est très agréable, il embrasse merveilleusement bien. Son sexe est entre mes cuisses, demi dur, je me remets à genoux et le lèche de nouveau, il est ravi de mon initiative.


— Malgré ton air timide, tu adores la queue ma chère Océane, tu as envie de venir dans une salle avec moi ?

— Une salle, pourquoi faire ?

— Tu as envie de t’amuser un peu, tu as confiance en moi ?


Je lui réponds "oui", je ne tiens pas à le vexer, de plus, je suis curieuse.

Alors, on se rend dans une salle meublée d’un divan couleur empire, pas de porte, juste un rideau de velours rouge cramoisi. Paul commande du champagne, le serveur entièrement nu portant seulement un nœud papillon ne me déplait pas, plutôt mignon, Paul lui demande s’il désire prendre une coupe avec nous, il accepte, semblant habitué, Paul me dit.


— Assieds-toi à côté de lui Océane.


Je suis un peu surprise de voir Paul décider pour moi, mais j’obéis, devinant un peu la suite. Après plusieurs coupes, je me sens complétement désinhibée, je laisse même le serveur me caresser les seins et m’embrasser. Un beau et jeune garçon ne se refuse pas. La vingtaine, blond, bien musclé, le corps lisse comme un bébé et un sexe petit à côté de celui de Paul, mais plutôt avenant, de quoi ravir plus d’une femme. Je me laisse aller un moment, je me penche sur son bas ventre puis je commence une gentille fellation. Le jeune homme ne proteste pas à ma grande surprise Paul vient se mettre près de lui et dit.


— Pompe-moi la queue mon petit Guy, que je bande bien pour baiser Océane.


Le serveur "Guy" s’exécute, il englobe le gland de Paul et le suce vigoureusement, je n’ai jamais fait avec des hommes bi, cela me fascine et m’excite. Guy doit être aussi très excité, car il me jouit aussitôt dans la bouche, je prends son sperme avec plaisir. C’est le second qui me jouit dans la bouche, j’avale tout, Paul se penche et m’embrasse, reprenant le sperme resté sur ma langue. J’ai l’impression qu’il bande encore plus que la première fois, il m’ordonne.


— Mets-toi en levrette, j’ai très envie de te démolir la chatte.


De gentleman, il est devenu dominateur.

Pas rassurée, vu l’engin dressé vers moi, je m’exécute quand même, les fesses tournées vers lui. Il se met à me frapper violemment les fesses du plat de la main, Guy lui se met à me mettre de petites gifles, me bifle, et devient vulgaire.


— Petite trainée, tu es venue pour te faire bourrer la moule, tu ne vas pas manquer de bites, jeune chienne.


  Les deux hommes deviennent des bourreaux, je découvre et j’adore ça en plus, être ainsi maltraitée. Dan se refuse à le faire, à part de petites fessées, même le martinet, il me fouette sans conviction.

J’ai le cul en feu, les claques de Paul sur mes fesses, ainsi que les gifles de Guy me font couler de plaisir. Paul me met les doigts dans la chatte et dit à Guy.


— Elle est prête la petite salope, j’ai vu juste. C’est une accro à la bite, Patricia me l’a indiqué, tu vas prendre ton pied avec elle.


Ce faisant, il a collé son gland entre mes petites lèvres, le promène sur mon clito, je sens cette énorme chose qui va me pénétrer. Je ne me rebelle pas. Pourtant, je sais que ma chatte va déguster. Paul n’a pas besoin de m’exciter plus, je suis prête, Guy en profite pour me renfiler sa queue dans la bouche, je suis complétement soumise à eux.

Subjuguée par mes deux amants, je n’ai pas vu ni mon mari ni Patricia, qui avec deux autres hommes nous matent derrière le rideau soulevé. Paul commence à me pénétrer, j’ai l’impression de me faire dépuceler une seconde fois. Au fur à mesure qu’il s’enfonce en moi, je crois me faire déchirer le vagin, les larmes me viennent, Guy s’exprime.


— Elle pleure la garce, ça me lubrifie la bite, elle est vraiment géniale.


Effectivement, sa queue prend un goût salé.

Je ne fais pas attention à son commentaire me préoccupant plus de ce sexe qui me défonce comme jamais je ne l’ai été. Paul me l’enfonce jusqu’à la garde, ses grosses boules cognent mon abricot, je suis soulagée, j’ai moins souffert que prévu.

Mon amant me prend bien par les hanches et se met en branle, doucement il fait un va-et-vient, avec un bruit de succion vu ma chatte enduite de cyprine, cela coulisse bien, la nature fait bien les choses. Ma chatte s’est adaptée à ce sexe hors du commun, il accélère la cadence, je ne vais pas tarder à jouir, je lui demande, de me prendre plus fort.


— Vas-y amour, défonce-moi la chatte, j’ai tellement envie que tu m’ensemences.


Guy se retire de ma bouche, m’asperge le visage, j’en reçois dans les yeux. Je souhaite les fermer, mais il m’ordonne.


— Garde les yeux ouverts sale pute regarde-moi te jouir sur la gueule.


Cela brûle, pourtant j’oublie tout, Paul me fait jouir, comme une droguée de sexes qui renifle sa dose. Paul ne se retient plus, un flot de sperme se répand en moi, quel bonheur, c’est chaud, abondant, sa queue tressaute dans mon vagin irriguant celui-ci. Malgré la grosseur de sa queue qui me remplit, le sperme ressort et me coule le long des cuisses et des jambes, quand il décide de se retirer cela fait un bruit de bouteille que l’on débouche.

Je m’écroule sur le divan, épuisée par la possession de mes deux amants d’un soir. La voix de mon mari se fait entendre.


— Bravo ma chérie, tu as été superbe, je n’en reviens pas qu’une queue pareille arrive à rentrer dans ta jolie petite moule.


Patricia en remet une couche.


— Alors Paul, je te l’avais assuré que tu la dompterais cette jolie métisse, tu t’es bien régalé mon chéri ?

— Génial, je n’en reviens pas comment elle assure, je ne pensais pas un instant qu’elle arriverait à prendre ma grosse bite dans son petit chat, et elle en redemande, pas vrai Guy.


Guy lui répond.


— Ça oui, je lui ai juté plein sa petite frimousse, elle a tout avalé.


À ma grande surprise, Dan s’adresse à Paul.


— Je te l’avais dit, Paul, que tu allais prendre ton pied avec ma petite femme.


Il a combiné tout le salop, je comprends mieux pourquoi avec Pat c’est allé si vite, ils se connaissent.


— Tu vas me payer ça, tu as bien bandé en voyant Paul me défoncer la chatte ? Lui demandai-je.

— Pardonne-moi chérie, mais tu as drôlement bien joui, reconnais que ça t’a bien plu ?


Je suis honteuse de m’être fait avoir, et qu’en plus, Dan a vu que j’ai adoré, cette situation, me rend folle de rage.


— Puisque c’est comme ça, maintenant, je vais m’amuser sans vous bande de pervers.


Toute souillée du sperme de Paul, qui me dégouline de la chatte, le visage maculé de celui de Guy, je me lève, je demande aux deux hommes qui accompagnent mon mari, un black et un jeune Maghrébin.


— Vous avez envie de me faire l’amour tous les deux, vous pouvez me faire tout ce que vous avez envie.


Le black me dit.


— Prends une douche après viens avec nous, on va prendre un verre chez Mohamed. On organise une petite soirée avec des amis chez lui. Si tu as envie, tu ne t’ennuieras pas surtout avec un joli cul comme le tien.

— Chérie, tu ne vas pas faire ça ? En plus, tu ne les connais même pas. Objecte mon mari.


Peut-être me suis-je avancée un peu vite sous le coup de la colère. La raison me conseille de ne pas y aller, mon égo me dit le contraire.


— Je me douche les garçons et je vous rejoins…

Diffuse en direct !
Regarder son live